Les Études et la guerre

De
Publié par


Dans les années sombres de la Seconde Guerre mondiale, l'École normale supérieure de la rue d'Ulm a vécu au rythme des événements qui ont bouleversé la France.

S'y sont croisées des figures aussi différentes que Jérôme Carcopino, directeur de l'École et un temps ministre à Vichy, Jean Cavaillès « philosophe bourré d'explosifs », et Henri Cartan le père des mathématiques modernes. Des jeunes gens appelés à un brillant avenir y ont fait leurs premières classes universitaires. Pêle-mêle, Maurice Clavel, Jean Delumeau, Pierre Moussa, René Rémond ou Jean-François Revel pour les lettres, Marcel Boiteux, Georges Debreu ou René Thom pour les sciences. Tandis que les candidats juifs, interdits de scolarité, se voyaient attribuer des numéros « bis » en cas de réussite au concours.

Alors les normaliens ont à la fois beaucoup travaillé et, pour certains, beaucoup résisté. Robert Salmon a fondé Défense de la France. Henri Plard a passé trois mois à Drancy pour avoir porté l'étoile jaune alors qu'il était protestant. La Gestapo a fait irruption rue d'Ulm la nuit du 4 août 1944. Elle a arrêté le directeur adjoint Georges Bruhat et le secrétaire général Jean Baillou. Le premier n'est jamais revenu de Buchenwald.

Soixante ans après, c'est cette histoire que retrace Stéphane Israël au terme d'une enquête sur les normaliens des promotions 1937 à 1943 et sur l'administration et les enseignants de l'École pendant la Seconde Guerre mondiale. L'histoire totale d'un passé qui ne passe pas.

Publié le : samedi 1 janvier 2005
Lecture(s) : 22
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782728839452
Nombre de pages : 336
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Introduction
Uneétudeuniversitaireouunlivrenaissentsouventàlacroiséedeplusieurs chemins.Lesraisonspourlesquellesj’aichoisi,àl’automne1992,deconsacrer monmémoiredeDEAauxnormaliensdesannéesdeguerrenéchappentpas àcetterègle. Cheminpersonneldabord:jappartiensàunegénérationdontlesgrands-parentsonteuvingtansen1940.Commebeaucoupdemescontemporains, jaigrandidanslesouvenirdelaSecondeGuerremondialeetdanslerécitde sesévénements,glorieuxoufunestes:combatsdelaFrancelibre,résistance intérieure,trahisondurégimedeVichy,persécutionsantisémites. Hasarddesrencontres,aussi:khâgneux,javaiscrééavecquelquescama-radesdulycéeHenri-IVunemodesterevuepolitico-littéraireàlaquellenous avionsdonnéletitredelundenossujetsdedissertationdephilosophie:Le Même et lAutre-anJecevaneitertnenuahcnedboetinrsavionseulac;uonPierreRichard,lundescritiqueslittérairesquenousadmirionslepluspoursa capacitéàsextrairedetoutformalismeauprofitduneapprochesensibledes œuvres.JavaisnotéquilavaitétéreçuruedUlmauconcoursde1941.En margedenotreentretien,jeluidemandaicequavaitétélaréaliténormalienne durantlOccupation.Lapremièreexpressionquiluivintàlespritfutla suivante:«unîlotdetranquillité».Puisilchangeadesujet.Jedoisdireque jenavaisétéàlafoisintriguéetquelquepeudéçu.AlorsquelaFrance seffondrait,lÉcoleauraitpoursuiviunevieordinaire,commerepliéesurle cloîtredelaruedUlm?Celanecorrespondaitpasàlimagequejavaisde cetteinstitutionetdesesélèves:certes,uneabbayedusavoir,certesdes éruditsetdesprofesseurs,maisaussilamatricedenombreuxengagementset levivierdunhumanismeactif.Engagementsquiavaientdonnélamatière dunethèseàJean-FrançoisSirinelli,Génération intellectuelle: khâgneux et normaliens de lentredeuxguerrestnodonofessprenelbéi8te189pu,ruess dhistoireenkhâgne,enparticulierHélèneRioux,nousavaientfaitdécouvrir toutelarichesse.Cestlàlatroisièmeraisonquimapousséverscetteétude: puisquelesnormaliensdesannées20étaientunobjetdhistoire,ceuxdes années40qui,deLouisAlthusseràJean-FrançoisRevel,enpassantpar RenéRémondetJeanDelumeaupourleslettresouencoreMarcelBoiteuxet
16
INTRODUCTION
RenéThompourlessciences,avaientacquisunefortenotoriétépouvaient ledevenir.J’enaiproposéleprincipeàJean-FrançoisSirinelli,quil’aaccueilli avecdautantplusdesympathiequesonproprepère,lerecteurSirinelli,était uncamaradedepromotiondeJean-PierreRichardDeuxautresélémentsdecontexteméritentenfind’êtrerappelés.Le premieratraitàlinstitutionnormalienne:en1992,laruedUlmétaitdans lespréparatifsdesonbicentenaire,dontlesfestivitésdevaientavoirlieudeux ansplustard.Cesanniversairessonttoujourspropicesautravaildel’historien. Plusieursouvragesétaientenpréparation,dontuneénièmeéditiondufameux Rue dUlmanripiilxeuainPeyrefitteetdAalrchepheriluscdinurviledecer1 PressesuniversitairesdeFrance .LephysicienÉtienneGuyon,alorsdirecteur, ad’embléesoutenumonprojet.Lui-mêmeétaitsensibleausouvenirdeGeorges Bruhat,directeuradjointdel’Écolependantl’Occupationetmortendéportation aprèsavoirétéarrêtéparlaGestapodanssonbureaule5août1944.Unevie briséeetunsacrificeoublié,alorsquelaphotographiedeJérômeCarcopino, untempsministreàVichy,étaittoujoursenplacedanslagaleriedeportraits desanciensdirecteursdelÉcole,cequiavaitledondagacerÉtienneGuyon lorsquilpassaitdevantpourrejoindresespropresappartements.Lautre élémentdecontexteatraitàlamémoiredelaSecondeGuerremondiale:la décennie1980etledébutdeladécennie1990avaientétémarquésparun retourdesannéesnoiresaucœurdudébatintellectuel,delactualitéjudiciaire etdelaproductionhistoriquedenotrepays.Pourledireàtrèsgrandtrait,ce furentlesannéesduprocèsBarbie,deShoahnandetLdezmandelCuau Syndrome de Vichyaln,ieorsthienoitatnetRousnryeHedejnuunoPruos. étaitgrandedapportersacontribution,aussilimitéefût-elle,àcetédificedéjà bienavancé.Lessujetsnemanquaientpas,maislaruedUlmenétaitun,qui avaitleméritedenepasavoirététraitéetdêtreàportéedemain.Cestainsi quejaipassémonannéeuniversitaire1992-1993entrele«Caran»delarue desArchives,labibliothèquedelarued’Ulmetlesbureauxoudomicilesdemes nombreuxtémoins,enquêted’unpuzzleàreconstitueretd’unehistoireàécrire.
Jarrêteicicebrefrappelego-historiquepourenveniràlaprésentationdu contextehistoriographiquedanslequelsinscritcelivre. Linstitutionnormalienneasuscitédenombreuxtravauxderecherche,qui 2 3 ontprivilégiéuneapprochedetypetantôtsociologique ,tantôthistorique .
1.d.(JrFi-)..i,SirenlliLÉcole normale supérieure, le livre du bicentenaire. Pourlesréférencesbibliographiquescomplètesdeslivresetarticlescitésdanslesnotesdu présentouvrage,voirinfraograibli,p.phie.392B, 2.Surcepoint,voirlesouvragesdeP.BourdieuparusauxÉditionsdeMinuit,commeLa ReproductionetLa Noblesse dÉtat. 3C.ommelathèseprécédemmentcitéedeJ.-F.Sirinelli,Génération intellectuelle: khâgneux et normaliens de lentredeuxguerres.
INTRODUCTION
17
ParmilespublicationssurlaSecondeGuerremondiale,unensembleconsacré àlajeunesse,lenseignementetlavieculturellesaffirmedeplusenplus 1 nettement.Enoutre,denombreuxanciensélèvesdesannéesdeguerreont 2 faitparaîtreleursmémoirescesdernièresannées ,complétantlestémoignages orauxquejavaispurecueillirdanslecadredemonDEA.Constituéepardes jeunesgensâgésdunevingtainedannéesquipoursuiventleurformationet quisontappelésàcompterparmilesanimateursdudébatintellectueletdela rechercheuniversitairedeleurpays,l’Écolenormalesupérieuredelarue 3 d’Ulm  atoutesaplaceauseindecechampd’investigations.Maissile comportementdecertainsdesesanciensélèvesdurantlOccupationadéjàété misenlumière,suscitantpourlesplusillustresdentreeuxdespolémiques encorevives– quel’onsongeseulementaucasBrasillach,ancienélèvede lapromotion1928exécutéàlaLibération –,lefonctionnementdel’École, lesortetleschoixdesesélèvesencoursdescolaritéentre1939et1945 demeurentlargementméconnus.Cestcettezonedombrequecelivreentend dissiper. Pourcela,j’aiessayédemenerunehistoire«totale»del’institution: matérielle,intellectuelleetpolitique,tantducôtédesélèvesquedeladminis-trationetdupersonnelenseignant.Sagissantdesélèves,mapopulationde référenceestconstituéeparlesnormaliensencoursdescolaritépendanttout oupartiedelaSecondeGuerremondiale,c’est-à-direlesélèvesdespromotions
1.Avec notamment W.-D. Halls,Les Jeunes et la politique de VichySC.gein,r;Vichy, luniversité et les juifs,etmoC.B;Une utopie combattante. LÉcole des cadres dUriage; J.-P.Rioux(dir.),La Vie culturelle sous Vichy;.MO-.aBurhcGV.teo,enguuiLe Choix des X. LÉcole polytechnique et les polytechniciens, 19391945GuesA.;,nilLes Facs sous Vichy. Étudiants, universitaires et universités de France pendant la Seconde Guerre mondialeBra-..M,erua;JVichy contre lécole de la République. 2O.nsereporteraenparticulierauxmémoiresdAndréMandouze,RenéPomeau, StéphaneHesseletJean-FrançoisRevel,ainsiquàléditiondubicentenairedelouvrage dAlainPeyrefitte,Rue dUlm. Chroniques de la vie normalienne. 3.Ilfautrappelerquàcetteépoque,lesautresÉcolesnormalessupérieuresnontpasle mêmerayonnement.LENSdeSaint-Cloudnepréparepasencoreàlagrégationetsa missionestdeformerlesmaîtresdelenseignementprimaire.QuantàlENSdeSèvres, ellenedevientlesymétriquedelaruedUlmquesousleministèreJeanZayduFront populaire:érigéeenÉcolenormalesupérieuredejeunesfillesparledécretdu23décem-bre1936,elleestalorsrattachéeàladirectiondelEnseignementsupérieur.Maisnison prestigenilescarrièresdesesanciennesélèvesnégalentencoreceuxdelaruedUlm.Le «rehaussement»delÉcoledeSèvresatoutefoisuneconséquencesurcelledelarue dUlm:leprogrammedesconcoursdentréedesdeuxécolesétantdésormaisidentiques, lesjeunesfillesnesontplusautoriséesàseprésenterruedUlmàpartirdesconcours lettresetsciencesde1940,possibilitéquileuravaitétéouverteen1908.
18
INTRODUCTION
1 1937à1943,soitunensemblede359personnes.Unéchantillonaussi restreintalavantagedepermettreuneétudequasiexhaustive.Onpeutàla foisendresserunportraitdegroupe,quirelèveparfoisdelethnologietantla tribunormalienneobéitàsespropresrituels,etenretracerlestrajectoires individuelles.Ilpermetaussi,danslacompréhensiondesphénomènesetpour lexplicationdescomportements,denepassolliciterabusivementla«clé normalienne»:pourcesélèves,ilestcertainquelappartenanceàlÉcole normalesupérieureaétéunélémentconstitutifdeleurexpériencedela SecondeGuerremondiale,cequinestpaslecasdeleursaînés,déjàéloignés delarued’Ulmquandlaguerreaéclaté.Lapriseencomptedel’administration etdesenseignantsquiregroupeunequarantainedepersonnesen1941sexpliqueparlasuccessiondetroispersonnalitésmarquantesenmoinsdesix annéesàladirectiondel’École,dont,pourlapériodecentraledel’Occupation, 2 lhistorienJérômeCarcopino,untempsrecteurdelacadémiedeParis(de novembre1940àfévrier1941),puissecrétairedÉtatàVichy(defévrier1941 àavril1942).Enoutre,lesenseignantsdelaruedUlmsontpourlaplupartde jeunesagrégésdespromotionsdesannées30,quiprésententuneforteproxi-mité,intellectuelleetgénérationnelle,aveclesélèves.Parmilesprofesseurs confirméssecroisentlàdesfiguresaussimarquantesquelephysicienYves Rocard,lemathématicienHenriCartanetlephilosopheJeanCavaillès.Dans lemêmeesprit,jaiconsidéréquelanalysedescomportementspolitiquesdes normaliens,parfoisdifficilesàidentifierenraisondescirconstances,nedevait paséclipsercelledeleurscolaritéetdeleursconditionsdevieàlintérieurde létablissementetàlextérieurpourceuxquienétaientéloignés. LaSecondeGuerremondialeétantfaitedunesuccessiondévénements hétérogènesquoidecommunentrelamobilisationgénéraledeseptembre 1939,létatdarmisticedesannéessuivantes,lesloisdexceptiondugouver-nementdeVichyouencorelenrôlementforcédelamain-dœuvrefrançaise pourlAllemagneautitreduservicedutravailobligatoire?,jaitentéde prendrelamesuredelarépercussiondecesdifférentsévénementsausein delacommunauténormalienneetdereconstituerlespectredesréponses qu’administrationetélèvesleurontapportées.Enessayantdefairelapartentre lesobjectifspoursuivisparlinstitutioncomme,parexemple,lacontinuité
1.Quandlaguerreéclateenseptembre1939,presquetouslesélèvesdelapromotion 1936ontdéjàachevéleurscolarité;ceuxdelapromotion1944nayanteffectuéleur entréeàlÉcolequaumoisdejanvier1945,leurhistoireappartientbienàlaprès-guerre. Jeferainéanmoinsréférenceàcertainsélèvesdelapromotion1936quinontachevéleur scolaritéquaprèsladrôledeguerreetquiontpermislentréeenrésistancedecertainsde leurscamaradesdespromotionssuivantes.Enoutre,lespromotions1937à1939comptent 9jeunesfilles,lesdernièresquelaruedUlmaaccueilliesavantsafusionavecSèvresen 1988:jereviendraisurlesortqueleuraréservéJérômeCarcopino. 2.ni,ocrporaCuSbray,c.fS.oCcr-yeDJérôme Carcopino. Un historien à Vichy.
INTRODUCTION
19
desétudes,lescontraintesimposéesparuncontextehistoriqueànulautre pareilet,finalement,leschoixdesélèves. Létudedétailléedesitinérairesindividuelsmapermisdemieuxapprécier limportancedufacteur«normalien»dansledestindesélèves.Leseulfait d’êtrenormalienn’apasgarantiàtous,loins’enfaut,unsortidentique.Pasplus quecettequaliténauniformiséleschoixdesunsetdesautres.Desdétermi-nationsobjectives–lesoriginesreligieuses,géographiques,lesclassesd’âge– ouplussubjectives–lestraditionsetlesattitudespolitiques–doiventégalement êtreprisesenconsidération.Pourautant,partagerlemêmeinternat,bénéficier derationsalimentairesidentiques,avoirunhorizonintellectueletdesperspectives universitairescommunsdurantlesannéessombres,apucompterdansles arbitragesdechacun.Cettehistoireinstitutionnellenenégligedoncpasla multiplicitédesexpériencesvécues,nileslogiquesdegénération,puisque tousavaientpeuouprouvingtanslorsdeladébâcledelété1940.Dailleurs, parmilesélèvesdespromotions1937à1943,unecésureapparaîtentreles élèvesdespromotionsdavant-guerrequiontétémobilisésdurantladrôlede guerreetquisontrevenusàlÉcoleen1940pouryacheverleurscolarité,et leurscadets,reçusruedUlmaprèslarmisticesansavoirconnuladébâcle souslesdrapeaux,maisqui,àladifférencedesprécédents,ontétévisésparle servicedutravailobligatoire(STO).Ilsappartiennentenquelquesorteàdeux microgénérationsdifférentes. Plusieurssourcesm’ontpermisdereconstituerlaréaliténormaliennedurant lesannées1939-1945. Jaidabordutilisélescartonscorrespondantauxannéesdeguerredéposés auxArchivesnationalesparlÉcolenormalesupérieure:ilscontiennentdes informationstrèsprécisessurlefonctionnementdelÉcole,ledéroulementde lascolaritédesélèves,lasituationdesnormaliensjuifs,lamiseenplaceduSTO etmêmelaparticipationdecertainsélèvesàlaRésistance.Complétéesparles archivesdurectoratdeParis,cellesduministèredelÉducationnationaleet cellesdelinstructionduprocèsdeJérômeCarcopinodevantlaHauteCourde 1 justice,cesarchivesinstitutionnellesconstituentunesourcetrèsriche. Enoutre,l’apportdutémoignage,écritetoral,desanciensélèvess’estavéré essentiel,notammentpourmieuxappréhenderleurformationintellectuelleet politique,leuréventuelengagement,etl’atmosphèregénéraledel’établissement quilsontfréquenté.Lesprécautionsméthodologiquesquidoiventguider 2 lutilisationdelarchive«provoquée»sontconnues.Ilsagittoujoursdune
1.Pourunelistedétailléedesarchivesutilisées(fondsdéposéauxArchivesnationaleset fondsconservéàlENS),onpourrasereporteràmonmémoiredeDEA,Les Études et la guerre. Les normaliens et leur École face à la Seconde Guerre mondiale (19381946), 1993,déposéàlabibliothèquedelENS. 2.Àcesujet,cf.lenumérodesCahiers de lIHTP. débatsenéspr,ux.Roi-..PraJétp
Questions à lhistoire orale, articles et
20
INTRODUCTION
reconstructionrétrospective,aveclesaléasdelamémoirequellesuppose,les imprécisions,lesdéformationsetlesoublisplusoumoinsvolontaires.Onsait aussiquelamémoireindividuelleestinfluencéeparlamémoirecollective,et quecettedernièrenacessédeproduiredesdiscoursdifférentsàproposdes 1 quatreannéesdelOccupation.Néanmoins,danslecasdelÉcolenormale supérieure,plusieursargumentspeuventêtreavancésenfaveurduneutilisa-tionraisonnéeetcritiquedecestémoignages.Dunepartlaprésencedun importantfondsdarchivesmapermisdeconfronterlesrécitsindividuelsaux informationsfourniesparlesdocumentsdelépoque.Dautrepart,jaipu comparercestémoignageslesunsauxautres,afindétablirlesrecoupements nécessaires.Desurcroît,lesnormaliensserépartissantparpromotionetleurs coordonnéesfigurantdansunannuairedesanciensélèves,ilnétaitpasdiffi-ciledelescontacter,etderecueillirunnombresignificatifdetémoignages D’ailleurs,aumomentoùj’avaisentrepriscesrecherches,lecontexteseprêtait toutparticulièrementàunedémarchedhistoireorale:letempsetlalibertéde paroledestémoinssetrouvaientaccrusparleursituationdejeunesretraités; lebicentenairedelÉcolenormaleetlapublicationduneplaquetteen hommageàJeanBaillou,secrétairegénéraldelÉcolependantlaguerre
2 .
3 ,les
1.oR.H.f,ossuceSurt,cpoinLe Syndrome de Vichy,de 1944 à nos jours. 2.Lechampdecetteétudeportesurlesnormaliensdespromotions1937à1943,soitune populationde359 élèves,dont209littéraireset150scientifiques.Àladatedelarédactionde monDEA,enlioltécielmotécédsédéJ.siagianegde19étaieuxdéjàent01629,rtedne 131anciensélèves;93ontrépondu:letauxderéponsetrèsélevépourleslittéraires64 sur79–l’estunpeumoinschezlesscientifiques– 29sur52.Autotal,j’aidoncpurecueillir letémoignagedeplusdunélèvesurquatre.Léchantillonretenunestpaslerésultat dunesélectionscientifique:lecritèregéographique(domiciliationenrégionparisienne) etleseffetsdentraînementontétéplusimportants.Néanmoins,jaiveilléàrencontrerdes personnesayantconnudesexpériencesdifférentespendantlaSecondeGuerremondiale.Jenaipasadressédequestionnaireauxtémoins.Auregardducaractèresensibledela période,jaiconsidéréquecelarisquaitdedécouragercertains.Meslettressevoulaient uneprisedecontactouverte,chaquetémoinétantinvitéàchoisirentretroisformesde réponses:unentretien,uneconversationtéléphonique,unelettre.Demême,pourles entretiens,jenaipasretenuuneméthodedirective,préférantlaisserécloreuneparole spontanée.Toutefois,mesquestionsontessentiellementportésurlitinérairedutémoin – originessociales,formationintellectuelleetdéroulementdesétudes,sensibilitépolitique etengagementavantetpendantsascolaritéruedUlm,etsurlessouvenirsquilavait conservésdesescamarades,desesprofesseursetdesmembresdeladministration.Jai égalementsollicitéletémoignagedecertainsélèvesdespromotionsantérieuresetposté-rieuresàcellesquiontfaitlobjetduneétudesystématique.Certainsontpuconnaître lÉcoleentantquecaïman,dautresyétaientprésentsaudébutdelOccupationoujuste aprèslaLibération. Jeremercieicitrèschaleureusementtousceuxquimontpermisdeprogresserdans monenquête.Leurlisteexhaustivefiguredansmo