//img.uscri.be/pth/1091b677d4fe471975122fa7ae354857064efec6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,38 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La Rose du Pérou

De
176 pages
Adopter c'est aussi découvrir l'histoire, souvent déchirée, d'une enfant qui en restera marquée à vie, c'est connaître son pays, sa culture, ses éventuels géniteurs, dont l'adoptant ne peut la détacher et pour lesquels il doit nourrir une réelle empathie. Centrée sur l'itinéraire d'une adoptée, le récit abonde de détails sur le quotidien des gens du peuple dont elle est issue. Les adoptés d'hier et les adoptants d'aujourd'hui seront captivés par l'éclairage de ce récit à plusieurs voix.
Voir plus Voir moins
Ce livre est un mixte de journal personnel et de fiction. Personnages et parcours imaginaires rejoignent les méandres complexes de divers arrachements et recompositions familiaux.
Dans ce contexte romancé, à l'exception de lieux publics et de quelques personnages officiels, toute identification à des personnes vivantes ou décédées serait pure coïncidence.
«Ce qui me semble le mieux caractériser cette époque, c'est la s é p a r a t i o n. Tous furent séparés du reste du monde, de ceux qu'ils aimaient ou de leurs habitudes.Et dans cette retraite... (certains) furent forcés à vivre une vie d'animal traqué.»
AlbertCamus dansCarnets de guerre.
1
Mon «Che»
Il était beau. Un saintJoseph, au visage tout cuivré, comme celui de l'église ; moi j'étais sa « vierge ». Tu te rends compte,Appelle-moi «Che» m'avait-il dit. Ses cheveux noirs sortaient de toutes parts de son béret ; ils se prolongeaient par un collier et une moustache fournie dégageant un parfum d'eucalyptus ; un authentique «Che» inca ! Sur la main qu'il me tendait je vis une chevalière argentée grosse comme une noix d'arec ; ses souliers (car il avait des chaussures) étaient tachetés comme la peau des 1 grenouilles ensorcelées du lac Titicaca ; ils finissaient bizarrement, en pointe, et je me demandais comment il pouvait y loger ses orteils.
J'avais peut-être 14 ans ; je ne sais pas exactement, ici on ne compte pas en années, il suffit que les seins s'épanouissent soudainement dans des formes incertaines, que le sang salisse la natte sur laquelle on s'est endormie enfant et réveillée « adulte », que la peau devienne aussi lisse qu'une mangue bien mûre, bref, l'âge depasser un linge entre les jambes comme le signalent les mamans à leur entourage. Non pas l'âge du calendrier, celui du corps.
1 Grenouilles d'une espèce rare vivant dans les fonds du lac Titicaca, le plus grand lac du monde, à 3812 mètres d'altitude.Contrairement aux autres espèces, elles ne remontent jamais à la surface pour respirer. Recherchées en pharmacopée locale contre les fièvres et la tuberculose. ces grenouilles servent aussi, sacrificiellement, à apaiser l'esprit des dieux pour faire tomber la pluie en cas de sécheresse.
9
Il m'avait regardée une fois, deux fois, s'était éloigné, avait chantonné- une fleur est née, ses pétales ne s'ouvrent pas, ne s'ouvrent pas -tout en jouant des doigts sur une guitare imaginaire.Je le pris pour un artiste. Sa chanson me donnait des frissons dans le dos, avec l'envie de rire et pleurer !L'après-midi tombait ; c'était l'heure de mes achats, la dernière heure, celle des « bonnes affaires », quand il ne reste plus du marché que d'aigres odeurs de fruits et légumes défraîchis, vendus à bas prix ; c'était l'heure des « bons restes » comme disait celle qui m'avait fait office de mère durant toute mon enfance.Je passais d'un étal à l'autre, palpais, sentais - des achats à évaluer par le toucher et l'odorat !
Quelques rayons de soleil traversaient encore les crevasses des tôles tandis que d'autres passaient le filtre des canisses ; il n'y avait plus grand monde.Il paya pour moi les 2 concombres et les patates douces .D'un signe de tête à peine perceptible je crus qu'il me demandait l'autorisation de me prendre la main, mais il la saisit avant même d'avoir mon consentement (vrai que mon cœur y consentait et cela devait se voir).Il tamponna mon front d'un mouchoir que je n'avais pas, puis l'arête du nez, la bouche, mes nichons qui pointaient telles des courges délicates. Vous devinez le reste. Sous la percale légère, mes seins s'affermirent, mes yeux grands ouverts brillèrent d'une profondeur inattendue, mon cœur, mes oreilles bourdonnèrent du «chérie, chérie, je t'aime», mes jupes se soulevèrent et tout mon corps s'ouvrit à lui.D'un jet, la sève secrète de ma vie fusa en tous mes sens, m'ensorcela, me projeta dans mille merveilles.Lèvres, poitrine, ventre, reins rayonnèrent d'émotion. Une coulée blanche se mêla à mon sang vermeil.Il m'enserra.Je ne fis rien pour le repousser, je me fis légère, lisse, vulnérable,
2 Le Pérou compte plus de 4000 variétés de pommes de terre.Elles sont conservées auCentroInternacional de la Papa.
10