Ecole: Eglise et Laïcité

De
Publié par

Fin 1959, est votée la loi Debré sur les rapports de l'Etat et des écoles privées. Elle a été voulue par de Gaulle pour mettre fin à la guerre scolaire qui depuis 1905, oppose les écoles "libres", avant tout catholiques, aux écoles publiques "sans Dieu". L'auteur raconte les péripéties de la rencontre de deux mondes, le privé catholique et l'Education nationale qui se sont ignorés pendant 60 ans.
Publié le : mardi 1 juillet 2008
Lecture(s) : 234
EAN13 : 9782296201361
Nombre de pages : 174
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

",.

",.

Ecole: Eglise et Laïcité
La rencontre des deux France

Souvenirs autour de la loi Debré (1960-1970)

Ed1110nd Vander111eersch

Ecole: Eglise et Laïci té
La rencontre des deux France

".

".

Souvenirs autour de la loi Debré (1960-1970)

Préface de Jean Baubérot

CHarmattan

@ L'HARMATTAN,

2008 75005 Paris

5-7, rue de l'École-Polytechnique,

http://www.librairieharmattan.com diffusion. harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-05915-3 EAN : 9782296059153

Présentation
Le 31 décembre 1959, l'Assemblée Nationale de la ye République, nouvellement élue, votait la fameuse loi Debré sur les rapports entre l'État et les établissements privés d'enseignement. Par ce texte, le gouvernement du Général de Gaulle entendait résoudre le dernier contentieux qui, depuis la séparation de l'Église et de l'État et les lois de laïcisation des premières années du 20e siècle, opposait les deux France, selon l'expression si pertinente d'Emile Poulat, l'éminent spécialiste de la laïcité française. De nombreux ouvrages ont été consacrés à l'évolution de la laicité et aux positions de l'Église catholique depuis cette date. Jean Battut, Christian Join Lambert et moi-même avons publié une analyse des derniers affrontements autour de la loi Debré après l'arrivée de la Gauche au pouvoir en 1981 et les aménagements de 1984 et 19858. A la demande de la FEP-CFDT et de Bruno Poucet, professeur de l'Université de Picardie, j'ai rédigé mes souvenirs personnels autour de la mise en œuvre des contrats de la loi Debré dès l'été 1960 et sur les relations de l'enseignement catholique avec l'opinion et le gouvernement au cours de mes fonctions de Secrétaire Général Adjoint de cet enseignement. Ces textes ont été publiés de 2001 à 2004 dans la revue de la FEE les cahiers de la CERF. Ils évoquent le climat du monde catholique français dans ces années où, juridiquement et politiquement, se dessinent le rapprochement qui se voudrait définitif entre ce monde et l'Education
8J. Battut, C. Join Lambert, E. Vandermeersch. 1984. La guerre scolaire a bien eu lieu. Paris DDB

1995.

7

École: Église et Laïcité

Nationale. Pour éclairer mes choix de l'époque, j'ai ajouté à ces récits, un aperçu succinct des activités et des engagements qui ont été les miens après mon départ du SGEC. Ce ne sont là que des témoignages personnels, donc partiels. J'en suis conscient. Je souhaite qu'ils aident à comprendre ce qui s'est joué en ces années cruciales pour l'enseignement catholique et par là pour la place et le rôle de l'Église dans la société française contemporaine. Un grand merci à Bruno Poucet qui a soutenu la publication de ces souvenirs et en a relu le texte. Un grand merci également à Jean Bauberot pour la Préface de cet ouvrage. Et aussi à Laure et Yann-Noël Hénon. Laure a saisi une bonne partie de ce texte et Yann-Noël a consacré son savoir faire de graphiste à en réaliser la mise en page et la maquette. Edmond Vandermeersch

Préface
Trois raisons m'ont amené à accepter avec beaucoup de plaisir l'offre amicale que m'a faite Edmond Vandermeersch de préfacer son ouvrage. D'abord la personnalité de l'auteur. Nous nous sommes rencontrés, il y a un peu plus de vingt ans maintenant, dans le cadre de la Ligue de l'Enseignement et de la réflexion qu'elle impulsait sur une « laïcité XXIe siècle ». Ces rencontres étaient exemplaires dans la mesure où elles permettaient à des individualités de convictions diverses de travailler ensemble et ainsi de s'enrichir mutuellement de leurs apports respectifs. Nous réunissait la conviction que la laïcité constituait le meilleur garant de la liberté de conscience de tous et s'avérait indispensable pour qu'aucune domination religieuse ou idéologique n'empêche chacun d'effectuer ses choix. Mais, pour ce faire, la laïcité ne pouvait constituer une réalité figée; elle devait être dynamique, en mouvement, apte à répondre à de nouveaux défis. Une « Commission laïcité» a donc fonctionné, élaborant deux rapports et un ouvrage, Religions et laïcité dans l'Europe des douzel, pour lequel Edmond Vandermeersch a apporté deux belles contributions. Dans ce travail commun, j'ai pu apprécier son acuité intellectuelle, l'étendue de ses connaissances et la finesse de son humour: très important l'humour quand il est intelligent et contribue, comme chez Edmond, à une prise de distance à l'égard de ses particularités, des ses affects, et aussi des lieux communs et des stéréotypes! Ensuite, seconde raison, ces mêmes années, Edmond Vandermeersch participa, avec deux autres auteurs, Jean Battut, professeur de collège et Christian Join-Lambert, magistrat à la Cour des Comptes, à un ouvrage écrit à trois mains, 1984 La guerrescolairea bien eu lieu2.J'ai souvent cité cette étude dans mes propres livres car je la considère comme la meilleure
1 Paris, Syros, 1994. 2Paris, Oesclée de Brouwer, 1995.

9

École: Église et Laïcité

analyse de l'échec du projet de réunification souple des deux systèmes scolaires tenté par Alain Savary, ministre de François Mitterrand. Les auteurs avaient été partie prenante de cette affaire, dans des situations différentes, voire (pour l'observateur extérieur) divergentes: le premier et le troisième avaient eu longtemps des responsabilités l'un dans l'enseignement catholique sous contrat, l'autre dans le Syndicat national des Instituteurs. Le second avait été chargé de mission auprès d'Alain Savary.Dés le début de leur livre, ils s'expliquent: « engagés comme nous l'étions, nous avons vécu péniblement les événements, essayant, chacun à notre place, d'en influencer le déroulement ». Ils ont souhaité débattre, relire ensemble les origines des événements de 1982-1984 et sont arrivés, sur ce dossier complexe, à « avoir des appréciations communes». Bel exemple d' objectivation induit par la diversité des points de vue alliée à une grande honnêteté intellectuelle et un souci de rigueur, de vérification des faits, de problématisation. Edmond n'en est donc pas à son coup d'essai en la matière. Enfin, troisième raison, ce nouvel ouvrage, centré sur des « souvenirs» décryptés, analysés, complète de manière très heureuse l'ouvrage collectif précédent. Il apporte une contribution importante à la connaissance de la loi Debré et de ses conséquences et provoque à une réflexion multiforme. Les travaux sérieux sur la loi Debré et ses suites sont peu nombreux. Je signalerai le colloque d'Amiens, tenu en 1999, sur La loi Debré. Paradoxesde l'État éducateur et publié sous la direction de Bruno Poucet3. On peut aussi trouver quelques travaux de thèse (Vandermeersch signale celle de Nicole Fontaine) qui abordent le sujet et on attend le futur mémoire d'habilitation à diriger des recherches du professeur colombien Carlos Mario Molina Betancur4 sur la question. Mais beaucoup reste à étudier concernant un épisode de l'histoire française récente qui a donné matière à de virulentes polémiques Oean Cornee, longtemps leader incontesté de la Fédération des Conseils de parents d'élèves, qualifiait cette loi de « Vichy sous de Gaulle» !5)et qui risque maintenant de sombrer dans l'oubli social. En effet quelle n'a pas été ma surprise, à l'automne 2003, lors des
3 Amiens, Centre Régional de Documentation Pédagogique de l'Académie d'Amiens, 2001 4Déjà auteur d'une thèse remarquée sur La loi Falloux: abrogation ou réforme?, 2001, Paris, Librairie générale de Droit et de Jurisprudence, 2001. 5J. Cornee, Laïcité, Paris, Sude!, 1965,271 sq. Vandermeersch, cependant, nous rappelle qu'après cet ouvrage Jean Cornee évolua et eu « le courage d'aller à la rencontre de (ses) adversaires de toujours ».

10

Préface

auditions de la Commission Stasi, d'entendre des personnalités politiques déclarer: « il y a 20 ans, la laïcité à l'école ne posait aucun problème}). Belle amnésie! Il a fallu leur rappeler que, de 1946 à 1984, le terme de « laïcité» fut souvent réduit au refus de subventions publiques aux écoles privées tout comme, au moment de leur audition, ce terme se trouvait souvent réduit au refus du port du foulard à l'école publique. Le 24 juin 1984, plus d'un million de personnes défilaient à Paris contre le Service Publique Unifié Laique de l'Education Nationale. En août 2007, la série d'émissions télévisées Graffiti, présentée sur les chaînes publiques France 2 et France 5, retraçait les grands événements des années 1980 et 1990. rémission consacrée aux années 1984-1985 commentait des vues sur cette manifestation en parlant simplement de « manifestations monstres sur le financement de l'école ». J'ai interrogé des jeunes qui avaient regardé ces émissions: l'émission était restée tellement allusive qu'aucun d'entre eux n'avait pu comprendre de quoi il s'agissait. Voila comment on construit socialement une amnésie qui arrange tout le monde. Et après, on parlera à tort et à travers de « devoir de mémoire» ! C'est dire si l'ouvrage d'Edmond Vandermeersch est précieux. Certes il ne prétend pas être une étude universitaire, il se veut le témoignage d'un acteur. Mais, outre son intérêt propre pour le lecteur, l'histoire scientifique a un besoin indispensable de témoignages de cette qualité pour pouvoir se construire. Beaucoup d'informations inédites sont données par quelqu'un qui, comme Secrétaire Général Adjoint de l'enseignement catholique, était aux premières loges, y compris lorsque se sont produits des « pourparlers secrets ». Notre auteur apporte donc un éclairage essentiel sur les changements impulsés par la loi Debré non seulement dans le dispositif scolaire d'ensemble, mais aussi et surtout au sein de l'enseignement privé catholique. Il montre aussi les méconnaissances, les peurs et également les passerelles qui pouvaient exister entre les responsables des deux enseignements. Il dévoile les tensions internes dans l'enseignement privé catholique où certains voulaient limiter, autant que faire se peut, les changements. Le sous-titre: La rencontre des deux France est donc particulièrement bien choisi en précisant, mais l'ouvrage le démontre presque à chaque page, que ces «deux France» sont elles mêmes composées de personnes très diverses. Dans chaque camp supposé, se trouvent des personnes qui veulent l'emporter ou continuer à en découdre, mais aussi d'autres qui ont beaucoup à partager avec ceux 'd'en face'. Il

École: Église et Laïcité

Parler de« rencontre des deux France» nous introduit dans le temps long du « conflit des deux France» qui a perduré de la Révolution française au XXesiècle. Ce conflit n'avait rien de fatal puisque, il faut le rappeler, le quart de l'Assemblée qui a rédigé la Déclaration des droits de 1789 était membre du clergé catholique. Mais il a eu lieu, et le XIXe siècle

est la période du conflit entre « cléricalisme»

et « anticléricalisme»

:

la France qui se réfère au baptême de Clovis et la France qui se réfère aux «valeurs de 1789» s'affrontent, tentent en vain, à certaines occasions, de se réconcilier. Les relations entre les Églises et l'État sont constituées, alors, par un mélange complexe de semi officialité et de contrôle des religions par l'État (Concordat avec le Saint Siège pour l'Églisecatholique, systèmede « cultes reconnus» pour le catholicisme, le protestantisme et le judaïsme). La loi de l'État est déjà laïque (Code civil des Français), les religions sont un service public et constituent le fondement de la morale publique. Le « conflit des deux France» porte avant tout sur l'identité nationale. Ce conflit s'est identifié, en un siècle où la France a connu sept régimes politiques différents, avec un conflit de régimes entre monarchie et république. L'instauration de la Troisième République a entraîné, à partir de 1879, un certain anticléricalisme d'État: la consolidation de la République supposait, pour ses partisans, une forte réduction de l'influence politique et sociale de l'Église catholique, considérée comme la meilleure alliée des monarchistes. Cette politique a concerné au premier chef l'école: dans d'autres pays européens l'école publique est devenue confessionnellement neutre, gardant ce que l'on a appelé un commun Christianity comme fondement de la morale. La France est allée plus loin, l'école publique est devenue religieusement neutre et la morale laïquey a été instaurée. D'où la « guerre» des deux écoles. Le ralliement à la république, demandé aux catholiques français par le pape Léon XIII en 1892, entraîna quelques années une politique plus conciliatrice. Mais elle ne mit pas fin à ce conflit des « deux France» pour deux raisons. D'abord la république que l'on ralliait devait avoir une identité catholique, ce que refusaient beaucoup de partisans des « valeurs de 1789 ». Ensuite, et surtout, à l'extrême fin du XIXe siècle, les compromissions catholiques dans l'affaire Dreyfus induisirent un retour et une radicalisation de l'anticléricalisme d'État, avec le mot d'ordre de « laïcité intégrale ». Cela culmina par l'interdiction de l'enseignement aux membres des congrégations religieuses (1904). Cependant les projets de monopole de l'enseignement public d'État échouèrent 12

Préface

et « l'enseignement libre» catholique continua d'exister. La loi de séparation des Églises et de l'État marque, en 1905, la victoire du camp laïque: les Églises perdent alors tout caractère officiel, le Concordat et le système des « cultes reconnus» sont abolis (article 2). Mais cette victoire crée aussi, paradoxalement, la possibilité d'un apaisement car des éléments conciliateurs l'ont emporté sur d'autres plus radicaux. La loi met fin aux mesures de contrôle dérogatoires quant au droit commun et à la politique d'anticléricalisme d'État «( la République assure la liberté de conscience et garantie le libre exercice du culte », article 1). De plus, l'autonomie de l'organisation interne de chaque religion est assurée (article 4). Malgré le refus du pape (qui, notamment, craint une 'contagion' dans la dénonciation des concordats) d'accepter cette loi, la séparation fonctionne effectivement à partir de 1908. En 19231924 un accord, avec le Saint-Siège, permet la création d'associations diocésaines. En 1926, le pape met à l'index l'Action française, organe du mouvement du même nom, au catholicisme monarchiste et identitaire. En 1946, un gouvernement tripartite réunissant la gauche et le MRB d'obédience démocrate-chrétien, inscrit la laicité dans la Constitution de la République. Cependant la situation resta conflictuelle en ce qui concerne l'école, ce qui n'est guère étonnant car l'école enseigne non seulement un savoir mais aussi une certaine vision de la nation. « Deux jeunesses» étaient censées apprendre deux visions différentes de la France à l'école publique, laïque et à l'école libre, confessionnelle catholique. En 1925, les évêques, mécontents de l'accord de 1923-1924, dénoncent les lois scolaires « dites de laïcité ». Vichy subventionne certaines écoles privées, ce qui est supprimé à la Libération. Alors, une commission, la « Commission Philip» échoue a réconcilier les « deux France» sur le terrain scolaire: son rapport est désavoué des deux côtés. En 1951, l'Assemblée législative adopte deux lois. La première étend le bénéfice des bourses d'État aux élèvesdu privé, la seconde (dite « loi Bérangé ») donne une allocation forfaitaire par enfant scolarisé (dans le public ou

le privé). Le camp laïque campe sur une position intangible: « A école
publique, fonds publiques, à école privée, fonds privés». Il proteste et se regroupe dans le CNAL ou Comité National d'Action Laïque. Mais un divorce s'accentue entre les prises de positions publiques et la recherche discrète de solutions politique, notamment par le Parti socialiste SFIO. S9USle gouvernement de gauche de Guy Mollet des projets de textes sont élaborés et reçoivent l'agrément des deux parties
13

École: Église et Laïcité

(sans être publics). Cependant, la guerre d'Algérie paralyse le pouvoir et l'accord n'aboutira pas. Le dualisme scolaire semble perpétuer le conflit des deux France. Guy Gauthier, instituteur laïque qui va travailler avec Edmond Vandermeersch, dans les années 1980 et 1990, donne un très intéressant témoignage de cette situation dans son livre de souvenirs: Un village, deux écoles.Mémoires d'un paléolaïqul'. C'est dans ce contexte que la loi Debré va changer la donne. J'ai retracé, à très gros traits naturellement, l'histoire du conflit des deux France car il faut l'avoir en mémoire pour lire pleinement l'ouvrage d'Edmond Vandermeersch. Il faut se rappeler la longue durée historique pour saisir le pourquoi des tâtonnements, des méfiances, des ignorances et l'aspect aventureux des avancées, des contacts. Il est très précieux que cet ouvrage relate de façon aussi précise l'histoire de cette aventure, marquée par la concomitance d'une nouvelle donne politique: la ye République et, très vite, d'une nouvelle donne religieuse, le Concile Vatican II dont la mise en œuvre est retracée avec soin. Et bientôt, ce fut « mai 1968 », avec les espoirs et les déceptions qui ont suivi. Au moment de l'adoption de la loi Debré j'étais, pour ma part, lycéen et rédacteur en chef d'un petit journal de lycée, Le Trait-d'union. J'ai écrit alors un article virulent contre la loi, tout en demandant à un copain catho de rédiger un texte pour la défendre. Jeune et bon militant laïque, je ne voyais que l'aspect du financement des écoles catholiques. Je ne percevais pas du tout à quel point la loi Debré pouvait déplaire à certains partisans de « l'enseignement libre» et, à terme, allait rapprocher l'enseignement privé sous contrat de l'enseignement public, l'obligeant à des mutations qui ne pouvaient pas ne pas provoquer des débats internes. Edmond Vandermeersch a été en pointe dans le combat pour une certaine laïcisation interne de l'enseignement privé, sans lui

ôter le « caractèrepropre» que lui permettait la loi. Tous n'ont pas joué
le jeu aussi franchement, dans les deux camps d'ailleurs et notre auteur le montre d'autant plus que, tout en exposant très nettement son point de vue (qui fut minoritaire), il se garde de jugements péremptoires et ne fait pas œuvre de polémiste sommaire. Ceci écrit, son appréciation sur sa propre maison (pour ne pas parler de « camp ») est sans complaisance aucune, voire même parfois sévère mais de façon toujours fondée. Devenu adulte, je me suis également montré critique sur la maison d'en face, la Laïque, que j'ai toujours considérée
6Condé sur Noireau, Arléa-Corlet, 1994.

14

Préface

comme la mienne car mes deux parents, enseignants protestants à l'école publique ont été des partisans fervents de la laïcité. Je trouvais que, souvent, les militants laïques ne tenaient pas compte de l'aggiornamento du Concile et de la diversité du catholicisme français. Il devenait évident que les « deux écoles» n'enseignaient plus « deux France» différentes. Que, sauf peut-être quelques exceptions, Voltaire et Alain se trouvaient enseignés dans les lycées privés sous contrat comme dans les lycées publics. Mais cela on ne voulait pas s'en apercevoir. Protestant lui aussi, Michel Rocard témoigne comment des catholiques hostiles à la guerre d'Algérie et devenus socialistes ont eu, de même, beaucoup de peine à se faire accepter comme tels.7 Ce ne sont donc pas les passeurs qui, dans les années 1960 et 1970 l'emportèrent. Et une double intransigeance conduisit à la crise de 1984. Crise où la notion même de « laïcité» risqua de se trouver délégitimée. Mais, heureusement, le rebond ne tarda pas et, dés 1985, la Ligue de l'enseignement prit d'audacieuses initiatives auxquelles, je l'ai indiqué, Edmond Vandermeersch participa pleinement. Qu'il soit donc remercié d'avoir cheminé avec courage et confiance, dans ces années difficile. Qu'il soit également remercié de nous donner un témoignage éclairant de cette époque où tous les lecteurs, des historiens au public intéressé par les questions d'éducation, de religion, de laïcité, apprendront beaucoup. Jean Baubérot Professeur émérite, chaire « Histoire et sociologie des laïcités» Ecole Pratique des Hautes Etudes - Sorbonne

lM. Rocard, Si la gauche savait. Entetiens avec Georges-Marc Benamou, Paris, Robert Laffont, 2e édition, 2007.

15

1960-1964

Chapitre 1 : souvenirs d'un directeur

Une chance à saisir
La loi Debré sur les rapports entre l'État et les établissements d'enseignement privés, a été votée le 31 décembre 1959. Deux séries de décrets indispensables à son application ont été élaborées et adoptées dans l'urgence en avril et en juillet 1960 afin que les premiers contrats puissent prendre effet à la rentrée de septembre 1960. Le 31 juillet 1960, je suis nommé directeur de l'établissement des

jésuitesde Lille- on rappelle encore « collège» Saint-Josephsuivant la
tradition qui remonte au XVIIe siècle, quand les établissements jésuites d'enseignement étaient des institutions parallèles aux Universités. Dans ce « collège» Saint-Joseph, j'avais exercé des fonctions d'intendant - chez les jésuites, on dit « ministre» - et surtout de « préfet» c'est-àdire sous-directeur du second cycle. Ces années-là, à Lille, comme dans quelques autres établissements jésuites de France, notamment à Reims, qui avait été le berceau de cette innovation pédagogique, à Vannes et au Mans, les seconds cycles étaient organisés selon le système dit « des équipes ». Cette organisation se caractérisait par l'autodiscipline et la mitemps pédagogique. Les élèvesde seconde, première et terminales avaient quatre heures de cours (en réalité quatre fois 55 minutes) le matin, de 8 h 10 à 12 h 30, avec un interclasse de 10 h 10 à 10 h 30. Laprès-midi, les élèves répartis en « équipes» de douze à quinze, s'adonnaient soit à des « activités» périscolaires artistiques, sociales ou technologiques, deux après-midi par semaine, soit à l'éducation physique et au sport, 17

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.