Louis-Philippe

De
Publié par

Humilié, comme tous ceux de sa lignée, par les Bourbons, critiqué, puis menacé durant la Révolution, éternel candidat au moindre trône vacant d’Europe, opportuniste ou passant pour tel (il fut quasi jacobin dans sa jeunesse et finit sa vie en monarque autoritaire chassé par une émeute), moqué par ses adversaires politiques des deux bords au cours de son règne, Louis-Philippe a laissé dans la mémoire des Français une image ambiguë et contradictoire. Par surcroît, ce n’est que depuis peu de temps que sont accessibles aux historiens les archives permettant d’éclairer sa figure de façon définitive. Guy Antonetti est le premier d’entre eux.

Qui était donc le dernier roi sous lequel les Français ont accepté de vivre ? Faudrait-il, comme on le fait souvent des personnages mal connus, le statufier, le créditer d’avoir fait avancer la démocratie libéra-le et d’avoir donné au pays près de vingt ans de stabilité ? Certes non. Si son règne ne fut pas le désastre que l’on a dit et si nombre de ré-formes positives portent son empreinte propre, il est clair que Louis-Philippe a échoué. La monarchie issue des Trois Glorieuses était à ses yeux d’une perfection indépassable. Il était convaincu que le choix fait alors – le « juste milieu » entre l’absolutisme de l’Ancien Régime et l’anarchie jacobine , garanti par la charte 1814 révisée, était le seul possible. Il se prenait pour un homme de son temps, alors qu’il n’était au fond qu’une figure éminente de cette aristocratie éclairée du xviiie siècle qui se rallia au tiers état en juin 89 en rêvant de transformer la monarchie en une royauté constitutionnelle on connaît la suite. Rejetant la leçon, Louis-Philippe ne sut pas évoluer, en depit d’une in-telligence et d’un courage évidents. La même insurrection qui l’avait mis sur le trône en juillet 1830 le balaya en quelques jours en février 1848.
Né en 1773, il prolonge, au siècle de la vapeur, l’époque des Lumières. N’a-t-il pas, enfant, croisé Voltaire, lequel avait vingt ans en 1715 et n’a-t-il pas dîné avec Robespierre et avec Washington, mais son père n’a-t-il pas été l’homme le plus riche du royaume, et n’était-il pas lui-même quatre fois l’arrière-petit-fils de Louis XIV ?

Louis-Philippe a voulu être roi, un vrai roi, un grand roi. Il a seulement oublié que la France ne voulait plus de roi du tout, ni petit ni grand.

Professeur à l’université de Paris II, Guy Antonetti, agrégé de droit, est historien du droit, spécialiste des questions financières et économiques.

Publié le : jeudi 3 novembre 1994
Lecture(s) : 17
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213652887
Nombre de pages : 1010
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Humilié, comme tous ceux de sa lignée, par les Bourbons, critiqué, puis menacé durant la Révolution, éternel candidat au moindre trône vacant d’Europe, opportuniste ou passant pour tel (il fut quasi jacobin dans sa jeunesse et finit sa vie en monarque autoritaire chassé par une émeute), moqué par ses adversaires politiques des deux bords au cours de son règne, Louis-Philippe a laissé dans la mémoire des Français une image ambiguë et contradictoire. Par surcroît, ce n’est que depuis peu de temps que sont accessibles aux historiens les archives permettant d’éclairer sa figure de façon définitive. Guy Antonetti est le premier d’entre eux.

Qui était donc le dernier roi sous lequel les Français ont accepté de vivre ? Faudrait-il, comme on le fait souvent des personnages mal connus, le statufier, le créditer d’avoir fait avancer la démocratie libéra-le et d’avoir donné au pays près de vingt ans de stabilité ? Certes non. Si son règne ne fut pas le désastre que l’on a dit et si nombre de ré-formes positives portent son empreinte propre, il est clair que Louis-Philippe a échoué. La monarchie issue des Trois Glorieuses était à ses yeux d’une perfection indépassable. Il était convaincu que le choix fait alors – le « juste milieu » entre l’absolutisme de l’Ancien Régime et l’anarchie jacobine , garanti par la charte 1814 révisée, était le seul possible. Il se prenait pour un homme de son temps, alors qu’il n’était au fond qu’une figure éminente de cette aristocratie éclairée du xviiie siècle qui se rallia au tiers état en juin 89 en rêvant de transformer la monarchie en une royauté constitutionnelle on connaît la suite. Rejetant la leçon, Louis-Philippe ne sut pas évoluer, en depit d’une in-telligence et d’un courage évidents. La même insurrection qui l’avait mis sur le trône en juillet 1830 le balaya en quelques jours en février 1848.

Né en 1773, il prolonge, au siècle de la vapeur, l’époque des Lumières. N’a-t-il pas, enfant, croisé Voltaire, lequel avait vingt ans en 1715 et n’a-t-il pas dîné avec Robespierre et avec Washington, mais son père n’a-t-il pas été l’homme le plus riche du royaume, et n’était-il pas lui-même quatre fois l’arrière-petit-fils de Louis XIV ?

Louis-Philippe a voulu être roi, un vrai roi, un grand roi. Il a seulement oublié que la France ne voulait plus de roi du tout, ni petit ni grand.

Professeur à l’université de Paris II, Guy Antonetti, agrégé de droit, est historien du droit, spécialiste des questions financières et économiques.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.