//img.uscri.be/pth/f2267b216f38df7b71218c46a9627f3b5d8aa308
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 28,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'écologie de l'éducation

De
388 pages
Quels sont les secrets pour acquérir des connaissances ? Comment optimiser la transmission des savoirs ? Comment apprendre à apprendre ? Comment apprendre pour improviser ? Quels sont les facteurs pertinents qui facilitent les apprentissages ? Sur quels facteurs les enseignants, les parents et tous ceux qui désirent apprendre peuvent-ils intervenir pour faciliter les apprentissages ? L'auteur s'est immergé dans deux écoles d'improvisation au Pays basque pour rédiger cette recherche.
Voir plus Voir moins
Éric DICHARRY
L’ÉCOLOGIE DE L’ÉDUCATION
Un anthropologue à l’école du bertsularisme en Pays basque
L’écologie de l’éducation Un anthropologue à l’école du bertsularisme en Pays basque
Collection « Inter-National » dirigée par Denis Rolland, Joëlle Chassin et Françoise Dekowski Cette collection a pour vocation de présenter les études les plus récentes sur les institutions, les politiques publiques et les forces politiques et culturelles à l’œuvre aujourd’hui. Au croisement des disciplines juridiques, des sciences politiques, des relations internationales, de l’histoire et de l’anthropologie, elle se propose, dans une perspective pluridisciplinaire, d’éclairer les enjeux de la scène mondiale et européenne. Série générale (dernières parutions) : Sebastien BARRERE,Les Etats-Unis face au franquisme. 1936-1956, la croisée des chemins, 2013. Marc PAVE,La pêche côtière en France (1715-1850). Approche sociale et environnementale, 2013. Marianne GUILLEMIN,Femmes officiers de communication dans l’armée de Terre. Le parcours des combattantes, 2013. Ariane LANDUYT & Denis ROLLAND (org.),Construire l’espace politique européen. Historiographies, politiques et territoires, 2012. Julien GYGAX,Olympisme et guerre froide, 2012. Daniel AARÃO et Denis ROLLAND (dir.),Modernités nationales, modernités importées. Entre Ancien et Nouveau monde (XIXe-XXIe siècle), 2012. Jean-Luc GRANDRIE, avec Nathalie COSTA et Denis ROLLAND,Les Tréteaux de France, 2001-2011. Récit d’une reconquête théâtrale,2012.Dominique VILLEMOT,Marc-Aurèle et le gouvernement de soi-même, 2012. Danièle HENKY et Michel FABRÉGUET (sous la dir.),Grandes figures du passé et héros référents dans les représentations de l’Europe contemporaine, 2012. Charles SITZENSTUHL,La diplomatie turque au Moyen-Orient. Héritages et ambitions du gouvernement de l’AKP 2002-2010, 2011.Georges CONTOGEORGIS,De l’Europe politique. Identités et citoyenneté dans le système européen, 2011. Germán A. DE LA REZA,L’invention de la paix. De la République chrétienne du duc de Sully à la Société des nations de Simón Bolívar, 2011. Claudine HERODY-PIERRE,Robert Schnerb, un historien dans le siècle (1900-1962). Une vie autour d’une thèse, 2011. Hugues TERTRAIS (dir.),La Chine et la mer. Sécurité et coopération régionale en Asie orientale et du Sud-Est, 2011.Denis ROLLAND,La crise du modèle français, 2011. Georges CONTOGEORGIS,L’Europe et le monde. Civilisation et pluralisme culturel, 2011. Phivos OIKONOMIDIS,Le jeu mondial dans les Balkans. Les relations gréco-yougoslaves de la Seconde Guerre mondiale à la Guerre froide, 2011. Lucie PAYE-MOISSINAC, Pierre ALLORANT, Walter BADIER,Voyages en Amérique, 2011. Jean-Marc ANTOINE et Johan MILIAN (dir.),La ressource montagne, Entre potentialités et contraintes, 2011. Carlos PACHECO AMARAL (éd.),Autonomie régionale et relations internationales, Nouvelles dimensions de la gouvernance multilatérale, 2011.
Eric DICHARRY L’écologie de l’éducation
Un anthropologue à l’école du bertsularisme en Pays basque
Du même auteur
Le rire des Basques, L’Harmattan, 2013. Du rite au rire. Le discours des mascarades au Pays Basque, L’Harmattan, 2012. Hormatik hormaraino, Maiatz, 2012. Eux, Publibook, 2002. © L’HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-29909-9 : 9782336299099EAN
«Thus, while the purpose of education is to make future social life possible, that life depends not only on the transmission of values in the form of "habits of doing, thinking, and feeling," but also quite fundamentally on the continued viability of nature's life supporting systems. Social life is not sufficient unto itself, and so the totality of nature deserves to be the foundation of education in more than name. »(Paul Morgan,Reconceiving the Foundations of Education: An Ecological Model, Columbia University) « L’évolutiondes structures, des institutions et des modèles productifs du capitalisme place l’éducation dans une situation nouvelle. Le système éducatif depuis un siècle et demi n’est pas issu d’une pensée économique ou industrielle, la nouvelle donne qui s’impose à l’éducation fait la part belle aux facteurs économiques et managériaux. »(Thomas Lamarche, vendredi 1er décembre 2006 / http://ecorev.org/spip.php?article519 / revue critique d'écologie politique) «Au nom d'un principe de cohérence entre finalités, contenus et organisation du système éducationnel, il faut repenser et réorganiser du point de vue écologique non seulement le programme d'études mais aussi les méthodologies, le rapport enseignant-apprenant, les milieux d'apprentissage considérés aussi bien au sens strict (espaces physiques où se déroulent des activités d'apprentissage structurées) qu'au sens large du terme, comme « communauté éducationnelle » qui comprend tous les facteurs politiques, sociaux, psychologiques, culturels, éducationnels et environnementaux. En effet, l'éducation relative à l'environnement peut représenter un moteur de changement surtout si elle devient le laboratoire et l'exemple concret d'une réorientation culturelle et socioéconomique, à travers l'écologie des bâtiments, la réduction des émissions, la pratique de styles de vie et de comportements écologiques, l'écologie de l'organisation des temps, l'écologie de la communication interne, l'écologie de l'utilisation des structures, l'écologie des réseaux et des partenariats. Bref, il s'agit de réaliser une écologie dans l'éducation, une écologie de l'éducation et une écologie du système.»(Salomone Mario,Éducation relative à l'environnement : regards-recherches-réflexions, 2006-2007, vol. 6, pp. 29-41) « L'écologie est plus qu'une discipline scientifique. Elle représente une nouvelle vision du monde et de l'homme dans la nature. Le nouvel "écocitoyen" doit mieux comprendre comment situer et insérer son action locale dans un ensemble global : celui des grandes fonctions du métabolisme planétaire.»(Joël de Rosnay, «Éducation, écologie et Approche Systémique», Congrès de l'AGIEM, La Rochelle, 4 juin 1994)
7
«Bertsolaritza, beraz, jolasa, kirola, jokoa da. Alderdi horiek guztiak biltzeko hitz bat harturik, bertsolaritza dibertsio bat da. Hizkuntzetan oinarrituriko dibertsio mentala. (…) Hitz neurtuz eta errimatuz kantatzen dugunean, horitxa da bertsolaritza. (…) Plazan edo lagunartean ikusten eta entzuten ari dena berbetan kantatzea, jendea bizitzen ari den unea edo ingurunea jaso eta une berean kantu bihurtzea, horixe da bertsolaritzaren arrakastabide nagusia. Horixe da inprobisazioaren giltza. Unea eta ingurunea jakina, mugagabeak, infinituak dira. (…) Bertsolaritzak bere molde estetikoa dauzkak. (…) Bertsogintza ahalmen batzu lantzea eta beste oztopo batzu – lotsa, beldurra, nerbioak…- gainditzea da. Bertsolari izaiteko, beraz, hiru osagai hauek (kantatu, neurtu, errimatu) beharrezko dira, esaniko mailaketan. Bertsolaritzaren teknika ojetiboa esango genukeena. Badira, ordea, beharrezko diren balditza edo ahalmen psikologiko batzu ere. Baldintzak sujektiboak, alegia. Horietan sarritan aipatzen diren dohai mentalak. Oroimen azkarra, erreflexu bizkorrak, hizkera egokia, bizitasuna, irudimena eta abar ezer gutxi adierazten duten hitz zabalak dira. Edozein artek edo jardun intelektualek horietatik asko behar du. Bertsolaritzak horretan eskatzen duen minimoa ez da hain lorgaitza. (…) Bertsolaritzak ekite handia eskatzen du eta horretarako zaletasun beroa behar da. Gustatzea ez ezik, asko gustatzea.»(Xabier Amuriza,Hiztegi Errimatua, Hitzaren Kirol Nazionala, Bertsozale Elkartearen Eskutik, 1981, I. edizioa, 1997, 2. edizioa)
8
Avant-propos
«Ceux qui rêvent éveillés ont connaissance de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis.»Edgar Allan Poe,Histoires grotesques et sérieuses. Cette recherche s’inscrit dans la lignée de celles qui se sont penchées sur l’éducation et la socialisation, sur l’apprendre, sur les processus de transmission de la culture. Elle fait écho aux textes deJean Lave (Lave & Wenger 1991), de Solon Kimball (Kimball & Burnett 1972) et d’Harry Wolcott (1982), principalement publiés dans la revueAnthropology and Education Quarterly. Elle fait suite à celles des anthropologues qui, à partir des années 1980, redécouvrent l’apprentissage et entament des études sur les cultures enfantines (Toren 2007). Elle s’inscrit dans la lignée de la littérature ethnologique consacrée à la transmission des savoirs naturalistes (Bromberger 1986), des savoir-faire (Chevallier 1991), des savoirs professionnels (Delbos & Jorion 2009), des savoirs initiatiques (Jamin 1977 ; Déléage 2009). Elle veut croire que l’anthropologie aime les enfants contrairement à ce que laissait penser Hirschfeld en 2003 dans son article intitulé : «Pourquoi les anthropologues n’aiment-ils pas les enfants ?» Elle se donne comme objectif de pallier le manque d’intérêt historique des anthropologues pour les enfants, pour l’apprendre et pour le transmettre en interrogeant les conceptions que les acteurs s’en font et le sens qu’ils leur attribuent et ce, en trouvant des réponses aux questions suivantes : qu’est-ce qui fait un bertsulari? Un savoir? Un savoir-faire? Un goût pour la langue et pour l’oralité ? Comment devient-on un improvisateur ? Qu’est-ce qui doit être transmis et appris ? Comment cela doit être appris et transmis ? Quelles sont les finalités de ces transmissions et apprentissages? Qu’est-ce qu’ils disent apprendre et transmettre? Qu’est-ce qu’ils apprennent et transmettent en réalité? Que nous apprend le discours réflexif des acteurs sur l’apprendre et le transmettre ? Que nous apprend la diversité des discours sur l’apprendre et le transmettre ? Quelles sont les spécificités du transmettre et de l’apprendre au niveau du bertsularisme? Quels sont les secrets de sa réussite ? Un séjour sur le terrain sera indispensable pour :
9