Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'école laïque en Alsace et en Moselle

De
236 pages
En Alsace et en Moselle, le mot « laïcité » n'a pas la même signification que dans les autres départements français. L'école publique ne peut pas y être considérée comme vraiment laïque, puisqu'elle est interconfessionnelle, par nature et par dénomination statuaire. Ces pages permettent au lecteur de comprendre pourquoi la laïcité à l'école dans les trois départements encore concordataires reste un objectif dont la réalisation permettra enfin l'égalité entre tous les élèves.
Voir plus Voir moins
concordataires
l
scolaires
.
dans les trois départements encore
JeanMarie Gillig
JeanMarie Gillig L’école laïque en Alsace et en Moselle
Une histoire inachevée
Une histoire inachevée
L’école laïque en Alsace et en Moselle
Débatslaïques
Débatslaïques
L’école laïque en Alsace et en Moselle
Débats Laïques Collection dirigée par Gérard Delfau
Nombreuses sont les collections qui traitent des religions. En revanche, il n’existait pas jusqu’ici de collection consacrée à la Laïcité, alors qu’elle est devenue un enjeu majeur, en France et dans le monde. L’objectif de la collectionDébats laïques, c’est d’ouvrir une discussion de fond sur sa dimension historique et philosophique ; mais aussi de faire le point sur un certain nombre de sujets controversés, liés à sa mise en œuvre, le Concordat, par exemple. Les auteurs s’inscrivent dans la grande tradition humaniste, celle des Lumières, de e la Révolution française, et des lois de laïcisation de la III République. Or ce mouvement d’émancipation se prolonge aujourd’hui dans le combat en faveur de l’égalité des droits pour les femmes et les minorités sexuelles, ou dans le droit de maîtriser sa fin de vie. Irremplaçable Laïcité, qui reste un acquis fragile, menacé par un regain des intégrismes, y compris sur notre sol.
DERNIÈRES PARUTIONS
Monique CABOTTE-CARILLON (dir.),Citoyens d’abord, croyants peut-être, laïques toujours,2016. Michel SEELIG,Vous avez dit Concordat ?, Sortir progressivement du régime dérogatoire des cultes,2015. e Gérard DELFAU,siècle,La laïcité, défi du XXI 2015.
Jean-Marie Gillig L’école laïque en Alsace et en Moselle
Une histoire inachevée
DU MÊME AUTEUR
La question scolaire en Alsace de 1918 à 1939. Confessionnalisme et bilinguisme à l’école primaire, 2 volumes, Thèse de doctorat en sciences de l’Éducation, Université des sciences humaines de Strasbourg, 1979. Écrire des textes au collège avec des élèves en difficulté, en collaboration avec Antoine Cintas et Marlise Weiss, Armand Colin, 1995. Intégrer l’enfant handicapé à l’école, préface d’Henri Lafay, Dunod, 1996, e seconde édition revue et complétée, 1999, 3 édition revue et complétée, préface de Bernadette Wahl, 2006. Le conte en pédagogie et en rééducation, Dunod, 1997, réédition 2005. L’aide aux enfants en difficulté à l’école, Problématiques, démarches, outils, Dunod, 1998. Les pédagogies différenciées : origine, actualité, perspectives, Bruxelles, De Boek Université, 1999. L’enfant et l’école en quarante questions, Dunod, 1999. Remédiation, soutien et approfondissement à l’école, Hachette, 2001. Mon enfant aussi va à l’école, La scolarisation des enfants et des adolescents handicapésen 20 questions, Érès, 2007. Bilinguisme et religion à l’école, l’Alsace divisée, La Nuée Bleue, 2012. Histoire de l’école laïque en France, L’Harmattan, 2014. En Alsace dans les années 1940 et 1950, Souvenirs d’enfance, Éditions du Belvédère, 2015. © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12129-1 EAN : 9782343121291
REMERCIEMENTS
Mes remerciements vont à Gérard Delfau, directeur de la collection « Débats laïques » aux Éditions de l’Harmattan, pour ses encouragements, son soutien et ses conseils avisés. Un grand merci à Michel Seelig qui a bien voulu mettre à ma disposition sa documentation sur le Cercle Jean Macé de Metz et la Fédération des œuvres laïques de Moselle. Merci également à Jean-Pierre Schall pour sa relecture amicale et ses précieuses remarques. Ma reconnaissance va à l’ensemble des militants, anciens et actuels, qui n’ont cessé de s’engager dans les combats pour faire progresser la laïcité en Alsace et en Moselle. Honneur aux membres actifs et responsables de l’associationLaïcité d’accord: Bernard Anclin, Philippe Derrien, Claude Hollé, Christian Moser, Michel Seelig. Enfin, mon affection va à Laure, mon épouse, qui a accompagné la rédaction de cet ouvrage, de ses encouragements et de sa relecture attentive.
7
PRÉFACE
Jean-Marie Gillig explore le champ de réflexion ouvert par Michel Seelig, dans?Vous avez dit Concordat , le deuxième titre de la collection Débats laïques. Il traite d’un sujet particulièrement sensible et méconnu, celui du maintien du caractère obligatoire de l’enseignement religieux dans les établissements publics du premier et du deuxième degré en Alsace et Moselle. Il retrace à grands traits l’histoire complexe et parfois tragique de ces trois départements, devenus allemands, à la suite du désastre de Sedan, en 1870, et leur retour à la Mère-Patrie, au lendemain de la Première Guerre mondiale, en 1918. Lors de l’Annexion par l’Allemagne, c’était le Concordat napoléonien qui s’appliquait chez eux, comme dans tout le pays. Et rappelons qu’ils sont donc sous domination étrangère, quand sont votées les lois Ferry-Goblet (1882-1886) sur l’école et la loi de Séparation des Églises et de l’État, en 1905. Une fois la paix revenue, le Parlement approuve la loi du 17 octobre 1919, relative au régime transitoire de l’Alsace et de la Lorraine, par laquelle il décide que les dispositions législatives et réglementaires en vigueur seront maintenues « jusqu’à l’introduction dans ces territoires des lois et règlements applicables dans le reste de la France ». S’agissant du régime des cultes, ce « transitoire » dure encore. Jean-Marie Gillig, en bon connaisseur de cette histoire, raconte les diverses péripéties politiques, au cours desquelles les gouvernements chercheront en vain à étendre le principe de laïcité dans tout le territoire national. Ainsi, cette législation d’exception, reconduite provisoirement en 1919, fait-elle l’objet d’une tentative d’abrogation par le Cartel des gauches, en 1924-1925, à l’initiative d’Édouard Herriot, avant que celui-ci ne soit mis en minorité à la Chambre ; puis, à la Libération, l’ordonnance du 15 septembre 1944 « relative au rétablissement de la légalité républicaine » confirme le maintien des régimes dérogatoires, mais en précisant qu’ils « continueront à
9