Des fleurs avant le pain

De
Publié par

Depuis plus de 50 ans, Les petits frères des Pauvres agissent contre l’idée reçue selon laquelle passé un certain âge, l’étincelle dans l’oeil et dans le coeur n’a plus qu’à s’affaiblir jusqu’à s’éteindre. Au début de leur action à Montréal en 1962, les petits frères s’occupaient des personnes du 3e âge. Au fil des ans, la moyenne d’âge de nos Vieux Amis a augmenté considérablement. Aujourd’hui, l’organisme priorise une action auprès des personnes de 75 ans et plus. Pour de multiples raisons, ces personnes se retrouvent seules, presque sans lien affectif et en perte sérieuse d’autonomie. Or, comme tout être humain, elles ont besoin de contacts sociaux, de présence dans leur vie isolée et d’amour. Car si la solitude peut être assumée à petites doses, elle devient vite insupportable lorsqu’elle remplit toute la vie. Les petits frères s’assurent de briser l’isolement et d’égayer le quotidien de ces personnes en tissant des liens privilégiés et en devenant un véritable foyer. Ce livre raconte cette belle histoire d’amour qui se vit dans les quartiers et les villages d’ici, auprès d’aînés qui étaient seuls, qui ne le sont plus et ne le seront plus jamais parce que cet organisme est entré dans leur vie. Mais plus encore, l’ouvrage offre des pistes d’actions sur des considérations éthiques, notamment en ce qui concerne le respect de la dignité. En témoignant de leur histoire, Les petits frères des pauvres ont voulu déplacer le regard de ce qu’il y a « à faire » auprès des ainés du Québec, vers ce qu’il y a « à être » avec eux, dans l’échange, le complicité, la réciprocité.
Publié le : mardi 2 octobre 2012
Lecture(s) : 85
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896468539
Nombre de pages : 132
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Vedette principale au titre : Des fleurs avant le pain : Les petits frères et leurs Vieux Amis
ISBN 978-2-89646-514-9
1. Petits frères des Pauvres - Histoire. 2. Personnes âgées, Services aux - Québec (Province). I. Petits frères des Pauvres.
HV1475.Q4F53 2012
362.6’309714
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2012 Bibliothèque et Archives Canada, 2012
Révision : Pierre Guénette Mise en pages et couverture : Mardigrafe inc. Photo de la couverture et autres photos : © Les petits frères desPauvres
© Les Éditions Novalis inc. 2012
C2012-941465-4
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour des activités de développement de notre entreprise.
Cet ouvrage a été publié avec le soutien de la SODEC. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
4475, rue Frontenac, Montréal (Québec) H2H 2S2 C.P. 990, succursale Delorimier Montréal (Québec) H2H 2T1 Téléphone : 514 278-3025 ou 1 800 668-2547 sac@novalis.canovalis.ca
Imprimé au Canada
9782896468539
Extrait de la publication
MERCIS
Merci à vous, chers Vieux Amis pour votre confiance et votre générosité à notre égard : vous ensoleillez nos vies ;
Merci à vous, bénévoles et employés qui offrez votre temps et votre cœur pour que vive cette fabuleuse histoire d’amour ;
Merci à vous, partenaires et donateurs qui croyez en notre mission et la rendez possible par votre soutien en mille façons ;
Merci à vous, lecteurs qui avez choisi ce livre et vous en trouverez touchés, nous l’espérons ;
Merci à Hubert de Ravinel, Nelson Saint-Gelais, Virginie Boulanger, Lise Beaudoin, et Caroline Sauriol pour avoir pris le temps de colliger tous les petits trésors de ce recueil.
Extrait de la publication
ÉFáce
ux jours lointains de ma tendre enfance, mes parents m’avaient appris qu’il fallait aider les plus démunis. Aussi, cHaque fois que, rue Sainte-CatHerine, nous passions nt le magasin Morgan où se trouvait un joueur d’orgue de Barbarie, maman me ait un 5 cents que je posais fièrement dans sa casquette posée tout à côté, et je ensais plus.
cole primaire, j’ai acHeté de nombreux petits CHinois pour leur venir en aide et onvertir – aujourd’Hui, on parlerait plutôt de petits Africains. Plus tard, cHez les des », j’ai appris la gratuité du geste : aider, soutenir, réconforter. Il me fallait faire .A. quotidienne. Après être devenue maman, puis grand-mère, on m’a demandé evenir marraine. Pas de n’importe qui ! Loin de là ! Marraine de tous mes Vieux et de toutes mes Vieilles Amies du Québec.
Cette année est la meilleure et la plus émouvante depuis l’implantation des petits frères au Québec. Nous e célébrons, en effet, son 50 anniversaire d’existence. Il importait de souligner cet événement en rappelant a commencé cette extraordinaire aventure, de faire ressortir les petites et grandes réalisations et de parler du futur et de ses projets.
Ce livre festif est à l’image de la devise des petits frères : « Des fleurs avant le pain. » Il est rempli d’amour, de joie, et surtout d’espoir. Certains témoignages de bénévoles m’ont bouleversée et émue. Je pense, entre autres, au récit de MicHel, quand il parle de la fin de vie de madame Rose.
5
6
Mais il y a en a d’autres plus cocasses, ou encore susceptibles de nous faire réflécHir, comme celui du rytHme de l’escalier. Merci Nelson ! Pas besoin d’explication. L’image est très claire.
Il y a, dans ce livre, tant et tant de belles cHoses dites au sujet des personnes très âgées et très seules, au sujet de ce qu’elles espèrent de leurs bénévoles !
« C’est le temps passé en bonne compagnie et dont on se souviendra lorsque les journées seront plus tran-quilles. »
Aimer et être aimé(e), recevoir et offrir. ÉcHange, complicité, réciprocité. Rencontre d’égal à égal. Qui reçoit ? Qui donne ? Ne plus le savoir clairement est un bon signe.
Être un petit frère, c’est aussi « se sensibiliser et se conscientiser » à des personnes trop souvent mises à l’écart à cause de leur fragilisation pHysique et mentale. Leur perte cognitive ne les empêcHe pourtant pas de ressentir la douceur et la cHaleur Humaine qu’on leur prodigue, et cela sans espoir de retour d’ascenseur.
Le vœu le plus cHer des petits frères n’est-il pas que les personnes âgées, peu importe leur rang social, leur éducation, leur appartenance religieuse ou politique, soient individuellement et collectivement écoutées, respectées, valorisées ?
Il suffit de regarder les pHotos de nos Vieux Amis et de nos Vieilles Amies prises à diverses occasions. C’est là leur plus beau témoignage. Une image vaut mille mots, paraît-il. On peut y lire le bonHeur de se retrouver pour écHanger, ne plus être seuls, partir en vacances avec d’autres, fêter entre amis. Ces pHotos témoignent de la justesse du pourquoi il est nécessaire de rompre avec la solitude et l’isolement et ce message inaudible,
mais réel, s’adresse à l’organisme tout entier : bénévoles, permanents et donateurs, qu’on pourrait appeler la Trinité des petits frères.
On aura beau dire qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil, il suffit parfois d’un de ses rayons pour égayer toute une fin de vie et « rêver d’un impossible rêve », comme le cHantait Jacques Brel.
J’ai déjà dit : Vous et moi, nous sommes des êtres intelligents, doués d’émotion et de créativité, capables d’introspection et d’audace pour « trouver notre impossible rêve ». Puisse la lecture de ce livre servir de guide, d’aide-mémoire, pour que votre rêve prenne corps, et devienne une réalité.
Bonne lecture !
Béatrice Picard
7
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi