Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La pauvreté

De
214 pages
La pauvreté traverse l’histoire contemporaine. Elle continue d’exister entre les crises et leur survit. La conjoncture économique ne fait que moduler son ampleur et ses formes d’expression. C’est pourquoi, pour comprendre le phénomène, il faut le situer dans le modèle de développement des sociétés. Pour les auteurs de ce livre en effet, la pauvreté n’est rien de moins que le résultat d’un arrangement politique et social propre à chaque modèle de développement. En d’autres termes, par les formes institutionnelles qu’elles se donnent, les sociétés produisent une pauvreté qui leur ressemble. C’est ce que révèle la comparaison de quatre modèles de l’État social : la Grande-Bretagne, le Danemark, la France et le Québec. Se distancer de l’actualité immédiate – tout inquiétante qu’elle soit – c’est peut-être la meilleure manière d’affronter une réalité inconfortable et d’agir en conséquence
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

la pauvreté Q u a t r e m o d è l e s s o c i a u x e n p e r s p e c t i v e
S y lva i n L e f è v r e G é r a r d B o i s m e n u P a s c a l e D u f o u r
CHAMP LIBRE
Extrait de la publication
l a pauvretéquatre modèles sociaux en perspective
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Sylvain Lefèvre Gérard Boismenu Pascale Dufour
LA PAUVRETÉ Quatre modèles sociaux en perspective
Les Presses de l’Université de Montréal
Extrait de la publication
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Lefèvre, Sylvain
La pauvreté : quatre modèles sociaux en perspective
 (Champ libre)  isbn 978-2-7606-2255-5 1. Pauvreté. 2. Pauvreté – Europe. 3. Pauvreté – Québec (Province). 4. Inégalité sociale. 5. État providence. I. Boismenu, Gérard. II. Dufour, Pascale, 1971- . III. Titre. IV. Collection : Champ libre (Presses de l ’Université de Montréal). hc79.p6l43 2011 339.4’6 c2011-940606-3
isbn(version imprimée) 978-2-7606-2255-5 isbn(version numériquepdf) 978-2-7606-2664-5
e Dépôt légal : 2 trimestre 2011 Bibliothèque et Archives nationales du Québec © Les Presses de l’Université de Montréal, 2011
Les Presses de l ’Université de Montréal reconnaissent l ’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour leurs activités d ’édition. Les Presses de l ’Université de Montréal remercient de leur soutien financier le Conseil des Arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC).
imprimé au canada en mai 2011
Extrait de la publication
avant-propos
Depuis les évènements financiers dramatiques de 2008, de nombreuses analyses circulent qui font état de reculs sociaux importants en Europe et en Amérique du Nord. Les taux de chômage à la hausse, les banqueroutes des personnes et des ménages, les fermetures d’entreprises, remettent la pauvreté à l ’ordre du jour des médias et des gouvernements. Cet ouvrage est, en partie, une réaction à ces discours « à chaud » à propos de la pauvreté. La pauvreté avait-elle réellement « disparue » avant la crise et est-elle uniquement une question de conjoncture économique ? Nous avons fait le choix édito-rial de nous en remettre à une analyse historique afin de contrecarrer les multiples effets d’annonce, que ce soit les grands programmes politiques ou les outils conventionnels de classement, de type PNB. En partant des données structu-relles qui offrent un regard plus en profondeur sur la question de la pauvreté (répartition des richesses, types de pauvreté, segments précarisés de la population), nous espérons présen-ter une image plus juste des transformations en cours. De même, il nous paraît important de ne pas considérer la pauvreté et les inégalités comme une donnée externe aux
Extrait de la publication
n 8la pauvreté. quatre modèles sociaux
sociétésrôle que peuvent jouer, par exemple, les chocs économiques, qui nécessiterait des réponses politiques, de court terme. En renversant la perspective, et en partant des sociétés, nous avons voulu souligner que les compromis politiques, sociaux et économiques qui structurent ces socié-tés « produisent » aussi certaines formes de pauvreté. Par ailleurs, nous articulons des enseignements tirés de l’analyse économique, sociologique et politique afin de pré-senter une analyse la plus complète possible (bien que non exhaustive) des différentes dimensions de la pauvreté.
Pourquoi lire ce livre ?
La position développée au fil des chapitres s’articule autour de trois propositions : 1. Nous considérons les différentes formes de pauvreté comme le résultat des arrangements politiques et institution-nels de chaque société. Bien sûr la pauvreté est aussi une question de macroéconomie et s’articule à des données plus sectorielles (par exemple, le marché du logement), mais ici, nous considérons la médiatisation de cette question par les arrangements institutionnels dans les milieux de travail, de l’emploi, des mesures sociales, au sein des États, pour mon-trer comment ces architectures sociopolitiques influencent la production de la pauvreté et la manière dont les sociétés la traitent. 2. Nous proposons une analyse comparée qui tente d’aller au-delà des archétypes. Quand on sort des « canons » de la comparaison dans le champ de l’analyse des États sociaux, pour se pencher davantage sur des cas hybrides, qu’apprenons-nous ? Nous verrons que conclure à une convergence des États n’est pas une conclusion valide selon notre grille d’analyse. 3. En nous questionnant sur le sens des transformations en cours, nous mettons à profit cette comparaison, en illus-
avant-propos9 n
trant, notamment dans la dernière partie de l’ouvrage, com-ment une analyse plus fine permet de saisir le travail distinct à l’œuvre dans les sociétés. Pauvreté et inégalités sont pré-sentes partout, mais le sens qu’elles revêtent socialement (et sociologiquement) diffère beaucoup ; même sia priori la distance entre les sociétés diminue.
Comment le lire ?
L’ouvrage est construit en trois temps. Le premier chapitre revient sur les principales analyses des formes différenciées de pauvreté suivant les sociétés. Nous mettons en relief les principaux apprentissages, de même que les limites de ces travaux, en revenant notamment sur les difficultés liées à la mesure même de la pauvreté. Pour bien saisir comment la question de la pauvreté s’inscrit dans des configurations institutionnelles propres à chaque société, nous proposons une analyse de ses fondements autour de quatre piliers :
– le marché du travail et ses régulations, – les compromis sociaux entre les acteurs syndicaux, économi-ques et étatiques, – le traitement politique réservé aux personnes pauvres, – les représentations sociales de la pauvreté.
Ces réflexions nous ont conduits à penser la comparaison, qui constitue le deuxième temps de l’ouvrage, en deux « mor-ceaux » distincts. Les chapitres 2 et 3 comparent deux arché-types bien connus de la comparaison des régimes d ’État social : le Danemark et la Grande-Bretagne, alors que les cha-pitres 4 et 5 explorent des cas hybrides, correspondant moins directement aux canons de la comparaison entre la France et le Québec. Cette sortie des sentiers battus met en relief la complexité des processus qui sous-tendent la pauvreté et les inégalités sociales pour chaque société. Finalement, le troi-sième temps (chapitres 6 et 7) est consacré à un regard croisé
Extrait de la publication
1 0la pauvreté. quatre modèles sociaux n
sur les quatre cas du point de vue de la convergence suppo-sée des États sociaux. En partant d’une discussion critique des indicateurs de la comparaison en matière de pauvreté et d’inégalités, nous revisitons cette question de la convergence en proposant non plus de partir des politiques sociales natio-nales, mais bien des formes différenciées de pauvreté et d’inégalités au sein de chaque espace social.
Extrait de la publication