L'évaluation dans l'enseignement supérieur en questions

De
Publié par

L'évaluation a une place de plus en plus importante dans l'ensemble des activités des établissements, des enseignants et des chercheurs et plus largement dans les politiques de l'enseignement supérieur, en France, en Europe et dans le monde. L'évaluation est au coeur des politiques européennes, des politiques publiques en France, de la gouvernance des établissements, de la recherche et de l'enseignement. Analyser cette complexité permet de dégager les changements de politiques et de missions en cours dans l'enseignement supérieur.
Publié le : lundi 1 mars 2010
Lecture(s) : 301
EAN13 : 9782296252448
Nombre de pages : 185
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Sous la direction de Marie-Françoise FAVE-BONNET
L’ÉVALUATION DANS L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR EN QUESTIONS
SAVOIR
ET FORMATION Série Enseignement supérieur
Introduction Evaluations tous azimuts… Marie-Franoise Fave-Bonnet Evaluation, assurance-qualit, accrditation, habilitation, palmars… Ce vocabulaire est relativement nouveau dans l’enseignement suprieur. Des procdures d’valuations existent pourtant depuis longtemps dans l’enseignement suprieur : valuation de la recherche (laboratoires, chercheurs, appels d’offre), valuation des tablissements (CNE), valuation lors des recrutements et des promotions, etc. Ce qui change, c’est la place de plus en plus importante de l’valuation dans l’ensemble des activits des tablissements, des enseignants et des chercheurs, et plus largement, dans les politiques de l’enseignement suprieur, en France, en Europe et dans le monde. L’valuation est ainsi au cœur des politiques europennes, des politiques publiques en France, de la gouvernance des tablissements, de la recherche et de l’enseignement. Elle se prsente comme un tissu complexe d’organismes et de structures d’valuation internes et externes, d’valuateurs et d’valus, aux rfrentiels et critres varis. Analyser cette complexit permet de dgager les changements de politiques et de missions en cours dans l’enseignement suprieur. Une journe d’tudes Lorsque le comit scientifique du RESUP (Rseau d’tudes sur l’Enseignement SUPrieur) a dcid, mi-2008 de programmer une journe d’tude sur l’valuation dans l’enseignement suprieur, il s’agissait de confronter les analyses pour comprendre les nouveaux
7
enjeux de l’valuation dans l’enseignement suprieur. L’objectif de cette journe d’tudes tait de faire le point sur les recherches actuelles sur l’valuation dans l’enseignement suprieur en France, comme le RESUP 1 le propose sur un certain nombre de thmes depuis 2002 . Mme si cette journe d’tudes n’avait pas de vocation internationale, les communications sur les recherches menes dans d’autres pays permettraient d’clairer les processus  l’œuvre. L’objectif tait, en effet, de faire le point sur un champ peu travaill, ou plus exactement travaill  la marge, ou de faon disperse, en tout cas en France, comme nous le verrons. Ce choix tait quelque peu prmonitoire, puisque depuis plusieurs mois, l’valuation est au cœur des dbats et des controverses qui agitent l’enseignement suprieur  propos du dcret sur le statut des enseignants-chercheurs, des valuations de l’AERES, etc. Pour resserrer quelque peu le vaste champ de l’valuation dans l’enseignement suprieur, nous avions exclu l’valuation des tudiants, sachant qu’il existe trs peu de recherches en France. Le rcent rapport 2 de l’IGAEN (2007) montre pourtant que cette question est centrale pour mesurer la qualit des diplmes… Nous avons propos trois axes d’entre dans l’appel  communication, qui correspondent aux questions de recherche qui nous semblaient intressantes  travailler : Les dispositifs d’valuation Une premire « entre » part del’analyse d’un dispositif d’valuation prcis: Quel est le contexte d’mergence de ce dispositif d’valuation (approche historique et institutionnelle) ? Quels sont les objectifs (implicites et explicites) ? Quels types d’valuation mobilise-t-il ? Quelles instances, quels mandats, quels experts ? Quels sont les mthodes, les critres et indicateurs quantitatifs et qualitatifs ? Y a-t-il des problmes, des obstacles, des rsistances, et pourquoi ? Quels sont les rsultats et les effets de l’valuation ? A ct des organismes d’valuation « classiques » (CNE, AERES, IGAENR, CNU, CNER, CoNRS, etc.) ou des agences d’accrditation (EQUIS, AACBS…), il serait intressant d’tudier d’autres dispositifs en1 Voir la prsentation du RESUP en fin de cette introduction. 2 IGAEN (2007) :L’valuation des tudiants  l’Universit : point aveugle ou point d’appui ?, Rapport n 2007-072, juillet 2007, 77 p. 8
mergence : auto-valuation de formations, entretiens d’valuation des personnels administratifs et techniques, valuation-conseil…, ainsi que les procdures de mise en œuvre de normes ISO, de chartes et de rfrentiels qualit, de labels, etc.Les tablissements, acteurs et objets d’valuation Une deuxime entre consiste  analyser l’valuation comme une des activits des tablissements d’enseignement suprieur : il s’agit l d’apprhenderl’valuation comme systme. Pendant de nombreuses annes, dans les tablissements, les valuations des laboratoires, des formations, des personnels… taient spares. La tendance est aujourd’hui, en particulier avec la mise en place de l’AERES,  lier les diffrentes procdures. Quelles en sont les consquences sur la « gouvernance » des tablissements, sur les financements lis  ces valuations, sur les productions de recherche, sur l’offre de formation, sur le recrutement des personnels… ? Par ailleurs, les tablissements sont pris dans des systmes d’valuation au niveau mondial : c’est le cas pour les publications et les brevets, mais c’est aussi aujourd’hui pour l’ensemble des tablissements avec des classements (comme celui de Shanghai) ou des palmars. Quelles sont les incidences sur les politiques au niveau national (par exemple les PRES) et  l’intrieur des tablissements ? Les acteurs Enfin, une troisime entre peut se centrer sur les acteurs de l’valuation, qu’ils (ou elles) soientvalu(e)s ou valuateurs(-trices) : enseignant(e), chercheur, tudiant(e), personnels, experts… Qui value, comment, avec quels objectifs ? Qui sont les experts, leurs statuts, leurs rles, leur lgitimit, leurs formations ? Quelle est la place des valu(e)s dans le processus ? Quelles sont les consquences, au sein de la profession acadmique, entre valuateurs et valus, entre ceux qui dfinissent les critres et ceux qui les subissent, etc. ? Quelles stratgies, quelles rsistances, quelles connivences sont mises en œuvre lors des valuations ? Quels sont les effets de l’valuation sur les acteurs et les institutions ?
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.