École : est-ce vraiment mieux ailleurs ?

De
Publié par

Après avoir été longtemps considéré comme l'un des meilleurs, le système éducatif français est maintenant critiqué. Les comparaisons avec les autres systèmes proposées par les médias ou les politiques sont souvent partielles, caricaturales et ne tiennent que peu compte des contextes historique, culturelle, ou sociétal. Cette étude est proposée par un enseignant « du terrain » qui a eu l'occasion à de nombreuses reprises de s'immerger dans plusieurs établissements étrangers.
Publié le : jeudi 8 octobre 2015
Lecture(s) : 79
EAN13 : 9782336393346
Nombre de pages : 250
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Jean Cassou
École : estce vraiment mieux ailleurs ? Un regard comparatif sur les systèmes éducatifs européens par un enseignant de terrain
Les impliqués É d i t e u r
ÉCOLE: EST-CE VRAIMENT MIEUX AILLEURS?
Les Impliqués Éditeur
Structure éditoriale récente fondée par L’Harmattan, Les Impliqués Éditeur a pour ambition de proposer au public des ouvrages de tous horizons, essentiellement dans les domaines des sciences humaines et de la création littéraire.
Déjà parus
Desaulles (Christophe),Ode au pardon, récit, 2015. Paone (Maxime),Mon Japon, récit, 2015.
Barbey (Francis),De qui nous viendra le salut ?, essai, 2015.
Singou-Basseha (Apollinaire),Regards croisés sur la littérature congolaise, essai, 2015.
Devaux (Estelle),Alice et le chaman de Kolakhouré, roman, 2015. Moignoux (Pascale),Journal d’un Franc-Créole, récit, 2015.
Cartier (Jean-Michel),Monsieur Lentard, quasi-roman, 2015.
Babinet (Blandine), Bourgey (Chantal), Jomier (Roseline),Carnets de bibliothécaires à la prison de la Santé, récit, 2015. Frank (Évelyne),L’œuvre de Hilde Domin, essai, 2015. Benzaquen (Randolph),Tourbillon de vie, récit, 2015.
Ces dix derniers titres de ce secteur sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site : www.lesimpliques.fr
Jean Cassou
École : est-ce vraiment mieux ailleurs ?
Un regard comparatif sur les systèmes éducatifs européens par un enseignant de terrain
Les impliqués Éditeur
© Les impliqués Éditeur, 2015 21 bis, rue des écoles, 75005 Paris
www.lesimpliques.fr contact@lesimpliques.fr
ISBN : 978-2-343-07159-6 EAN : 9782343071596
Préface
Sommaire
De l’auto satisfaction à l’auto flagellation
Quelques données historiques
LaFinlande: le bon élève de PISA
 9
 15
27
 39
L’évaluation des élèves: l’un des problèmes français 73
L’Angleterre: de la tradition à la recherche de la performance 87
Modalités d’apprentissage : des traditions différentes 113
Les systèmes éducatifs l’Allemagne
à
filières :
l’exemple de 123
L’enseignement professionnel: de grandes différences 143
Dans les pays « de l’Est » : l’exemple de laRépublique Tchèque 151
Inspection-Proviseurs-Professeurs
En Europe du Sud : l’exemple de l’Espagne
Bac-Abitur-A-Levels…
7
171
181
199
Ressemblances et différences
Education religieuse et citoyenneté
Le choix de l’école-La carte scolaire
« Me encanta »
Remerciements
8
207
 219
233
241
 245
Préface  Je suis né dans une école. Une petite école de campagne dont mon grand-père était l’un des deux instituteurs, celui de la classe des « grands » comme on disait. C’est-à-dire de l’âge de six ans jusqu’à quatorze ans, l’âge du certificat d’études primaires qui était alors, pour beaucoup d’enfants, le seul diplôme de leur parcours scolaire.  Mes parents étaient instituteurs, mon grand-père maternel et ma grand-mère paternelle aussi. C’est dire si j’ai passé mon enfance et une grande partie de ma vie avec pour toile de fond l’Education nationale.  D’ailleurs mes enfants ont aussi attrapé le virus et sont maintenant professeurs; soit la quatrième génération d’enseignants dans la famille.  Je n’ai en fait quitté l’école qu’il y a quelques mois, à l’heure de ma retraite après huit années en tant que professeur de collège et trente et une au lycée.  En plus d’y naître, j’ai habité dans une école jusqu’à l’âge de quatorze ans puisque qu’alors les instituteurs de campagne étaient des fonctionnaires « logés » pour la plupart.  Ensuite, élève puis étudiant, je me suis rendu compte au cours de mes études que devenir enseignant était mon vœu le plus cher, et je crois que malgré leurs dénégations, mes parents ont été plutôt fiers de me voir entrer dans le métier, comme je l’ai moi-même été lorsque mes enfants ont pu embrasser une carrière d’enseignant devenue naturelle dans la famille.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.