//img.uscri.be/pth/76ab2309e98fd08e5ec2552f2bbe29bb24713606
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'ecole est finie

De
246 pages
Ce livre est un journal thématique tenu pendant un an par un professeur de français. Semaine après semaine, il rapporte le quotidien de sa mission d'enseignant dans un établissement public du secondaire. S'appuyant sur sa pratique pédagogique, tout en observant l'évolution "politique" inquiétante de l'Education nationale, il montre la difficulté croissante, mais aussi la beauté de ce métier. Résister devient une évidence et une nécessité.
Voir plus Voir moins

L’École

est

finie

Savoir etFormation
Collection dirigée par JackyBeillerot 
MichelGault etDominiqueFablet
Al'économique, du social et du culturel, des acquis dula croisée de
passé et des investissements qui engagent l'avenir, la formation
s'impose désormais comme passage obligé, tant pour la survie et le
développement des sociétés, que pour l'accomplissement des
individus.
a formation articule savoir et savoir-faire, elle conjugue
l'appropriation des connaissances et des pratiques à des fins
professionnelles, sociales, personnelles et l'exploration des thèses et
des valeurs qui les sous-tendent, du sens à leur assigner.
a collectionSavoir etFormationveut contribuer à l'information et
à la réflexion sur ces aspects majeurs.

Dernières parutions
AlainARCVE,Un collège RAREthnographie d’une
rentrée en classe de sixième, 2011.
ValérieBARRY,Identifier des besoins d’apprentissage
Fondements méthodologie études de situations, 2011.
ean-uc PRADES,Sociopsychanalyse et participation sociale
Etudes méthodologiques comparées vol  – , 2011.
eanCAetDominiqueFABET (coord.),Professionnels
de santé et analyse des pratiques, 2011.
SéverineCOET,LaCarrière de personnes atteintes de
sclérose en plaques, 2010.
éo TERS-VDA,De lEnnemi Principal aux principaux
ennemis, 2010.
ChristianeOTADO,Pédagogies de linterculturel à
lécole primaireDécouvrir la langue de lautre, 2010.
oëlGAARD,Comprendre la réclusion scolaire, 2010.
ean-PierreBGEAUT,Une poétique pour léducation, 2010.
ervéCEER,La démocratie dapprentissage, 2010.
DidierOURDAetFrank PZO,Tabac alcool drogues  la
prévention au lycée, 2010.
ValérieBARRY,Dialectiser la recherche et l’action, 2010.
CatherineBORÉ,Modalités de la fiction dans l’écriture
scolaire, 2010.
ChristianA,LaGesteFormation, 2010.

FrançoisAugé

’École

ré



est

hilipp

L’HARMATTAN

finie

iriu

Recueils du même auteur, parus chez'armattan :
Lumière cachée, 2007.
Vigne, 2008.
Le NoyerSeul, 2009.
Le divan dans les arbres, 2010.

© LHARMATTAN 
57 rue de lÉcolePolytechnique ; 755 Paris

http:www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

SB: 978-2-296-55021-6
EA: 9782296550216

À

m

on

p

ère

«

Le

vrai

miroir

de

nos

di

scours

est

le

cours

de

nos

vies.

Montai

»

gne

Préface

Aventures pédagogiquesen milieu scolaire

ien n’est plusennuyeux qu’unemploidu tempsd’enseignant
horloge bien huiléereproduisantchaquejour les mêmes gestes chaque
semainelemêmehoraire chaque annéeles mêmescours.ien n’est plus
tristequeles souvenirsamersdeprofesseurs égrenésàlongueurde
pagesquidisent leur rancœurdenepasavoirdesélèvesdéjà
«éduqués » e pourquoit – pa «s ? –bienéduqués ».ien n’est plus
alarmant que ces témoignages sur « l’école» où lanostalgiene débouche
quesur lahaine haine des « pédagogues »etdes parentshaine du
monde entier voué aux gémonies pour n’êtrepointagenouillé devant le
«corps professoral ».ien n’est plusdésespérant que ces ouvrages
marketés pour un succèsderentréequidésignentdesboucsémissaires
pour tous nos problèmeséducatifset scolaires exonérant leurauteur –et
leurs lecteurs par lamêmeoccasion –detouteresponsabilité… la
dénonciation vautici commeunemanière des’innocenteretpar la
mêmeoccasion des’exonérerdetouteresponsabilitéprésenteou future 
qui nesesait pas partieprenante du problèmenepeutêtrepartieprenante
delasolution.
C’est pourquoi onest sicontentdetrouver à côté de ceflot
d’ouvragescalibrés pour les polémiques qu’ils suscitentun texte aussi
merveilleux queleprésent livre deFrançoisAugé.D’abordparceque
c’est un livreprofondément humainil nesuccombejamaisàlatentation
de« l’effet »et ne confondpas laformulequi fait mouche avecles mots
qui sonnent juste.l s’efforce à chaqueinstant d’êtresimplement – mais
c’est la choselapluscompliquée! –au plus prèsdu plus vif.De dire ce
qui setrame dans la classe aucœurdelarelation pédagogiquequandun
adulte– professionneldel’enseignement – rencontre desadolescentset
que– tâcheimpossibles’ilenest ! – il leurdemande demobiliser leur
liberté d’apprendre dansdes situationscontrainteset surdes objets
imposés.FrançoisAugésait la difficulté del’entreprise.l sait qu’on ne
peut se débarrasserdela contradiction pardécret enenrôlant sesélèves
9

dans unemécanique didactiquevolontaristeouen semettantbéatementà
l’écoute deleurs «aspirations »fussent-elle profons «des ».François
Augésait que c’estde cette contradiction quenaît la«conscience
pédagogique» et l’inventivité aussi.l sait que c’estainsi qu’on peut
transcender laroutinenécessaire du fonctionnaire.Et sortirdelanaïveté
etdela désespérance àlafois.C’est pourquoi il nous offre contretoutes
les machinesà caricaturesetàpolémiquesun véritablelivre d’aventures
pédagogiques.
Car danscelivreon trouvelesdeux réalitésconstitutivesdu vrai
métierdeprofesseurlesélèveset la culture.esélèves évidemment.
Desélèvesconcrets décrits sansaffectation. «iangesnidémons »
maisdesêtrescomplexes àprendre commeils sont… pour nepas les
laisser où ils sont.Desêtresàprendre au sérieuxjusque dans la
résistancequ’ils nous opposent.arceque c’est là au quotidienetdans le
moindregesteques’éprouvent lavolonté d’instruire et le choix
d’éduquer…a culture aussi celivre estceluid’un hommequi vitdela
culture.as seulement lelivre d’un professeur quidoit transmettreune
culture engrangéejadis pendant sesétudesmais lelivre d’un hommequi
faitdela cultureun moyendepensercequ’il vit etd’éclairer laquestion
même desapropretransmission.Contrairementàtousceuxetàtoutes
celles pour qui la culturerelève d’unetransactionbancaireoud’une
complicité culturelleFrançoisAugé ala culture chevillée aucorps.Et
c’est parcequ’ilenest pétri qu’ellelui fournitdes outilsd’intelligibilité
deson métiercomme des situationsdans lesquelles il l’exerce.C’est
parcequ’il la conçoitcommeunemanière dereliercequ’il vitdeplus
singulieravec cequiest leplus universel qu’ila auprèsdesesélèves ce
«crédit » sans lequel nulle entreprise éducativen’estenvisageable.
l faut faire créditàFrançoisAugé.on livre a d’abord cette
vertuil réinscrit l’enseignantdans le cercle ducrédit.ansconcession
il montrejour par jour cequ’est un professeurunêtre animépar la
passiond’apprendre.our luiet pour lesautres.ndissociablement.

Philippe Meirieu
Professeur à l’université LUMIERE-Lyon 2

Septembre

Jour de rentrée pour les profs
ourderentréepour les profs maisaussi pour tous les personnelsducollège.
’ai l’impressiondetraîner les pieds commesisans quejem’en sois rendu
comptelenombre desannées s’était misàpeser pourde bon sur mesépaules.
enesuis ni fatiguéniépuisémais jeressens une certainelassitude en partie
généréepar leregardquelesdécideurs font passeràtravers leurs messages
saturésdepropagande.
Et pourtant cematinjesuisarrivé enavance.’étais lepremier.’avais perdu
leprogramme delajournée et jem’étaisdit quel’heure de débutétait huit
heures trente–au lieudeneuf heures.eretrouverdans lesilence delasalle
des profsest unexercicequejerecommande àtous ; on y mesurelesbienfaits
del’absence deparoles ; le calme est siagréable àgoûter…’avais sansdoute
besoinde ces quelques momentsdesolitudepour m’installerdoucementdans
cettenouvelle année.
Après lesbonjourset les quelquesembrassadesd’usageles rituelsderentrée
ont repris le dessus.Dans lesdifférentes réunionsdelajournéeil nesepasse
pas grand-chose; toutest réglé àl’avance– ou presque.Cequiest important
c’estdepasser parcet itinéraire bien rodépour seremettre dans le bain
émollientdes retrouvailles.
Cette année est particulière.C’est une année detransition.Beaucoupde
« piliers » sont partisàlaretraitesouvent lalarme à prl’œil –euves’ilenest
quenousexerçons notremétieravecune conscience et parfois unepassion que
nous n’osons querarementavouer – réalisantavecune certaine douleur que
désormais il leur fallaitconstruireune autremaison où ils pourraient vivreune
autrevie.n nepart pasde cettegrandemaison sans quelquesdégâts
psychologiques.
Cette année est particulière.ousallons intégrerdenouveauxbâtimentsun
nouveaucollège–construit sur lemêmesite.Après les vacancesdela
oussaint si lesdélais sont respectés.ousallons passerd’un monde ancienà
un mondenouveau !ui c’est uneformule…’architecturepeutbeaucoup
mais pas tout…En toutcasnous serons plusau largelatempératuresera bien
réguléenous n’entendrons plus le coursd’à côté–aussi passionnant soit-il.Du
confortmaisquiddelapédagogie? – mot qu’il fautéviterdeprononcerdans le
petitcercle desenseignantsau risque depasser pour unempêcheurdetourner
en rond.Beaucoupde changementsdesurface.Dans les profondeurson verra
plus tard.
Cettepremièrejournée est toujourséprouvante.n nefait pas grand-chose et
pourtantquand arrivelafindel’après-midion sesent vanné commesi onavait
fait les foins pendant unejournée en plein moisdejuillet.on fils au repasdu
soirme dit
—Disdoncpapatu faiscombiend’heurescette année?Dix-huit ?
13

—onjefais vingt heures trente car j’animel’atelier théâtre et j’ai une demi-
heuresupplémentaire...
esenfants sont moqueurs…lsdisentàleur pèrequ’il fait unbeau métiercar
celui-ci lui laisse beaucoupdetemps libre vingt heures par semaine çalaisse
delamargepour faire autre chosequ’enseigner.n peut flânersereposer
prendre dubon temps.a bellevie en quelquesorte...esenfants sont
terribles...

Jour de rentrée… pour les élèves
ourderentréepour lesélèves.C’est unejournée àlafindelaquellejeressors
toujourséreinté;carc’est lareprise avecleréel avecl’humanité detousces
adolescents.lest impératifde« marquer son territoire»dès les premières
secondes ;aprèsc’est trop tard et pourdesannées parfois.Difficilemétier où il
nefaut pas seulementavoir latête bien pleinemaiségalementavoircompriset
senticequ’est un groupe et les réactions qu’il peutavoir.C’estcequem’avait
transmis monbondirecteurd’études quandj’étais jeunestagiaire:«Dès que
vous entrez dans la classe, les élèves savent qui vous êtes ; ils vous ont respiré,
leur opinion est déjà faite ; alors préparez-vous à ces quelques secondes
décisives, sinon vous entrerez dans votre classe la peur au ventre et vous ne
pourrez rien faire de bon.»lavaitbien raison.l nefaut pas ignorercerapport
deforces – naturel – sous peine deseperdre dansdes tourments sans fin.
esuis professeur principald’une classe dequatrième.e connaisbeaucoup
d’élèves pour lesavoireusen sixièmeouencinquième.es premiers instants
sont francsetchaleureux.ls me connaissentetadhèrentàmesexigences
calme dans la classerespectenversautrui êtrelàpour progresser par letravail.
Beaucoupd’imprimés sontdistribués en plusdes livresetdu fameuxcarnetde
liaisondans lequel nousavons lu lepréambule du règlement général ;deux
motsclés ontété commentés«citoyen »e lt «aïcité».Certainsavaient une
idée assez juste deleur signification.ais jenesuis pas sûr qu’ils serendaient
compteque cesdeux principesétaienten traindeperdreleur place dans l’École.
ousavons fait laphotode classe àlarécréa momtion ;ent traditionnel qui
fixe des visages souriants.Dans vingtansoù seront-ilsqui seront-ilsque
feront-ils ces jeunes genset jeunes fillesencoreinsouciants ?uissent-ils ne
pasêtre devenus lesesclavesdeleursaspirations pulsionnellesdanscemonde
où l’on veut nous faire croirequetoutest possible àpartirdel’instant où l’on
dit«eveux ».
En rentrantàlamaisonj’ai oubliéle collègepour quelques petites heures ; je
suisallé acheter une bouteille degazet j’ai passéla deuxième couche de
peinture– rouge basque– sur les voletsencore enchantier.Celanem’apas
empêché depenseràmon travaildu lendemainetdegamberger sur lameilleure

14

façondemotiverceschères têtesdéjà bien pleines.aischacun sait quela
quantitén’arienàvoiraveclapédagogie.
«onsieur c’est toujours lemême directeur ? » m’a demandéun garçon tête
en l’air.E !h nonC’est un nouveau.Celuidel’andernier –etdesautres
années –est partiàlaretraite.D’ailleurs toute« l’administration »a changé.Sic
transit gloria administratoris.Bâtiments neufs administration neuve; mais
enseignantsàlapeinturerayée àlamotivationéraillée àlasantéfluctuante
danscepaysage aux reliefs sanscesse érodés par lefaitdu prince.

Cyrano contre LeCid
Cematinj’ai faitconnaissance aveclesautresclassesune classe de
quatrième etdeuxclassesdetroisième.esélèvesbâillentils nesavent pas
comment setenir ; il fautdirequelemobilier scolairen’ariend’ergonomique
surtout pour les grands gabaritsquidoivent véritablement neplusen pouvoirà
lafindelajournée.’atmosphère estcalme chacunconnaît les habitudesdela
maison alors pourquoi s’en faire et seposerdes questions mêmesi onesten
troisième?naura bien letempsdepenseràl’orientationetauBrevet…
’essaie deles persuaderducontraire.atorpeurest presque complète.
’insistesur l’acquisitiondu vocabulaire «e laissez jamais passer un mot
inconnu que vous lisez ou que vous entendez.»Dans mondiscoursde
présentationdel’annéej’utilise« fugace déroger dyslexiepolysémie
indicible… »escahierscommencentàsenoircirdesignes.Dans trois mois
qu’en restera-t-il ?esais quel’humilitéfait partie du métierd’enseignant.l
faut laisserdes traces pour quelesouvenirdevienne delamémoire àlong
terme.Ces premières heuresde cours sont instructivespour lesélèveset pour le
professeur.Celaressemble àunéchauffementavant lapartie« pourdevrai ».
n seregardeon sejaugeon mesureleseffets quel’on produit sur l’autre.
Après lequestionnaire d’usage l– sureur perceptiondu frança jis –eleur
propose(aux troisièmes)des testsdegrammaire.’imparfaitdel’indicatifest
confonduavecle conditionnel présent – un grand classique–et lanotionde
phrase complexen’est pas partagéepar tous.uese disent-ilsalors ?
’enferment-ilsdans un schéma derejet face à cemétalangagequi leseffraie?
ubien soupirent-ilsen silenceparcequ’ils ontentendu millefoisces mots qui
neleur « parlent » pas ?’obstacle delalangue etd’unemanièregénérale du
langageresteunécueil majeurdans lapratique du métierd’enseignant.our un
nombreimportantde ces jeunesadolescentsles motsdel’école demeurent peu
compréhensibles.Certains nagentdans unbrouillardlinguistiquequi les isole.
Cen’est querécemment quej’ai réellement prisconscience de cephénomène
inquiétantla déperdition lexicalelarupture dans l’accèsau sens.Comment
devenir libresi lesens reste dans l’obscurité?’avaisbienconnaissance des
15

travauxdeBasilBernsteinangage etClasses sociales)mais jen’avais pas
réalisésuffisammentcombien lalangue est levéritableinstrumentdu pouvoir.
ur lesautresd’abord.
eprésenteune avant-liste des ouvrages quenousallonsétudier.EntreeCid
deCorneille etCyrano deBergeracd’Edmond ostandils plébiscitentCyrano.
ourquoi ?en’ai paseu leréflexe deleurendemander laraison.ls l’ont peut-
êtrevuàlatélévisionavecDepardieudans lerôle-titre…
Au moins troisélèves n’ont luaucun livre dans l’annéequi vientdes’écouler.
etemps leuramanqué ils regardaient sansdouteCyranoàlatélévision…

De la pauvreté

Findelapremièresemaine.out n’est pascalé.C’est un passageobligé.
Chacunchercheses marqueslesancienscommeles nouveaux ; peut-êtreplus
encorelesanciensdont jefais partie.esdernièresannéesd’enseignement
s’annoncent peuengageantes.Àtous pointsdevue.’École estdevenueune
entreprisequidoitêtrerentable.Encorepublique ellevit sesderniers moments
deliberté avantde devenir lelieudetous lescommerces.Avantd’être
privatisée.rivée.éservée aux privilégiés.etourdes privilèges d’unAncien
égimequel’oncroyaitdisparu une certainenuitdu 4août 1789 !
eministre annoncefièrement qu’il va développerdes stages – gratuits bien
sûr –deremise àniveau pour les plus faibles.Endehorsdu temps scolaire.n
évacueles problèmesàl’extérieur pour nepas troubler unepaixdéjà bien
menacée.on seulement les plus faibles –dans tous les sensdu terme–devront
trimerencoreplusmaisencoreils seront rejetés parcequenon normés.outce
quidevrait sefaire dans l’écolesefera désormais horsdel’école.eulsceux qui
n’ont pasde difficultés pourrontétudier.esautres seront « remisàniveau ».
uel programme étourdissantd’humanité!
epense àmesannéesdejeunesse àmesdébutsdansce beau métier.’avais
demandé au principaldetravailleravec desclassesdeC(classes pré-
professionnellesdeniveau).l m’avait répondu par lanégativemefaisant
comprendrequejen’avais pasétéformépour m’intéresserà ces jeunes
« vauriens ».remièresdésillusionsdans lefaitdesaisir uneréalitéformatée
d’avance.Chacundevaitêtre àsaplace.Aujourd’huilasituationest pire car les
élèves sententcetteségrégation.Cequeleursaînésacceptaientavecune
certainephilosophie eux leviventavec amertume comme desécorchés vifs et
adaptent leurcomportementà cetteimagenoirciequel’on renvoie d’eux.Faut-
il s’étonner que certainsdeviennentalorsdevéritables «emmerdeurs »capables
de déboulonner les pluschevronnés ?ls sesont «désinhibé pour ss »e
fabriquer un personnage àla carapaceopaque.ls sesontcoupésdu monde en
s’enfermantdans les miragesd’unetechnologie dont ils pensent qu’elleleur

16

procurelepouvoir.uisansdoutemais un « pouvoir » qui leséloigneun peu
del’humanité.
uandmêmenousavons travaillé.evocabulaire(« lelexiquepour les
pros »)«dyslexie épîtreonomatopéemandibulepolysémiehémistiche
équinoxe… »Dansces moments-làjeretrouvel’énergielamotivation
l’enthousiasme.Comment lesélèves reçoivent-ilscette avalanche demots qu’ils
connaissent peu ou pasdu tout ?’ai lanaïveté de croireque ces mots pourront
lesaideràse débarrasserde cette carapacequi lesétouffe.’ai lafaiblesse de
penser que c’est par lalangueque beaucoupdesituations nouées peuvent se
délier.
l faut luttercontrel’École delapauvreté endéclarant laguerre àlapauvreté
du langage.ous sommes faitsdemots qui ne demandent qu’à être ditset
écrits.

Trombines
Chacun souhaitelemeilleuremploidu temps pour sesélèves (… ?) maisaussi
pour lui.en’échappepasàlarèglemais làj’ai failli répandrema colère
autant quemon incompréhension.’entrons pasdans lesdétails.on propos
était unaménagement qui netouchaità aucunautre emploidu temps !imple…
Ehbien nonjem’entendsdirequ’il fautaussiarrangerd’autrescollègues…
oit.Complètementd’accord.ais pourquoi nepas valider unesolution qui
n’était qu’une astuceinterne et fonctionnaitencomplète autonomie?Brefune
autresolutionest trouvéequi sommetoute– jelereconnais –estaussibonne.
uf !Cen’est pas fini ;car leproblème del’horaire del’atelier théâtren’apas
étérésolu.ésultat des heuresde cours vont sauter (lesélèves viendrontà
l'atelieren manquant uncours) ;ces heures seront non rattrapables.
Apparemment çaneposepasdeproblème.Comprennequi pourra.Cette
mauvaisehumeurdemapart – un peuexagéréesansdoute– vise àmettre en
évidenceque certains petits tracas –évitables –additionnés peuventêtremal
reçus – quandon sait qu’il yavait unesolutionsouvent plusaisée àprendre
avant qu’après eneffet tous lescontrainteset paramètresétaientconnus !Ainsi
valapetiteviequotidienne aucollège.Ailleurs c’est lamême chose bien sûr
nous nesommes pas privilégiésen lamatière.D’unemanièregénéraleil ya
uneréflexion importante àmener pour organiser lavie detousaucollège
élèvesprofs administrationservices…l n’yapasencore devéritable
questionnement sur les moyenset les méthodes qui pourraient faireque chacun
travaillemieuxsans sesentir parfoisdésavouéou ignoré; ou pis oublié.epli
delarentabilité a étépris.esétablissementsdoivent fonctionner selon les
méthodes modernesdemanagement.aisau faitquelest le« produit » que
nous fabriquons ?Est-ilempaquetable conditionnablevendable? «achez
17

vous vendre» entend-ondans lesbonnesémissionséconomiques…Enavant la
zizique comptable.
Ah ! letrombinoscope.Cette année chacunadoptelaphotode classe– faite
en pleinairdepréférence– sur laquelleon greffeles nomsdesélèvesainsi que
ceuxdes profs.etrouveque c’est vraiment sympathique; il yaquelque chose
de désuetetderassurantdanscettephoto qui nous rappellenos photosde
classesauf quelàleprof n’est plus sur laphoto.ourquoi ?el’ignore; mais
c’est un signefortd’uncertaineffacementde celui oude cellequia encharge
l’éducation –au sens large–detousces jeunesadolescents.es photoset leur
contexterévèlentbien plus qu’un longexposésur l’évolutiond’unesociété.ur
les photosdemagénérationleprofesseur principal semblaitaccompagner ses
élèvestel un philosophe antique àl’expériencereconnue.Aujourd’huiles
adolescents sont seuls ; ils sourientmaiscesouriren’est-il pas l’écho lointain
delasereinejoie deleursaïeux ?

Draconien mais pas trop
Acquérirdu vocabulaire.Enrichir son lexique– pour faire chic.uepeut-il
bien sepasserdans une classe detroisièmequandon s’embarque dansce
voyage?uepeut-ilbienadvenirdans latête d’unélèvequi pensequeles
motsses motsselimitentà ceux qu’iléchange avecsesamissoit oralement
soit par?ereconnaisavoir forcéla dosequandil s’estagide définir
«alacrité draconienimpavide altruiste» ouencore« philanthrope».Et jene
parlepasde ou« prompt »de« prodigue».Bien sûrtousces jeunes
adolescentsconnaissentdes motsils ont un langageunesyntaxeunevisée
expressivesouventcellequiconsiste àresterdans le coderestreint.ls pensent
qu’il suffitde direpourêtre compris.e dois me battrepour leur faire entrevoir
lafausseté de cetteidée.Cen’est pas facile.Changer ses habitudes langagières
c’est un peu renier une attitude c’estaccepterdereconnaîtrequesoncoden’est
pas suffisant pourcommuniqueravectous.Car l’enjeuestbiencelui-cimettre
enavant lanécessité del’ouverture àlalangue aux langues au langage.l n’ya
pasdevérité en lamatière chacunest libre de choisir salangue et son langage
son rayondeparole.ais lasuite est moins réjouissante.Ce communautarisme
linguistique enfermeses locuteursdans uneposturerapidement intenabletant le
cercle de ceux quicomprennent s’avèrelimité.ls ont quatorzeou quinze ans
comment leur transmettrel’espritde curiosité envers leur languematernelle?
Comment les faire accéderà cette«alacrité» vis-à-visdes motsetdeleurs
infiniescombinaisons ?enelesais pas vraiment.Et plus j’avancemoins jele
sais.’exercice consistaitàtrouver laou les lettres manquantes (troisau plus)
dans un motdonné.Beaucoupavaient trouvélemotcorrespondant ; poureux
letravailéta nit fini ;epasconnaîtrelesensde«draconien » neleur posait
18

aucun problème.emotexistaitils l’avaient peut-être entendudans le cours
d’histoire desixième àproposdes législateurs grecs.nehypothétique
mémoire auditivepouvaitdonner l’illusiondela bonneréponse.
epasavoir l’idée d’alleraucœurdu sensresteràlasurface caractériseune
partie de cettenouvellegénération.Elle a descirconstancesatténuantes.Depuis
son plus jeune âge elle a été entretenue dans lemythe deson invincibilité.a
technologiel’a confortée danscette direction.e clavieret l’écranles
oreillettesétaient ses maîtresàpenser –et lerestent.l faut voircommentces
jeunes gensauscultent undictionnaire…l sembleparfois que c’est un objet
qu’ils touchent pour lapremièrefois – ou presque.l yaun vrai travaildefond
à accompliravec eux defaçon tenace etcompréhensive.l nefaut surtout pas
les laisser tomberen leur laissantcroirequeleur systèmepersonnel vales
propulserdans lesétoilesdela célébrité.’ils savaient…’humilité est sans
douteunequalitéindispensable du pédagogue en mêmetemps qu’uneferme
convictiondesamissiond’éducation –au sens leplus humaniste du terme.l ne
faut pasavoir peurd’être exigeant.

La Princesse deClèves
Cesoirrencontreparents-professeurs.résentationdela classe des
enseignants des programmes et questionsdes parents.remierconstat– très
révélateurmais qui nemesemblepas positif – tous les parents sontdes
« parentes » !Enfin presque.l yaun seul papapourassisterà cetteréunion qui
concerne desélèvesdequatrième classe dont jesuis leresponsable(ondit
« professeur principal » cette appellation m’atoujours hérissélepoilmais
j’ignore encorepourquoi).Etencorel’enfantde cepère est venu mevoiren me
demandant si son pèrepouvait venir seulcar ses parentsétaienten instance de
séparation…es représentationsen matière deresponsabilité éducative
seraient-elles si féminisées ?Deuxième constatun tiersdes parentsseulement
est là; pour laplupart cesontdes parentsdont lesenfants neprésentent pasde
difficultés particulières.naimerait voiraussi lesautresneserait-cequepour
échanger quelques mots simples des motsdetous les jours etainsi initier un
premierdialoguenaturel plutôt que d’attendrelemauvais résultat ou le
comportement répréhensiblequiétabliraunerelation initialeteintée degris.
e défilé descollègues s’apparente àunemécanique bien huiléequi permetau
public–clairsemé–devoir ouderevoir lesbinettesde chacun d’enregistrer
nos ticset nos maniesnos mots ouexpressions récurrents brefcequenous
sommesdevantetavecleursenfants.Chacunénoncesesexigences
pédagogiquessafaçondeprocéderdans letravaildela classeprésentele
programme desa discipline;et je doisavouer que c’est plutôt intéressant.i
j’étais parentd’élèvejeme dirais qu’il yalà desélémentsculturels forts ; que
19

l’École dela épubliquefaitbien son travail.Cependant est-cequejemele
dirais vraiment alors que cejour mêmeleprésidentdela épublique en tant
que chanoinehonoraire desainteande atranrecevant lepapeparle avec
insistance delareligioncomme d’unélément indispensable dans lavie des
huma f ilins –autbiencomprendrepar là dans lavie des plus jeunesaussi

alors que depuis 1905 une certaineloia étévotée cellequi séparelesÉgliseset
l’Étatet instaureleprincipe delaïcitésansépithète du genre« positive» ou
encore« ouverte».otreÉcole déjà endifficulté detous ordressaura-t-ellese
préserverde cettefoidontellen’asurtout pasbesoin ?Ce dontelle a besoin
c’estdes’ouvriràla culture auxcultures àl’altérité; quandleprésident
vilipendearincesse deClèvesendisanten février 2006 (il n’était pasencore
président)«’autre jour je m’amusais, on s’amuse comme on peut, à regarder
le programme du concours d’attaché d’administration. Un sadique ou un
imbécile, choisissez, avait mis dans le programme d’interroger les concurrents
sura rincesse deClèves…e ne sais pas si cela vous est souvent arrivé de
demander à la guichetière ce qu’elle pensait dea rincesse deClèves.
maginez un peu le spectacle !»Ehbien justementon n’aimerait pas imaginer
lespectacle celuid’une dépréciationdel’approche delalecture etdela culture
littéraire– ou scientifiqueouartistique…Ces signesavant-coureursdessinent
un projet pour l’Écolequi peut fairefrémir.Certains parents ontévoquéle
nombre d’élèvesdans lesclasse s’ quis –approcheparfoisdangereusementdu
chiffretrente; unemaman institutrice– ond profit «esseure desécoles » –a
évoqué desclassesdeprimaire àvingt-neufélèves.es préoccupations sont
bien réelles et pas seulementducôté desenseignants.nami excellent
connaisseurdu système éducatif françaismerappelait qu’àlafindesannées
soixantel’effectifdesclasses maternelle quis –enétaientàleurs
balbutiements – frôlait souventcinquante élèves !ue deprogrèsaccomplis
depuis !l nefaudrait pas quelemouvement inversereprennele dessuset que
l’on seretrouve avec desclassesbondéesou pisquesous prétexte de
rentabilisationdu système(moinsd’enseignants) onen fasse disparaître– les
maternelles parexemple…
evais relirearincesse deClèves...

Comptes du lundi
esélèvesbâillentsans vraiment s’en rendre compte;certains se couchent
sur leur tablelaissant leur tête ballotercommeun sacpleindesommeil.C’est
« l’effet lundi ».esamediet le dimancheont permisauxcorpsde dilater le
temps jusqu’àl’extrême; on s’estcouchétardon s’est levétard; onaretrouvé
lerythme anarchique des vacances.errible épreuveque celle du lundiil faut
replongerdans lapiscine desdisciplines ;beaucoupboivent latasse et
20

s’ébrouentavecfracas quandleprof s’avise deleurdirequelarécréation
dominicale est terminée.out justes’ils nemontent pasaucréneau pour me
signifier que çanemeregardepas.Effectivement cequ’ils fontendehorsde
l’écolenemeregardepas ; mais jesuisbien obligé de constater que dans l’état
où ils sontils nepeuvent pasêtre dans l’école!Alorsil faut quejefassemon
petit numéromi-cabotinmi-vieux sagepour leur redonner un peudevivacité
etde curiosité.Cen’est pas fait pour me déplaire.l nefaut surtout pasen
abuserau risque de créer l’effet inverse une excitation quidéstabiliserait tout
lemonde.eleurassène àproposdel’importance deleurannéescolaire(c’est
une classe detroisième)«ous savezjesuisdans lemétierdepuis plusde
trente-cinqans et jepeux parler un peud’expérience. »ous les regards
m’auscultentcommesi jeleurapparaissais soudaincommeun futur grabataire.
«aisalorsmonsieurvousavezau moins… soixante ans ! »eles rassure en
leurdisant quele chiffre est moinsélevé; ilsarriventàlasomme de cinquante-
cinqet j’acquiesce.esuis un « vieillard» quandmême; un vieillardpasencore
valétudinairemais qui nevapas tarderàl’être...esuis plus vieux quela
plupartdeleurs parentsetcelales marque.ls ont une certaine difficulté àsaisir
cesespacesentreles générations.eprofite de cemoment «d’accroche» pour
attaquer letravail prévuetainsi réviseravec euxdes notions grammaticalesla
phraseinjonctivelaphrase complexelaforme emphatiquelaphrasenominale
lavoix passive.lsavaientàlirele chapitre deleur manuel intitulé«évisions
grammaticales ».es pauvres...outcemétalangagequ’ils ontentendudes
centainesdefois leur vrilleles oreillescommeunesirène détraquéequi ne
s’arrêtepas.’essaie deleur montrer quetousces mots ont un sensdans lavie
detous les joursmais queleur utilisation sefait souvent sous forme de
périphrase «Donner un ordre demanderàquelqu’undefairequelque chose
c’est uneinjonction. »es visages se décontractentlelangage codé a été
décodé.C’estcelaletravaildela classe defrançaistrouver la clé des
messagesabsconsréservésaux seuls initiésdes «Dicosd’or ».Des mots
encore des motstoujoursdes mots pourdéchiffrer lemonde et ses traquenards.
Enseigner lefrançaisest une belleœuvre.uijesuis fierdemon métiercar il
m’oblige àrefairemescompteschaquejour es paramètreset les variablesles
coefficientsdes maréeset l’âge ducapitainene cessentdevarier ;commela
languequi vitet serépand dans les veines vibrantesdesêtres humains.a
languenotreseuleissuepourentrevoir un mondemeilleur.aparolepouraller
àlarencontre delaphilosophie.Celle delavie banale d’un lundi sur fond de
nostalgie ensommeillée.
«eundi au soleil» disait la chanson. «elundiau sommeil »répliquaient
mes jeunesadolescentsdetroisième.ls n’avaient pas leurcompte desommeil.
Certes.ais pouvait-ilenêtre autrement quandils venaientd’avaler une
journée de classe desept heureset quele coursdefrançaisétait leurdernière

21

heure?ousavezdit rythmescolaire? «Bizarre… ?Vous avez dit bizarre
Comme c’est étrange…»

Spectacle
«onsieurj’aime bien lefrançaisavecvous ;c’est mieux quel’andernier »
vient me direunélève dequatrième àlafinducours. «C’est mieux quel’an
dernier…»Depuis longtemps lapublicité comparative esten vigueur.Àl’insu
detous.Commentempêcherces jeunes gensde comparer les unset lesautres
alors que dans lavie detous les jourstoutest présenté en terme de concurrence
etde« marchésà conquérir » ?ous sommesdevenusdes marchandises
consommables.Bien sûr cejeunegarçonétait tout heureuxdem’annoncer sa
satisfac luition ;aussi àson insufonctionnaitcommeunconsommateuren
quête du meilleur rapport qualité-prix.Bien sûr cegenre depropos peut fairese
redresser l’ego.aisaprès ?uereste-t-il ?n nepeut lenierleprofesseur
est unacteur conscient ou nonde cerôlequ’on l’a autorisé àjouer.ais la
différence avecl’acteurdethéâtre estdetaille son public estcaptifet non
décisionnaire desaprésence devant lascène(l’estradeletableau).Comment
est-il possible dejouerdevant un publicqui n’est pas là deson propregré–
mêmes’ilest venu gratuitement ?Alorsil nefaut pas jouer – oubien lemoins
possible– unescènequi n’est pasécrite car toutela dramaturgie del’écolese
jouepour unegrandepartie dans l’improvisation.uel’on neseméprennepas
sur mes propos.en’énoncepas quel’enseignant improvise– qu’ilarrive en ne
sachant pascequ’il va entreprendre; qu’il ignoreoù il veutarriver ; toutcelail
lesait.n nepeut pasentrerdans la classelesbras videsdetout projet detoute
ambition detoutdispositif ;d’unequelconquepréparation organisée et
cohérente.a cohue et le brouhahasurgiraientalorsdel’ombretapie dans
chaque cerveauadolescent.eproclame ceci alors qu’uncomédien nepeut se
jouerdu texte en jouantavec illui –doit lejoue l’r –enseignant nepeut se
contenterd’énoncer son texte.apidementil seretrouverait face àun public
plongé dans latorpeur ou l’excitation.eprofesseurdoit sanscesseimproviser
pour laraison simplequelepublicréagitet semanifeste etdans lemeilleurdes
cas devient l’acteurdeson propre apprentissage.Aussi laqualitéprincipale du
maître est l’artd’improviseràpartirdesapa p unrtition –eucomme dans la
commedia dell’arte.Etcelanes’apprendnullepart dansaucuncentre de
formation aussi réputésoit-il.ême dans les stages les plus pointus où l’on fait
du théâtre en s’inspirantdes techniquesd’AugustoBoal1.

1.AugustoBoal (1931-2009) ; ila écrite Théâtre de l’opprimé(1977) quicontient sathéorie
d’un théâtresocialet militantlespectateur depassif devientactif.lest uncitoyen pour qui le
théâtren’est plus unefinen soimais un moyen.

22

l faut passer par l’épreuve dela classepourcomprendre cequ’est letravailen
classeletravailavecla classe.nexercice exigeantuneremise encause
permanenteuneinterrogation incessante.onjen’exagèrepas…ue ceux qui
lepensent seregardentdans l’intimité deleur moi.Dans la classetous sont
acteursou plutôt tousdevraient l’être.CélestinFreinet l’avaitbiencompris...
Aujourd’hui danscettetentative dramatique d’un retouràunâge d’or qui n’a
jamaisexistéon fait semblantde croirequel’autoritéinstitutionnelle alliée aux
recettesd’enseignement –et nond’apprentissage– les pluséculées (la
répétitionle bourrage de crâneles médailles…) vont motiver ou remotiverdes
enfants qui ne comprennent pas laraisondeleur présence aucollège; ils s’y
ennuientet nevoient pas pourquoi ils travailleraienttant ils ontd’effortsà
fournir.Franchementjenevoudrais pasêtreunélève aujourd’huisurtouten
difficulté.enesais pascomment jeréagirais.l mesemblequelavie d’un
élève étaitbien plus humaineil ya encoreunetrentaine d’années.our la
simpleraison qu’avantd’êtreuncarnetdenotesilétaitavant tout une
personne.
«onsieurjen’aimepas lefrançaisavecvous ;c’était mieux l’andernier.»
C’est pourbientôt.en’endoutepas.

Lectures
ire àl’écolesemble allerdesoi.emble; lemotest juste.n fait toujours
commesi lesélèves lisaientcequ’on leurdemande delire.Erreur fatale.i
beaucoupd’entre euxdévorentdesbandesdessinéesun faiblepourcentagelit
régulièrement.es questionnaires «Àproposdu français » quejefais passeren
débutd’annéesontexplicites.alecturepersonnelle est lefaitd’uneminorité
certainsallant mêmejusqu’à engloutir plusd’une cinquantaine delivres paran.
ne demesélèvesenalu troiscents !’ai vérifiél’informationauprèsdeses
parents ;c’est lavérité!eparleicidelecturepersonnelle delivresachetés de
livresempruntésauCDoubienaubibliobusouencore àla bibliothèque
municipale– quiest gratuitepour lesadolescents !orsqu’unélèvelit les trois
ou quatrelivresétudiésenclasseplus un oudeux qu’il vaprésenteràses
camaradeson peutconsidérer que c’est unbon lecteur.Et jele disen pensant
que c’est vraimentbien.uandon songe aux sollicitations quiagressent
quotidiennementces jeunes garçonsetces jeunes filles c’est toutàleur honneur
defairel’effortde ces quelques lectures.ouventdans les questionnairesles
élèves répondent qu’ils n’ont « pasdetempsàperdre» pour justifier leur
absence delectures oubien qu’ils n’ont « pas que ça àfaire»…l n’ya aucune
amertumeniaucun jugementdans l’énoncé de ce constat.C’estainsi et il ne
faut surtout pas selamenter « quel’on nepeut rien y faire».Car rien n’est plus
faux.i nous adultes étionsdanscemonde d’adolescentsil yafortàparier
23

quenous réagirionsàpeu prèsdelamêmefaçon.Ces jeunes gens sonten
permanence branchés –au sens propre–àtout un réseaude denrées
numériques.uandjeles voisarriveraucollège avecleurs oreillettesenfoncées
jusque dans leurcervelleils mefont penserà des maladesdans un litd’hôpital
quel’onaintubéset mis sous perfusion.emonde extérieurest poureux un
mondevirtuelune espèce demonde àl’envers qui leurdonneletourniset
parfois lanausée.C’est tellement plusconfortable deserecroquevillerdans sa
bullesonorisée au3 !uandlalecturesurvient(ou plus modestement
l’intérêtaux livres) il fautentretenir l’étincellepourenvisager qu’uneflamme
surgisse etéclairelapageimprimée.
Fonds d’écranest unenouvellefantastique(de ierreBordage) quej’ai lue
hieràmesélèvesdequatrième.l yest un questiond’un téléphoneportable
derniercri – il fait visiophone– quicaptureles personnes quiapparaissentdans
l’écranon neretrouveplus trace d’ellesdans lavienormale.n jourle
possesseurdu téléphonevoitapparaîtresur sonécran tous les visages
grimaçantsdesdisparus.l sait que celava êtreson tour…evoyais les têtes
attentiveset les regards inquiets dans l’expectative…Combiendelecteurs
gagnés ?mpossible à dire.En toutcaspasdelecteurs perdus.our le
professeurle défiestbienceluidenepas jouer lesdésabusés car le combat se
déroule danscetespaceténuentreleréelet levirtuel.ontrer quetoute
situation peutêtresource d’écriture–delittérature dans lemeilleurdescas –est
un indispensablepassagepédagogique.Bienentendujenevais pas utiliser
toutemonannée àleur lire des textes «branchés ».Donner l’envie d’ouvrir un
livresusciter le désird’alleràla bibliothèquepour retrouver lelivre et l’auteur
présentésvoilà desattitudesdelecteurs qu’il fautencourager sans réserve
plutôt que desemorfondresur lesadolescents qui nelisent pas.ls nelisent pas
cequenous adulteslisons.ls lisentbeaucoupdeBD des mangas des
histoires type«arlequin » pour les filles.Etalors ?’est-cepas lamissionde
toutéducateurderéfléchirà cettefameuse«éducabilité» ?C’est plus facile de
décréter quelesélèves nelisent pas que derechercher lesattitudes
pédagogiques qui les inciterontà devenircurieuxdelittérature.Etd’abordles
enseignants sont-ilsdes lecteurs ?aréponsepourraiten surprendreplusd’un.
ierreBayard ena déjàparlé dans unexcellent livreintitulé Comment parler
des livres que l’on n’a pas lus ?publié auxÉditionsde inuit collection
«aradoxe».e conseillesalecture àtous mescollègues !ls pourront peut-
êtreparlerde celivrequ’ilsauront lu…

24