Voyage imaginaire à travers les mots du siècle

De
Publié par

Théoricien de la gauche et du socialisme, Didier Motchane expose dans cet abécédaire littéraire, incongru, capricieux, sa vision du monde. Parmi les cent mots choisis : « France : Le nom de la France est par tous les mots de sa langue ce qui fait ma patrie. Non pas la langue de mes pères, mais celle dans laquelle j’ai ouvert les yeux, la langue dans laquelle le monde m’a parlé. C’est la langue française qui montre le mieux, me dit-on, que la politique et la littérature, la Cité et le Verbe sont consubstantiels ; elle est en moi l’opération la plus pure de leur transsubstantiation. Bourgeois bohèmes : Bobos ! Marque brevetée d’une grande brocante culturelle des bourgeois bohèmes respirant l’air du temps par tous les pores de la peau, ce quolibet ne désigne pas une espèce nouvelle mais une certaine couche pelliculaire de la bourgeoisie contemporaine que son style et tout son mode de vivre tiennent en suspension à la surface de l’épaisseur sociale. Le conformisme des anticonformismes communément partagés leur garantit le confort du frisson virtuel. Chez les bourgeois bohèmes la liberté d’allure la plus soigneusement affectée fait l’uniforme. Ils portent fièrement leur Weltanschaung (vision du monde) roulée en boule derrière la tête, comme le chignon aristocratique qui signale leur appartenance à une race de demi-dieux. »
Publié le : mercredi 3 mars 2010
Lecture(s) : 56
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213659343
Nombre de pages : 304
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Théoricien de la gauche et du socialisme, Didier Motchane expose dans cet abécédaire littéraire, incongru, capricieux, sa vision du monde. Parmi les cent mots choisis : « France : Le nom de la France est par tous les mots de sa langue ce qui fait ma patrie. Non pas la langue de mes pères, mais celle dans laquelle j’ai ouvert les yeux, la langue dans laquelle le monde m’a parlé. C’est la langue française qui montre le mieux, me dit-on, que la politique et la littérature, la Cité et le Verbe sont consubstantiels ; elle est en moi l’opération la plus pure de leur transsubstantiation. Bourgeois bohèmes : Bobos ! Marque brevetée d’une grande brocante culturelle des bourgeois bohèmes respirant l’air du temps par tous les pores de la peau, ce quolibet ne désigne pas une espèce nouvelle mais une certaine couche pelliculaire de la bourgeoisie contemporaine que son style et tout son mode de vivre tiennent en suspension à la surface de l’épaisseur sociale. Le conformisme des anticonformismes communément partagés leur garantit le confort du frisson virtuel. Chez les bourgeois bohèmes la liberté d’allure la plus soigneusement affectée fait l’uniforme. Ils portent fièrement leur Weltanschaung (vision du monde) roulée en boule derrière la tête, comme le chignon aristocratique qui signale leur appartenance à une race de demi-dieux. »
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.