//img.uscri.be/pth/a2f6e8ba8fbd54a39531364a9d2bb48f708e4c28
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,75 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La fabrique de l'échec scolaire

De
136 pages
Le nombre des élèves qui peinent en sixième est considérable. Par où passent les voies de la non-réussites à l'école ? Comment dès les premières minutes de classe et tout au long de la maternelle s'organisent les déterminants d'un destin évitable ? Quels sont les points aveugles de la fabrique de l'échec scolaire ? Comment ce que l'enfant est avant l'école détermine son potentiel d'échec ? Comment l'ignorance de l'école se transforme en ignorance des enfants ? Quels sont ces savoirs exigés et non enseignés qui président au devenir scolaire ?
Voir plus Voir moins

La fabrique de l’échec scolaire
Tableau noir, tableau blanc

© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-12572-8 EAN : 9782296125728

Christian Laroche

La fabrique de l’échec scolaire
Tableau noir, tableau blanc

L’Harmattan

Avec tous mes remerciements à mes collègues de travail, en réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficultés, (RASED) Olivier Grelet et Anne Moreau enseignants d’adaptation, Isabelle Tribouillard, psychologue.

Ainsi qu’à Patrick Duboys, Gilles Fournier, Sylvain Hernandez, Patrice Leroux, Elisabeth Massyn, Eric Maretheu, Sylvie Moret, Sylvie Petit, Jacqueline Prache qui, comme enseignants ou ex-enseignants, rééducateurs ou psychologues ont eu la gentillesse de relire ce texte au long de sa rédaction et qui m’ont éclairé de leurs remarques et conseils.

INTRODUCTION
Je connais bien l’école, au moins par fréquentation ! Je ne l’ai jamais quittée. Depuis trente ans j’y suis rééducateur. Je travaille avec des enfants, souvent seuls, pour les aider à prendre le chemin des apprentissages, à trouver ou retrouver l’estime d’eux-mêmes... Je travaille avec les adultes qui enseignent à ces enfants. Je travaille aussi beaucoup à l’école maternelle, dans les classes, auprès des enfants1. C’est ainsi que j’ai pu constituer au cours de ces vingt-cinq dernières années une connaissance très concrète du terrain, des évolutions. Je vais essayer dans les pages qui suivent, en m’appuyant sur cette connaissance, sur cette expérience personnelle de montrer comment l’école maternelle souffre, se restreint dans ce qu’elle était... Surtout dans ce qu’elle aurait pu devenir. Si l’on pense que réduire le nombre d’élèves en difficultés en sixième est une cause nationale, que permettre de mieux parler, de mieux lire, de bien comprendre les mathématiques est un enjeu prioritaire pour les 15 % d’élèves les plus en peine avec l’école et avec les savoirs, si l’on pense que cela nous concerne tous par solidarité volontaire ou obligée (c'est-à-dire par dépendance2), alors ce qui a lieu dès les premiers pas à
Voir « T’écris moi ? »Une pratique de prévention à l’école maternelle. D. Brunson, J. Prache, C. Laroche, L’Harmattan. 2 Je parle de dépendance, obligée, parce que ce qu’il advient à ces élèves qui deviendront pour beaucoup dans le vocabulaire des médias des « jeunes de banlieue » influera sur le développement de la société dont nous faisons avec eux partie ou, que nous faisons avec eux. Ce qu’ils font, ce qu’ils feront, nous regarde, nous concerne. Faire, à chacun, ou permettre à chacun de se faire une place acceptable dans la société c’est pouvoir y vivre longtemps dans des relations de
1

l’école doit nous mobiliser. En effet si au collège il n’est pas encore trop tard pour essayer de bien faire et surtout pour faire autrement en travaillant avec les élèves réels, ceux qui sont là dans ce collège de banlieue et pas ceux qu’on voudrait avoir, il n’est pas moins indispensable de se demander comment on pourrait faire pour avoir moins d’élèves rebutés par le savoir, le travail, la réflexion. Il n’est pas moins indispensable, plutôt que de toujours se tourner vers les familles, qui certes n’y sont pas pour rien, de se demander quelle part l’école a pu prendre dans la « production » de ces comportements rétifs, comment ces comportements s’ils s’acquièrent, s’acquièrent tout au long de la scolarité et dès ses débuts selon des modalités identifiables, descriptibles et transformables. Car chaque jour de classe dès la maternelle, dès la première heure, tout est déjà en train de se jouer ! Et ainsi chaque première heure de chaque jour d’école. Il serait trop démagogique de se servir de cet écrit pour critiquer l’école dans un sens réactionnaire, celui d’un nécessaire retour au passé, aux prétendues valeurs d’antan. Je m’en souviens si d’autres ont oublié, les blouses grises vont de pair avec les cancres près du radiateur... Il était hors de question que soixante pour cent d’une classe d’âge atteigne le baccalauréat ! Le niveau a monté, pas en orthographe il est vrai, et l’école n’y est pas pour rien ! Mais il semblerait qu’aujourd’hui une part suffisamment importante de la société soit décidée à améliorer encore la performance du système. Les quinze pour cent d’élèves susceptibles d’illettrisme en classe de sixième (qui existaient déjà il y a quarante ans mais ils n’allaient pas en

voisinage sécures. Au contraire, créer une marginalité durable c’est s’exposer à endurer en retour les difficultés rencontrées par ces personnes contraintes à cette marginalité durable.

10

sixième !) sont devenus insupportables 3 . D’une certaine manière, tant mieux ! Leur existence, l’ambition déclarée par cette société de les réconcilier avec les études, le travail, l’enseignement, doivent permettre d’améliorer encore l’école et sa capacité à élever le niveau. Le déroulement de cet ouvrage se fera de fil en aiguille, en commençant par le commencement 4 de l’école. Il se fera par association d’idées aussi, au gré des notes et pensées que je n’ai cessé d’écrire au jour le jour depuis tout ce temps. Commençons donc par le temps.

Espérons qu’il ne s’agisse pas d’une antienne médiatique reprise comme une gourmandise par les déclinolophiles. 4 Le commencement de l’école ce serait aussi la scolarité des parents de l’enfant, la manière dont ils envisagent celle de leur enfant, ce serait la scolarité de l’enseignant, mais nous mettrons de côté ces aspects pourtant incontournables lorsque l’on passe à la destinée d’un élève.

3

11

LE TEMPS
Prenons-le pour un enfant qui arrive à la maternelle. Il a entre deux ans et demi et trois ans et demi. Il n’a encore jamais quitté ses parents pour un si grand groupe. Certaines fois il n’a jamais quitté sa mère qui est celle qui s’est toujours occupée de lui à la maison depuis sa naissance. Le temps de l’école est celui de la séparation, des premiers pas dans le grand monde, le temps de l’inconnu, de l’épreuve, du grandir, de la découverte, de la fierté ; en même temps il peut être celui de la solitude, du sentiment d’abandon, de la détresse ; quoi qu’il en soit ce temps qui se déploie est constitué dans l’épaisseur des corps, dans l’épaisseur ce que chacun ressent. Les parents qui appréhendent ce premier jour pour leur enfant, l’enfant qui s’en tirera avec plus ou moins de facilité, l’enseignante heureuse5 de retrouver des petits mais qui a hâte que cette journée qui n’est pas été sans pleurs ni de tout repos soit terminée. Pas de temps sans subjectivité, c’est vrai pour tout le monde et particulièrement pour l’enfant qui pleure, le parent qui s’inquiète, l’enseignant qui fatigue. Cet enfant, nous n’avons d’autre moyen que de le réassurer en paroles de l’amour de ses parents pour lui, dans le présent de cette séparation et dans le futur des retrouvailles. Une promesse, celle que le temps s’écoulant, ses parents il retrouvera. « Tu es triste. Ta maman, ton papa pensent à toi, ils t’aiment beaucoup, ils ne t’ont pas oublié. Ils vont revenir te chercher tout à l’heure, quand ce sera l’heure de manger ». Pour celui ou celle qui a déjà prononcé ce type
J’utilise le féminin parce qu’il représente la généralité concrète même si de nos jours les enseignants de maternelle se font plus nombreux.
5