Education

De
Publié par

L'objectif de cette recherche est de questionner le but de l'école : est-ce transmettre un savoir, déverser des informations, enseigner des connaissances rapidement obsolètes ? Ou est-ce inspirer à l'enfant ou au jeune adulte le goût de l'aventure pour aller à la découverte de son être et de son savoir-faire, lui révéler à travers une pédagogie respectueuse et adaptée son insoupçonnable potentiel et l'inviter à promouvoir ce développement tout autant que celui de ses pairs et ainsi devenir le génie dont le monde d'aujourd'hui à tant besoin ?
Publié le : mercredi 1 juin 2005
Lecture(s) : 333
EAN13 : 9782296395879
Nombre de pages : 185
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

ÉDUCATION:
TRANSMISSION D'UN SAVOIR OU DÉCOUVERTE D'UN POTENTIEL?

cg L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-8259-0 E~:9782747582599

Nicole de DIESBACH

,

EDUCATION:
TRANSMISSION D'UN SAVOIR OU DÉCOUVERTE D'UN POTENTIEL?

Prologue du Dr. Claudio Naranjo

Traduit de l'espagnol (Mexique) par Christine DURIEZ et Céline RECKINGER

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

Harmattan KonyvesboIt 1053 Budapest, Kossuth L. u. 14-16 HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti 15 10214 Torino ITALlE

REMERCIEMENTS

Tout d'abord, je remercie l'Université Autonome de BasseCalifornie et, notamment, l'Institut des Recherches Sociales pour son appui offert en vue de mener à bien les recherches qui ont permis l'écriture de ce livre. Je suis par là extrêmement heureuse d'avoir l'opportunité de pouvoir rendre service aux éducateurs de la ville de Mexicali, à l'État de Basse-Californie, au Mexique, ainsi qu'à l'Espagne et à la nouvelle Union Européenne. J'exprime ma gratitude à Yvonne V. Arhallo pour sa sympathique contribution à cette œuvre qui fit naître chez elle l'enthousiasme nécessaire pour devenir tutrice ou « facilitatrice » dans sa nouvelle tâche d'éducation intégrale. Je remercie sincèrement Joséphine Lopez Ibarra ainsi que ma collègue et chercheuse Rosa Amelia Arballo Meza pour le temps qu'elle a consacré à assister la rédaction de ce livre, ainsi qu'Alberto Fontes Rosas pour sa révision méticuleuse. Ma gratitude va à l'auteur du prologue de ce livre, Claudio Naranjo, psychiatre, psychologue, éducateur mondialement reconnu pour sa grande source d'inspiration lors de toutes les rencontres, les congrès et les séminaires qu'il offre à ceux qui désirent un véritable changement dans l'éducation, dans la société et, enfin, en soi-même. Pour terminer, j'adresse un dernier remerciement à Antonio Pacheco, mon éditeur, engagé également dans un changement sérieux et urgent de l'éducation d'aujourd'hui pour les générations futures.
Mexicali, B C., le 2 février 2004

Traduction: Céline Reckinger et Christine Duriez

DÉDICACE

Je dédie cet ouvrage à tous ceux qui ont été - et sont encore -mes maîtres et à ceux qui ont été et sont mes élèves d'une manière ou d'une autre, rappelant qu'à chaque instant nous sommes, à tour de rôle ou à la fois, maîtres et élèves, à n'importe quel âge, petits ou grands. Mes premiers maîtres ont été mes parents, Hélène et Louis, qui m'ont appris: Elle, la tendresse, la patience, le pardon, la transparence et l'amour; Lui, le courage, la force, la rébellion, la persévérance et l'engagement. Ce fut une excellente école pour faire l'apprentissage d'un juste équilibre. Mes seconds maîtres ont été ma sœur, Jeanne-Marie et beaucoup d'autres sœurs que j'ai adoptées en chemin,. mes frères aussi, Stanislas, Emeric et Hugues, de qui j'appris l'art de la guerre qui permet de faire la paix, le désaccord qui permet de créer I 'harmonie, le doute qui permet d'engendrer la confiance. Ce fut ma seconde école, irremplaçable. Mes troisièmes maîtres ont été ceux que j'ai eu la chance de rencontrer dans de nombreuses écoles où, dès mon enfance, ils ont dû affronter de durs défis. Déjà, je sentais que l'école, telle qu'elle est, ne fonctionne pas pour les enfants et n'est faite ni pour leur bien-être ni pour leur développement. J'éprouvais de la pitié à l'égard des enfants trop appliqués et dépensais toute mon énergie à monter des pièces de théâtre pendant les récréations pour les rendre moins sérieux et plus souriants. Je dédie ce livre aux quelques maîtres exceptionnels que j'ai eus tout au long de ma vie, qui ne jugent pas mais mettent en valeur, s'approchent, dialoguent, « croient », « comprennent », « découvrent» la richesse unique et « voient» l'essence de l'être. J'offre également ce livre à tous les enseignants inquiets, non conformistes, insatisfaits, en recherche perpétuelle de développement personnel en vue de s'élever au niveau des
enfants et des jeunes.

Je dédie de même cet ouvrage aux étudiants qui désirent être, dès leur plus jeune âge, des tuteurs ou « facilitateurs » pour leurs camarades et leurs professeurs, et dans le futur, pour leurs propres enfants et les fils de leurs pairs, dans un désir de créer un monde d'amis qui s'enseignent les uns les autres et collaborent mutuellement à leur réalisation en tant que personnes et en tant que société, sans distinction d'âge, d'ethnie ou de religion.

SOMMAIRE

Prologue.

............................................................................

Il

Introduction 1. L'éducation comme transmission d'un savoir

13 15 18 20 23 36 38
42

1.1. Description du système éducatif traditionnel 1.2. Crise du système éducatif traditionnel 1.3. Critiques à l'encontre du système éducatif traditionnel 1.4. Obsolescence de la transmission du savoir Scolarisation: accumulation du savoir comme marchandise et valeur d'échange Scolarisation: un phénomène historique de la société

-

industrie

lie.

.........................................................................

- Scolarisation: mythe du salut - Déscolarisation : un remède à la crise - Déscolarisation : apprentissage, participation, cohabitation

44 46 47

2. L'éducation

comme découverte d'un potentiel

57 59 60 62 71 81 90 107 117

2.1. Alternatives au système éducatif traditionnel

- Perspectives - Perspectives - Perspectives - Perspectives

éducatives de Rousseau éducatives de l'École Nouvelle éducatives de l'Approche humaniste éducatives en Amérique Latine 2.2. Propositions de changement d'attitudes dans l'éducation 2.3. Connaissance et valeurs dans l'éducation 2.4 . Vérité scientifique et « insight» dans l'éducation

2.5. Raison et « insight» en relation avec la connaissance et les valeurs dans l'éducation 2.6. Imagination et créativité dans l'éducation 2.7. L'art dans l'éducation 2.8. Nouvelles recherches dans les objectifs de l'éducation

122 131 136 141

- Faciliter

les changements et l'apprentissage 143 - Faciliter l'adaptation et la créativité 148 - Faciliter les expériences personnelles 150 - Faciliter le développement du potentiel latent interne 151 - Faciliter la découverte de la véritable identité 155 - Faciliter l'auto-réalisation et l'auto-transcendance grâce à l'éducation transpersonnelle 159
Conclusion.. . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167

10

PROLOGUE

L'auteur commence son livre par la description du système éducatif traditionnel en crise; elle passe ensuite en revue les critiques formulées à son encontre et termine la première partie par une réflexion critique sur l'obsolescence qui tend à concevoir l'éducation comme transmission de connaissances. Ensuite, dans une seconde partie, elle examine les alternatives que l'on a proposées au système éducatif traditionnel (Rousseau, « L'École Nouvelle », « L'Approche Humaniste ») et passe également en revue les changements d'attitude dans l'éducation, les valeurs, l'importance de l' insight, l' importance de l'imagination, la créativité, les émotions et l'art, pour terminer par certains aspects (suivant le jugement des experts, voire le jugement implicite de la bureaucratie) de ce que devrait être son objectif. J'ai lu le livre et il m'a semblé être une magnifique synthèse de ce que les esprits les plus éclairés ont pensé des thèmes traités ici - une synthèse comme seule est capable d'en réaliser une personne qui possède l'érudition et une compréhension vécue des choses, ainsi qu'un fond de caractère l'inclinant vers la solidarité et la simplicité. Je partage le combat de Nicole Diesbach pour une transformation urgente de l'éducation et je partage aussi son espoir de pouvoir entrevoir un avenir meilleur en changeant l'éducation. Plus encore, je soupçonne que la transformation de l'éducation constitue notre unique espoir de pouvoir arriver à cette transformation collective que demande notre monde en crIse. Je partage également avec l'auteur sa conviction selon laquelle le développement de la totalité de notre potentiel par une éducation holistique est plus important que l'instruction, de même que je partage sa persuasion en la connaissance de l'être,

en l'acuité de la conscience, en l' autoréalisation et l'aspiration vers la transcendance. Puisse son livre intéresser les éducateurs et bien au-delà d'eux, parce que la voix de la communauté peut être décisive dans notre volonté de contrecarrer la tragique inertie institutionnelle de l'éducation dans le monde.
Claudio Naranjo, Vitoria, le 24 septembre 2001.

12

Introduction

Depuis quelques siècles, l'un de nos plus grands dilemmes est peut-être de savoir si nous avons monopolisé l'éducation dans l'école et, dans ce cas, si nous avons abandonné nos enfants à l'école, comme seule capable d'éduquer ou, du moins, d'enseigner ce qui leur permettra d'accéder à l'échelon le plus élevé possible pour obtenir leur billet d'entrée sur le marché du travail et, finalement, au bien-être économique. C'est ainsi que se résume notre préoccupation pour nos enfants et, évidemment, le bien-être que nous espérions n'arrive généralement pas, à moins que l'on ait trouvé un complément à l'école au sein même du foyer ou dans d'autres institutions centrées sur le développement complet de l'enfant à travers l'art ou diverses alternatives et techniques. Cela suppose un effort important que la majorité des pères de famille ne peut permettre. Voilà pourquoi nous avons besoin d'institutions complémentaires, puisque l'école, dans ce cas, ne répond pas à l'éducation que nous attendons d'elle. Dès lors, l'une de nos plus grandes questions est de connaître le rôle de l'école, ses objectifs, son orientation, d'identifier les problèmes et de proposer les changements nécessaires ou, plutôt, une vision différente capable d'offrir une éducation complète. Ainsi donc, l'objectif de cet ouvrage est de s'interroger si le but de l'école est de transmettre un savoir, des connaissances, ou si sa tâche principale consiste à révéler et à aider l'enfant - ainsi que l'adulte - à découvrir son être et son savoir- faire, ses talents et capacités, au travers d'expériences et d'applications concrètes adaptées à son âge, à le pousser à développer son potentiel. Ce livre prétend offrir au lecteur une vision de ce qu'est l'éducation aujourd'hui, ce qu'elle a été et comment on l'envisage demain. Il n'a d'autre prétention que d'aider à

réfléchir sur ce que nous désirons offrir à l'élève d'aujourd'hui, pour qu'il devienne demain l'adulte capable de voir la réalité tout en la transformant. La première partie décrit le système éducatif traditionnel, sa crise et les critiques formulées à son encontre par des penseurs dont les réflexions pertinentes nous aident à réaliser que scolariser n'est pas obligatoirement éduquer et qu'une simple transmission du savoir ne forme pas l'intelligence de l'être humain capable de penser par lui-même et de créer le monde de manière géniale, que nous pourrions continuer de rêver à moins de nous réveiller et de prendre les choses en main. La seconde partie étudie notamment les propositions d'éducateurs du 20ème siècle, qui ont imaginé certaines alternatives au système traditionnel par le biais d'expériences intéressantes. Pourtant, il faut souligner qu'il n'y a pas de changements possibles sans changements d'attitudes qui permettent une orientation davantage centrée sur le potentiel incalculable de la personne et moins focalisée sur les objectifs d'une société manipulée par des besoins économiques étrangers. Pour cela - par exemple - le développement de l'intuition peut aider à équilibrer l'être et le travail, avec une importance moindre pour ce qui est du logique. L'imagination, la créativité et l'art occupent un espace essentiel dans ce développement intégral de la personne. L'ouvrage se termine par la recherche des objectifs de l'éducation qui pourraient permettre cette pleine réalisation de l'élève, et pas seulement son entrée potentielle sur le marché du travail, qui l'astreint souvent à une routine ennuyeuse ne lui permettant pas de déployer ses possibilités et encore moins d'être le génie dont a tant besoin le monde d'aujourd'hui.

14

Première partie

L'ÉDUCATION

COMME TRANSMISSION D'UN SAVOIR

1. L'Éducation comme transmission d'un savoir
Nous pouvons définir l'éducation comme le processus d'apprentissage où s'intègrent la conduite, la pensée, l'identité, la personnalité et la réalité des êtres humains; en elle, évolue une série de valeurs et de connaissances qui se transmettent d'une génération à l'autre, ainsi que d'individu à individu. De plus, l'éducation est le processus à travers lequel l'être humain apprend à se situer par rapport au milieu ambiant. Par conséquent, l'éducation devrait être un processus d'apprentissage intégral dans le développement psychosocial des individus, qui démarre avec la vie et qui prend fin lorsqu'elle se termine. Il est intéressant de préciser que, dans la mesure où l'éducation était le moyen le plus adéquat pour construire la personnalité et l'identité des individus, elle endossa un rôle des plus importants dans la société, parvenant à s'établir institutionnellement dans le but de former des individus qui répondraient aux nécessités du système économique, politique et social; de cette manière, on méprisa les caractéristiques individuelles des sujets. Dans ses premiers développements, le système éducatif s'établit comme un moyen pour cultiver la raison, l'entendement et les bonnes mœurs. Au fil des années, son rôle se modifia peu à peu; c'est pourquoi, actuellement, certains considèrent le système éducatif comme le moyen par lequel l'individu acquiert des connaissances et développe son comportement. Pourtant, d'aucuns critiquent ce système éducatif parce qu'ils le considèrent comme étranger à la réalité et aux besoins de la société parce qu'il ne favorise pas -et même empêche- la responsabilité et la créativité chez les êtres humains, urgences de notre époque. Lorsque nous parlons de « transmission d'un savoir », cela implique une série de connaissances, d'intérêts, d'aptitudes, d'attitudes, de valeurs qui se transmettent d'un être humain à l'autre sans aucune critique, changement ou création. Le fait que des connaissances s'échangent d'un individu à un autre ne garantit pas que l'apprentissage tende vers la réflexion, la 17

critique ou la créativité et, surtout, que l'individu soit capable d'apprendre autant de la vie que de ses propres expériences; enfin, qu'il soit capable non seulement de s'auto-éduquer mais aussi de s'auto-réaliser.

1.1. Description

du système éducatif traditionnel

On peut dire que le système éducatif traditionnel se caractérise, comme nous l'avons vu, comme le moyen pour transmettre les connaissances de manière organisée et systématisée. Dans son livre intitulé La question scolaire (1984), Jesus Palacios nous montre les caractéristiques du système éducatif traditionnel, à travers la réflexion qu'il fait à propos des écrits pédagogiques de Coménius et Ritchus, réformateurs de siècle. l'éducation au 17ème Ces pédagogues expliquaient que le système éducatif traditionnel est dirigé par la méthode et par l'ordre et par des règles établies à l'avance, qu'il faut suivre au pied de la lettre. De ce fait, à l'instar d'autres auteurs, Coménius et Ritchus considéraient que le maître était le sujet principal du processus enseignement/apprentissage et qu'il lui revenait, dès lors, de veiller à ce que les objectifs éducatifs soient remplis. Pour ces pédagogues, il était évident que les méthodes de l'éducation traditionnelle devaient nécessairement reposer sur le maître, puisque sa fonction primordiale était celle de guider et de servir de modèle aux élèves. Selon Coménius et Ritchus, la méthode pédagogique de l'éducation traditionnelle se base sur la répétition de la leçon, parce qu'elle oblige l'élève à répéter les connaissances, maintes et maintes fois, jusqu'à ce qu'HIes connaisse par cœur. Dans ce sens, ils pensaient que la méthode éducative devrait être identique pour tous les élèves, puisqu'on fait uniquement appel à leur capacité réceptive pour atteindre les objectifs de l'éducation. La discipline et le châtiment sont fondamentaux dans le système éducatif traditionnel dans la mesure où ils

18

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.