Nouvelle histoire du Premier Empire, tome 2

De
Publié par

Cette grande synthèse en trois volumes retrace l’histoire d’un « empire » et des réactions qu’il suscita en son temps. Empire au sens d’« influence » d’abord, celle que les idées, la culture et les ambitions hégémoniques françaises exercèrent sur cette époque, dans le prolongement du Grand Siècle, du siècle des Lumières et, bien sûr, de la Révolution. C’est ainsi que l’aventure napoléonienne peut se replacer dans la longue durée. Empire au sens d’« institution » aussi, en ce que les gouvernements français imaginèrent des structures, avec leur fonctionnement et leur unité politique, afin de conquérir et d’organiser l’espace européen (et au-delà) pour réunir des peuples sous leur bannière par l’adhésion, l’intégration, la domination ou la suzeraineté. Si l’on ne peut échapper à la présence permanente de la volonté, de la personnalité et de l’œuvre de Napoléon qui ont marqué la période de leur empreinte, et si les développements de ce livre ont pour clef de voûte le cœur même de l’Empire (dans les deux sens évoqués plus haut), c’est-à-dire la France, il faut aussi « raconter » – en l’expliquant – un peu plus d’une décennie d’histoire de l’Europe, voire du monde, en dépassant à la fois la figure de l’empereur et les points de vue purement nationaux.
Les quatre dernières années du règne de Napoléon ramenèrent le système à ce qui en était perçu par les autres puissances : l’organisation d’une domination sans partage au seul bénéfice des intérêts français. Leur réaction ne tarda pas et l’ultime coalition se consolida autour de l’idée qu’il était temps de revenir à une forme d’équilibre européen. Même si l’empereur des Français ne fut pas toujours seul responsable des conflits, on doit constater qu’en définitive, puisqu’il fut vaincu, il n’eut pas raison au regard de l’Histoire. La construction impériale fut balayée et avec elle la prépondérance française. De l’empire universel, il ne resta rien en 1814. Napoléon rendit la France plus petite qu’il l’avait prise. Mais, nous le savons, son héritage n’est pas le système européen. Il est ailleurs et plus profond.

Thierry Lentz est l’auteur de nombreux ouvrages sur le Consulat et l’Empire, dont Le 18 Brumaire (1997), Napoléon. « Mon ambition était grande » (1998), Le Grand Consulat, 1799-1804 (1999), un Dictionnaire des ministres de Napoléon (1999), et Savary, le séide de Napoléon (2001). Il est directeur de la Fondation Napoléon.

NOUVELLE HISTOIRE DU PREMIER EMPIRE
I. Napoléon et la conquête de l’Europe (1804-1810)
II. L’Effondrement du système napoléonien (1810-1814)
III. La France et l’Europe de Napoléon (1804-1815), à paraître

Publié le : mercredi 12 mai 2004
Lecture(s) : 43
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213640228
Nombre de pages : 682
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Cette grande synthèse en trois volumes retrace l’histoire d’un « empire » et des réactions qu’il suscita en son temps. Empire au sens d’« influence » d’abord, celle que les idées, la culture et les ambitions hégémoniques françaises exercèrent sur cette époque, dans le prolongement du Grand Siècle, du siècle des Lumières et, bien sûr, de la Révolution. C’est ainsi que l’aventure napoléonienne peut se replacer dans la longue durée. Empire au sens d’« institution » aussi, en ce que les gouvernements français imaginèrent des structures, avec leur fonctionnement et leur unité politique, afin de conquérir et d’organiser l’espace européen (et au-delà) pour réunir des peuples sous leur bannière par l’adhésion, l’intégration, la domination ou la suzeraineté. Si l’on ne peut échapper à la présence permanente de la volonté, de la personnalité et de l’œuvre de Napoléon qui ont marqué la période de leur empreinte, et si les développements de ce livre ont pour clef de voûte le cœur même de l’Empire (dans les deux sens évoqués plus haut), c’est-à-dire la France, il faut aussi « raconter » – en l’expliquant – un peu plus d’une décennie d’histoire de l’Europe, voire du monde, en dépassant à la fois la figure de l’empereur et les points de vue purement nationaux.

Les quatre dernières années du règne de Napoléon ramenèrent le système à ce qui en était perçu par les autres puissances : l’organisation d’une domination sans partage au seul bénéfice des intérêts français. Leur réaction ne tarda pas et l’ultime coalition se consolida autour de l’idée qu’il était temps de revenir à une forme d’équilibre européen. Même si l’empereur des Français ne fut pas toujours seul responsable des conflits, on doit constater qu’en définitive, puisqu’il fut vaincu, il n’eut pas raison au regard de l’Histoire. La construction impériale fut balayée et avec elle la prépondérance française. De l’empire universel, il ne resta rien en 1814. Napoléon rendit la France plus petite qu’il l’avait prise. Mais, nous le savons, son héritage n’est pas le système européen. Il est ailleurs et plus profond.

Thierry Lentz est l’auteur de nombreux ouvrages sur le Consulat et l’Empire, dont Le 18 Brumaire (1997), Napoléon. « Mon ambition était grande » (1998), Le Grand Consulat, 1799-1804 (1999), un Dictionnaire des ministres de Napoléon (1999), et Savary, le séide de Napoléon (2001). Il est directeur de la Fondation Napoléon.

NOUVELLE HISTOIRE DU PREMIER EMPIRE
I. Napoléon et la conquête de l’Europe (1804-1810)
II. L’Effondrement du système napoléonien (1810-1814)
III. La France et l’Europe de Napoléon (1804-1815), à paraître
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.