//img.uscri.be/pth/70cd4ff016d80b5f7e197b5413f8395c72841155
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 17,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Une épuration allemande

De
430 pages

A l'approche du vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin, ce livre s’interroge sur la manière dont le communisme a été politiquement digéré et jugé en Allemagne depuis sa disparition à l'automne 1989.
Car dans l'Europe postcommuniste, l'Allemagne fait figure
d’exception : tandis que la plupart des anciennes démocraties populaires ont largement renoncé à punir les crimes d'Etat commis sous les régimes communistes déchus, l'Allemagne unifiée s'est engagée dans la voie d'une large épuration. Des milliers de procès pour meurtre au mur de Berlin et autres violations des droits de l'homme en RDA eurent lieu après le 3 octobre 1990. Ces procès n’étaient d’ailleurs que l’aspect le plus marquant d’un ensemble de politiques du passé aussi diverses qu’ambitieuses.
Pour tenter de comprendre le Sonderweg allemand en ce domaine, il était nécessaire de sortir du cadre chronologique étroit des années 1990. L’auteur explore la double genèse de l’épuration qui suivit l’unification allemande : d’une part, les premiers pas de cette épuration furent accomplis, en RDA même, au cours de la « révolution pacifique » de l’automne 1989. D'autre part, la justice ouest-allemande était remarquablement bien préparée à accomplir cette mission. C’est en effet à des magistrats tous issus de l'ancienne République fédérale qu’incomba la tâche d'enquêter sur les crimes commis en RDA et de punir leurs auteurs. Or la justice ouest-allemande préparait l’épuration depuis 1949, à la faveur de la guerre froide qui opposa les deux Etats allemands. En outre, l'expérience ouest-allemande des procès de criminels nazis joua, dans les années 1990, un rôle déterminant : l’échec supposé de ces derniers fut volontiers invoqué pour justifier une épuration postcommuniste ample et ferme. Plus fondamentalement, responsables politiques et magistrats usèrent largement d’outils juridiques forgés à l’occasion des procès de
criminels nazis.

Guillaume Mouralis est agrégé et docteur en histoire. Il a soutenu en 2005 une thèse, qui est à l'origine de cet ouvrage. Ses travaux portent sur l'histoire de l'Allemagne et sur l'histoire de la justice au xxe siècle.

Voir plus Voir moins
A l'approche du vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin, ce livre s’interroge sur la manière dont le communisme a été politiquement digéré et jugé en Allemagne depuis sa disparition à l'automne 1989.
Car dans l'Europe postcommuniste, l'Allemagne fait figure
d’exception : tandis que la plupart des anciennes démocraties populaires ont largement renoncé à punir les crimes d'Etat commis sous les régimes communistes déchus, l'Allemagne unifiée s'est engagée dans la voie d'une large épuration. Des milliers de procès pour meurtre au mur de Berlin et autres violations des droits de l'homme en RDA eurent lieu après le 3 octobre 1990. Ces procès n’étaient d’ailleurs que l’aspect le plus marquant d’un ensemble de politiques du passé aussi diverses qu’ambitieuses.

Pour tenter de comprendre le Sonderweg allemand en ce domaine, il était nécessaire de sortir du cadre chronologique étroit des années 1990. L’auteur explore la double genèse de l’épuration qui suivit l’unification allemande : d’une part, les premiers pas de cette épuration furent accomplis, en RDA même, au cours de la « révolution pacifique » de l’automne 1989. D'autre part, la justice ouest-allemande était remarquablement bien préparée à accomplir cette mission. C’est en effet à des magistrats tous issus de l'ancienne République fédérale qu’incomba la tâche d'enquêter sur les crimes commis en RDA et de punir leurs auteurs. Or la justice ouest-allemande préparait l’épuration depuis 1949, à la faveur de la guerre froide qui opposa les deux Etats allemands. En outre, l'expérience ouest-allemande des procès de criminels nazis joua, dans les années 1990, un rôle déterminant : l’échec supposé de ces derniers fut volontiers invoqué pour justifier une épuration postcommuniste ample et ferme. Plus fondamentalement, responsables politiques et magistrats usèrent largement d’outils juridiques forgés à l’occasion des procès de

criminels nazis.

Guillaume Mouralis est agrégé et docteur en histoire. Il a soutenu en 2005 une thèse, qui est à l'origine de cet ouvrage. Ses travaux portent sur l'histoire de l'Allemagne et sur l'histoire de la justice au xxe siècle.