Les Fantassins du chemin des dames

De
Publié par

Parmi tous les livres évoquant « la Grande Guerre » avec un recul de cent ans, il en fallait un qui fût consacré aux fantassins du Chemin des Dames. Cette falaise du Soissonnais évoque surtout l'offensive du général Nivelle le 16 avril 1917, les espoirs qu'elle fit naître, puis l'abattement et les mutineries. Cette offensive prend place dans une suite de péripéties dont le Chemin des Dames fut en quelque sorte le champ clos, de septembre 1914 à octobre 1918.
Sous la plume de R.-G. Nobécourt, tout ressurgit : les « grands chefs » - leurs doctrines, leurs ordres, leurs rapports, leurs humeurs -, les « hommes » surtout, et les chefs de section ainsi que les capitaines - leur vérité quotidienne, dans les tranchées, dans les cantonnements, avec leurs chansons et leurs peines, et pour beaucoup leur vingtième printemps.
Les lettres mêmes des poilus, gardées, censurées ou résumées par le contrôle postal expriment ici, selon les saisons et les moments de la guerre, les chutes et les remontées du moral.
Publié le : mercredi 9 octobre 2013
Lecture(s) : 4
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782226295361
Nombre de pages : 448
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Parmi tous les livres évoquant « la Grande Guerre » avec un recul de cent ans, il en fallait un qui fût consacré aux fantassins du Chemin des Dames. Cette falaise du Soissonnais évoque surtout l'offensive du général Nivelle le 16 avril 1917, les espoirs qu'elle fit naître, puis l'abattement et les mutineries. Cette offensive prend place dans une suite de péripéties dont le Chemin des Dames fut en quelque sorte le champ clos, de septembre 1914 à octobre 1918.
Sous la plume de R.-G. Nobécourt, tout ressurgit : les « grands chefs » - leurs doctrines, leurs ordres, leurs rapports, leurs humeurs -, les « hommes » surtout, et les chefs de section ainsi que les capitaines - leur vérité quotidienne, dans les tranchées, dans les cantonnements, avec leurs chansons et leurs peines, et pour beaucoup leur vingtième printemps.
Les lettres mêmes des poilus, gardées, censurées ou résumées par le contrôle postal expriment ici, selon les saisons et les moments de la guerre, les chutes et les remontées du moral.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant