La Saint Barthélemy

De
Publié par

Ce 22 août 1572, Gaspard de Coligny quitte le Louvre et s'en va déjeuner. Il n'est pas tout à fait midi. Un coup de feu claque, l'amiral chancelle. Soutenu par ses amis, il se redresse et pointe du doigt la fenêtre d'où est venu le tir. Il saigne.
Mais si la blessure ne semble pas mortelle, ce sang qui coule le long de son bras est le prélude d'une saignée fatidique.

Pour comprendre la Saint-Barthélemy, qui balance entre crise de folie foudroyante et sourde réaction politique, il faut prendre en compte les agissements de rois malades et ruinés par le vice, la pression d'une spiritualité débordante qui bouleverse les espérances et fait vaciller la tradition romaine. En y ajoutant la superstition, les fantasmes, les malédictions et les intérêts personnels.

Chaque événement découle d'un autre lui-même écho du précédent. Voilà ici encore un effet papillon qui se vérifie : l'onde de choc de ce massacre s’est propagée longtemps. De cet épisode de l’Histoire naîtront la Révolution Française, la fin de la monarchie et l'embryon de la démocratie.

C'est à l'occasion du mariage d’Henri de Navarre avec Marguerite de Valois, la fille de Catherine de Médicis que tout bascule : la tentative d'assassinat de l'amiral de Coligny, puis le massacre de la Saint-Barthélemy vont déchirer la France. La France, c'était un peuple, un roi, une église ; lorsque les protestants ont proposé la liberté de conscience, une église réformée et une foi en Dieu sans intermédiaire, ils ont miné la monarchie et l'hégémonie de Rome.
La Réforme ne pouvait qu'accoucher de la Révolution, mais il a d’abord fallu passer par le chemin des Noces de Sang, des Guerres de religion à répétition et des trois Henri, des Messes pour Paris, des Édits irrévocables révoqués, des révoltes, des conspirations, des trahisons... De la Saint-Barthélemy à la Bastille, le sang coulera à flot.

« Tuez les, par la mort Dieu. Mais tuez les tous, qu'il n'en survive aucun pour me le reprocher »

Ce livre d’histoire narrative raconte le drame qui rougit la Seine et ensanglanta la France le 24 août 1572, il y a maintenant 440 ans.
Éric Denimal met ici en scène une des plus grandes tragédies de l'Histoire de France qui, après avoir accouchée de la Renaissance, rechute dans une étrange sauvagerie moyenâgeuse.

Il n’a pas eu besoin du renfort de la fiction ; la réalité l'a bien dépassée.

A propos de l'auteur
Eric Denimal est théologien, journaliste, conférencier et chroniqueur radio. Il est également l'auteur d'ouvrages sur le protestantisme et de livres de culture générale parmi lesquels La Bible pour les Nuls.

Un livre publié par Ixelles éditions
Retrouvez-nous sur www.ixelles-editions.com
Contactez-nous à l'adresse contact@ixelles-editions.com
Publié le : mercredi 13 juin 2012
Lecture(s) : 23
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782875154231
Nombre de pages : 288
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Ce 22 août 1572, Gaspard de Coligny quitte le Louvre et s'en va déjeuner. Il n'est pas tout à fait midi. Un coup de feu claque, l'amiral chancelle. Soutenu par ses amis, il se redresse et pointe du doigt la fenêtre d'où est venu le tir. Il saigne.
Mais si la blessure ne semble pas mortelle, ce sang qui coule le long de son bras est le prélude d'une saignée fatidique.

Pour comprendre la Saint-Barthélemy, qui balance entre crise de folie foudroyante et sourde réaction politique, il faut prendre en compte les agissements de rois malades et ruinés par le vice, la pression d'une spiritualité débordante qui bouleverse les espérances et fait vaciller la tradition romaine. En y ajoutant la superstition, les fantasmes, les malédictions et les intérêts personnels.


Chaque événement découle d'un autre lui-même écho du précédent. Voilà ici encore un effet papillon qui se vérifie : l'onde de choc de ce massacre s’est propagée longtemps. De cet épisode de l’Histoire naîtront la Révolution Française, la fin de la monarchie et l'embryon de la démocratie.

C'est à l'occasion du mariage d’Henri de Navarre avec Marguerite de Valois, la fille de Catherine de Médicis que tout bascule : la tentative d'assassinat de l'amiral de Coligny, puis le massacre de la Saint-Barthélemy vont déchirer la France. La France, c'était un peuple, un roi, une église ; lorsque les protestants ont proposé la liberté de conscience, une église réformée et une foi en Dieu sans intermédiaire, ils ont miné la monarchie et l'hégémonie de Rome.
La Réforme ne pouvait qu'accoucher de la Révolution, mais il a d’abord fallu passer par le chemin des Noces de Sang, des Guerres de religion à répétition et des trois Henri, des Messes pour Paris, des Édits irrévocables révoqués, des révoltes, des conspirations, des trahisons... De la Saint-Barthélemy à la Bastille, le sang coulera à flot.

« Tuez les, par la mort Dieu. Mais tuez les tous, qu'il n'en survive aucun pour me le reprocher »

Ce livre d’histoire narrative raconte le drame qui rougit la Seine et ensanglanta la France le 24 août 1572, il y a maintenant 440 ans.
Éric Denimal met ici en scène une des plus grandes tragédies de l'Histoire de France qui, après avoir accouchée de la Renaissance, rechute dans une étrange sauvagerie moyenâgeuse.

Il n’a pas eu besoin du renfort de la fiction ; la réalité l'a bien dépassée.

A propos de l'auteur
Eric Denimal est théologien, journaliste, conférencier et chroniqueur radio. Il est également l'auteur d'ouvrages sur le protestantisme et de livres de culture générale parmi lesquels La Bible pour les Nuls.

Un livre publié par Ixelles éditions
Retrouvez-nous sur www.ixelles-editions.com
Contactez-nous à l'adresse contact@ixelles-editions.com
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.