//img.uscri.be/pth/e12f8f35917e51684ebb3be0b7ebabcf0a087099
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Anthropologie : les premiers pas

De
172 pages
Ce livre offre une approche à la modélisation, à la méthodologie, à la théorie et à la rédaction d'un projet de recherche - de sa conception à sa finalisation, en passant par la recherche documentaire, la mise en oeuvre sur le terrain, jusqu'à l'analyse des informations. Voici une introduction à la littérature méthodologique en anthropologie culturelle, d'après des expériences d'enseignement de l'auteur en Afrique de l'Ouest.
Voir plus Voir moins
      
 
ANTHROPOLOGIE
 
, LES PREMIERS PAS
 
 
 
    
  
Joseph Hellweg        ANTHROPOLOGIE,LES PREMIERS PAS  Introduction à la modélisation et aux méthodes de la recherche qualitative en sciences sociales
 
   
                   
 
                               
 
 
© LHarmattan, 2011 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-54267-1 EAN : 9782296542671 
     
Ce livre est dédié à la mémoire de deux étudiants décédés de manière tragique dans un village situé près de la ville de Kankan, en avril 2009
   Remerciements   Cest un plaisir pour moi de remercier publiquement tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce livre. Je veux dabord remercier la fondation Fulbright, qui ma accordé la bourse qui ma permis de donner un cours avancé sur des méthodes de recherches en sciences sociales dans le département de sociologie de luniversité Julius Nyéréré de Kankan, pendant lannée universitaire 2008-2009. La bourse Fulbright a aussi financé la préparation de ce livre. Je remercie aussi le département dÉtat des États-Unis, qui assure la bonne réception des boursiers Fulbright dans leurs pays daccueil. Je suis également reconnaissant envers le ministère de lEnseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la république de Guinée, qui ma accueilli en tant quenseignant-chercheur lors de mon séjour dans ce pays. À luniversité de Kankan, le recteur, Dr. Moriah Conté, le vice-recteur de la recherche, Dr. Samba Barry, le vice-recteur de lenseignement, Dr. Marcel Haba, le doyen de la faculté des sciences sociales, Dr. Adrien Koffa Kamano, et le doyen des sciences économiques et des finances, Dr. Ali Camara, mont bien accueilli. Je remercie aussi le vice-doyen de la faculté des sciences économiques et sociales, Dr. Lansana Touré, le chef du département des sciences économiques et des finances, Dr. Mamadi Dioubaté, et le chef du département de géographie, Mr. Aboubacar Fall, ainsi que Mamadou Doumbouya et Doussoumouda MBémba Traoré du département déconomie pour leur aimable attention et leur constante gentillesse. Je tiens à leur témoigner ma profonde reconnaissance. Dr. Martin Koévogui et Dr. Mamadou Dioubaté, les directeurs des relations extérieures et de la coopération et leurs assistants, Joël Maxime Millimouno, Idrissa Feindouno et Sékou
 
7
Fofana, mont installé dans une maison très agréable dans laquelle jai passé un excellent séjour sous leurs bons soins. Je tiens ensuite à remercier les secrétaires du recteur, Mamadou Kouyaté (maintenant chef du département de lettres) ainsi que Madame Yolande Ouamouno, et le personnel de la scolarité, Dr. Mamadou Daï Diallo et M. Mamoudou Yabara Camara, qui ont toujours fait preuve de disponibilité et de bonne volonté. M. Oury Diallo, professeur du département danglais et directeur du centre américain de luniversité de Kankan, ma permis de me servir de sa salle de classe pour donner mon cours. Le centre américain, doté dune bibliothèque bien entretenue, a été un cadre idéal pour lenseignement. M. Diallo ma aussi invité plusieurs fois à partager un repas en famille, surtout lors des fêtes musulmanes. Je le remercie ainsi que toute sa famille pour mavoir accueilli chez lui et davoir fait preuve dune si grande amitié à mon égard. A lAmbassade des États-Unis, M. Andrew McLean, le chargé daffaires publiques et ses collègues, Madame Molly Sanchez-Crowe, M. Serge Akhani, Mme Olive Sawyerr et M. Diouldé Camara mont apporté un soutien hors pair tout au long de mon séjour, surtout lorsquils ont financé latelier de formation sur les méthodes de recherche en sciences sociales que jai enseigné en juillet 2009 à Conakry pour une quinzaine de chercheurs recrutés par lorganisation non gouvernementale, International Alert. Grâce à la vision de M. Oumar Baldet, le directeur du bureau dInternational Alert à Conakry, cet atelier a pu avoir lieu. Mme Louise Bedichek ma aussi beaucoup aidé. De plus, quatre étudiants de mon cours à Kankan  Aboubacar Siddy Diallo, Sory Kourouma, Mamadou Oury Sow et Lamine Touré  ainsi quOury Diallo du centre américain, mont aidé à mener ce dernier atelier et à corriger les premières ébauches de ce manuscrit. Et M. Abdel Aziz Ould Mohamed, un collègue anthropologue du Mali, ma beaucoup aidé à donner forme à lultime version de ce livre. Je les remercie tous de leur aide indispensable et de leur amitié. Dailleurs, je cite M.
 
8
Mohamed à plusieurs reprises dans ce livre pour partager ses réflexions avec le lecteur et men nourrir. Je remercie aussi tous les autres étudiants, jeunes enseignants, professeurs et chefs de départements qui ont pu participer à mon cours ou à latelier sur les méthodes de recherche que jai animé à luniversité de Kankan en avril et mai 2009 avec les quatre étudiants cités ci-dessus et aussi avec Madame Joséphine Loua, Madame Mariame Doubaro Diallo et Abou Traoré. Ils mont tous fait comprendre ce que veut dire être étudiant, professeur et chef de département dans une université en Afrique. Je leur en serai toujours reconnaissant. De plus, je remercie ceux qui ont rendu agréable ma vie de tous les jours à Kankan : ma collègue Fulbright, Dr. Eva Yerende, qui ma renseigné sur toutes les bonnes choses que Kankan avait à offrir à un chercheur ; mon amie, Amy Hylinski Daffé, ancien volontaire du Corps de la paix ; M. Dougo Guilavogui, le gardien à la maison Fulbright, qui est devenu un vrai ami ; MM. Kèmo Kanté et Sidiki Camara, avec qui jai étudié lalphabet Nko ; Mme Kourouma du marché Diaka, dont les repas de midi étaient, sans exception, somptueux ; Madame Dez, sur qui on pouvait toujours compter pour son délicieux poisson braisé sur la route de lhôtel Baté ; le personnel du restaurant Le Repère ; et Nouhan Doumbouya, le mécanicien qui a maintenu mon groupe électrogène en marche malgré ses nombreux problèmes. À Tallahassee, en Floride, aux États-Unis, je veux remercier Malcom Shackelford et Job Jaime, tous les deux de la bibliothèque Strozier de Florida State University. Ils mont aidé à préparer les illustrations et les tableaux pour ce livre. Des amis francophones anonymes de Tallahassee mont beaucoup aidé aussi en corrigeant ce manuscrit. Je veux donc témoigner de mon immense gratitude à A. V., T. H. et A. S. Je suis seul responsable, bien sûr, des erreurs qui se trouvent dans le présent document. Je remercie aussi Faye et Peter Obgartel de léglise baptiste missionnaire de Bamako, au Mali, où jai écrit la plus
 
9
grande partie de ce livre lors de mon séjour Fulbright en novembre et décembre 2009 et en juillet et août 2010. Et chez lHarmattan, je remercie M. Sansy Kaba Diakité, Mmes Armelle Riché, Noémi Goldstein, Véronique Fichet et toute léquipe de fabrication  Camille, Chloé, David, Isabelle, Julie, Perrine et Serge  de leur aide et de leur patience. Toutes ces personnes ont contribué à la réalisation de ce livre. Je remercie aussi tous ceux que je nai pas pu nommer et qui resteront toujours présents dans ma mémoire pour leur amitié, leur bonne volonté et leur ouverture desprit lors de mon séjour à Kankan.  
 
10