LA FORMATION PAR ALTERNANCE

De
Publié par

Ce livre pose un certain nombre de questions : Qu'est-ce qu'un dispositif de formation universitaire par alternance . Existe-t-il des démarches d'apprentissage spécifiques à l'alternance ? Dans quel cadre institutionnels ce type de formation pourrait se développer ? Quelle place et quelles sont les responsabilités des différents acteurs (tuteur d'entreprise, étudiant-stagiaire, enseignant, centre de de formation) ? Il propose des réponses, à partir des expériences de praticiens, d'enseignants-chercheurs et d'acteurs institutionnels .
Publié le : samedi 1 février 2003
Lecture(s) : 437
Tags :
EAN13 : 9782296309586
Nombre de pages : 232
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LA FORMATION
PAR AL TERNANCE

Actes de la première journée d'étude organisée par l'Unité de Recherche-Action en Formation de Formateurs
13 juin 2001

2003 ISBN: 2-7475-3687-4

@ L'Harmattan,

Sous la direction de Jean-Yves GUI NARD
Maître de conférences en psychologie des apprentissages Université de Bretagne Occidentale

Textes rassemblés et mis en forme par Hugues PENTECOUTEAU
Ingénieur
Université de Bretagne Occidentale

LA FORMATION PAR ALTERNANCE
Actes de la première journée d'étude organisée par l'Unité de Recherche-Action en Formation de Formateurs 13 juin 2001
/~~1:A~,

URAFF
UritE de REcherct'oE- ActJOn En Formabon dE Formatars

" ....,"'>f<i/

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRA~CE

L' Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava. 37 102I~ Torino ITALIE

Jean-Yves Guinard
Pour une approche éducative en orientation
Gaëtan Morin éditeur, 1984

Hugues Pentecouteau
Devenir bretonnant. Découvertes, apprentissages et réappropriations d'une langue Presses Universitaires de Rennes - collection "le sens social", 2002

Comité d'organisation
Jean-Yves Guinard (coordonnateur URAFF), Monique Aché (directrice IFCS), El Houssain Baghious (IUT Quimper), Michel Beney (UFR Sciences), Jean-Marie Filloque (directeur SUFCEP), Dominique Forest (IUFM), Franck Ganier (SUFCEP), Francis Gélébart (Responsable formation CMB), Thierry Giorgiutti (IREM), Andrée Gourret (stagiaire DHEPS), Jean Jouquan (UFR Médecine), Isabelle Laporte (Stagiaire MST.IS), Bruno Le Berre (SUFCEP), Françoise Le Borgne-Uguen (SUFCEP), Jean Luc Le Luron (SUFCEP), Hélène Monfort (IFCS), Liliane Nonotte (SUAOIP), Simone Pennec (SUFCEP), Hugues Pentecouteau (Ing d'études URAFF), René Perron (coordonnateur académique FC), Pascale Planche (UFR Lettres), Marie-Françoise Simon (secrétaire), Hervé Thomas (IFAC). avec la collaboration de l'IREM

Prise de notes
Nadège Bellec, Stéphanie Crossoir, Chanig Le Coz, Florence Levoux, Katia Nolf, Karine Teffany.

Secrétariat
Marie-Françoise Simon et Charline Rambert

Coordination

de la publication

Jean-Yves Guinard et Hugues Pentecouteau

URAFF
Unité de Recherche-Action en Formation de Formateurs

http://www.univ-brest.fr/u

raft/
Permanente

Université de Bretagne Occidentale Service de Formation Continue et d'Education 20 avenue Le Gorgeu BP 817 29285 Brest Cedex

Secrétariat:
chari ine. rambert@univ-brest.fr 0298018041

7

Sommaire
Introduction
René Perron

page Il

La connaissance

sur l'alternance:

définitions et pratiques

Peut-on envisager autrement l'articulation entre la théorie et la pratique? page 21
Jean Jouquan

Le rôle du Conseil Régional de Bretagne en matière de formation par apprentissage page 41
Marie-Annick Decrop

Construction de dispositifs d'alternance en Formation initiale à
l'uni vers i té . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 57

Françoise Crézé

Investir dans le travail et dans la formation. L'alternance de logiques plurielles, parfois contradictoires, ou les formes multiples du co-investissement. page 65
Simone Pennee

Table ronde

page 93

animée par Jean-Yves Guinard, présentation et synthèse par Hugues Pentecouteau

Ateliers

Evaluation des pratiques professionnelles
Hervé Thomas

page 131 page 141

Pratiques d'analyse de pratiques
Dominique Forest

L'accompagnement triadique de stagiaires dans un dispositif de formation par alternance page 157
Pascale Planche et Marie-Armelle Barbier-Le Déroff

Produire de la connaissance à partir des savoirs d'expérience
Françoise Le BorgneU guen

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . .page

167

La construction des formations: co-construction, co-animation, co-validation. page 181
Jean-Marie Filloque

Les nouvelles technologies: l'alternance?
Franck Ganier

une nouvelle voie pour page 197 page 213

Conclusions
Jean-Marie Filloque

Annexes

Résumés et présentation des ateliers Un exemple de transfert technologique: l'enroulement

page 221 page 230

10

Introduction

René PERRON
Coordonnateur régional à la formation continue dans l'enseignement supérieur

Si, jusqu'à présent, les réflexions autour de l'alternance pas fait partie des préoccupations

n'ont

habituelles des universités -

du moins en Bretagne - les récentes orientations universitaires mettant résolument cursus, conduisent l'accent nombre sur la d'acteurs professionnalisation à s'interroger des

sur les

implications et les exigences de telles formations. Pour cette raison et à la demande de plusieurs de ces personnels déjà très concernés par l'alternance. ou en passe de le devenir, a été décidée l'organisation l'alternance. d'une journée d'études sur le thème de

L'Université particulièrement

de Bretagne

Occidentale par

est, en effet, ces

déjà

concernée s'agissant contrat de

nouvelles au sens strict filières à savoir: sont

formations puisque, (existence d'un

de l'alternance travail), quatre

actuellement proposées sous forme d'apprentissage,

. .

la formation d'ingénieurs

des techniques industrielles

en

agro-alimentaire (FITI2A). Quimper la licence prof. Management de rayons en grande

distribution (DISTECH). IUT de Brest.

.
.

le DNTS en maîtrise de l'environnement IUT Quimper. le DUT Techniques de Commercialisation Quimper.

industriel (MEI).

(TC). IUT de

A ces quatre formations viennent s'ajouter divers contrats de

qualification.
Outre cette alternance formelle, de nombreuses autres

formations proposent

s'apparentent des aller-retour

à l'alternance

en ce sens qu'elles

entre théorie et pratique et entre

université et entreprise. Ainsi, l'UBO propose actuellement 17 DESS, 4 MST/MSG, 4 IUP, 7 licences professionnelles, 9 DUT, 34 DU..., tous diplômes professionnels ou technologiques

auxquels il faudrait ajouter les diplômes pour lesquels les stages ainsi que les projets tutorés sont des éléments essentiels de la formation. Ainsi en est-il de la Médecine et des seconds cycles Economie/gestion, Droit, AES, LEA...

Certes, parce qu'elles reposent sur l'initiative quelques-uns et qu'elles sont encore

et l'énergie

de

peu

nombreuses

(alternance au sellS strict), ces formations donnent actuellement

12

satisfaction. Cependant, la donne est appelée à changer tant en intensité nouveaux qu'en nature avec notamment l'émergence de

diplômes professionnels,

la présence

grandissante et, une

d'adultes dans les cursus, l'essor annoncé de l'apprentissage d'une réponse individus... façon générale, pertinente à l'urgente la obligation d'apporter

demande qUI sont

externe: autant de la

entreprises, de part sources de la

perspectives voire

d'interrogations, communauté sont

d'inquiétudes,

universitaire. ordres:

Les questions qui se posent alors quelle pédagogie? quels quel cadre quels

de plusieurs

institutionnel? moyens?

quels

enseignants?

statuts?

L'idée d'une journée d'études sur ce thème de l'alternance s'est ainsi imposée d'elle-même afin de mieux répondre à toutes ces questions, et permettre à l'université de réussir "son alternance". Cette journée d'études se propose d'aborder à la fois les aspects pédagogique de l'alternance: spécificités des fondements théoriques, modèles, et sa dimension

programmes,. . . rythmes, outils

organisationnelle: partenariats. . . Son organisation Recherche-Action

d'accompagnement,

en a été confiée

à l'URAFF (Unité

de

en Formation de Formateurs), un des piliers

du projet Force 5, nom du plan de développement de la Formation Continue à l'UBO, plan primé au second "concours

13

Allègre" (année 2000). L'URAFF l'amélioration

a comme objectif général

des conditions de transmission et d'acquisition

des savoirs et, à ce titre, cinq missions lui ont été confiées: la formation des professionnels intervenant à l'Université, la recherche-action I'Université1, la formation complémentaire des enseignants de sur le public expérimenté revenant à

l'Université,

la formation de formateurs du 1er du 2nd degré,
La pédagogie de l'Enseignement A Distance (EAD).

Le déroulement de la journée prévoit, le matin, une série de conférences courtes suivies d'une table ronde et l'après-midi, un travail en ateliers:

-

Trois

des

quatre

conférences

sont

d'ordre

purement

pédagogique.

La première s'interroge

sur la meilleure façon

d'articuler théorie et pratique et remet en cause, notamment, la conception linéaire traditionnelle lui préférant une conception plus collaborative seconde propose entre recherche, formation et pratique. La une méthodologie de construction d'un

dispositif d'alternance et la troisième, enfin, est axée sur le vécu des stagiaires en situation d'alternance.

1 La recherche action sur le public expérimenté en retour à l'université (deuxième mission de l'URAFF) fera l'objet d'un séminaire au cours de l'année universitaire 2001-2002.

14

La dernière

conférence

traite de la politique

du Conseil

Régional de Bretagne en matière d'apprentissage. - Ces conférences sont suivies d'une table ronde au cours de laquelle seront abordées toutes les questions devant permettre un approfondissement du concept d'alternance. Ainsi en est il

de la question de savoir si une formation par alternance possède des signes distinctifs ou si, au contraire, tout dispositif de formation est, ou doit être alternant! De s'interroger sur

l'existence ou non de modèles de l'alternance, etc... De même, seront évoquées toutes les questions relatives à l'organisation de l'alternance: rythme, groupes, et qui sont

outils,.. .susceptibles

de préserver la motivation

caractéristiques d'une pédagogie par alternance. Seront abordés, enfin, le rôle, la place et les responsabilités de chacun des acteurs ou partenaires de l'alternance: l'apprenant, le centre de formation et l'enseignant. l'entreprise,

- Les ateliers, au nombre de six, se proposent d'aller au plus près de la connaissance de l'alternance.

.

Le premier

atelier traite de l'évaluation Il s'agira

des pratiques

professionnelles.

alors de savoir ce que l'on

évalue, comment on évalue et aussi qui évalue. C'est toute la question du rôle et de la place de l'entreprise dispositif qui est ici posée. dans le

15

.

Le

second

atelier,

intitulé

"pratiques

d'analyse

des

pratiques" se propose, à partir de formations par alternance ou les pratiques sont effectivement d'anesthésistes, comportements professionnalisation. des maîtres,. . .), garants analysées (formations de dégager d'une des bonne

génériques

.

Le troisième atelier se préoccupe de l'accompagnement l'acquisition alternance entreprise l'alternance de connaissances constitué et tuteur du tripode en centre dans un dispositif apprenant, de référent

à par en

formation.

Gérer

c'est alors rechercher les meilleures manières et aboutir ainsi

de faire collaborer ces différents partenaires à une véritable formation intégrative.

.

Le quatrième atelier présente, à partir de l'expérience menée en partenariat entre les fédérations du Crédit Mutuel et les universités construction de Strasbourg et de Bretagne Occidentale, d'un dispositif de formation la

diplômante, Une

mêlant alternance et utilisation d'outils multimédia. analyse des étapes de co-construction, co-évaluation est présentée.

de-réalisation et de

.

Le cinquième atelier, quant à lui, après un état des lieux des TIC au service de l'enseignement par alternance, s'interroge

16

sur la façon dont ces technologies seront amenées à bouleverser les pratiques pédagogiques.

.

Le sixième atelier enfin, se propose, en faisant référence à des formations laissant une certaine initiative à l'apprenant, de montrer par quel(s) cheminement(s) celui-ci peut être luimême producteur de savoirs.

Toutes ces réflexions ont pour seul objectif de permettre

à

l'université de relever ce nouveau défi de l'alternance. Il s'agit pour elle, en priorité, d'accompagner et de conforter les acteurs

déjà engagés dans le processus. Il s'agit ensuite d informer et de sensibiliser la communauté universitaire sur les avantages mais

aussi les exigences de l'alternance. Tout particulièrement, de les convaincre que la production et la transmission de savoirs n'est pas de leur seul ressort et que, de façon complémentaire, le lieu de travail est aussi lieu d'apprentissage et de formation.

17

La connaissance sur l'alternance: définitions et pratiques

Peut-on envisager autrement l'articulation entre la théorie et la pratique?

Jean JOUQUAN
Professeur de Médecine interne2 Directeur du Bureau de Pédagogie médicale (Faculté de médecine) et Membre du Bureau de l'Unité de Recherche-Action en Formation de Formateurs (URAFF, UBO) Université de Bretagne Occidentale

La formation par alternance est communément décrite de façon générique comme un dispositif de formation qui allie "théorie" et "pratique". De ce fait, elle concerne explicitement les filières de formation directement professionnalisantes, pour lesquelles il

est aisément admis que le savoir ne s'acquiert pas seulement dans une salle de classe mais aussi dans une situation de travail. Par opposition, universitaire l'acquisition les dispositifs conventionnels de formation dévolus à

initiale restent souvent implicitement

des savoirs "théoriques", qui sont pour l'essentiel

organisés en savoirs disciplinaires.

Service de Médecine interne et maladies infectieuses. Centre Hospitalier Universitaire, Hôpital de la Cavale Blanche 29609 Brest Cedex. Courriel : jean.jouquan@univ-brest.fr ou j ean.j ouquan@chu-brest.fr.

2

Il n'est pas certain que cette distinction demeure totalement pertinente. Dès lors que les institutions de formation détiennent la responsabilité d'apporter une contribution forte à l'évolution cognitive des étudiants, et sans préjudice de la contribution qu'elles doivent également au développement affectif, culturel, social et citoyen de ces derniers, on aurait peine à admettre que les connaissances étudiants, quelles et les compétences que soient les développées filières de par les formation

concernées, ne soient pas transférables en dehors des salles de

cours. Si tel était le cas, cela signifierait que les heures passées en formation ne servent à rien d'autre qu'à induire des
apprentissages "académiques", utilisés exclusivement pour que annuels, le passage d'une soient décidés, à l'issue d'examens

année universitaire à l'autre et, au bout du compte, la délivrance d'un diplôme. Pour autant, il est réaliste d'admettre que la capacité d'appliquer dans un contexte des donné, en l'occurrence et des un contexte

professionnel,

connaIssances

compétences

développées dans un autre contexte, par exemple un contexte de formation universitaire, pose réellement problème. En formulant ce constat dans les termes du sens commun, on peut dire que, indépendamment d'une vision strictement professionnalisante

des filières de formation, la transposition de la "théorie" à la "pratique" ne va pas de soi. Al' occasion contribution, nous développerons notamment de la présente l'idée que le

22

problème comporte à la fois une dimension épistémologique une dimension pédagogique, avant d'évoquer

et

quelques

principes propres à étayer des pistes de solution.

1. Une dimension épistémologique

Une certaine tradition universitaire du rapport au savoir tend à considérer que les savoirs "théoriques", délibérément détachés de toute fonction utilitariste a priori, sont d'une nature qui les distinguerait des autres et qui en ferait des savoirs d'un ordre
supérieur. Cette perspective conduit à établir une prééminence de la recherche qualifiée de fondamentale sur la recherche qui ne serait qu'appliquée, les savoirs professionnels étant eux-

mêmes volontiers relégués au rang de sous-produits. Aux EtatsUnis, Schoenfeld (1999) situe le développement de cette culture scientifique "élitiste" à partir de l'immédiate période d'après-

guerre; il indique que cette posture intellectuelle est corrélée à une perspective sociale qui situe hiérarchiquement les

enseignants à un rang inférieur à celui implicitement reconnu aux chercheurs et qui leur dénie même, à la limite, le statut de professionnel en ne leur accordant pas les attributs qui seraient requis dans cette intention. pouvoir d'influence Cette conception conserve un

considérable

et il n'est dès lors pas

surprenant que la rhétorique développée à propos des relations entre la recherche et la pratique adopte le plus souvent le

23

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.