La culture en archipel

De
Publié par

Rien ne dévalue plus vite que la jeunesse, rien n'est plus exposé à l'innovation que les pratiques culturelles. Cette étude porte des leçons recevables aujourd'hui sur le sens des pratiques culturelles dans un contexte de précarité et d'incertitude. On considère souvent la culture comme l'apprentissage d'un certain nombre de pratiques légitimes quand elle est d'abord une manière d'être au monde, une façon d'inventer sa vie. Les jeunes qui ont participé vingt-cinq ans auparavant à cette enquête sociologique ont été porteurs d'une leçon qui les dépasse, et peut être aujourd'hui entendue.
Publié le : lundi 1 mars 2010
Lecture(s) : 100
EAN13 : 9782296251724
Nombre de pages : 181
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Je tiens à remercier Catherine GALLEAet Sylvette GUITTETqui ont réalisé les entretiens, Mireille PONGYpour son aide, Guy SAEZ, Pierre MAYOLpour sa confiance, le GRETA Sud-Isère et la FPA du Pont de Claix pour leur collaboration, Denis, Martine, Florence, Bernard, José, Maria, Mohammed, Alain, Kader, Nathalie, Sylvie, Raïssa, Annie, Malika, Yasmina, Brigitte, Claire, Claude, Hervé, Luc, Serge, Michel, Paul, Étienne, Ibrahim, Hélène, Jean, Édith et Karine qui ont permis ce travail et le Service des Études et Recherches du ministère de la Culture qui a commandité cette recherche.
SOMMAIREPRÉFACEpar Jean-Gabriel CARASSOAVANT-PROPOSINTRODUCTIONCHAPITREI Les caractéristiques de la population LES HASARDS DE L’ÉCHANTILLON Profession des parents Taille de la famille Origine ethnique UN PARCOURS SCOLAIRE CHAOTIQUE ET INACHEVÉ Une incompatibilité profonde Mauvais profs... Bons profs... Finalement, l’institution DES PERSPECTIVES PROFESSIONNELLES INCERTAINES Une orientation hasardeuse Une succession de petits boulotsTravail, travail, quand tu nous tiensCHAPITREII Les pratiques culturelles ÉCRIRE Du côté de la poésie Le journal intimeL’autobiographieÉcritures autresLIRE LE CINÉMA LA MUSIQUE Équipement et écoute Instruments et pratiques musicales Des goûts et des couleurs Les mots pour le direDe la musique avant toute chose
9
11
15
2121 21 22222225 2626272931 3133 34
3940 4142 42 43 45 51 56 58606163 65
CHAPITREIII Les modes de vie RAPPORT À AUTRUI L’héritage L’origine ethnique Nathalie ou le territoire de la culture La famille d’élection Le temps des copains LE QUARTIERLE BARLES BOÎTESLES SOIRÉESLES ACTIVITÉSRAPPORT AU CORPS Le sport – Les sports UNE DOMINANTE,LES SPORTS COLLECTIFSDU COLLECTIF À LINDIVIDUELDU CORPS EXPRESSIF... ...AU CORPS EXCESSIFET LOR DE LEUR CORPSDrogue et alcoolSanté et alimentationRAPPORT À L’ARGENT Un usage raisonnable… … et prévisionnel Reconnaître l’importance de l’argent… … ou nier son pouvoir L’argent qu’on claque et qu’on craque RAPPORT AU TEMPS LE FUTUR N’A PAS D’AVENIR L’avenir, territoire de l’inquiétude*Le catastrophisme, les menaces de guerre *Égoïsme, manque de solidarité *Chômage, difficultés économiques L’avenir, bof...Le présent est un présent Temps libre Du temps à l’espaceC O N C L U S I O N SINGULIER PLURIEL ANNEXES
67
67 687174757677 78 80 82 84 86 86 87 88 89 90 92 92 100 103 104104104105105108 108 108109110111 112 113 115
117
121
129
PRÉFACE
ACULTURE EN ARCHIPEL» rédigé par Jean-Olivier Majastre « Lil y a vingt-cinq ans, étude sociologique à partir de 29 entretiens avec des jeunes « en situation d’apprentissage précaire », avait marqué les esprits. J’avais gardé de ce travail, notamment le souvenir d’une analyse subtile sur la différence entre la littérature (que ces jeunes souhaitaient la plus « vraie » possible), le cinéma (qu’ils espéraient le plus « faux », imaginaire, fictionnel) et leur grande difficulté face au théâtre (à la fois « vrai » et « faux »...) qu’ils ne parvenaient pas à appréhender. À relire l’ouvrage aujourd’hui, on est frappé par la clarté de la démarche, la richesse des analyses, la simplicité et la précision des commentaires. Plus encore, par l’humanité du regard porté sur ce groupe de jeunes, loin de l’observation statistique froide et de la « culture du chiffre », dont on nous exalte aujourd’hui la pertinence supposée. À une période où, une fois encore, « la culture » et « la jeu-nesse », considérées comme des entités globales et monolythi-ques, font l’objet de toutes les interrogations (et de tous les clichés), il est frappant de constater combien cette étude était en vérité annonciatrice de la période que nous traversons. Difficultés sociales, chômage, questions d’identités, angoisses de l’avenir, individualisme triomphant, bricolage culturel... tous ces éléments, relevés à l’époque par l’auteur dans ce groupe de
10
LA CULTURE EN ARCHIPEL
jeunes, sont aujourd’hui largement répandus dans une grande partie de la société française. On perçoit également, avec intérêt, à la fois ce qui a changé en vingt-cinq ans (il n’était pas ques-tion alors de nouvelles technologies, iPod, Internet et autre blogosphère... pas même de la télévision) et ce qui demeure comme des constantes (les difficultés sociales, identitaires, scolaires, le rapport au travail, à l’autorité, au corps...) et qui se sont en partie exacerbées. En cela, la réédition de cet ouvrage nous permet de mesurer à la fois l’écart et la continuité des modes de vie, des approches culturelles et donc, en creux, de nous interroger sur la pertinence des actions et des politiques mises en œuvre pour concerner ces publics toujours en marge des institutions. À l’heure de la grande prétention au vaste marché de la culture, dans lequel il n’y aurait que producteurs et consommateurs, le philosophe Bernard Stiegler indiquait récemment que « la culture ne se consomme pas, elle se construit ». Jean-Olivier Majastre nous rappelle ici que cette construction ne peut se faire, éventuellement, qu’à partir du réel, c’est-à-dire des individus, de leur condition sociale, de leur mode de vie et de leur complexité. Leçon toujours d’actualité ! Jean-Gabriel CARASSODirecteur de l’Oizeau rare Paris Juillet 2009
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.