La préhistoire au Sénégal

De
Ouvrage des Nouvelles Editions Africaines du Sénégal en coédition avec NENA

La documentation ici rassemblée est centrée sur trois thèmes : des généralités sur la préhistoire et sa méthodologie (chapitres 1 à 4); des données sur les vestiges archéologiques, pré-et protohistoriques, du territoire sénégalais (chapitres 5 à 8); quatre itinéraires pour visiter les principaux sites (chapitres 9 à 12)Des indications sur les structures de la recherche préhistorique au Sénégal, un lexique franco-anglais de termes techniques, un rappel de quelques règles de nomenclature et une bibliographie complètent le recueil.
Publié le : samedi 19 septembre 2015
Lecture(s) : 15
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782917591901
Nombre de pages : 253
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
La préhistoire au Sénégal
Préface Avantpropos Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4
Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7 Chapitre 8 Chapitre 9 Chapitre 10 Chapitre 11
Chapitre 12 Annexes Liste des figures
Table des matières
Comment identifier une pierre taillée préhistorique
Les subdivisions de l'âge de la pierre
Origine et évolution de l'homme
La méthode du carbone 14
Dix années de recherches archéologiques au Sénégal
Les sites préhistoriques de la sénégambie
Les sites protohistoriques de la Sénégambie
Les mégalithiques du Sénégal
Excursion préhistorique dans les environs de Dakar
Excursion préhistorique dans les environs de Thiès
De Dakar à Fadiout, visite de sites préhistoriques
Visite de sites mégalithiques
4
La préhistoire au Sénégal
Chapitre 1 Comment identifier une pierre taillée préhistorique
Chapitre 1Comment identifier une pierre taillée préhistorique
II arrive souvent que les chercheurs appelés à se rendre sur le t errain (géolo-gues, pédologues, géographes, nat uralist es...) ou les simples promeneurs se t rouvent en présence de pierres dont la f orme les int rigue : s'agit -il de pierres t aillées par l' homme préhist orique ou de simples cailloux nat urels ? Si la réponse à cet t e quest ion est évident e pour des f ormes aussi élaborées que le bif ace ou la point e de f lèche, il n' en est pas de même pour les simples éclat s ou les out ils sommairement ret ouchés.
Or, si l'on connaît quelques principes généraux, un examen rapide de la pièce permet de se prononcer à coup sûr (dans 95 % des cas) sur l'origine nat urelle ou art if icielle de la t aille de cet t e pièce.
Cet t e ident if icat ion sur le t errain, sans avoir recours à l'avis d'un spécialist e, peut rendre de grands services. D’abord en provoquant la recherche et la découvert e d'aut res pièces, celles-ci ét ant rarement isolées, et pouvant révéler t out e une indust rie (t erme consacré pour désigner l'ensemble des objet s manuf act urés par une populat ion préhist orique). M ais aussi en permet t ant de mieux comprendre le sit e observé : par exemple la présence d'objet s t aillés dans un prof il pédologique ou st rat igraphique est un précieux indicat eur pour l’int erprét at ion génét ique et chronologique de ce prof il.
Nous ne nous ét endrons pas sur le cas de l'enseignant à qui l'élève amène des pierres de f orme bizarre dont il voudrait connaît re la nat ure...
24
La préhistoire au Sénégal
Chapitre 1 Comment identifier une pierre taillée préhistorique
Dans une première part ie, nous signalerons les principales roches suscept i-bles d’êt re t aillées, puis après avoir déf inis quelques t ermes de t ypologie, « science qui reconnaît , ét udie et classif ie les dif f érent s objet s t ravaillés par l'homme préhist orique » selon François Bordes, nous évoquerons les produit s f ondament aux du débit age de la pierre.
Dans une seconde part ie, nous passerons en revue les principaux t ypes d'out ils en pierre t aillée.
I  Les fondements de la typologie lithique
A  Roches utilisées à l’âge de la pierre
Pour êt re apt e à la t aille, une roche doit êt re à la f ois dure et cassant e (à cassure lisse ou conchoïdale). Seuls les mat ériaux qui réunissent ces deux propriét és donnent de bons résult at s, et l’homme préhist orique les a recherchés sélect ivement .
Deux roches répondent parf ait ement à cet t e exigence : – le silex, roche sédiment aire d' origine organique, présent e dans de nombreuses f ormat ions géologiques, a ét é de t ous t emps le mat ériau le plus employé. On le t rouve sur les cinq cont inent s. Son import ance est t elle que, pour le prof ane, silex t aillé et pierre préhist orique sont souvent synonymes. Il exist e t out es sort es de variét és de silex plus ou moins pures (chert , chaille). La couleur du silex varie d’une région et d’un sit e à l’aut re, suivant son origine et sa pat ine.
25
La préhistoire au Sénégal
Chapitre 1 Comment identifier une pierre taillée préhistorique
– 1' obsidienne, lave volcanique de t ext ure vit reuse, est peut -êt re encore meilleure que le silex. Là où on la t rouve (Est af ricain, Amérique cent rale, Sicile) elle a ét é ut ilisée abondamment . Les préhist oriens f ont souvent leurs expériences de t aille sur 1’obsidienne, avec laquelle ils obt iennent les résult at s les plus spect aculaires.
En dehors de ces deux mat ériaux, d'aut res roches ont ét é ut ilisées comme le grès quart zit e (Acheuléen de M aurit anie par exemple), le quart z, le jaspe, et c.
Les roches t rop dures, ou à cassure rugueuse (granit és, basalt es, gabbros...) sont plut ôt employées pour f aire le mat ériel de broyage : percut eurs, meules, molet t es, broyeurs. Les roches t rop t endres comme le calcaire n’ont prat iquement jamais ét é t aillées.
1 B  Définition de quelques termes
Le débit age est l’act ion int ent ionnelle de f ract ionner un bloc de mat ière première en vue d'ut iliser t els quels ou de f açonner ult érieurement les produit s de cet t e act ion.
La ret ouche est 1'act ion de modif ier une pièce brut e par enlèvement de mat ière première. Tout es les possibilit és de modif icat ions, int ent ionnelles ou accident elles, sont incluses dans cet t e déf init ion (par exemple, esquiller un t ranchant par ut ilisat ion est une ret ouche).
1. Nous sommes redevables à Jacques Tixier de la formulation des définitions données ici.
26
La préhistoire au Sénégal
Chapitre 1 Comment identifier une pierre taillée préhistorique
Ret oucher signif ie, dans un sens plus rest rict if : « aménager en out il un produit de débit age ». Cet aménagement se f ait par percussion, pression ou polissage. Les ret ouches sont les t races laissées par ce t ravail.
Le débit age et la ret ouche se f ont au moyen d'un percut eur, un « M art eau nat urel » (F. Bordes) ut ilisé par les t ailleurs préhist oriques pour débit er ou ret oucher la pierre dure. Le percut eur peut êt re un galet ou un bloc de pierre, un f ragment de bois végét al ou animal (ramure de Cervidé), un os, un f ragment d’os ou d'ivoire, et c.
On appelle percut eur dormant un bloc de roche plus ou moins dure posé sur le sol, ou immobile, sur lequel on f rappe un bloc de mat ière première pour le f açonner. Il dif f ère de l’enclume, où la mat ière première est posée avant d’êt re f rappée par le percut eur mobile.
Les dif f érent s t ypes de percussion sont : – la percussion direct e simple(Fig. 1). – la percussion direct e sur enclume = écrasée = bipolaire (Fig. 2).
– la percussion indirect e pour laquelle on int erpose un ciseau de bois dur, d’os, de corne, un galet allongé, et c. (Fig. 3). – la pression (Fig. 4).
Deux paradoxes apparent s peuvent êt re vérif iés expériment alement : – il est possible de t ailler la pierre avec une mat ière moins dure qu' elle, bois ou os, et les produit s sont plus f ins que dans une t aille pierre cont re pierre.
27
La préhistoire au Sénégal
Chapitre 1 Comment identifier une pierre taillée préhistorique
– il est possible de t ailler la pierre par pression (t echnique ut ilisée rarement et t ardivement pour le débit age, plus f réquemment pour la ret ouche).
C  Les produits du débitage
Le nucléus (pluriel : des nucléus) est le bloc de mat ière première d’où ont ét é t irés éclat s, lames et lamelles. Souvent le nucléus subit une préparat ion int ent ionnelle pour que les produit s du débit age aient une f orme prédét er-minée.
28
La préhistoire au Sénégal
Fig. 1. Percussion directe Fi g. 1
Chapitre 1 Comment identifier une pierre taillée préhistorique
Fig. 2. Percussion bipolaire Fig. 2
29
Fig. 3. Percussion indirect e Fig. 3
La préhistoire au Sénégal
A. Débit age
Chapitre 1 Comment identifier une pierre taillée préhistorique
B. Ret ouche
Fig. 4. Débit age et ret ouche par pression d'après François Bordes Fi g. 4
On classe les nucléus en : – nucléus cannelés : pyramidaux, plat s. – nucléus non cannelés : pyramidaux, cylindriques, plat s, croisés, discoïdes, globuleux, divers.
Le plan de f rappe est la part ie du nucléus sur laquelle vient f rapper le percut eur. Le plan de f rappe peut êt re une surf ace nat urelle, lisse ou préparée.
L’éclat est le produit f ondament al du débit age. Sa déf init ion est t rès géné-rale : f ragment de roche dure int ent ionnellement dét aché.
30
La préhistoire au Sénégal
Chapitre 1 Comment identifier une pierre taillée préhistorique
Le t alon est la part ie du plan de f rappe que l’éclat a emport é. Suivant la nat ure du plan de f rappe, il peut êt re nat urel (cort ical), lisse ou f acet t é.
On orient e convent ionnellement l'éclat pour pouvoir en décrire les dif f é-rent es part ies (Fig. 5).
La f ace d’éclat ement est nommée f ace inf érieure, la f ace opposée est la f ace supérieure. Le t alon est dans la part ie proximale ou basale, 1’ext rêmit é opposée est dit e dist ale. L’éclat ét ant posé sur la f ace inf érieure et vu par la f ace supérieure, on dist ingue le bord droit du bord gauche.
La f ace supérieure peut port er les marques d' enlèvement s préalables, sépa-rées par des nervures, et des résidus de la surf ace originelle du nucléus ou cort ex. S’il s'agit du premier éclat débit é d'un bloc, la f ace supérieure est ent ièrement cort icale.
La f ace inf érieure est lisse ou conchoïdale. Sur le dièdre t alon / f ace inf é-rieure, on repère le point d’impact et , à part ir de celui-ci, un bulbe de percussion plus ou moins marqué selon l’int ensit é du choc, le percut eur ut ilisé et la roche concernée. Le bulbe port e, dans 20 à 40 % des cas, un enlèvement parasit e, 1'esquillure de percussion.
Un éclat mont rant une f ace supérieure nervuré ou part iellement cort ical, une f ace inf érieure lisse sur laquelle on reconnaît un bulbe de percussion, et un t alon avec ou sans marques de préparat ion (f acet t es) est nécessairement manuf act uré.
31
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le modèle nègre

de coedition-nena-nouvelles-editions-africaines-du-senegal

Vue d'aigle sur la diplomatie sénégalaise de 1960 à nos jours

de coedition-nena-nouvelles-editions-africaines-du-senegal

La balkanisation de l'Afrique Occidentale Française

de coedition-nena-nouvelles-editions-africaines-du-senegal

suivant