//img.uscri.be/pth/e5fcb1f2de4df2d19ace60a6cc616b86d079f2e6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Le Roman au XIXe siècle - L'explosion du genre

De

Un large panorama historique et générique qui intègre notamment des notions de scénographie et aborde la question de la censure, du public et du théâtre comme lieu de sociabilité. Organisé en trois grandes parties “ Se repérer ”, “ Comprendre ” et “ S’entraîner ”, cet ouvrage propose : - des repères pour aborder les formes du genre à l’étude ; - un cours concis, éclairé par des encadrés (définitions, dates et titres-clés, documents commentés, éléments bibliographiques, etc.) ; - des applications au travers de textes commentés, d’exposés et de dissertations, permettant un entraînement en vue des examens.


Voir plus Voir moins
Avant-propos
e Le roman n’est pas une création du XIXsiècle – L’Odyssée est déjà un récit d’aventures –, mais il connaît, dès la fin du e XVIIIsiècle, un essor inouï. Il l’emporte, peu à peu, sur toutes les autres formes de littérature, pour plusieurs raisons, dont : – le développement de l’instruction depuis les lois Guizot de 1833, qui amène de nouvelles couches de lecteurs, des femmes en particulier, réputées lectrices de romans par ex cellence, les hommes étant pris par des occupations «sérieuses» [voir par exemple les réactions des personnages masculins dan s Une Page d’amour (chapitre II) ou dans Pot-Bouille]; – le développement des journaux : par suite des pro grès techniques et de l’introduction de la publicité, leur prix baisse. Ils publient la plupart des œ uvres des romanciers en livraisons avant qu’elles le soient en volumes; – l’abaissement du prix du livre. La littérature doit donc faire face à de nouveaux e njeux. Le roman conquiert peu à peu mais non sans d ifficultés ses lettres de noblesse. Jusqu’en 1859, l’Académie française ne comptait, dans ses rangs, aucun romancier. Le prem ier à avoir été élu est Jules Sandeau, suivi, en 1862, par Octave Feuillet. Encore étaient-ils, tous deux, des représentants d ’un type d’œ uvre, le «roman honnête» ou «roman de la vertu», rejeté par les écrivains dont la postérité a retenu le nom, Flaubert, les Goncourt, Zola. Si le roman était considéré comme un genre mineur p ar les institutions littéraires (Académie française , critiques officiels, Revue des Deux Mondesrner.st une forme plastique, très souple, difficile à ce , l’antichambre de l’Académie…), c’est parce qu’il e Il n’a jamais fait l’objet d’une codification, d’un art poétique, à la différence de la poésie, de la tragédie, de la comédie. Nous ne possédons, le concernant, que des textes de romanciers, articles ou lettres.
Lire me M de Staël,Essai sur les fictions, Desjonquères. me Balzac, Avant-propos deLa Comédie humaine; Lettre à M Hanska, 26 octobre 1834. Écrits sur le roman, anthologie réunie par Stéphane Vachon, Livre de poche. George Sand,Histoire de ma vie,II, 15, Pléiade, t. I, p. 621-623. Flaubert,Correspondance, voir en particulier les années 1853-1855, au cours desquelles il écritMadame Bovary. Edmond et Jules de Goncourt, préface àGerminie Lacerteux(1865). Edmond de Goncourt, préfaces àLes Frères Zemganno, 1879,Chérie(1884). Zola,Le Roman expérimental,1880, recueil d’articles. Le Roman naturalisteoche. Maupassant, «, anthologie réunie par Henri Mitterand, Livre de p Étude sur le roman», 1887, publiée en tête dePierre et Jean.
Plasticité, variété
Le roman, affirme Zola, «es genres. Son cadre si souple embrasses’est emparé de toute la place, il a absorbé tous l l’universalité des connaissances. Il est la poésie et il est la science. Ce n’est plus seulement un am usement, une récréation; c’est tout ce qu’on veut, un poème, un traité de patholog ie, un traité d’anatomie, une arme politique, un es sai de morale». («Les Romanciers contemporains»,Les Romanciers naturalistes) À cause de «la liberté la plus complètee, le roman traite de tous les sujets» (Zola) que lui confère l’absence de toute poétiqu y compris de ceux que, jusque-là, la littérature re jetait (la maladie, le peuple, la vie quotidienne d ans ses aspects les plus banals, voire vulgaires, …). Il utilise toutes les formes d’expression, tous les registres de langue, tous les tons. Il n’est soumis à aucune nécessité de temps ou d’espace, comme le théâtre cl assique (règle des trois unités). Il mêle récit, de scriptions, dialogues, développement d’idées, etc. «ossédé les autres genres. Comme la science, ilLe roman n’a donc plus de cadre, il a envahi et dép est maître du monde. Il aborde tous les sujets, écr it l’histoire, traite de physiologie et de psycholo gie, monte jusqu’à la poésie la plus haute, étudie les questions les plus diverses, la politique, l’économie sociale, la religion, les mœ urs. La nature entière est son domaine. Il s’y meut librement, adoptant la forme q ui lui plaît, prenant le ton qu’il juge le meilleur , n’étant plus borné par aucune limite.» (Zola,Le Roman expérimental) Il est donc difficile de le définir en tant que genre, ce que Maupassant souligne avec force dans son «Étude sur le roman» : «Le critique qui, aprèsManon Lescaut,Don Quichotte,Les Liaisons dangereuses,Werther,Les Affinités électives,Clarisse Harlowe,Émile, Candide,Cinq-Mars,René,Les Trois Mousquetaires,Mauprat,Le Père Goriot,La Cousine Bette,Colomba,Le Rouge et le Noir[…] ose encore écrire : “Ceci est un roman et cela n’en est pas un”, me paraît doué d’une perspicacité qui ressemble fort à de l’incompétence.» e On peut donc énumérer, en s’appuyant non sur la for me (mis à part le roman par lettres, survivance du XVIIIsiècle), mais sur les thèmes traités, destypes de romanscomplexes et riches, neuvre s, , en remarquant, de surcroît, que les grandes œ rentrent pas dans une typologie stricte. Tout au plus peut-on reconnaître un certain nombre de traits communs qui permettent de dire qu’il s’agit d’un roman, c’est-à-dire d’un réc it de fiction avec personnages, alternance de scène s, de passages narratifs ou descriptifs, de résumés, allant à travers des péripéties vers un dénouement. Après avoir rappelé quelques circonstances de l’épa nouissement du roman, nous en montrerons l’extraord inaire variété et tenterons une périodisation (Se repérer). Puis, dans l’impossibilité de suivre dans son détai l et sa complexité sa richesse, nous nous bornerons à étudier quelques grands massifs (Comprendre). Les exercices, textes commentés, exposés et dissert ations, sont choisis pour traiter quelques-uns des grands problèmes posés par le roman (S’entraîner).
Les auteurs
Avant-propos
Partie 1 – Repères
Sommaire
e 1. Le XIXsiècle, une époque de totale remise en question a. La césure de 1789 b. Le mythe napoléonien c. Le développement des sciences et le mythe du progrès d. La mise en cause des règles
2. Foisonnement du genre romanesque a. Le roman d’aventure b. Le roman «gothique», ou «roman noir», ou «roman terrifiant» c. Le roman-feuilleton d. Le roman d’analyse ou roman psychologique e. Le roman «honnête» ou «roman de la vertu» f. Le roman historique g. Le roman réaliste et le roman naturaliste
3. Essai de périodisation a. Le roman sous l’Empire et la Restauration b. Le tournant de 1830 c. 1848-1856 : l’émergence d’un second réalisme d. Le naturalisme e. Le roman «fin-de-siècle»
Partie 2 – Comprendre
1. L’invention du roman moderne a. Stendhal (1783-1842) b. Balzac (1799-1850) ou l’ambition d’un roman total
2. Permanence du romantisme a. George Sand (1804-1876), ou l’inépuisable variété du romanesque b. Victor Hugo (1802-1885) : un conteur inspiré c. Barbey d’Aurevilly (1808-1889) : la rencontre du sublime et du romanesque
3. Flaubert (1821-1880) : art et réalisme
4. La constellation naturaliste a. Jules (1830-1870) et Edmond (1822-1896) de Gonco urt b. Zola (1840-1902) ou l’inventive plongée dans le réel c. Alphonse Daudet (1840-1897), «une bonhomie maligne» (Paul Bourget) d. Guy de Maupassant (1850-1893), une vision désabu sée du monde
5. Le roman «fin-de-siècle» a. Du roman psychologique au roman à thèse b. L’Ève future : science-fiction et roman d’aventures intellectuelles c. Huysmans et le «roman célibataire»0 d. À la recherche de formes nouvelles3
Partie 3 – S’entraîner
Explications
Exposés
Dissertations
Bibliographie