Le sacre de l'artiste

De
Publié par

Le jubilé de l'an 1300 sonne pour l'Europe occidentale le glas de l'équilibre qu'a connu la société médiévale. Thomas d'Aquin vient de reconnaître, à côté du droit divin, l'existence d'un droit humain et d'affirmer que le pouvoir peut aussi relever du peuple : le destin des nations comme celui de l'individu va dès lors l'emporter sur d'autres considérations. Cet avènement d'une société civile modifie profondément les conditions de la création. De nouveaux commanditaires - aristocrates, souverains et bourgeois - conçoivent des programmes différents, font appel à des artistes novateurs et établissent avec eux des rapports d'égalité. Le créateur est à présent un véritable partenaire, apprécié pour ses prouesses techniques, pour son imagination et non plus un exécutant. Il découvre un espace de liberté, se trouve assuré de vivre convenablement, voire de s'enrichir. Le même mouvement bouleverse la hiérarchie des arts elle-même. Les souverains, de plus en plus portés sur le " monumental ", font ainsi de la commande architecturale un instrument essentiel de leur politique. De leur côté, les riches bourgeois des villes, plus sensibles à l'intimité, assurent au peintre un succès qui ne se démentira plus ; il intervient partout, fournissant maquettes et cartons pour la broderie, l'émail, la gravure, la tapisserie, le vitrail.

Alain Erlande-Brandenburg analyse ce tournant capital qui rompt avec les usages précédents (ils sont l'objet du premier volet de sa recherche : De pierre, d'or et de feu, 1999) et explore l'alchimie de la création au couchant de ce qu'il est convenu d'appeler le Moyen Âge. L'oeuvre d'art n'est plus réductible à une autre, et un créateur peut dès lors s'élever au chef-d'oeuvre. Le portrait des Arnolfini par Van Eyck en est un témoignage éclatant entre tous : l'artiste assiste au moment où un couple s'engage par serment dans le mariage ; non seulement il signe son oeuvre, mais encore il se représente auprès des commanditaires : il est désormais un acteur à part entière de la société.

Alain Erlande-Brandenburg, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section), conservateur général du Patrimoine, ancien adjoint au directeur de s Musées de France, ancien directeur des Archives de France (1994-1998), directeur du Musée national de la Renaissance (château d'Écouen), a publié de nombreux ouvrages relatifs à l'art du Moyen Âge.
Publié le : mercredi 18 octobre 2000
Lecture(s) : 55
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213657042
Nombre de pages : 242
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le jubilé de l'an 1300 sonne pour l'Europe occidentale le glas de l'équilibre qu'a connu la société médiévale. Thomas d'Aquin vient de reconnaître, à côté du droit divin, l'existence d'un droit humain et d'affirmer que le pouvoir peut aussi relever du peuple : le destin des nations comme celui de l'individu va dès lors l'emporter sur d'autres considérations. Cet avènement d'une société civile modifie profondément les conditions de la création. De nouveaux commanditaires - aristocrates, souverains et bourgeois - conçoivent des programmes différents, font appel à des artistes novateurs et établissent avec eux des rapports d'égalité. Le créateur est à présent un véritable partenaire, apprécié pour ses prouesses techniques, pour son imagination et non plus un exécutant. Il découvre un espace de liberté, se trouve assuré de vivre convenablement, voire de s'enrichir. Le même mouvement bouleverse la hiérarchie des arts elle-même. Les souverains, de plus en plus portés sur le " monumental ", font ainsi de la commande architecturale un instrument essentiel de leur politique. De leur côté, les riches bourgeois des villes, plus sensibles à l'intimité, assurent au peintre un succès qui ne se démentira plus ; il intervient partout, fournissant maquettes et cartons pour la broderie, l'émail, la gravure, la tapisserie, le vitrail.


Alain Erlande-Brandenburg analyse ce tournant capital qui rompt avec les usages précédents (ils sont l'objet du premier volet de sa recherche : De pierre, d'or et de feu, 1999) et explore l'alchimie de la création au couchant de ce qu'il est convenu d'appeler le Moyen Âge. L'oeuvre d'art n'est plus réductible à une autre, et un créateur peut dès lors s'élever au chef-d'oeuvre. Le portrait des Arnolfini par Van Eyck en est un témoignage éclatant entre tous : l'artiste assiste au moment où un couple s'engage par serment dans le mariage ; non seulement il signe son oeuvre, mais encore il se représente auprès des commanditaires : il est désormais un acteur à part entière de la société.

Alain Erlande-Brandenburg, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section), conservateur général du Patrimoine, ancien adjoint au directeur de s Musées de France, ancien directeur des Archives de France (1994-1998), directeur du Musée national de la Renaissance (château d'Écouen), a publié de nombreux ouvrages relatifs à l'art du Moyen Âge.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi