//img.uscri.be/pth/2198f8a35e824b9746c0f39ee2105e17631a3a2d
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Expériences de vie et formation

De
302 pages
De quoi l'expérience est-elle formatrice ? Comment la formation de l'être humain est-elle marquée par les espaces socioculturels qu'il a traversés, qu'il habite encore ou dont il reste habité ? Quelles sont les ressources que chacun peut mobiliser pour cheminer dans les aléas de son existence ? La recherche sur ce qui constitue notre singularité plurielle présente des réponses à ces questions.
Voir plus Voir moins

Expériences

de

vie

et

formation



re

de

© ’armattan 
l’Ecole polytechniqe 



httplibrairieharmattancom
diffsionharmattananadoofr
harmattananadoofr

SB  
EA  

aris

arieChristine SS

Esecnieérxp

ré

de vie et formation

Gsto u

’armattan

istoir  i tFormtion
Collection dirigée parGaston Pineau
avec la collaboration deBernadetteCourtois, PierreDominicé,
Guy Jobert,Gérard Mlékuz,André Vidricaire etGuy de Villers

Cette collection vise à construire une nouvelle anthropologie de
la formation en souvrant aux productions qui cherchent à
articuler histoire de vie et formationElle comporte deux
volets correspondant aux deux versants diurne et nocturne du
trajet anthropologique
Le voletFormationsouvre aux chercheurs sur la formation
sinspirant des nouvelles anthropologies pour comprendre linédit
des histoires de vie Le voletistoire de vie plus narratif reflète
lexpression directe des acteurs sociaux aux prises avec la vie
courante à mettre en forme et en sens

Drnièrs prutions
olt Formation

JeanClaudeGIMONET dirMaisonFamiliale Rurale de
Férolles, Les clés du devenir 
Martine LANIBAYLEdir Philippe MontaireauCaroleBuffa
PotenteAndré de Peretti, pédagogue d’exception. Regards
croisés sur l’homme aux mille et un rebondissements 
Gaston PINEAU Martine LANIBAYLECatherine SCHMUTZ
Coordde morts au cours de la vieHistoires  
ChristineCAMPINIJacquesArdoino, entre éducation et
dialectique, un regard multiréférentiel 
Pierre LAMYD’un quartier ouvrier… aux quartiers de la
finance. Itinéraire d’un Montréalais, 1938-1983 
MarieFrance ROTHÉVivre avec le mal de mère ou quest-ce qui
fait courir Julie? 
MurielDELTANDLes musiciens enseignants au risque de la
formation :Donner le la 
Sabine SENETrajets de salariés et bilan de compétences.
Quelles trans-formations ? 
MarieOdile deGISORSVeilleurs de vie. Rencontres en
tendresse 
Annemarie TREKKERDes femmes « s’ » écri nt.Enjeux d’
ve une

Sommaire

Préface par Gaston Pineau
Introduction 7
P Ia r t i e:La formation aucœur desrécitsdevie : contribution
àunethéorie de la formationdupointdevue du sujet
apprenant29
Chapitre : Le conceptd’expérience (trans)formatrice 3
Chapitre 2: Une praxishpargoibiquesensible commeun des
pointsd’appui à l’expérience fondatrice d’une intégrité exis
tentielle 45
Chapitre 3 :Cheminervers soi :un processus/projetde
connaissance deson existentialité6
Chapitre 4 :La formation comme recherche d’un artdevivre
en reliance 99
P : I Ia r t i eLeshistoiresdevie comme méthodologie de
rechercheformation 25
Chapitre 5 :L’histoire devie dans un dispositif de recherche
formation :une médiation pour la connaissance de lasubjec
tivité 27
Chapitre 6 :Le pouvoirtransformateur desrécitsdevie centrés
sur la formation à la lumière desdifférentsrôles tenusdansla
construction etl’interprétation desrécits5
Chapitre 7 : a« Cheminerv Inec » :terrogationsetdéfisposés
par la recherche d’un artde la conviviance en Histoire devie
63

Chapitre 8 :Lesdimensionsformatricesde l’écriture durécitde
son histoire devie : de l’étrangeté de l’autre à l’étrangeté desoi
8
P I I :a r t i e IApportsdu savoir biographique à la conception
de dispositifsde formation 209
Chapitre 9 :La formation comme artdu temps2
Chapitre 0:Se former entantqu’adult défie :setrisques
enjeux ressourcesetdifficultés227
Chapitre  :Lesprojetsentre ouverturesà lavie et soutiens
imaginairesà notre incomplétude 243
Chapitre 2 :Lesrécitscentrés sur la formation aucoursde la
vie comme dévoilementdesformeset sensmultiplesd’une
existentialitésingulièrepluleelri26
Bibliographie 29

6

Je remercietouteslespersonnesque j’ai côtoyéesaucoursde
ces 35 dernièresannéesdansdescongrès dansmesrecherches
dansmesenseignementsetdanslesformationsextrauni
versitairesauPortugal auQuébec canadien auBrésil en
Suisse en France en l’Italie en Espagne en Belgique ainsi que
desliensavec descollègueseuropéensen particulier anglais
allemandspour la richesse de notretravail commun Richesse
qui me permetaujourd’hui de mettre en circulation cet
ensemble de réflexionsrevisitéesetaugmentées sur l’approche
biographique desprocessusde formation etde connaissance
Je remercie Gaston Pineau Franco Ferrarotti Pierre
Dominicé Bernadette Courtois Guyde Villerset tantd’autres
–quisontdevenusmembresde l’ASIHVIF etautres
associationsrégionalesounationalesaufil desannées –pour
cette communauté créative dontilsfurentcomplicesdans une
diversité de lieux
Je remercietoutparticulièrementmesamisMayPoirier Serge
Lapointe JeanneMarie Rugira DanisBoisetCecilia
Warschauer pour leurscommentairesà certainsdes textesqui
composentce livre
Je remercie mesgrandsparentsmaternelspiémontaisetma
mère d’avoir eul’audace d’émigrerversdeslieuxqui leur
étaientinconnus Ilsm’ont transmis sanslesavoir la conviction
qu’il est sain etfructueuxde découvrir desailleurs d’y
rencontrer la diversité culturelle etla nouveauté de penser
Je remercie lavie d’avoir faitde mon cheminun étonnement
permanent

MCH Josso Genève décembre2008

Il n’est ni possible ni souhaitable d’éliminer les fictions de lavie humaine
Elles nous sontvitales consubstantielles Elles créent notre réalité et nous
aident à la supporter Elles sont unificatrices rassurantes indispensables
On avu qu’elles servaient au meilleur comme au pire Auxgénocides
comme à la Chaconne en si mineur pourviolon seul de Johann Sebastian
Bach
Tout ce que l’on peut faire c’est essayer d’en choisir de riches et belles des
complexes et des nuancées par opposition auxsimples et brutales
ExtraitdeL’espèce fabulatricede NancyHuston

L’épistémologie sera toujours et immanquablement personnelle
L’extrémité de la sonde est toujours située dans le cœur de l’explorateur :
quelle est ma réponse à la question de la nature du savoir ? Je cède pour
ma part à la croyance que mon savoir est une petite partie d’un plusvaste
savla toile de la biosphère tout entière la toile de laoir intégré qui tisse
création
ExtraitdeNature et penséede GregoryBateson

Former ce n’est pas remplir unvase c’est allumer un feu
Aristophane (5ème av JC) dansLysistrata

Préface

Marie-Christine Josso, une singularité plurielle
par Gaston Pineauun compagnon de route

Ce livreExpériences devie et formationde MarieChristine Josso
estl’heureuxfruitd’une internationalisation deshistoiresde
vie puisqu’il estlaversion française d’unetroisième édition
brésilienne (20022004200) Il faut vivementen remercier les
amisbrésiliens Car il permetd’avoirunevue d’ensemble de la
richesse originale d’unparadigme du singulier plurielqu’a construit
progressivementet tenacementdepuisplusdetrente ansune
chercheuse pionnière despériodesd’émergence (lesannées80)
de fondation (lesannées90) etde différenciation actuelle des
histoiresdevie comme mouvementde rechercheformation
existentielle
Depuis son premier moment«de joie de pouvoir relier intégrer
articuler dans sa thèse de doctorat à l’Université de Genève avec Pierre
Dominicé (Le sujet en formation 988p 64) à la fois sa forma
tion de base en anthropologie culturelle et sesformations
ultérieures expérientiellesetformelles maisaussisa recherche
personnelle existentielle entre orientetoccident nord et sud et
son activité artistique jusqu’à la préface en2008 dulivre du
cofondateur de l’association brésilienne de la recherche (auto)
biographiqueElizeu Clementino de Souza ((Auto)biographie Écrits
de soi et formation au Brésil)etde cettetroisième édition
brésilienne MarieChristine a inlassablementcheminévers soi
avec d’autres de façonsingulière etplurielle Elle a ponctué
son chemin de multiplesformations d’interventions de pro
ductions Elle concentre lesfiguresantloporohqgiuesqu’incar
neselon elle le chercheurformateur de ce mouvement:

amatrice deshistoiresdevie ancienne expérimentée passeuse
etanimatrice Seuleunetelle mise en perspective historique
permet àtraversetaudelà lesaléasde la marche de faire
ressortir à la foislasingularité la pluralité etlesrelations
unifiantesde ce paradigmevivant Ils’estconstruitchemin
faisant par beaucoup d’allersetretours de reliancesmaisaussi
de déliances en relevantlesdéfisdeCheminervers soi(99)
avec lesautrestoutenvisantà construireunescience de la
formation comme artdu temps(parties et 3) avec leshistoi
resdevie comme épistémolométhodologietransdisciplinaire
(Partie2) C’estdoncun livre historiquesynthèse précieuse
d’une descofondatricesdumouvement Une invitation aux
autres danscette phase detransition intergénérationnelle ?
Letitre deson premier article publié en 986 préfigure
étrangement son oeuvre : e« Unexpérience formatrice : l’approche
biographique des processus de formation de connaissance et d’appren
tissage d’adultes en situation éducative »Dansla clairevoyante
sensibilité épistémologique non encore émoussée desdébuts il
réussitdéjà à identifier lesconceptsetprocessusprincipaux
qu’elle affinera inlassablementdepuis DansExpériences devie et
formation elle en livre lesprincipauxjalonsetrésultats Le
chapitre  portesurle concept d’expérience (trans)formatriceEtle
dernier chapitre 2revient sursaspécificité «du travail
biographique (construction du récit écrit coanalyse et cointerprétation en
situation de groupe) centré sur la compréhension des processus de
formation de connaissance et d’apprentissage »
Dansl’entredeux elle explicite heureusement sesauteursde
références Ducôtésocioculturel Freire Schwartz Rogers les
collèguesde l’Association Internationale desHistoiresde Vie
en Formation (ASIHVIF) Ducôté psychosomatique les
existentialistes Sartre etCamus Piaget Freud Jung Bateson
Morin Ricoeur…Deuxauteurs sontprivilégiéscomme
indicateursdesasensibilité à l’exploration desprisesde
conscience créativesdépassantle mental classique : C
Gattegno etK Graf Dürckheim« Chacun d’euxavec son entrée le
Japon pour Dürckheim et l’Inde pour Gattegno m’ont aidé à faire le pont
2

entre la psydont je tente de percer leschologie de l’Occident et de l’Orient
arcanes à travers la fréquentation de textes et commentaires des traditions
orientales et la pratique du Tai Tchi Tchuan» Il ne fautpasoublier
que MarieChristine estplurielle pluriculturelletranshumant
entre Afrique Europe lesdeuxAmériques l’Asie artiste
autantque chercheureuniversitaire Elleveutconjuguer le
sensible etl’intelligible Lesautresmoments très significatifs
qu’elle mentionne parce que fondateurssontconstitués«par le
lien entre mon activité artistique et mes activités biographiques profession
nelles »Pour cette reliance estparticulièrementmentionné le
symposium de L’ASIHVIF de2000 su ler «sensible en
formation » à CrêtBérard (VaudSuisse)
C’estpourune nouvelle alliance entre lesensible etl’intel
ligible qu’appelle en conclusion MarieChristine :Revaloriser
l’imaginaire dans la formation pour inventer la mutation culturelle
Avecsa forte marque de frappeson paradigmed’une existentia
lité au singulier plurielprolonge celui dusingulier universelde
Franco Ferrarotti qui était surson jurydethèse : connaître
joyeusementinvivo par la peauetlesmots(Ferrarotti2009
Les Miettes d’Épulon) Il contribue à la double ouverture néces
saire des sciences socialesethumaines pour faire de l’approche
biographiqueune approche émancipatrice d’autoformation et
nonseulementde prélèvementde chairs vivesoude conforma
tion assujettissante :
– une ouverture épistémologique d’abord : appel à la
raisonsensible etdialectique etàune anthropoformation
métadisciplinaire pour éviter l’appauvrissementépistémolo
gique d’une raison positivistetrop occidentale;
–ouverture méthodologique en prônant une recherche
participative remettanten cause la division disciplinaire classi
que du travail entrethéoriciensetpraticiens
Pour continuer cette double ouverture difficile MarieChristine
propose cinq défisà relever pour cheminer ensemblevers soi
etlesautres c’estàdire apprendre àse connaître età former

3

unsavoirvivre en réciprocité etconvivance:
–recherche desingularité en reliance;
–articulation entre recherche etformation;
–capacité àsocialiser desaspectsde lavie intérieure;
–identifier lesdifférencesculturellescachées ;
–etenfin faire émergerune position métadisciplinaire
«Cette position métadisciplinaire ne prend la place d’aucune des
perspectives développées par les sciences de l’humain et par les traditions
spirituelles mais elle n’est pas leur somme »
Comme pour lasanté l’écologie l’art «la formation considérée du
point devue du sujet constitue un espace théorique et existentiel autonome
bien qu’interdépendant » La formation est une fonction de
l’évolution humaine comme l’athéoriséun autre deses
référents Bernard Honoré (Vers L’oeuvre de formation l’ouverture
à l’existence992) Etcomme cette évolution estcaractérisée
parune pluralité d’impermanencesunesingularité ne peut se
construiretemporellements’inventer diraitelle que parune
formation permanente deson histoire devie Cette construc
tion auxprisesavec l’impermanence desrapportsentre
expériences devie et formation oscilleselon elle entre quatre posi
tionsexistentiellestypes correspondantàune conception
différente de la causalité : l’attente (causalité de prédestination
dudevenir);le défi (causalitétéléologique des systèmesauto
poïétiques);la quête (causalité d’unsens transcendantal);etle
repos(causalitésynchronique desymbiose cosmique) La
prédominance d’une cause plusoumoinschoisie consciem
ment n’élimine pasl’influence desautres maislespondère de
façonsingulière Aussi lesexpériencesdevie pluriellesmais
sommetoute assezcommunes ne construisent uneviesingu
lière originale que parunetransformation personnelle
consciente décidée dialoguée mettanten forme etensens Il
mesemble que c’estl’éveil etmême l’autoéveil queveut
susciter MarieChristine parson chemin etparsesoeuvres

4

Merci auxamisbrésiliens de pouvoir bénéficier de cettevue
d’ensemble d’unetelleœuvre originale en formation par éveil à
l’existence etouverturesbiocognitivesaudacieuses

Um

grande

abraço

5

Introduction

Ces expériences au cours desquelles se forment identités et subjec-
tivité
Cetexte ne résume pasle proposde mathèse (la formation
envisagée dupointdevue de l’apprenant: Lesujeten
formation connaissance et subjectivité–988) il indique les
pistesde réflexion etlescompréhensionsactuellesde ce qu’est
la formation etde la place qu’yoccupentcesexpériencesau
coursdesquelles se formentet setransformentnosidentitéset
notresubjectivité
La formation expérientielle : pour une théorie de la formation du
point de vue du sujet apprenant
Si le domaine de l’éducation desadultesa permisl’émergence
d’un objet théorique nommétantôtla formationtantôt
l’autoformation c’estentoutcasindissociable dufaitque
l’apprenantadulte de parsonstatutantpolorhogique et
sociologique d’adultesuggérait un questionnementdes
modalitésetdesenjeuxd’une relation pédagogique dèslors
« entre adultes» Pour ma part je fusconcrètementconfrontée
à ce questionnementpour la première fois ilya quinze ans
lorsque jevis s’installer autour de latable d’unséminaire que
j’animaisà l’Universitéune femme de plusdevingtansmon
aînée Pourquoi monsavoir me parutil léger en regard deson
expérience ? Qu’avaisje à offrir à cett Q ?e femmeuevenait
elle faire à nouveauà l’Universit Qé ?uelle place prenaitcette
démarche de formation dans son parcoursde formation ?
Qu’apprenaitelle de cette expérience de côtoiementde jeunes
qui auraientpuêtresesenfants?

Entantqu’objetd’observations etentantqu’objetpensé la
formation envisagée dupointdevue de l’apprenant devient
un conceptgénérateur autour duquelviennent se consteller
progressivementdesconceptsdescriptifs telsque processus
temporalité expérience apprentissage connaissance et savoir
fairethématiquetension dialectique consciencesubjectivité
identité Penser la formation dupointdevue de l’apprenant
c’estbiensûr ne pasignorer ce qu’en disentlesdisciplinesdes
sciencesde l’humain maisc’estaussi renverser leur perspective
ens’interrogeant sur lesprocessusde formation psychologique
psychosociologiquesociologique économique politique
culturelletelsque deshistoiresdeviesingulièresnousen
parlent Autrementditse mettre à l’écoute de leur place etde
leur articulation dansla dynamique de ces vies
Lesprocessusde formationse donnentà connaître àtraversle
pointdevue de l’apprenantmisen interactionsavec d’autres
subjectivités Lesprocéduresméthodologiques ou si l’on
préfère lespratiquesde connaissance misesen jeudans une
approche intersubjective deson processusde formation
cherchentdonc à offrir l’opportunité d’un apprentissage
expérientiel àtraverslaquelle la formationse donneraità
connaître Parce quetoutobjet théoriquese construitgrâce à la
spécificité desa méthodologie il en estainsi duconceptde
formation quis’enrichitdespratiquesographiqibuesaucours
desquellesil estpensé à la foiscommeune histoiresingulière et
comme manifestation d’un humain objectivant sescapacités
autopoïétiques
Danscetexte je présenteune approche desapprentissages
expérientielspar le biaisde ce que nousen disentlesrécitsde
formation quiserventde matériauxpour comprendre les
processusde formation de connaissance etd’apprentissage
Se former c’estintégrer dans une pratique des savoirfaire et
desconnaissances etce dansla pluralité de registresdontil
vientd’être faitmention Apprendre désigne alorsplus
spécifiquementle processusd’intégration luimême

8

Dansla conversation courante apprendre par l’expérience c’est
être capable de résoudre desproblèmesdonton peutignorer
qu’ilsontformulation et solutionthéoriques Danscetexte
l’apprentissage expérientiel est utilisé certesdanslesensde
capacité à résoudre desproblèmesmaisaccompagné d’une
formulationthéorique et/oud’unesymbolisation
L’on commencesansdoute à percevoir que ce qui fait
l’expérience formatrice est un apprentissage qui articule hiérar
chiquement savoirfaire etconnaissances fonctionnalité et
significationtechniqueset valeursdans un espacetempsqui
offre à chacun l’opportunité d’une présence àsoi età la
situation àtraversla mobilisation d’une pluralité de registres
Si l’approche biographique est un moyen autre d’observation
d’un aspectmajeur des situationséducatives –ce qu’yapprend
l’apprenant c’estqu’elle permet une interrogation des
représentations des savoirfaire etdesréférentielsquiserventà
décrire etcomprendresoimêmeson environnementhumain
etnaturel Pour observersa formation ils’agitd’apprendre par
expérience directe à observer cesexpériencesdontnous
pouvonsdire plusoumoinsprécisémenten quoi ellesfurent
formatrices
Lasituation de construction durécit parce qu’elle demande la
narration desoisousl’angle desa formation àtraversle rappel
des souvenirsréférencesqui jalonnentet scandent une durée
devie exigeune activité psychosomatique à plusieursniveaux
Sur le plan de l’intériorité :se laisser aller auxassociationslibres
pour évoquerses souvenirsréférencesetlesorganiser dans une
cohérence narrative autour du thème desa formation La
socialisation de l’autodescription d’un cheminement avecses
continuitéset sesruptures engage égalementdescompétences
verbalesetintellectuellesquisontà la frontière entre l’indivi
duel etle collectif puisque pour être manipuléesde façon
originale elles sontcontraintespar lesnécessitésde redon
dance Pourtravailler en groupe au sein d’unséminaire il est
incontournable de mettre enœuvre descompétencesrelation

9

nelles etlorsque cesrelationsintersubjectivesont un enjeu
explicite de connaissance il est utile d’avoir des savoirfaire et
connaissances sursoi en ce genre desituation Enfin l’écoute
desrécitsetletravail cointerprétatifsur lesprocessusde
formation impliquentdescapacitésde compréhension et
d’usage de référentielsd’interprétation Lasituation de
construction durécitde formation quellesquesoientles
variationsde procédures selon leschercheurss’offre comme
une expérience potentiellementformatrice pour ceuxetcelles
quis’yengagentessentiellementparce que l’apprenant
questionnesesidentitésà partir de plusieursniveauxd’activité
etde registres Cette approche qui prend à contrepied les
habitudesde démarchesréductriceshabituelles enthousiasme
oudésoriente par lavision d’ensemble qu’elle exige De plussi
descapacitésdéjà plusoumoinsbien maîtrisées sontdetoute
façon exercées letravail biographique exige de la créativité
pour évoluer danslasingularité de lasituation de narration
L’apprentissage expérientiel proposé par l’approche biographi
que duprocessusde formation estditexpérientiel en cesens
qu’il implique directementl’apprenantdansquatre dimensions
existentielles:sa conscience d’être psychosomatique ou
anthropossa conscienced’homo faberet sa conscienced’homo
sapienset sa conscience desa conscience
Précisons en quoi les souvenirs rapportés dans un récit de formation
sont des expériences formatrices ou peuvent le devenir.
Parler desouvenirsréférences c’estdire d’emblée q’ils sont
u
symboliquesde ce que l’auteur comprend comme éléments
constitutifsdesa formation Lesouvenirréférence restitue à la
fois une dimension concrète ou visible qui faitappel à nos
perceptionsouà desimages sociales et une dimension invisi
ble qui faitappel à desémotions des sentiments du senset/ou

–––––––––––––––––––––––––––
Voir dansbibliographie : Caleb GattegnoLa conscience de la conscience Il nes’agitpas
d’un attributde l’être qui estprésence à luimême auxautresetàson
environnementhumain etnaturel

20

des valeurs Letravail d’explicitation de cette dimension
invisible est une étape de la construction d’une expérience
comme le furentcellesde la remémoration oude la
socialisation durécit Lesouvenirréférence peutêtre qualifié
d’expertise formatrice parce que ce qui a été appris(savoirfaire
etconnaissances)sertdésormais etjusqu’à plusample
informésoitde référence à detrèsnombreuses situationsdu
genresoitd’événementexistentielunique etdécisif dansla
symbolique orientatrice d’nevie Cesontlesexpériencesque
u
je peux utiliser comme casde figure pour décrireune
transformationun étatdeslieuxun complexe affectifune
idée maisaussiunesituationun événementune activitéune
rencontre quisontmisesen histoireune histoire qui me
présente à l’autre dansdesformes socioculturelles dansdes
représentations desconnaissancesetdes valorisationsquisont
autantde façonsde parler de moi de mesidentitésetde ma
subjectivité Ainsi la construction deson récitde formation
introduitàune réflexion anthropologique ontologique et
axiologique
Les expériences formatrices comme processus de connaissance
Si cette réflexion estintégrée commeune desformesd’atten
tion consciente àsoi il estpossible d’intervenir dans sa
formation de façon pluscréative parune meilleure
connaissance desesressourceset ses visées Parce que le récit
rassemble etrelie desexpériences trèsdiverses il estpossible
des’interrogersurseschoixsesinertieset sesdynamiques La
mise en perspective que favorise la construction d’un récit
émerge d’un paradoxaltélescopage entre dupassé etdufutur à
la faveur duquestionnementprésent
Lorsque l’Indetraditionnelle nousditque le psychisme est
constitué de nosexpériencespassées elle nousrend attentifs
aufaitque cesdernièresgênentnotre faculté d’être présentau
présentetd’être authentiquementnousmêmes Parce que
nousnousidentifionsà nosexpériences nousnousfigeonsen
elles Cette civilisation m’offreune perspective autre à partir de

2

laquelle je reconnaisavecune plusgrande lucidité encore le fait
que la formation décritlesprocessusqui affectentnosidentités
etnotresubjectivité Elle indique ainsi l’un descheminspour
êtreunsujetorientantavec luciditésesapprentissageset son
processusde formation Si l’apprentissage expérientiel est un
moyen puissantd’élaboration etd’intégration desavoirfaire et
de connaissancessa maîtrise peutdevenirunsupportefficace
detransformations
A l’échelle d’unevie le processusde formationse donne à
connaître àtraverslesenjeuxnésde la dialectique entre
condition individuelle etcondition collective de notre
humanité L’intégrationsociale pour lesociologue l’encultu
ration pour l’anthropologue désignentbien l’intériorisation
d’un oude discours sur lesâges les statuts les tâchesetles
rôlesde lavie communautaire Il estcependantaisé dese
rappeler desmomentsde rébellion intérieure ouextériorisée à
despassagesobligés ouencore d’évoquer desmomentsde
choixintuitifsansautre autojustification que celle d’u çan «
s’imposait» ou« c’étaitévident» Si noscomportements
socioculturels sontdes schémasrelationnelsde base qui ontété
apprisd’expériences exercésetdonc intégrésdansdesrituels
relationnelspropresà chaque communauté ilsn’ensontpas
moinsremodeléspar les tempéraments les sensibilités
l’infinité desnuancesqui manifestentcette originalité à laquelle
nous sommes sensibleschaque foisque nousrencontronsdes
personnalitésqui nous surprennentdansleur redéfinition de
ces schémas LesDroitsde l’homme n’exprimentilspascette
tension dialectique entre lesdroitsdesindividualitésetles
droitscollectifs? Lesexpériencesqui décriventconcrètement
un processusde formation peuventainsi être misesen
perspective par la façon dontle récitantcomprendson
humanité àtraversles transactionsdanslesquelleselle
s’objective
Si peude récitsexplicitentle mythe d’anthroposdontchacun
d’entre euxparticipe lesenjeuxduprocessusde formation
montrentdesindividualitésauxprisesavec desévénements

22

desactivités des situations desrencontresqui obligentà
reconsidérer ouà construire des solutions desidées des
comportements desfaçonsde faire peudissociablesde l’idée
que l’onse faitdespotentialitésde l’humain Noscultures
occidentalescontemporaines fondées sur la libre entreprise et
la capacité d’initiative créatrice nousobligentà avoir des
scénariosdevietandisque lesformesetlescontenuséducatifs
cherchentà orienter etcontenir cette créativité Si l’innovation
naîtd’individualitésexploratrices lesprocéduresdesa
légitimationsocialetémoignentde latension fragile entre
tradition (perpétuation d’expériencesconnues) etmodernité
(ouverture à l’expérience autre) Lescontesetleshistoiresde
notre enfance furentlespremiersélémentsd’un apprentissage
qu’être humain c’est aussi créer leshistoiresquisymbolisent
notre compréhension deschosesde lavie Lesexpériences
dontparlentles souvenirsréférencesconstitutifsdesrécitsde
formation racontentnon pasce que lavie leur a apprismaisce
qu’ilsontexpérientiellementapprisdescirconstancesde leur
vie
Ainsi le processusde formation metl’accent sur l’inventaire
desressourcesexpérientiellescumuléesetdes transformations
identitaires Il meten outre en évidence des tensions
dialectiquesparticulières tellesque :une capacité de réactions
programméeset une capacité d’initiatives capacité d’identifi
cation et une capacité de différenciationune capacité de
soumission et une capacité de responsabilisation enfinune
capacité d’orientation imitative de modèlesculturelset une
capacité d’orientation ouverte à l’inconnu Le processusde
connaissance metl’accent sur l’inventaire desréférentielsetdes
valorisations etfaitémerger lesintérêtsde connaissance et
leursregistres La description desprocessusde formation etde
connaissancesousla forme de genresdesavoirfaire etde
connaissancespermetde regrouper ce qui a été apprisenterme
detransactionspossiblesavecsoimêmeson environnement
humain (ycomprislesobjets simplesoucomplexes) et son
environnementnaturel Elle offre égalementlesrepèresindis

23

pensablesàun dialogue entre récitants Si le motdetransaction
convientmieuxici que celui d’interaction c’estqu’il dénoteune
intentionnalité qui cherche à prendre forme à la foisen étant
modelée par eten modelantlavariété quasi infinie des
circonstancesde nos vies
Le récitd’un parcoursintellectuel etde pratiquesde
connaissance meten évidence lesregistresd’expression des
enjeuxde connaissance aucoursd’unevie Cesregistres sont
précisémentlesconnaissancesélaboréesen fonction de
sensibilitésparticulièrespourune période donnée Si lesdisci
plinesconstitutivesdes sciencesde l’humain peuvent servir de
référentielsd’autointerprétation c’estbien parce qu’elles sont
desobjectivationscollectivementconstruitesdesprisesde
conscience de ce qui faitnospotentialitéshumaines Parce que
cesdisciplines sontl’expression de prisesde conscience pos
siblesdesniveauxde réalité dans unevie d’humain chacun
racontesesexpériencesdansle oulesregistresdesesappren
tissagesconscientiels
La mise en récitde l’évolution d’un dialogue intérieur avecsoi
mêmesousla forme dun cheminementde connaissance etdes

transformationsdeson rapportà celleci permetde découvrir
que les souvenirsréférencespeuvent servir aujourd’hui à
élargir etenrichirson capital expérientiel De même que
l’histoire despeuplespeutêtre récrite avec lesheurset
malheursque l’onsait l’histoire de notre formation etla
compréhension de nosprocessusde formation etde connais
sance peuventêtretransforméesetenrichiesparune lecture
inédite En reprenantlesmatériauxdurécitde formationsous
l’angle d’un itinéraire de connaissances etdonc de pointsde
vue possibles sur desréalitésdevie il estpossible dese rendre
attentif auxregistresque l’on a développésouignorés aux
intérêtsde connaissance récurrentsetaux valorisations
orientatrices Enfin cette façon de reconsidérer ce qui fut
expérience offre l’opportunité d’une prise de conscience du
caractère nécessairement subjectif etintentionnel detoutacte
de connaissance etducaractère éminemmentculturel des

24

contenusde cettesubjectivité comme de l’idée même de
subjectivité
Lorsd’une causerietélévisuelleun psychiatre genevois
interprétaitla craint men maladiee de la «tale » par la menace
qu’elle faitpesersur le contrôle desoi etla maîtrise de
l’environnement Cette définition d’n désordre psychique le
u
plus souventaccompagné d’unesymptomatologiesomatique
pourraitfaire oublier que lesexpériencesformatrices sont tout
autantcellesqui alimententla confiance ensoi etdans ses
ressourcesque cellesqui alimententlesremisesen question les
doutesetleserrances En cesens prendre acte que l’expérien
ce puisse être ressentie parsoi oulesautrescomme « positive »
ou« négative » c’estexprimer en langage émotionnel l’idée que
lesapprentissagescomportent une alternance etparfois une
cohabitation de construction de complexesd’habitude de
transformationsd’autresetd’éliminationsde certaines S’il est
desdomaines comme lesportoulasanté oùcesdeux ver
santsde la formationsontreconnus nous sommesloin du
compte danslesactivitéséducatives
Cesexpériencesdetransformation de nosidentitésetde notre
subjectivitésont sivariéesque la façon la plusgénérale de les
décrire consiste à parler d’événements d’activités desituations
oude rencontresquiserventde contextesàtel ou tel appren
tissage En effet lesrécitsde formation mettenten évidence la
difficulté d’établir descorrélationsentre circonstancesetgenres
d’apprentissage Cesmomentsformateurs qui ontpudurer
quelquesinstantsouquelquesannéessontdes tableauxqui
mettentenscèneun oudesprotagonistesentransactionsdans
une dramaturgiesingulièreune brusque interruption de durée
oud’intensitéune observationun exercicesystématiqueune
sympathieun attachementou une aversion pourun alter ego
En regard d’un langagetechnique exprimant une réflexion
élaborée etinformée qu’ellesoitcompréhensive ouexplicative
à proposde réalitésdevie le langage de l’expérience estle plus
souventanecdotique Maisce qui estrecherché dansla mise en

25

forme langagière de l’expérience c’estlasymbolique à l’œuvre :
« A proposde cette histoirevoici la mienne No »s
conversationsquotidiennesavec nosfamiliersounos
interlocuteurs sociaux sontponctuéesde ces« àpropos»
comparatifs C’estainsi que nousmaintenonsetrenforçons
notre capital expérientielsorte detrésor desurvie pourune
multitude de circonstances La complexité combinée des
signes deslangages desobjets descirculationset transactions
dansles sociétésen étatde conquête et valorisantl’initiative
privée multiplie lesoccasionsd’expérience etdonc d’explora
tion d’autresimagesdesoi d’autrescapacités Maiscette
multiplicité desopportunités en particulier dansles villes crée
également un phénomène desaturation dûauxbruitsetaux
discoursqui nouscoupentde notresilence intérieur etdonc de
notrevitalité Ainsi de nombreusesexpériences sont
ébauchées maispeuourares sontcellesque l’on mène àterme
dansce brouillage intensif de « radiointériorité » C’est une des
raisons mesembletil de périodesplusoumoinslongues
d’unesorte de divagation de notre intentionnalité Parce que le
récitde formation oblige aussi àun bilan comptable de ce dont
furentfaitscesjours cesmoisetcesannées il permetde
prendre conscience de la fragilité de cette intentionnalité etde
l’inconstance de nosdésirs
Le champ de la formation est sivaste qu’il peutdevenirun
nouveau territoire à conquérir etd’une certaine manière les
populationsconcernéespar le NewAge oucellesconcernées
par la formation professionnelle continue l’explorentdans
touteslesdirections ;maisdansquelle mesure peuton parler
d’expériencesformatricesà proposde cesexplorations si le
processusexpérientiel désigneune pratique de connaissance
orientée par l’observation etl’interprétation desinteractionset
transactionsdanslesquellesnous sommesengagésouimpli
quésinvolontairement? Quesignifie cette apparente boulimie
detransformation danslesprocessusde formation de ces
apprenants?

26

L’intitulé donné à ma recherche Êtreunsujeten formation
indique qu’ils’agitdese former entantquesujetconscientde
sa formation Voilà encoreune étape dansle processus
expérientiel :utiliser consciemment sonsavoirfaire et ses
connaissancesexpérientiellesdanslesapprentissagesnéces
sairesà l’aboutissementd’un projet La qualité essentielle d’un
sujeten formation estalorsdans sa capacité à intégrertoutes
lesdimensionsdeson être àsav la connaioir :ssance deses
attributsd’être psychosomatique etdu savoirfaire avecsoi
même la connaissance desescompétencesinstrumentaleset
relationnellesetdu savoirfaire avec elles la connaissance de
sescompétencesde compréhension etd’explication etdu
savoirpenser
Lethème de la quête de l’identité quitraverse lesrécitsde
formation incite à penser que l’un desenjeuxde la formation
estla mise enœuvre desa créativité dans toutes sesdimensions
aucoursd’un processusd’individuation

27

Partie

I

LA FORMATION AU CŒUR DES RECITS DE VIE :

CONTRIBUTION A UNE THEORIE DE LA FORMATION

DU

POINT

DE

VUE

DU

SUJET

APPRENANT