Le roi Jérôme

De
Publié par

« Quel roman que ma vie ! » Ce mot de Napoléon peut tout aussi bien s’appliquer à son plus jeune frère, Jérôme, devenu, par la volonté de l’Empereur, roi de Westphalie. Entré dans la marine à 16 ans, il a navigué de l’Egypte au Brésil, de Sainte-Hélène aux Etats-Unis. Revenu en Europe, il participe à la campagne de Prusse en 1806-1807 avant d’épouser Catherine de Wurtemberg et de prendre possession du royaume de Westphalie. Pièce essentielle du système européen élaboré par Napoléon, ce royaume doit aussi être un Etat modèle dans l’Allemagne française. Souverain prodigue et charmeur, il multiplie les conquêtes féminines et mène avec sa cour une vie de plaisirs qui lui vaudra le surnom de « König lustig ». Mais il est aussi un roi réformateur, qui introduit les principes de 1789 dans son royaume. Associé aux grandes étapes de l’histoire de l’Empire, il sombre avec lui, avant de revenir en France aux Cent-Jours et de s’illustrer à Waterloo. Commence ensuite pour Jérôme et sa famille un long exil qui ne s’achève qu’à la veille de la révolution de 1848. Il est à Paris aux premières loges pour mesurer la popularité du nom
qu’il porte et soutenir la prise de pouvoir de son neveu, Louis Napoléon Bonaparte, avec l’espoir de jouer un rôle dans le nouvel Empire. Tour à tour gouverneur des Invalides, président du Sénat, membre du Conseil de régence, il est alors l’incarnation vivante, accentuée par sa ressemblance avec Napoléon, du lien unissant le Premier au Second Empire. Acteur de l’épopée impériale, il a surtout été le témoin d’un siècle marqué par la figure tutélaire de Napoléon.

Jacques-Olivier Boudon, ancien élève de l’Ecole normale supérieure, est professeur d’histoire de la Révolution et de l’Empire à l’université Paris-Sorbonne et président de l’Institut Napoléon. Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages, parmi lesquels
Napoléon et les cultes (Fayard, 2002), La France et l’Europe de Napoléon (2006).

Publié le : mercredi 15 octobre 2008
Lecture(s) : 28
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213645414
Nombre de pages : 753
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
« Quel roman que ma vie ! » Ce mot de Napoléon peut tout aussi bien s’appliquer à son plus jeune frère, Jérôme, devenu, par la volonté de l’Empereur, roi de Westphalie. Entré dans la marine à 16 ans, il a navigué de l’Egypte au Brésil, de Sainte-Hélène aux Etats-Unis. Revenu en Europe, il participe à la campagne de Prusse en 1806-1807 avant d’épouser Catherine de Wurtemberg et de prendre possession du royaume de Westphalie. Pièce essentielle du système européen élaboré par Napoléon, ce royaume doit aussi être un Etat modèle dans l’Allemagne française. Souverain prodigue et charmeur, il multiplie les conquêtes féminines et mène avec sa cour une vie de plaisirs qui lui vaudra le surnom de « König lustig
». Mais il est aussi un roi réformateur, qui introduit les principes de 1789 dans son royaume. Associé aux grandes étapes de l’histoire de l’Empire, il sombre avec lui, avant de revenir en France aux Cent-Jours et de s’illustrer à Waterloo. Commence ensuite pour Jérôme et sa famille un long exil qui ne s’achève qu’à la veille de la révolution de 1848. Il est à Paris aux premières loges pour mesurer la popularité du nom
qu’il porte et soutenir la prise de pouvoir de son neveu, Louis Napoléon Bonaparte, avec l’espoir de jouer un rôle dans le nouvel Empire. Tour à tour gouverneur des Invalides, président du Sénat, membre du Conseil de régence, il est alors l’incarnation vivante, accentuée par sa ressemblance avec Napoléon, du lien unissant le Premier au Second Empire. Acteur de l’épopée impériale, il a surtout été le témoin d’un siècle marqué par la figure tutélaire de Napoléon.


Jacques-Olivier Boudon, ancien élève de l’Ecole normale supérieure, est professeur d’histoire de la Révolution et de l’Empire à l’université Paris-Sorbonne et président de l’Institut Napoléon. Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages, parmi lesquels
Napoléon et les cultes (Fayard, 2002), La France et l’Europe de Napoléon (2006).
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.