Plaidoyer pour quelques Juifs obscurs victimes de Monsieur Papon

De
Publié par

   Le 2 avril 1998, le verdict de l’un des plus importants procès français du XXe siècle est rendu : Maurice Papon est condamné par la cour d’Assises de Bordeaux à une peine de dix ans de réclusion criminelle pour complicité de crimes contre l’humanité. Secrétaire général de la préfecture de Bordeaux de 1942 à 1944, il avait alors contribué à la déportation de mille six cents Juifs, hommes, femmes et enfants.
   Un mois auparavant, le 9 mars 1998, Me Gérard Boulanger entame les plaidoiries en tant que représentant des premiers plaignants individuels et de la majorité des parties civiles. Cet avocat bordelais se bat activement pour la réalisation de ce procès depuis le 8 décembre 1981. Il aura donc fallu dix-sept ans d’une instruction à rebondissements pour qu’enfin il puisse plaider.
   Cet ouvrage est la retranscription fidèle de sa plaidoirie. Gérard Boulanger fait l’historique de cette instruction de dix-sept ans, de la bataille acharnée des parties civiles pour que le procès ait lieu malgré des tentatives de déstabilisation. Puis il rend compte du rôle qu’a joué Maurice Papon pendant la Collaboration. Arrivé en 1942 à Bordeaux, on lui confie la responsabilité des « questions juives » et, de facto, d’importants pouvoirs de police qui aboutiront à des réquisitions et à plusieurs rafles, à commencer par celle de la nuit du 15 au 16 juillet 1942, puis à la mise en place d’un redoutable fichier de juifs. À partir de 1944, Papon cherche à se couvrir, mais Gérard Boulanger met en pièce la pseudo-résistance du haut fonctionnaire. 
   Ce livre, illustré au fil du texte par les dessins d'audience d'Edith Gorren, est un document indispensable qui participe du devoir de mémoire national, un texte essentiel pour les générations n'ayant pas connu la guerre. C'est un plaidoyer contre l'oubli et pour que la vérité éclate : Papon ne fut pas un rouage de la machine bureaucratique de Vichy, mais bien un exécutant actif et sans pitié de sa politique de collaboration. 
Publié le : mercredi 16 février 2005
Lecture(s) : 54
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782702146316
Nombre de pages : 125
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
   Le 2 avril 1998, le verdict de l’un des plus importants procès français du XXe siècle est rendu : Maurice Papon est condamné par la cour d’Assises de Bordeaux à une peine de dix ans de réclusion criminelle pour complicité de crimes contre l’humanité. Secrétaire général de la préfecture de Bordeaux de 1942 à 1944, il avait alors contribué à la déportation de mille six cents Juifs, hommes, femmes et enfants.
   Un mois auparavant, le 9 mars 1998, Me Gérard Boulanger entame les plaidoiries en tant que représentant des premiers plaignants individuels et de la majorité des parties civiles. Cet avocat bordelais se bat activement pour la réalisation de ce procès depuis le 8 décembre 1981. Il aura donc fallu dix-sept ans d’une instruction à rebondissements pour qu’enfin il puisse plaider.
   Cet ouvrage est la retranscription fidèle de sa plaidoirie. Gérard Boulanger fait l’historique de cette instruction de dix-sept ans, de la bataille acharnée des parties civiles pour que le procès ait lieu malgré des tentatives de déstabilisation. Puis il rend compte du rôle qu’a joué Maurice Papon pendant la Collaboration. Arrivé en 1942 à Bordeaux, on lui confie la responsabilité des « questions juives » et, de facto, d’importants pouvoirs de police qui aboutiront à des réquisitions et à plusieurs rafles, à commencer par celle de la nuit du 15 au 16 juillet 1942, puis à la mise en place d’un redoutable fichier de juifs. À partir de 1944, Papon cherche à se couvrir, mais Gérard Boulanger met en pièce la pseudo-résistance du haut fonctionnaire. 
   Ce livre, illustré au fil du texte par les dessins d'audience d'Edith Gorren, est un document indispensable qui participe du devoir de mémoire national, un texte essentiel pour les générations n'ayant pas connu la guerre. C'est un plaidoyer contre l'oubli et pour que la vérité éclate : Papon ne fut pas un rouage de la machine bureaucratique de Vichy, mais bien un exécutant actif et sans pitié de sa politique de collaboration. 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.