Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 17,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Marie-Adelaïde de Savoie

De
260 pages
Ce livre nouveau, ce beau livre est bâti autour d’une princesse de Savoir, Marie-Adélaïde, que son mariage fit petite-fille de Louis XIV, duchesse de Bourgogne. Faut-il ajouter dauphine et héritière de France, mais si court fut le passage, avant la mort prématurée.

Marie-Adélaïde, un échos e lève-t-il, à ce nom, dans l’esprit de nos contemporains, voire ceux qui se targuent de culture ? Se rappelle-t-on même vaguement qu’elle fut une ombre dans ce cortège de morts qui laissa le vieux Roi seul avec un arrière-petit-fils encore aux mains des nourrices. Duchesse de Bourgogne n’évoque rien de plus, et des Bourgogne, il y en eut d’autres. Il faudrait, et l’ouvrage après coup nous en convainc, écrire, nonobstant le terme galvaudé : Marie-Adélaïde, cette inconnue…

Marie-Adélaïde, cette inconnue, et c’est bien la raison pour laquelle Yvonne Brunel, écrivain et historienne, et qui l’a prouvé avec une autre inconnue, Marie-Josèphe de Saxe, s’est attachée à la relever du tombeau et à la rendre à la vie.

Double et mystérieuse Adélaïde, le grand Coysevox, avait en 1710, juste à la veille de votre envol de ce monde, sculpté dans la cire ou la pierre des Musées, votre visage dissymétrique : « sérieux, appliqué d’un côté, l’autre spirituel, tout espiègle » et « vos yeux très grands, ouverts par le haut ». Yvonne Brunel n’a pas, de l’int »rieur, dressé un monument à votre mémoire moins véridique et impérissable.



Pierre BREILLAT

Conservateur en chef à la Bibliothèque de la ville de Versailles
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

1
M arie- A délaïde de Savoie p ar aî t — L ouis X I Và M on t ar gis
Touïs X I V d evai t accuei lli r à F ont ai nebleau l a fi ancée de son peti t- fi ls, le duc de Bourgogne. M ais le souverai n, i m D pat i en t de rencont rer M arie- A délaïde de Savoi e, p art i t pour M ontargis accom pagné de M onseigneur, de M onsieur, du duc de C hartres, du duc du M aine, du comte de T oulouse (1) et de l a foule des court i sans. C’ét ai t le dim anche 4 novem bre 1696 et, à si x heures du soir, le Roi, penché à l ’une des fenêt res du prem i er ét age de l ’hôtel de F rançoi s R avaul t , li eut enant en l ’élect i on de M ontargis, aper cevai t le cort ège pri nci er, vol ai t dans l ’esD cal i er et se t r ouvai t près du carrosse au moment où celui- ci st oppai t (2). L a port i ère ouvert e, A délaïde veut s’élancer pour fai re sa révérence au Roi qui l ’em brasse quand elle est sur le
( 1 ) L e G r an d D a u p h i n , f i l s d e L o u i s X I V , a p p e l é a u s si M o n sei g n eu r ;M o n si eu r o u l e d u c d ’ O r l éan s, f r è r e d e L o u i s X I V e t p è r e d e l a d u ch e sseA n n e d e S av o i e , m èr e d e M a r i e- A d él aï d e ; l e d u c d e C h a r t r es, f i l s d e M o n si eu re t d e sa seco n d e f em m e, d i t e l a P a l a t i n e , se r a d u c d ’ O r l éan s à l a m o r t d e sonp è r e e t r é g e n t d e F r a n ce p e n d a n t l a m i n o r i t é d e L o u i s X V ; l e d u c d u M ai n ee t l e co m t e d e T o u l o u se, f i l s d e L o u i s X I V e t d e M a d am e d e M o n t esp an . ( 2 ) L a m ai so n d e F r a n ço i s R a v a u l t , 9 , r u e R a y m o n d - T e l l i e r , en b o r d u r ed u ca n a l , t o u ch e à l ’ an ci e n r e m p a r t ; e l l e n ’ e st p l u s d an s son é t a t p r i m i t i f . U n e g r a v u r e , co n se r v é e à l a B i b l i o t h è q u e m u n i ci p a l e d e M o n t ar g i s,r a p p e l l e l a scèn e d e l ’ a r r i v é e d e l a P r i n ce sse . ( T r a n sm i s p a r M ad am e A u z a s,C o n se r v a t e u r d u M u sée G ir o d et e t d e l a B i b l i o t h è q u e m u n i ci p al e) . L eG al an tM er cu r e  d e n e r r e u r p a r i n d i q u e 2 6 2 , p . 1 6 9 6 , b r e o v e m q u el e r o i l o g e a i t ch ez M . S el o r g e, l i e u t e n a n t - g é n é r a l a u P r é si d i a l . M o n si eu r e t l e d u c d e C h ar t r e s l o g è r en t au c h â t e a u d e M o n t ar g i s a p a n a g ed e M o n sieu r .
14
M A R 1 E - A D Ê L A I D E D E SA V O I E
marchepi ed, l a prend dans ses bras, l ’em brasse encore, l a dépose à t erre. A ussi t ôt M onsieur, débordant d ’aff ect ion grand- pat erD nelle, se j et t e au cou de l ’enfant , sans penser que le D auphi n ne l ’a pas encore sal uée. L es effusi ons t erm i nées, L ouis X I V condui t l a Princesse dans l ’appart em ent mis à sa disposit ion. E t, sous les regards des curi eux ent assés dans l ’escalier, A délaïde — à l a lueur des f l am beaux diri gés ver s elle par un hui ssi er du Roi — bai se t roi s fois l a mai n de Sa M ajesté qu’elle appelle « Sire » « N on, M onsieur », répond le Roi d ’un ton fam i l i er que personne ne lui connai ssai t . L ouis X I V pressent déjà l a place que l a nouvell e venue occupera dans son cœur. A u rest e, l a pet i t e bonne femme de onze ans est exqui se avec ses yeux vi f s, son t ei nt blanc et rose, sa bouche ver D meille, ses ch eveux bruns abondant s, sa joli e tai lle. Belle, tout efois, A délaïde est loin de l ’êt re : ses l èvres sont grosses, ses dent s m al rangées ; elle a le front t rop avancé, le nez t rop court . M ais son ai r grave, doux, spi ri t uel, m ajest ueux, sa poli D t esse, sa m odesti e, sa réserve, l a just esse de ses réponses, l a grâce avec laquell e elle jouera à l a poupée, à colin- maillard, son adresse aux jonchet s, convai ncront L ouis X I V que, plus t ard, elle représent era avec charm e, digni té et grand séri eux. A délaïde parven ue dans sa cham bre, les sei gneurs lui sont présent és, les uns après les aut res, selon l eur rang, t andi s que le Roi f ai t rem arquer à son ent ourage l ’harm onie des gest es et l ’espri t de l a Princesse : « Je souhai t erai s que sa m ère soi t ici, témoin de not re joi e », confie- t-il à M onsieur. Pui s L ouis X I V lai sse A délaïde recevoi r les com pliments du Prési di al, du mai re, des échevins, des di vers corps de vi l l e pour écri re à M adame de M aintenon (3). Sans fl at t eri e
( 3 ) F r a n ço i se cT A u bign é, v e u v e d u p o èt e S car r o n , q u e L o u is X I V a v a i té p o u sée se cr èt em e n t , sa n s d o u t e en 1 6 8 5 .
D U C H E SSE D E B O U R G O G N E
15
le Roi a pl ai si r à dire du bien de l a Princesse car <* t out pl aît , hormi s l a révéren ce » et chaque i nst ant a causé au souverai n une sat i sf act i on nouvell e. A l ’heure du souper, Sa M ajesté vi en t chercher A délaïde, encadrée à t abl e par le Roi et M onseigneur. L a Princesse s’ennuie- t- elle près du m onarque ? Pour lui, L ouis X I V assure A délaïde qu’il ne peut plus l a qui t t er et Sa M ajesté déclare, en présence de l a pet i t e fille, qu’il at t end avec i m pat i ence ses douze ans accom pli s pour l a m ari er dès le lendemain. D ans l a soirée, le Roi ne cesse d ’observer A délaïde qu’il voi t déshabi ller ; chez lui, il l ’exam i ne encore et il reprend l a plume pour M adame de M aintenon. D écidément, L ouis X I V ne voudrai t « changer l a Princesse en quoi que ce soi t au monde pour sa personne ». M ais le souverai n s’arrêt e « dans l a crai nt e que ses éloges ne parai ssen t excessi f s ». A l ’ext éri eur, les mai sons sont illuminées, les f eux de joie, les réjoui ssances durent l a nui t ent i ère (4), t andis qu’un
( 4 ) D 'a p r ès l a co r r e sp o n d a n ce g é n é r a l e d e M ad am e d e M ai n t en o n , p u P b l i ée p o u r l a p r e m i è r e f o i s su r l e s a u t o g r a p h e s e t l es m a n u scr i t s a u t h e n t i q u e sa v e c d es n o t e s e t co m m en t a i r es p a r T h éo p h i l e L a v a l l é e , P a r i s, C h ar p en t i er ,1 8 6 6 , t . 4 , p . 1 2 9 et l a l e t t r e d e l a m a r q u i se , d u 6 n o v e m b r e 1 6 9 6 , à l a d u P ch e sse d e S av o i e , t . 4 , p p . 1 3 4 - 1 3 5 . L es M ém o ir es d u m a r q u i s d e S o u r ch es su r l e r èg n e d e L o u i s X I V , p u b l i é sd ’a p r è s l e m a n u scr i t a u t h e n t i q u e a p p a r t e n a n t à M . l e d u c d es C ar s, p a r l eco m t e d e C osn ac e t E d o u a r d P o n t a l , P a r i s, H a ch e t t e e t G ie, 1 8 9 0 , t . 5 ,p p . 2 1 1 - 2 1 3 . L e Jo u r n a l d e C o u r ci l l o n , m a r q u i s d e D an g eau , p u b l i é en e n t i e r p o u rl a p r e m i è r e f o i s p a r M M . S o u l i é, D u ssi e u x, d e C h en n ev i èr e, M an t z , d eM o n t aig lo n a v e c d es a d d i t i o n s d u d u c d e S ai n t - S i m o n , p u b l i é s p a r F e u i l l e td e C o n ch es, P a r i s, F i r m i n - D i d o t , 1 8 5 4 - 1 8 6 0 , t . 6 , p p . 2 5 - 2 6 . L eM er cu r e G al an t d e n o v e m b r e 1 6 9 6 , 2 6 5 - 2 7 0 .p p . L a l e t t r e d e L o u i s X I V à M ad am e d e M ai n t en o n , é cr i t e d e M o n t ar g i sle 4 n o v e m b r e 1 6 9 6 , l a p r e m i è r e p a r t i e à 6 h eu r es e t d em i e d u so i r , l a seco n d eà 1 0 h eu r es. « L e t t r e s d e L o u i s X I V , d e M gr l e D au p h i n e t d ’ a u t r e s P r i n ce sd e l a M ai son d e F r a n ce à M ad am e d e M ai n t en o n », M o n m er qu é, P a r i s,F i r m i n - D i d o t , 1 8 2 2 , p p . 3 - 8 . P u b l i é p a r l a S o ci ét é d es B i b l i o p h i l e s f r a n ça i s. D an s u n o p u scu l e, a p p a r t e n a n t à l a B i b l i o t h è q u e d e l a C o n ser v a t i o n d uL o u v r e , « L es M a n u scr i t s d e l a B i b l i o t h è q u e d e l a C o n ser v a t i o n d u L o u v r eb r û l é s d a n s l a n u i t d u 2 3 au 2 4 m a i 1 8 7 1 , so u s l e r èg n e d e l a C o m m u n e »,p a r L o u i s P a r i s, d i r e ct e u r d u C ab i n et H i st o r i q u e, 1 8 7 2 , n o u s r e l e v o n sp . 2 8 , n ° 2 0 2 : « R e c u e i l d e l e t t r e s a u t o g r a p h e s d e L ou i s X I V e t a u t r e s
16
M A R I E - A D É L A Ï D E D E SA V O I E
songe, peut- être, em port e A délaïde à T urin et de T urin à M ont argi s.,. M arie- A délaïde de Savoi e, née à T urin le 6 décem bre 1685, est l a fille aînée du duc V ietor- A médée et d ’A nne d ’O rléans, seconde enf ant de M onsieur, f rère de L ouis X I V et de sa prem i ère femme H enri et t e d ’A ngleterre. Sur A délaïde et sa sœur cadet t e M arie- L ouise, plus t ard reine d’E spagne, l eur t rès chrét i enne et vert ueuse mère — assi st ée de l a m arqui se de Saint- G ermain, gouvernant e, et de M adame des N oyers, sous- gouvem ant e — avai t vei l lé avec t endresse. E t souvent , en compagni e de l a duchesse douai ri ère, M adame R oyale, Jeanne- B apt i st e de N emours (5), F rançai se comme elle, A nne évoquai t devan t les pet it es Pri ncesses ém ervei llées les f ast es de V ersai ll es. Q uant au duc V ietor- A médée, qui s’ét ai t dét aché de not re all i ance pour ent rer dans l a li gue d’A ugsbourg (6), il ét ai t
p er so n n es d e l a M ai son R o y a l e d e F r a n ce à M ad am e d e M ai n t en o n a v e cp l u si e u r s a u t r e s l e t t r e s d e p er so n n ag es cé l è b r e s a u x v n e si ècl e, 1 v o l . , i n - f ol .d o s. m a r q . r o u g e. — C e p r é c i e u x v o l u m e p o r t é so u s l e n ° 1 1 8 1 a u ca t a l o g u ed es l i v r e s d e l a B i l b i o t h è q u e d e M . G er m ai n - G ar n i er a v a i t é t é a cq u i s à ce t t ev e n t e p a r l a B i b l i o t h è q u e d u L o u v r e ». N o u s r ep r o d u i so n s i ci l a n o t e d eB r u n e t à l a su i t e d e ce n ° 1 1 8 1 : « C e r e cu e i l d u p l u s h a u t i n t é r ê t e st d ’ a u t a n t p l u s r e m a r q u a b l e q u e t o u t esl e s l e t t r e s q u i l e co m p o sen t so n t é cr i t e s d e l a m ai n d es i l l u st r e s p er so n n es q u il e s o n t si g n ées, ce q u i e st f o r t r a r e l o r sq u ’i l s’a g i t , co m m e i ci , d e so u v e r a i n se t d e p r i n ce s d e san g r o y a l . V o i ci l a l i st e d es p i è ce s q u i l a co m p o se n t , l e sP q u e l l e s so n t a u n o m b r e d e ci n q u a n t e - h u i t . » N o u s d é t a ch o n s l e s n o t e s 1 e t 4 : 1)iuoLedertteLeatduonnnedeaMnietMadamedsXIVà 4n ov em br e1 6 9 6 . E l l e o ccu p e d i x p a g e s et on y j o i n t u n e l e t t r e a u t o g r a p h e d e M ad am ed e M ai n t en o n . 4 ) V i n g t - t r o i s l e t t r e s d u d u c d e B o u r g o g n e, p e t i t - f i l s d e L o u i s X I V ,p e n d a n t l e v o y a g e q u ’ i l f i t , en 1 7 0 1 , p o u r acco m p a g n e r son f r è r e , l e r o id ’E sp a g n e e t p e n d a n t l e s ca m p a g n e s d e 1 7 0 2 e t 1 7 0 8 , L a p h o t o co p i e d u d o cu m en t n o u s a é t é t r a n sm i se p a r M lle R o u i t , b i b l i o P t h é c a i r e à l ’ E co l e d u L o u v r e. L es l e t t r e s e x t r a i t e s d u r e cu e i l d e M o n m er q u éso n t , à n ’ en p a s d o u t e r , l a co p i e d e q u e l q u e s- u n es d es l e t t r e s o r i g i n a l es p r é P ci t ées ( 5 ) Je a n n e - B a p t i st e d e N em o u r s ( 1 6 4 4 - 1 7 2 4 ) , ar r i è r e - p e t i t e - f i l l e d eH en r i I V e t d e G ab r i el l e d ’ E st r é e s, p e t i t e - f i l l e d e C ésar , d u c d e V en d ô m e,f i l l e d ’ E l i sa b e t h d e V en d ô m e e t d e C h ar l es- A m éd ée, d u c d e N em o u r s. ( 6 ) L a L i g u e d ’A u g sb o u r g a v a i t é t é f o r m ée en j u i l l e t 1 6 8 6 e n t r e l e sp r i n c i p a u x p r i n ce s a l l e m a n d s, l ’ E sp a g n e , p u i s l a S u èd e. E n 1 6 8 9 , l a G r an d eA l l i a n ce d e V i en n e co m p r e n a i t , o u t r e l es si g n a t a i r e s d e l a L i g u e d ’ A u g sP b o u r g , l ’A n g l e t e r r e e t l a H o l l an d e.
D U C H E SSE D E B O U R G O G N E
17
volage, rusé, prêt à t ous les ret ournem ent s pour servi r les i nt érêt s de son pays. A ussi , en plei ne guerre, de 1692 à 1696, ent ret enait - i l des rapport s secret s avec l ’envoyé du Roi de F rance, le comte de T essé. Puis, abandonnant l a cl ef des A lpes au plus généreux, i l si gnai t avec L ouis X I V une t rêve, prélude au t r ai t é de p ai x qui val ai t au duc Pignerol et l a moit ié du B ri ançonnai s. M ais l ’al l i ance du duc de Bourgogne et d ’A délaïde ét ai t l ’art i cl e pri nci pal du t rai t é. E n out re, il avai t ét é déci dé que l a Princesse vi en drai t en F rance pour at t endre le tem ps de son m ari age et que, jusque- l à, elle y serai t « i ncognito », sans aut re rang que celui de sa nai ssance (7). T outefois, L ouis X I V désigne un pri nce, H enri de L orraine, comte de Bri onne, grand- écuyer de F rance en survi van ce de son père, L ouis de L orraine, comte d ’A rm agnac, pour recevoi r A délaïde au bourg de Pont- de- B eauvoisin, di vi sé en deux par une ri vi ère, l a G uiers, qui sépare l a F rance de l a Savoi e. L e même jour, 9 sept em bre, vei l l e de l a proclam at i on de l a p ai x à Pari s, Sa M ajesté nomme les membres de l a M aison de l a Princesse : le m arqui s de D angeau, ch eval i er d ’honneur; l a duchesse du L ude, dam e d ’honneur ; l a com tesse de M ailly, dam e d ’at ours (8) ; les m arqui ses de D angeau, du
( 7 ) L e t r a i t é a v a i t é t é si g n é l e 2 9 j u i n p r é cé d e n t ; l e co n t r a t d e m a r i a g ed ’A d él a ï d e, l e 1 5 sep t e m b r e . L e d u c, son p èr e, n e l u i d o n n a i t q u e l e t r o u sP seau . R en é d e F r o u l a i , co m t e d e T essé, m a r é ch a l d e F r an ce en 1 7 0 3 , p r e n d r ap a r t à l a G u er r e d e su ccessi o n d ’ E sp a g n e ; en 1 7 0 7 , i l f o r ce r a l e s P i ém o n t a i sà l e v e r l e si èg e d e T o u lo n ; en 1 7 0 8 , i l e st a m b a ss a d e u r e x t r a o r d i n a i r e àR o m e ; p u i s, n o m m é a m b a ssa d e u r à M ad r id , i l n e r e v i e n d r a en F r a n ce q u ’ a um o m e n t d u r e n v o i d e l ’ I n f an t e, f i an cée à L o u i s X V . ( 8 ) D an g eau ( 1 6 3 8 - 1 7 2 0 ) , r e çu à l ’A cad ém i e F r a n ça i s e en 1 6 6 4 , e stl i e u t e n a n t - co l o n e l d u r é g i m e n t d u R o i en 1 6 6 5 e t p r é se n t en F l a n d r e ( 1 6 6 7 )e t a u si èg e d e L i l l e. C al v i n i st e, i l se c o n v e r t i t a u ca t h o l i ci sm e e t se r a M en i n d uD au p h i n en 1 6 9 0 , q u a t r e an s a p r è s son seco n d m a r i a g e a v e c S o p h i e d eL o ew en st e i n . D an g eau p a r t i ci p e a u x si èg es d e M on s e t d e N am u r ( 1 6 9 1 - 1 6 9 2 ) D u ch esse d u L u d e, n ée M ar i e- L ou ise d e B ét h u n e, sœ u r d u d u c d e S u l l y ,é t a i t v e u v e en p r e m i è r e s n o ces d ’A r m an d d e G r am m o n t , co m t e d e G u i ch e e t ,en seco n d es n o ces d e H en r i d e D a i l l o n , d u c d u L u d e.
2
18
M A R I E - A D É L A Ï D E D E SA V O I E
C hâtelet, de N ogaret, d ’O ; les com tesses de R oussy, de M ontgon (9), dam es du Pal ai s. Cinq femmes de cham bre, dont M adame C antin, l a premi ère, et quat re aut res : M esD dam es de l a B ussi ère, de l a Borde, de L oys, de M onsoury, assureront le servi ce de l a Princesse. Q uant aux charges at t ach ées à l a M aison de l a duchesse de Bourgogne rest ées vacan t es, L ouis X I V les r épar t i r a au moment de l a cél ébraD tion du m ari age. L e m aréchal de T essé devi endra écuyer caval cadour ; l ’anci en précept eur du D auphin, B ossuet , exercera, pour l a prem i ère fois, ses fonct i ons d’aum ôni er d ’A délaïde le m ercredi 4 décem bre 1697 (10), et t ous prêt eD ront serm ent ent re les m ai ns de l a Princesse à l ’i ssue de l a cérémoni e reli gieuse (7 décem bre 1697). M ais pour pal l i er l a rest ri ct i on présent e, le souverai n f ai t un dét achem ent consi dérabl e de sa propre M aison pour l a port er au- devant de l a Savoyarde. I l envoi e à l a Princesse un aum ôni er, M. du Saussoy ; un chapelai n, l ’abbé A rchon ; B ourdelot , médeci n ordi nai re de Sa M ajest é ; D yoni s, chi rurgi en ; Ri queur, apot hi cai re ; un écuyer de quart i er ; si x pages de l a pet i t e écuri e ; si x val et s de pied ; vi ngt-quat re gardes du corps comm andés par un exem pt , deux bri gadi ers, deux sous- bri gadi ers, si x Sui sses, si x gardes de l a Port e, pl usi eurs du grand Prévost de l ’hôt el avec un l i euD t en an t à l eur t êt e. F ranchines, le m aît re d ’hôt el de L ouis X I V est du voyage ai nsi qu’une part i e des officiers de l a Bouche et du G rand commun, un contrôleur, deux gent ilshommes servan t s, deux val et s de cham bre du Roi, deux hui ssi ers de sa cham bre, deux de l a salle, des officiers.
C o m t esse d e M a i l l y , n ée S ai n t - H er m i n e , é t a i t co u si n e d e M ad am e d eM ain t en o n . ( 9 ) F i l l e d e M ad am e d ’ H eu d i co u r t , am i e d e M ad am e d e M ai n t en o n . ( 1 0 ) i a j u i MAop .ci t .y t . 6 , p p . 2 1 8 - 2 2 0 , 2 3 8 . L e P èr e L eco m t e, j é su i t e , e st l e co n f esse u r d e l a P r i n ce sse à so n a r r i v é een F r an ce . L a d i st r i b u t i o n d es ch a r g e s d e l a ch a p e l l e n e se f e r a q u e l e 10 d éce m b r e1 6 9 7 : l 'a b b é d e C a st r i es, au m ô n i er o r d i n a i r e ; l e s a b b é s d e l a B o u l i d i èr e,M o n t m o r el , d e L é v i s, d e l a R o ch e j a q u e l i n , a u m ô n i er s d e q u a r t i e r ; P o i sso n ,ch a p e l a i n ; Ja n v e l , au m ô n i er . Xo M L  t u dAop. c i t5 , p p . t . 3 6 8 - 3 6 9 .
D U C H E SSE D E B O U R G O G N E
19
D eux carrosses de Sa M ajesté part en t pour l a f ront ière et , honneur sans précédent , A délaïde sera servi e comme une F il le de F rance. N ’empêche que le départ de l a Pri ncesse avai t ét é différé de quelques jours à cause des dif fi cult és survenues au suj et des personnes que V ict or- A médée voul ai t f ai re passer en F rance avec sa fille. L ouis X I V , dans une derni ère concession, aut ori sai t l a femme de cham bre d’A délaïde, M adame M arquet , seule, à dem eurer si x mois auprès de sa j eun e m aît resse. N éanmoins l a prudence du m onarque n ’excl ut pas sa soll icit ude. L e 16 oct obre, à l ’heure à laquell e un grand nom bre de gens devance l a Princesse à Pont- de- B eauvoisin, des G ranges m aît re des cérémoni es, reçoi t un courri er du secréD t ai re d ’E t at , T orcy (11), l ’avi san t que le Roi avait résolu de donner à A délaïde, dès son arri vée, le rang de duchesse de Bourgogne et qu’en conséquence, elle r ecevr ai t les honneurs dus à cet t e qual i t é dont elle aur ai t t out es les prérogat i ves, sauf le nom. Bri onne aver t i de l a décision de L ouis X I V , un exprès est dépêché pour en inform er le duc de Savoi e et un officier f rançai s de l a garnison de M ontmeillan suppli e Bri onne de le l ai sser rejoi ndre A délaïde pour lui apprendre l a nouvell e, reçue par l a Princesse comme le gage m ervei l l eux des sent i D m ents du Roi à son égard.
( I l ) N ev e u d e C o l b er t , f i l s aî n é d e C h ar l es, m a r q u i s d e C r o i ssy, a m b a sP sa d e u r à L o n d r es p u i s, en 1 6 7 5 , p l é n i p o t e n t i a i r e a u C on gr ès d e N i m èg u e.S es é t u d e s t e r m i n ées, T o r cy v o y a g e d an s t o u t e l ’ E u r o p e. E n 1 6 9 1 - 1 6 9 2 , i lsu i t L o u i s X I V à l ’ ar m ée e t i l a i d e r a son p èr e d an s l ’e x p é d i t i o n d es A f f ai r esE t r a n g è r e s. S u r v i v a n c i e r d e c e t t e ch ar g e, i l n e se r a m i n i st r e q u ’ à l a m o r td e son b eau - p èr e, P o m p o n n e, en 1 6 9 9 . N o m m é m e m b r e d u C o n seil d e R é P g en ce p a r L o u i s X I V , O r l éan s m a i n t i e n d r a T o r cy q u a n d l e t e st a m e n t se r aca ssé . M ais l a d i r ect i o n d es A f f ai r es E t r a n g è r e s é t a n t a t t r i b u é e à d es co n sei l s,T o r cy r e m e t sa ch a r g e d e S e cr ét a i r e d ’ E t a t . L e R ég e n t ér i g e a l o r s l a su r i n t e n P d an ce d es P o st e s en ch a r g e p o u r T o r cy à q u i i l co n f i e r a l a co r r e sp o n d a n cea u x co u r s ét r a n g èr e s.
20
M A R I E - A D Ê L A I D E D E SA V O I E
D esti née au royaum e de F rance, l a t endre enf ant avai t sanglot é en em brassant les si ens pour l a derni ère fois, le 7 octobre, à T urin. M ais, persuadée de l ’honneur qui lui échoi t, elle s’ét ai t ressai si e pour souri re à l a foule qui ent oure sa chai se à port eurs et pour souri re à l a vi e qui s’ouvre devan t elle. L a Pri ncesse est condui t e par C harles- Philippe d ’E st e, gouverneur de l a vi l l e et de l a provi nce de T urin, am bassaD deur ext raordi nai re ; le m arqui s de D rovero ; le comte de V ernon, m aît re des cérémoni es de Savoi e ; l a Princesse douai ri ère de C isterna, dam e d ’honneur, de M adame des N oyers, sous- gouvernant e ; par pl usi eurs dam es de la cour de Savoi e et M adame M arquet. E n out re, un dét achem ent de qui nze gardes du duc de Savoi e, un écuyer, quat re pages, si x val et s de pi ed, quelques gent ilshom mes, un médeci n, deux aum ôni ers accom pagnent l a Princesse. A près di x jours d’un voyage t ri om phal, A délaïde est accuei lli e, le 13 oct obre, à C ham béry sous les acclam at i ons du peuple. L e lendem ain, elle reçoi t les respect s des m agi sD t r at s et de l a noblesse ; le 15, l a Pri ncesse passe l a n ui t aux E chelles. L e 16, ci nquant e jeunes gens de C hambéry, en uni form es écarl at es, montés sur de m agni fi ques ch evaux, et les gardes du duc de Savoi e ouvrent l a m arche de l a Princesse. A Pont- de- B eauvoi si n, au couvent des C armes, dans l ’appart em ent meublé pour A délaïde, une coll at i on lui est servi e. U ne demi- heure plus t ard, l a Princesse ret rouve sa chai se à port eurs au brui t des t rom pet t es, des vi vat s et le cort ège s’ébranle. D u côt é de l a F rance, un dét achem ent des gardes du Roi borde les deux côt és du pont ; les Sui sses, les gardes de l a Port e et de l a Prévôt é de l ’hôtel cont i nuent l a haie dans l a rue. A u mili eu du pont, un carrosse du Roi at t end, les roues arri ère en Savoi e, les roues avan t en F rance. Q uand l a chai se d ’A délaïde s’arrêt e, à l ’ent rée du pont , D rovero ai de l a Pri ncesse à en sort i r et elle s’avan ce j usq u’à
D U C H E SSE D E B O U R G O G N E
21
l ’équi page r oyal . A ussi tôt, B ri onne l ui rend hommage et l ui présent e D angeau, M adame du L ude et les dam es du Pal ai s. M adame de Savoi e rem erci e Bri onne, qui prend sa main droi t e et D angeau sa mai n gauche pour l a m et t re dans le carrosse. A u même i nst ant , Saint- M aurice, prem i er page de l a pet i t e écuri e du Roi, sai si t l a robe d ’A délaïde que le page du duc de Savoi e abandonne en pl eurant . L a Pri ncesse, assi se dans le fond du carrosse, l a duchesse du L ude i n vi t e M adame de C i sterna à se pl acer près d ’A déD laïde ; l a duchesse du L ude et une dam e du Pal ai s s’i nsD t al l en t sur le devan t ; M adame des N oyers et les aut res dam es du Pal ai s sui ven t dans un second carrosse. A délaïde t r aver se l a part i e f rançai se du pont sous les ovat i ons. Q uand elle pose le pi ed à t erre, l a m ajeure part i e de l a noblesse du D auphiné, celle des provi nces voisi nes et le peupl e l ’acclam ent . A u logis préparé pour M adame de Savoi e, les dam es et les sei gneurs qui l ’avai en t qui t t ée deux heures plus tôt, vi ennent voi r l eur Pri ncesse. D ans l ’ant i cham bre, Bri onne a d éjà rem i s, de l a p ar t du Roi, à D rovero, V ernon, T annes, gouverneur de C hambéry, aux dames, aux aum ôni ers, à quelques caval i ers, de som pt ueux cadeaux, en part i cul i er une rose de di am ant s à M adame de C isterna. D e son côté, des G ranges a part agé di x mille écus ent re les officiers, les pages, les dom est iques du duc de Savoi e. L e soir, à l a t abl e de l a Pri ncesse, M adame du L ude et les dam es du Pal ai s font les honneurs à M esdames de C i sterna et des N oyers. L e souper achevé, l a duchesse du L ude s’eff ace pour perm et t re à l a Pri ncesse de C i sterna de passer une n ui t encore dans l a cham bre d ’A délaïde. L e m ercredi 17 oct obre, A délaïde dort à B ourgoi n ; le 18, elle dîne près de Saint- L aurens dans une mai son de l ’abbé de G ouvernet et, quand le cort ège approche de L yon, des hommes à ch eval bordent les chemins dans l a cam pagne. A une li eue de l a vi ll e, le G rand Prévost et sa compagni e
2 2
M A R 1 E - A D Ê L A I D E D E SA V O I E
m archent devan t le carrosse de Bri onne, qui précède celui de l a Princesse avec ses dames. Sur les ordres du consulat , le si eur de Pram i ral , major de l a vi ll e, a mis l a bourgeoi si e sous les arm es. U n pennonnage ent i er a ét é envoyé au f aubourg de l a G uillott ière, un aut re au- delà du pont du Rhône. A u bout du pont , les bourgeois, t oujours répart i s en pennonnages — c’est- à- dire en compagni es représent ant chaque quart i er, di st i nct es les unes des aut res par l eurs drapeaux, l eurs couleurs, leurs ornem ent s — s’échelonnent en double haie j usqu’à l a mai son M ascrany, place Bell ecour, que l a compagni e du Sieur T ourneron et cell e des A rqueD busi ers de l a vi l l e garderont , jour et nui t , pendant le séjour de l a Pri ncesse. L e Procureur général, le R eceveur de l a vi ll e, les m embres du corps consulai re, r evêt us de robes vi ol et t es, leurs M an-deurs en robes noires, chargés de grands écussons de l a vi ll e, at t endent le carrosse de M adame de Savoi e qui f ranch i t l a barri ère du Rhône à t roi s heures de l ’après- midi. D e l a port i ère, A délaïde écout e l a harangue de M. D ugua : « ... L e ci el ne pouvai t vous réserver, M adame, de plus bri l l ant e dest i née... V ous all ez rendre à t out e l ’Europe arm ée cet t e pai x t an t souhait ée, que l a f ureur de la guerre avai t banni e depuis si l ongt em ps... » (12). A délaïde rem erci e par une inclinai son de l a t êt e et du corps, pui s elle se soul ève de son siège pour dire qu’elle « ren dra compt e au Roi de l ’honneur qu’on lui f ai t ». Q uand l a Pri ncesse, ar ri vée au Pal ai s, descend de son carrosse, le f eu est mis en signe de joi e à cent boît es disposées
( 1 2 ) P a r l e T r a i t é d e R y sw i c k ( 1 6 9 7 ) L o u i s X I V r e n d a i t t o u t e s sesco n q u êt es, S t r a sb o u r g e x ce p t é e . E n L o r r a i n e, q u ’i l r e st i t u a i t a u d u c, l eR o i n e c o n se r v a i t q u e L o n g w y e t S a r r e l o u i s. D ’a u t r e p a r t , l a F r an ce r e n o n P ç a i t à so u t e n i r l e s S t u a r t e t r e co n n a i ssa i t co m m e r o i d ’A n g l e t e r r e, G u i l l au m ed e N a ssa u , p r i n ce d ’ O r an ge, S t a t h o u d e r d e H o l l a n d e en 1 6 7 2 , q u i a v a i td é t r ô n é so n b eau - p èr e, Ja c q u e s I I , en 1 6 8 8 . G u i l l au m e a v a i t ét é p r o cl a m ér o i ( G u i l l au m e I I I ) en 1 6 8 9 .
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin