La Terre et l'argent

De
Publié par

Un axiome a fini par dominer le discours historique sur les campagnes : d'elles, il n'y aurait rien à dire, puisqu'il ne s'y passe rien. Du monde de la terre, les historiens ont décrit à l'envi les moeurs, la vie quotidienne, les travaux et les jours. Une fois rappelés les usages d'une économie d'autosubsistance, peu monétarisée, tout ou presque semblait explicité.

Directeur d'études à l'EHESS et chercheur à l'INRA, Gilles Postel-Vinay veut en finir avec ce mythe de la campagne immobile. À cette image tenace, il substitue la dynamique instable d'agricultures dans lesquelles un système de crédit s'est tôt largement diffusé. Il ne s'agit certes pas d'un marché classique puisque les prix y jouent un faible rôle et que ses institutions sont atypiques. En lieu et place des banques, l'acteur essentiel est ici le notaire, aussi longtemps qu'il reste le détenteur d'une information que nul ne concurrence. Il est le pivot d'un système d'échanges permettant au paysan, comme au citadin, d'accéder aux ressources qui circulent dans ces sociétés préindustrielles, somme toute assez riches.

Pour comprendre les transformations de ce monde depuis le XVIIIe siècle jusqu'au développement tardif du Crédit Agricole au cours du XXe siècle, il faut remettre les diverses formes que revêt le crédit au centre de cette économie. Ainsi, l'opposition ville/campagne se fait moins pertinente et l'on voit se dessiner un autre modèle du processus de croissance qu'a connu l'Europe des « révolutions industrielles ».

Publié le : mardi 21 mai 2013
Lecture(s) : 67
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782226216700
Nombre de pages : 464
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.