//img.uscri.be/pth/b4f24b11a8fb70a49ebf8bb237df3d455f08e9e2
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Faut-il enseigner dans les langues nationales?

De
78 pages
Quels sont les enjeux pédagogiques, économiques et sociaux en cause dans l'enseignement en langues nationales ? Quels sont les défis ? Quel bilan peut-on tirer en terme d'efficacité de l'enseignement en langues nationales, comparativement à l'enseignement par les langues étrangères ?
C'est à ces questions que l'auteur tente d'apporter des réponses.
Voir plus Voir moins

FAUT-IL ENSEIGNER DANS LES LANGUES NATIONALES?
L'exemple du Niger

@ L'HARMATTAN,2007 5-7, rue de l'École-Polytechnique;

75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harrnattan(a)wanadoo.fr harmattan I (a)wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-03792-2 EAN : 9782296037922

ABOUBACAR

YENIKOYE ISMAEL

FAUT-IL ENSEIGNER DANS LES LANGUES NATIONALES?
L'exemple du Niger

L'Htmattan

faut-if enseigner d'ans [es fangues nationa[es ?

5

Avant propos Faut-il enseigner dans les dont la réponse est tout cependant pas encore reçu de nombreux pays africains langues Nationales? Cette question à la fois évidente et banale, n'a de réponse adéquate et concrète dans anciennement colonisés.

En vérité, c'est surtout dans «les pays africains de langue française» qu'une telle question suscite encore controverses et tergiversations, car de nombreux Etats anciennement colonisés par l'Angleterre pratiquent depuis plusieurs décennies, l'enseignement dans les langues nationales. D'un point de vue pédagogique, il convient de distinguer entre « l'enseignement des langues nationales» et «l'enseignement dans les langues nationales ». L'enseignement des langues nationales peut se faire par les langues nationales elles mêmes ou par des langues étrangères, alors que l'enseignement dans les langues nationales, ne peut se faire que par les langues nationales. En vérité et pour bien préciser les choses sur le plan pédagogique, il ne s'agit dans notre esprit que de l'enseignement dans les langues nationales ne se définissant qu'à travers l'utilisation de la langue maternelle de chaque enfant comme support de la transmission des connaissances. Il ne s'agit pas de prendre une langue africaine- parce qu'elle est africaine- et de conduire l'apprentissage des connaissances par cette langue qui peut être étrangère à l'enfant au même titre qu'une langue occidentale. Si au Niger, l'enseignement par les langues nationales existe depuis près de trente ans, il reste qu'en dépit des dispositions de la Loi d'orientation du système éducatif nigérien adoptée en 1998, cet enseignement relève de l'expérimentation et n'a pas connu un début de généralisation.
Quelle est la portée de l'enseignement par les langues nationales? Quels sont les enjeux pédagogiques, économiques et sociaux en cause? Quels sont les défis? Quel bilan peut on tirer en terme d'efficacité interne et externe de l'enseignement

6
faut-if enseigner dans CesCangues nationaCes ?

par les langues nationales, par les langues étrangères?

comparativement

à l'enseignement

Pour tenter de répondre à cette importante question, nous avons choisi de suivre pendant une vingtaine d'années, les performances scolaires d'élèves inscrits dans différents établissements du Niger: élèves des écoles expérimentales en langues Haussa et Djerma, pour les comparer aux performances des élèves fréquentant les medersa et des écoles en langue française.

Les élèves répertoriés ont été ainsi suivis de l'entrée au CI en classe de Terminale et ont subi un examen psychologique en vue de déterminer leur niveau intellectuel à l'aide de tests de conservation; ces tests visent à permettre de vérifier l'acquisition des notions logico mathématique chez l'enfant.
Les résultats sont rapportés dans deux documents qui constituent la trame du présent ouvrage. Un premier document élaboré en 1986 qui fait le point des performances obtenues par les enfants issus des différents types d'écoles du point de vue de l'acquisition des notions logico mathématique si indispensables à la pensée scientifique, et rationnelle; un deuxième document élaboré quinze années plus tard traitant des performances de ces mêmes enfants dans les différents domaines du rendement interne et externe de leur scolarisation (passage redoublement, accès en classe de 6 ème, résultats au BEPC, au Baccalauréat).

On pourra consulter en fin d'ouvrage, la liste des élèves suivis au cours de ces deux décennies, leurs noms et prénoms, âges et ou dates de naissances, ainsi que les performances scolaires aux différents niveaux de scolarisation. C'est ici l'occasion de remercier les autorités administratives et scolaires qui ont aidé à la réalisation de cette étude; nous n'oublierons pas le soutien de la GTZ et SNV Niger, ainsi que la contribution importante de notre assistant: Tanko Idi. Il ressort de cette longue investigation, à l'examen des résultats des différents groupes, que l'enseignement dans les langues nationales n'est pas seulement une nécessité pédagogique; c'est tout simplement une question de bon sens et d'évidence, qu'impose le sens commun de chacune des sociétés humaines.

faut-if

enseigner aans Cesfangues nationaCes ?

7

Comment comprendre que plus de quarante années après les indépendances des Etats Africains, des maîtres africains se présentent encore aujourd'hui, devant des enfants africains, pour leur transmettre dans une langue qui leur est complètement étrangère, des.. ...connaissances ? L'accès aux connaissances, ne doit il pas d'évidence être précédé d'une maîtrise du vecteur de transmission des connaissances elles mêmes(la langue) ? Si le système éducatif de l'Afrique de l'Ouest voudrait plus longtemps encore s'obstiner à pratiquer un mode pédagogique relevant de l'aberration pédagogique la plus flagrante jamais observée, ne doit-il pas pour rester logique avec lui-même, commencer par utiliser les langues maternelles de chaque enfant, pour enseigner la langue de transmission des connaissances; une fois la langue étrangère apprise et maîtrisée, alors seulement, cette dernière pourrait être utilisée pour l'apprentissage des connaissances scolaires. En tout état de cause, n'est-il pas urgent, pour faire baisser le très fort taux de déperdition scolaire dans les pays d'Afrique occidentale (taux les plus élevés du monde) de commencer par respecter les règles élémentaires de la pédagogie: user d'une langue que l'enfant comprend pour lui transmettre, saVOIrs, savoir être, et savoirs faire.

POSITION

DU PROBLEME

Le Niger compte parmi les pays ayant le taux de scolarisation le plus faible au monde: en 1998, à peine 30 enfants sur 100 en âge d'être scolarisés, le sont véritablement. A ce faible taux de scolarisation, vient s'ajouter une forte déperdition scolaire. En effet, 70 % des enfants scolarisés n'accèdent pas au niveau secondaire.
Déjà au début des années 1980, les autorités en charge de l'éducation et de l'enseignement avaient réfléchi aux conditions d'un meilleur rendement interne et externe et préconisé l'introduction des langues nationales dans le système éducatif de base.