//img.uscri.be/pth/3ca3596df9df4c02318f8e2e7ae458605d7616a0
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,13 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Ethique et éducation

221 pages
Une école plus éthique ? Qui s'en plaindrait ? Mais l'accord sur le mot ne reflète aucun consensus sur les moyens et la finalité de l'apprentissage de l'éthique:S'agit-il d'un mode de régulation sociale, un recours efficace face aux manquements aux règles de la communauté scolaire ? Est-ce un enjeu de développement individuel ? S'agit-il de former d'abord des citoyens ou des hommes ? Ce livre ouvre le débat et brosse un tableau de la situation afin de formuler des propositions concrètes.
Voir plus Voir moins

ÉTHIQUE ET ÉDUCATION L'ÉCOLE PEUT-ELLE DONNER L'EXEMPLE?

Éthique en contextes

L'éthique ne se limite pas à une réflexion purement théorique sur le contenu et l'application des valeurs morales. Elle est inséparable de l'action humaine et du travail par lequel des sujets se forment eux-mêmes au contact de leurs semblables, dans des environnements particuliers. Il n'y a donc d'éthique qu'en contextes: contextes sociaux, économiques, professionnels, institutionnels, géopolitiques, etc. Les acteurs qui évoluent dans ces différents espaces, et souvent de l'un à l'autre, développent des compétences et des savoirs pratiques.

Leur « sens éthique» leur permet d'articuler à chaque fois
les droits et les devoirs en jeu en s'efforçant de ne pas s'y perdre, c'est-à-dire de trouver un modus vivendi entre des valeurs personnelles, familiales, religieuses, et des valeurs professionnelles ou organisationnelles qui ne leur sont pas d'avance ajustées. Les enjeux concrets de ce travail, les conflits qu'il occasionne parfois, le savoir tacite ou explicite des différents acteurs et les stratégies qu'ils adoptent pour la résolution des conflits et la construction d'une éthique personnelle et collective, sont autant de dimensions qu'une réflexion sur l'éthique appliquée peut tenter d'explorer. Ainsi, penser l'éthique en contextes ne se résume pas à établir la déontologie ou les règles de bonne conduite propres à chaque type d'activité. Il s'agit plutôt, à travers des analyses menées sur des cas concrets, d'éclairer les modalités pratiques de la prise de décision, de proposer des outils nouveaux pour la réflexion et pour l' action.

Éthique en contextes

ÉTHIQUE ET ÉDUCATION L'ÉCOLE PEUT-ELLE DONNER

L'EXEMPLE?
Actes de la journée d'étude

organisée par la Fondation Ostad Elahi Éthique et solidarité humaine au ministère de la Jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche le 23 mars 2003

L'Harmattan 5-7, rue de l'ÉcolePolytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest

HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

(Ç)L'Harmattan, 2004 ISBN: 2-7475-5945-9

EAN : 9782747559454

Ouverture par Blandine Kriegel chargée de mission auprès du Président de la République Clôture par Laurent Wirth, inspecteur général de l'Éducation nationale chargé par Luc Ferry, ministre de la Jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche, de le représenter Message du professeur Bahram Elahi, président de la Fondation Ostad Elahi avec des contributions de Jean Houssaye, maître de conférences en sciences de l'éducation à l'université de Rouen et de Élisabeth Morin, présidente de la Région Poitou-Charentes, inspectrice générale de l'Éducation nationale

LES AUTEURS
Bernard Bourgeois Jacqueline Costa-Lascaux Bahram Elahi Jean Houssaye Blandine Kriegel Claude Mollard Élisabeth Morin Dominique Ottavi Aline Peignault Jean-Charles Pettier Reine-Marie Saugey Lydie Villemard James Wimberley Laurent Wirth

REMERCIEMENTS
Des remerciements particuliers sont adressés à M. André de Peretti1 et M. Jean-Claude Filloux2 pour leur participation active aux débats qui ont suivi les tables rondes.

1

Psychosociologue ami de Carl Rogers, il met au point une pédagogie des

adultes fondée sur une méthodologie différenciée et l'«auto-construction de la formation» par les stagiaires. Spécialisé dans l'ingénierie éducative, il est chargé de la création de l'Institut national de l'administration scolaire, puis devient président de la commission ministérielle pour la formation de tous les personnels de l'Éducation nationale qui donnera lieu à la création des MAFPEN. Il est aujourd'hui directeur de département honoraire à l'INRP.
2

Professeur émérite de sciences de l'éducation à l'Université de Paris-X

Nanterre, membre de la Commission nationale consultative pour les droits de l' homme.

SOMMAIRE
Les auteurs Remerciements Message du professeur Bahram Elahi, Président de la Fondation Ostad Elahi Éthique et solidarité humaine 7 9

-

15

Ouverture de la journée par Blandine Kriegel, chargée de mission auprès du Président de la
République. . . .. . . . . . . .. . .. . .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . .. . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. 21

Table ronde: Une éducation à l'éthique?
Liberté et norme: deux fondamentaux d'une éducation à l'éthique Be rnard B 0urge 0is

29

35

DIS CUSSI 0 N La disparition de l'éducation morale: une fatalité? Dominique Ottavi DIS CUSSI 0 N Sur le terrain: le respect « pour de vrai » Aline Peignault et Lydie Villemard

41

47 57 65

Les activités à visée philosophique: source d'un développement éthique chez l'enfant? Je an -Charle s Pettier
D IS CU S S ION.

75

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 87

Des repères pour éduquer? Contribution de Jean Houssaye Table ronde: L'École peut-elle donner l'exemple ? Savoir être soi-même, savoir vivre ensemble: l'école en Europe au quotidien face au dilemme de toujours
J am es Wi mb

111 139

e rIe y . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 14 7

Les initiatives du ministère de l'Éducation nationale visant à favoriser l'apprentissage de la citoyenneté à l'école Claude Mollard Apport de l'orientation au développement de l'élève
Re ine -Marie S au g ey

157

. .. . .. .. .. . . . . .. . . . . . . . .. .. . . .. .. . . . .. .. . . . . . . . . . . . .. .. 169

Valeurs et pratiques de la démocratie à l'école Jacqueline Costa-Lascoux DISCUSSION
L'École peut-elle donner l'exemple? Éthique et éducation Contribution d'Élisabeth Morin

173 181
201 201

12

Cet ouvrage est extrait des actes de la journée d'étude organisée le 12 mars 2003 au ministère de la Jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche par la Fondation Ostad Elahi - Éthique et solidarité humaine, fondation laïgue reconnue d'utilité publique par décret en Conseil d'Etat du 27 janvier 2000. La Fondation a pour vocation de favoriser l'esprit de tolérance et de solidarité entre les hommes, et de contribuer ainsi au rapprochement des cultures et des peuples. Elle est guidée dans son action par une idée forte: aucun élan de solidarité ne produira d'effets réels et durables s'il ne s'accompagne d'un souci éthique capable d'engager les hommes à faire d'abord la paix avec eux-mêmes, en cultivant activement les caractères qui constituent leur humanité véritable. La Fondation porte ainsi une attention particulière aux projets de recherche et d'enseignement susceptibles d'éclairer la possibilité et les modalités d'une éthique objective, dans son rapport à l'expérience universelle de l'esprit humain. Elle encourage leur développement dans les différentes branches des sciences de l'homme et de la nature, en relation avec les conseils scientifiques d'universités françaises ou européennes, et l'ensemble des administrations compétentes. Le Conseil de l'Europe, le ministère de l'Intérieur et l'université de Paris-I Panthéon-Sorbonne sont les membres de droit de son conseil d'administration.

Message du professeur Bahram Elahi, Président de la Fondation Ostad Elahi , Ethique et solidarité humaine
Notre siècle nous démontre d'une manière parfois douloureuse que les facteurs économiques, les progrès technologiques ou les approches juridiques normatives ne peuvent pas constituer à eux seuls les fondements sur lesquels construire l'humanité. L'aspiration naturelle de l'être humain à la paix et à l'équité n'y trouve pas son compte. Je pense, et à travers la Fondation que je préside, je défends l'idée que la clé qui permet aux jeunes de se construire et d'élaborer une société dans laquelle ils se sentiront pleinement investis et heureux se situe d'abord au niveau de l'éducation aux valeurs éthiques, une éducation qu'il est préférable de démarrer dès la prime jeunesse et de poursuivre jusqu'à l'université, voire au-delà. L'un des facteurs qui confère du sens à la vie humaine et qui stabilise ou accroît le bien-être de tout homme au sein de la société, c'est en effet la manière dont il parvient à intégrer en lui ces valeurs éthiques et à les appliquer dans son rapport avec les autres. Des dilemmes apparemment insolubles peuvent également trouver dans l'éducation aux valeurs éthiques les germes de leur résolution. Ainsi, la question de la solidarité entre les peuples, les cultures et les religions est un aspect fondamental que l'Europe en élargissement ne peut éluder. Dans le même temps, chacun conviendra que tout homme doit être libre dans sa réflexion, dans le choix de sa

15

croyance et du sens qu'il veut donner à sa vie. Comment concilier ces deux piliers d'une société à la fois unie et respectueuse des libertés et des droits d'individus si différents? En faisant justement en sorte que l'éthique devienne la clé de voûte de toute éducation; car en assimilant les principes d'une éthique universelle, c'est-à-dire d'une éthique adaptée à la nature humaine, l'homme se débarrasse progressivement, et sans aucune contrainte extérieure, de la volonté d'imposer aux autres sa tutelle et ses opinions. C'est ainsi que l'on pourra créer les conditions d'une tolérance mutuelle et d'une solidarité réelle. Autres dilemmes, dans un contexte social où se développent de multiples formes d'individualismes et de logiques de clan, comment rendre compatibles le droit légitime de tout citoyen à rechercher prioritairement son bien-être personnel et le développement de son sens de l'intérêt général et de son investissement dans des actions qui lui sont conformes? Comment favoriser le fonctionnement sain et la sagesse des décisions des instances, structures, institutions, organismes, entreprises, etc., publics ou privés de tous ordres, sans multiplier les contraintes légales que d'aucun s'empressent de contourner ou de détourner? Comment faire en sorte que tout individu apprenne à s'autoréguler d'un point de vue moral, à trouver un équilibre entre les multiples droits et devoirs qui lui incombent au sein d'une société caractérisée par une complexité croissante? À ces questions, l'éducation à l'éthique me semble là aussi pouvoir apporter des solutions pertinentes et encore inédites. TI ne fait enfin aucun doute qu'une éducation à l'éthique, par la réflexion, l'enthousiasme et le sens des responsabilités qu'elle encourage, est à même de mobiliser le meilleur des ressources intellectuelles et psychologiques de l'enfant ou de l'adolescent. Bien plus encore que la seule formation de citoyens, c'est donc l'épanouissement d'êtres humains véritables, dont l'impact rejaillirait immanquablement sur la société tout entière, qui constitue le projet d'une telle éducation.
16

Maintenant, comment concrètement mettre en œuvre un tel projet d'éducation à l'éthique? S'agit-il, ce qui serait contradictoire avec le projet éthique lui-même, d'imposer aux enfants de manière contraignante les principes de l'éthique ou de la morale? La plupart des pédagogues s'accordent à reconnaître que la transmission de repères éthiques est indispensable au développement équilibré de l'enfant mais c'est bien au niveau des modalités de cette transmission que les difficultés apparaissent et laissent dans le désarroi nos systèmes éducatifs. La nature de l'homme, sa structure métaphysique, ne change pas: elle est toujours la même, quelle que soit l'époque. Par conséquent les principes éthiques originels de base, qui sont adaptés à cette nature ne changent pas non plus: altruisme, générosité, bienveillance, tempérance, droiture, etc., constituent toujours la panoplie des principes à même de préserver et d'affermir la dignité de tout être humain. En revanche, la mentalité et la façon de penser des hommes évoluent: ainsi, les interprétations que les Anciens ont données de ces principes, les ont conduits à définir des normes de conduite morale et des modalités d'application qui ne conviennent plus de nos jours et que les hommes rejettent comme arbitraires. TI est donc nécessaire de présenter ces principes sous une forme qui soit compréhensible et acceptable du point de vue des hommes d'aujourd'hui, dans le contexte changeant de nos sociétés modernes. Pour ce qui concerne par exemple les rapports hommes-femmes, il est bien évident que les mœurs ne sont plus les mêmes. Ou encore, un principe fondamental tel que le respect du droit d'autrui demeure valable, mais la façon de respecter et de faire respecter les droits doit correspondre à l'époque. La première et véritable tâche d'un projet d'éducation à l'éthique consiste donc à s'interroger sur la manière dont les principes immuables qui permettent d'éduquer et de développer la nature mora1e de l' homme peuvent être adaptés à la mentalité et aux mœurs des hommes d'aujourd'hui.

17

La disparition progressive des dictatures et, de façon générale, la perte d'impact des dogmatismes en tous genres me semblent être révélateurs du changement qui s'opère chez nos contemporains. TIfaut en tirer les conclusions du point de vue de la compréhension, de l'application et de l'enseignement de l'éthique. Ce qui convient à notre temps, c'est une éthique ou une morale rationnelle, qui soit animée par le même esprit que celui à l' œuvre dans toute démarche de type scientifique. Il faut se donner des axiomes, des propositions fondamentales, tout comme en géométrie, et construire sur cette base dans le souci de parvenir à un système de règles d'action et d'évaluation praticable. La jeunesse d'aujourd'hui n'est pas prête à apprendre quoi que soit si ce n'est par cette voie à la fois rationnelle et pragmatique, qui procède par essais et erreurs, avec le souci constant de parvenir à des résultats tangibles. Il n'est plus possible de tenir à un jeune le discours moral traditionnel, autoritaire, toujours prompt à imposer ses normes. L'éthique doit se présenter comme une proposition, quelque chose que l'on peut essayer, et éventuellement rejeter si l'on n'en tire rien, en toute liberté de conscience. Lorsque je parle de «résultats tangibles », j'évoque l'utilité de faire prendre conscience aux jeunes que l'application de l'éthique est bénéfique en premier lieu à soi-même et de leur montrer quels sont ces bénéfices. C'est une nécessité dans une société où tout est fondé sur le profit, où une chose n'a de valeur qu'en fonction de l'intérêt matériel que l'on en retire. Autrefois, on imposait la morale aux enfants par la force. Aujourd'hui, il est préférable d'expliquer progressivement les choses de façon à ce que l'enfant, de lui-même, adopte un comportement éthique parce qu'il sent que cela lui est plus bénéfique que de laisser libre cours à ses pulsions. Prenons le respect dû aux parents par exemple. Au lieu d'imposer aux enfants une attitude respectueuse qui risque de n'être qu'une attitude de façade, il vaut mieux leur faire comprendre le pourquoi du respect des parents. On peut, par exemple, pour de jeunes enfants, 18

utiliser un documentaire animalier dans lequel on montre un petit animal sauvage, isolé et vulnérable, qui finit par être mangé par des prédateurs, tandis qu'un autre, protégé par sa mère, a la vie sauve. L'idée est de montrer à l'enfant, en utilisant des moyens qu'il puisse appréhender, ce que ses parents font pour lui sans même qu'il s'en rende compte et de lui permettre d'arriver par lui-même à la conclusion qu'il est dans son propre intérêt de les écouter. De la même manière, il est nécessaire de faire comprendre aux enfants le principe selon lequel le respect des droits d'autrui passe par le respect de ses propres droits. Cette notion de droit est fondamentale car c'est autour d'elle que se définit l'éthique même: le respect des droits de chacun en toutes circonstances, y compris les siens propres. Et cela inclut l'ensemble des valeurs qui font de l'homme un être humain: éprouver de la compassion pour les autres, vouloir pour les autres, dans les limites de ce qui est légitime, ce que l'on veut pour soi, chercher à éviter aux autres ce que l'on cherche à éviter pour soi-même, etc. Le reste est une affaire de réflexion et de pratique: il s'agit d'une part d'approfondir les mécanismes qui gouvernent notre nature et qui rendent possible le développement de cette qualité d'humanité, et d'autre part d'intéresser activement les hommes à l'éthique en la présentant comme une affaire rationnelle autant qu'une nécessité pratique, une condition au bien-être individuel et collectif.

19

Ouverture de la journée par Blandine Kriegel, chargée de mission auprès du Président de la République

Éthique et éducation Tout. Rien. Quelque chose. Ainsi pourrait-on dessiner les relations excessives qui ont fusionné, séparé et finalement articulé l'éducation et l'éthique.
Tout: L'éthique comme une éducation L'éducation comme une éthique

Au point de départ, chez les Anciens, l'éducation, l'acquisition des savoirs, des savoir-faire, des savoirs se conduire sous l'autorité d'un maître ou d'un enseignant, et l'éthique, l'étude des principes des choix de l'action humaine dans sa relation au bien, au bien faire, au bien se conduire, sont une seule et même chose. L'éducation est l'éthique. L'éthique est une éducation. Certes l'éducation est l'apanage d'un petit nombre. Les happy few aurait dit Stendhal: les Aristoï ou les Optimates sont seuls à pouvoir suivre les enseignements des écoles de Platon, l'académie d'Aristote, le lycée de Zénon ou de Sénèque, le Portique, lesquelles ont fourni les normes canoniques de notre organisation éducative de masse. Cette éducation était d'abord et avant tout éthique. Les dialogues
21

platoniciens dits mineurs: Eutyphron, Lachès, Hippias portent sur les valeurs, le courage, la vertu, etc. À côté des savoirs techniques du potier, du maçon, du cordonnier délivrés de manière initiatique dans les confréries qui tiennent à leur mystère, se déploient, au-delà du savoir faire, au-delà des essences, le bien commun de l'humanité, la sagesse, la disposition générale à la compréhension du monde, à la connaissance des hommes et à l'acceptation des autres où le savoir et l'éthique ne font plus qu'un, où le savoir se fait sagesse et, où la sagesse devient savoir. Ce qui doit être appris et ce qu'enseigne Socrate à ces jeunes gens qu'il tire par la manche en les apostrophant selon le célèbre témoignage de Xénophon et de Platon: «Comment toi Athénien, citoyen de la plus grande ville du
monde, la plus renommée pour sa puissance et sa sagesse, tu ne te préoccupes que de la gloire et des richesses, tandis que tu

négliges la vertu et le salut de ton âme qui devraient t'occuper
chaque instant. »

Ce qu'il apprend donc c'est une disposition générale à trouver le bien ou, comme il le dit à propos de Théétète, une affinité avec le bien, un goût, une conduite pour mener le dialogue. Ce dialogue s'exprime dans la conversation et le raisonnement dialectique où est accepté et recueilli le point de vue de l'autre sans pour autant y être subordonné comme dans la sophistique, elle qui déjà, était incapable de gouverner contre les sondages et acceptait d'être assujettie à l'opinion... «Que nul n'entre ici s'il n'est géomètre. » La célèbre devise éducative gravée au fronton de l'Académie livre le secret de cette sagesse et le fondement de l'éthique socratique: la promotion des méthodes rigoureuses et rationnelles de raisonnement mathématique comme archétype du savoir. Le sage sait qu'il ne sait rien tant qu'il se contente des savoir-faire inscrits dans l'expérience. L'éducation a lieu sous la conduite du maître en maïeutique, la torpille, le bon pisteur (la chienne de Laconie) comme est qualifié Socrate, qui nous engourdit et nous entraîne inlassablement sur un autre chemin vers la lumière

22