Le Rêve du Petit-Champlain

De
Pour réussir «le Petit-Champlain», traduction populaire de The Little-Champlain qui a un temps désigné la petite rue Champlain, il fallait de l’audace et du génie. Gerry Paris et Jacques de Blois n’en manquaient pas. De tous les projets de rénovation, restauration ou mise en valeur qu’a connus le Québec depuis un demi-siècle, aucun n’a reposé sur autant de talent et d’engagement personnel.En 1976, les gouvernements du Québec et du Canada avaient acquis l’essentiel de la zone portuaire du Vieux-Québec. Tout ce que les gouvernements avaient ensuite su faire, c’était démolir et reconstruire lentement à grands frais. La vie avait quitté ce quartier. Le verdict était tombé: il deviendrait un quartier-musée. Des maisons étaient conçues pour le plaisir des yeux. Elles étaient sans fonction, sans utilité et trop chères pour être habitées par les derniers résidents du quartier. Comme tous les centres-villes, celui de Québec était à l’agonie et le Vieux-Québec avait déjà rendu l’âme.Peu à peu, l’hémorragie a été ralentie. Les villes ont commencé à écouter leurs urbanistes. Les promoteurs ont commencé à copier des modèles vus à l’étranger. À cet égard, de Blois et Paris font figure de pionniers. Comme ils aiment le dire: ils avaient un rêve, ils l’ont réalisé.Selon les idées reçues, les gens du privé sont là pour s’enrichir et ceux du public, pour veiller à l’intérêt commun. Dans le cas du «Petit-Champlain», de Blois et Paris ont tiré leur révérence au bout de leur santé. Faut-il chercher des coupables? De Blois n’en cherche pas. Il prend acte tout simplement. Dans une langue de conteur, enrichie par ses talents d’architecte et d’artiste, il nous fait partager une merveilleuse aventure. Il fait réfléchir aussi.Né à Québec en 1932, architecte de profession mais artiste de nature, Jacques de Blois se consacre désormais aux toiles plutôt qu’aux plans. Sa vie d’architecte le conduira au Japon, en Chine, en Europe et en Afrique où il prend goût aux valeurs des villes et villages anciens. Il y puise l’inspiration qui lui permettra de réaliser avec son ami Gerry Paris la restauration du quartier Petit-Champlain 10 ans durant.À bout de souffle, il laisse à d’autres le soin de poursuivre son rêve et se consacre entièrement à sa passion pour la -peinture. Ses œuvres se retrouvent dans des collections privées tant au Canada, aux États-Unis qu’en Europe ainsi que dansplusieurs galeries du Québec… dont une du Petit-Champlain!
Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896644636
Nombre de pages : 147
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le Rêve du Petit-Champlain
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant