//img.uscri.be/pth/92cb3804b910ad06249f56019d7eb160ae48a6ca
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,88 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les apprentissages informels dans la formation pour adultes

De
122 pages
Les apprentissages que l'on qualifie d'informels tiennent aujourd'hui une place prépondérante dans la formation tout au long de la vie. Leur expansion et leur impact dans les champs de la vie professionnelle, de l'économie sociale et de la vie quotidienne ont donné lieu à un important travail de théorisation.
Voir plus Voir moins
32 - 2013
Note de synthèse Les apprenƟssages informels dans la formaƟon pour adultes ArƟcles de recherche Apprendre au-delà des frontières : entre nomadismes et mobilités
Ethos professionnel et professionnalisation : le cas de formateurs occasionnels en entreprise dans le cadre des transferts de technologies
Savoirs
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-01527-9 EAN : 9782343015279
Savoirs Revue internationale de
Recherches en éducation et formation des adultes
2013 – 32
Les apprentissages informels
Revue publiée avec le concours :
- de l’association Interface recherche - de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris - de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense
L’Harmattan
Le Comité d’orientation s’est constitué en association de droit français dénommée Association internationale pour la promotion des recherches en éducation et formation des adultes (Aiprefa). /·$LSUHID D pWp HQUHJLVWUpH DX -RXUQDO RIÀFLHO GX  IpYULHU  /·DVVRFLDWLRQ GRQW OH VLqJH VRFLDO VH VLWXH j O·XQLYHUVLWp GH 3DULV 2XHVW 1DQWHUUH /D 'pIHQVH HVW SURSULpWDLUH GH OD UHYXH Le bureau du conseil d’administration est composé deJean-Marie Barbier, Jean-Pierre Boutinet, Philippe Carré, Solveig Fernagu-Oudet, Cédric Frétigné, Gérard Jean-Montcler, Françoise L. Laot. Comité éditorial d’orientation BrigitteAlberoProfesseur de sciences de -SandraEnlartDirectrice Générale Entre- – O·pGXFDWLRQ 8QLYHUVLWp 5HQQHV prise et Personnel Jean-MarieBarbierSolveig-Professeur au CnamFernagu-Oudet-Maître de confé-UHQFHV HQ VFLHQFHV GH O·pGXFDWLRQ 8QLYHUVLWp ChristianBatal -PDG Interface Études et Paris Ouest Nanterre La Défense Formation CédricFrétignéProfesseur de sciences de – Jean-MichelBaudouin -Professeur de scien-O·pGXFDWLRQ 8QLYHUVLWp 3DULV (VW &UpWHLO FHV GH O·pGXFDWLRQ 8QLYHUVLWp GH *HQqYH GérardJean-Montcler -Maître de conféren-Jean-PierreBoutinetProfesseur émérite de -FHV HQ VFLHQFHV GH O·pGXFDWLRQ 8QLYHUVLWp VRFLRORJLH 8&2 $QJHUV 3DULV 2XHVW 1DQWHUUH /D 'pIHQVH 5HWUDLWp PhilippeCarré -Professeur de sciences de ChristopheJeunesse- Maître de conférences O·pGXFDWLRQ 8QLYHUVLWp 3DULV 2XHVW 1DQWHUUH HQ VFLHQFHV GH O·pGXFDWLRQ 8QLYHUVLWp 3DULV La Défense Ouest Nanterre La Défense PierreCaspar– Professeur émérite Chaire de Françoise F.Laot 3URIHVVHXU GH VRFLRORJLH IRUPDWLRQ GHV DGXOWHV &QDP 8QLYHUVLWp 5HLPV DenisCristol- Directeur de l’ingénierie et des ClaudieSolar- Professeure d’andragogie et de GLVSRVLWLIV GH IRUPDWLRQ &1)37 SV\FKRSpGDJRJLH XQLYHUVLWp GH 0RQWUpDO PierreDominicé -Professeur émérite de VéroniqueLeclerc 3URIHVVHXUH GH 6FLHQFHV VFLHQFHV GH O·pGXFDWLRQ 8QLYHUVLWp GHGH O·pGXFDWLRQ &8((3 8QLYHUVLWp /LOOH  *HQqYH AndréVoisin– Économiste JérômeEneauMaître de conférences en -VFLHQFHVGHO·pGXFDWLRQ8QLYHUVLWp5HQQHV Fondateur :JackyBeillerotDirecteur de publication :PhilippeCarré 5HVSRQVDEOHV VFLHQWLÀTXHV Jean-MarieBarbier -HDQ3LHUUHBoutinet GérardJean-Montcler,CédricFrétigné ChristopheJeunesse )UDQoRLVH )Laot 5HVSRQVDEOH pGLWRULDOH SolveigFernagu-Oudet Secrétaire de rédaction :FrançoiseLemaire 7UDGXFWLRQV IUDQoDLVHVSDJQRO DyanneEscorcia 7UDGXFWLRQV IUDQoDLVDQJODLV StephenBrewer
Revue SAVOIRS
8QLYHUVLWp 3DULV 2XHVW 1DQWHUUH /D 'pIHQVH 8)5 636( %kW &   DYHQXH GH OD 5pSXEOLTXH   1DQWHUUH &HGH[ UHYXHVDYRLUV#XSDULVIU KWWSQHW[XSDULVIUVDYRLUV
Savoirs, 32, 2013
Les apprentissages informels
Éditorial..........................................................................................................................................7 Note de synthèse DenisCRISTOLet AnneMULLERLes apprentissages informels dans la formation pour adultes................................................................................................................................. Articles de recherche BernadetteCHARLIER,Apprendre au-delà des frontières : entre nomadismes et mobilités ... DenisLEMAÎTRE,ChristopheMORACEet DamienCOADOUR,Ethos professionnel et professionnalisation : le cas de formateurs occasionnels en entreprise dans le cadre des transferts de technologies........................................................................................................................... Comptes-rendus de lecture ÉtienneBOURGEOISet MarcDURAND (GV  Apprendre au travail. ......... JeanFRAYSSINHES  L’apprenant adulte à l’ère du numérique. Ou l’art de développer de nouveaux savoir-faire en situation d’apprentissage contextualisé...................................... DominiqueGROUXet MariaCANTISANO  Professionnalisation et e-learning..... Marie-ChristineNOIREAUD  De Pondichéry à Paris. Parcours de femmes en formation........................................................................................................................... Jean-MarieBARBIERet JorisTHIEVENAZ (GV  Le travail de l’expérience..... DenisCRISTOL  50 conseils pour développer l’envie d’apprendre. ........................... BenjaminSACCOMANNO  La formation professionnelle pour adultes. De l’éducation pour tous à la gestion individuelle des carrières............................................................................ Vie de la recherche /HV WKqVHV HQ IRUPDWLRQ G·DGXOWHV........................................................................
Éditorial Les apprentissages informelsdans la formation pour adultes
Dans une société à forte mobilité qui met à notre disposition de nom-breux médias techniques eux-mêmes évolutifs pour organiser nos vies quo-tidiennes, les apprentissages informels revêtent une grande actualité. Ce sont en effet eux qui nous aident à nous adapter aux changements inédits auxquels nous nous trouvons sans cesse confrontés. Aussi ces apprentis-sages sont-ils appelés à prendre une importance déterminante au regard des apprentissages institués qu’ils entendent relayer et parfois supplanter. Leur actualité est renforcée par l’allongement spectaculaire de l’existence, spécialement dans nos sociétés postmodernes, impliquant de prolonger nos adaptations informelles sur le long terme de six à sept décennies de notre vie d’adulte, à l’issue des apprentissages institués. De tels apprentissages infor-mels qui deviennent donc de plus en plus stratégiques pour nos existences, Denis Cristol et Anne Muller nous les font découvrir ici à travers une recen-VLRQ FULWLTXH GH OD OLWWpUDWXUH VFLHQWLÀTXH TXL OHXU HVW FRQVDFUpH GDQV FHWWH Note de synthèse intitulée « Les apprentissages informels dans la formation pour adultes »,qui organise le n° 32 deSavoirs. Certes, d’une certaine façon, les apprentissages informels ont toujours existé, HW FKHUFKHU j VLJQLÀHU OHXU LPSRUWDQFH UHOqYH GX WUXLVPHOn apprend toujours sur le tas ou de son expérience.Mais hier ces apprentissages étaient invisibles et discrets ; aujourd’hui ils se font manifestes et tapageurs, tant dans le souci de maîtrise d’un nouveau logiciel informatique que dans la familiarisation avec de nouvelles normes administratives pour sa déclaration d’impôts ou encore dans la sensibili-sation au fonctionnement d’un objet technique que l’on vient d’acquérir. Ce que les psychologues appelaient autrefois apprentissageincidentet que l’on dénomme aujourd’huiinformel, au niveau de la vie quotidienne, a donné lieu au cours des dernières décennies à des tentatives de théorisation qu’il s’agit d’inventorier d’un point de vue critique pour stabiliser une notion, celle d’apprentissages informels, GRQW OHV GHX[ DXWHXUV GH OD 1RWH UHOqYHQW TX·HOOH HVW FRPSOH[H ÁRXH HW LQVWDEOH /H ÁRX HW O·LQVWDELOLWp GH OD QRWLRQ VRQW DVVRFLpV j OD GLYHUVLWp GHV WHUUDLQV TXL V·HQ UHFRPPDQGHQW HW j O·KpWpURJpQpLWp GHV GpÀQLWLRQV TX·HOOH D VXVFLWpHV /D 1RWH GH V\QWKqVH V·HIIRUFH GRQF GH IDLUH XQ pWDW GHV OLHX[ LGHQWLÀDQW GHV VDYRLUV 7
informels à partir de la recension des écrits produits ; en lien avec cet état des lieux, elle cherche à retracer les étapes historiques au cours desquelles ces apprentissages informels se sont progressivement imposés. À partir de cette double revue des usages actuels et des évolutions historiques par lesquelles sont passés les apprentissages informels, Denis Cristol et Anne Muller en arrivent à proposer comme principale clé de compréhension susceptible de OHV OpJLWLPHU OD QRWLRQ G·K\EULGDWLRQ À[DQW DLQVL OD VLJQLÀFDWLRQ GH FHV DS-prentissages, au regard de leurs situations d’emploi sur un continuum entre formel, non formel et informel ; c’est cette hybridation qui confère un posi-tionnement épistémologique bâtard aux apprentissages informels. Malgré XQH WHQWDWLYH LFL SURSRVpH GH FODVVLÀFDWLRQ GH WHOV DSSUHQWLVVDJHV LQIRUPHOV en fonction de leur champ d’opérationnalisation, l’hybridation ne saurait être effacée ; elle constitue un marquage essentiel et c’est là l’un des enjeux auxquels se trouve confronté le recours aux apprentissages informels, ce qui LPSOLTXH G·DYRLU VRLQ GH ELHQ VSpFLÀHU OHV WHUUDLQV SULYLOpJLpV VXU OHVTXHOV LOV VH GpSORLHQW DXMRXUG·KXL VDQV XVXUSHU OHXU QRP DÀQ GH QH SDV UDMRXWHU GH l’ambiguïté à l’hybridation. Cette note de synthèse sur les savoirs informels est opportunément pro-longée par un article de Bernadette Charlier, « Apprendre au-delà des fron-tières : entre nomadismes et mobilités ». Cet article cherche à comprendre les transformations intervenues dans les apprentissages adultes lorsque ceux-ci se situent au-delà des frontières imaginaires qui structurent la représentation de tels apprentissages ; lesdites frontières sont établies à partir des modes d’appréhension académiques des apprentissages et des lieux institués dans lesquels se déploient ces modes d’appréhension : comment donc, au-delà de ces frontières, les adultes vivent-elles/ils aujourd’hui leurs apprentissages et dans quelle mesure leurs environnements personnels d’apprentissage (E.P.A.) sont-ils médiateurs d’une telle expérience d’apprentissage ? Pour répondre à ces questions, l’auteur part de l’hypothèse que les E.P.A. consti-tuent une source essentielle de données pour étudier l’apprentissage au-delà des frontières imaginaires qui les représentent. Un deuxième article illustre à sa manière, mais du point de vue des formateurs, la question des apprentis-sages informels et ce qui se passe dans cet au-delà des frontières imaginaires. Dans « Ethos professionnel et professionnalisation, le cas des formateurs occasionnels en entreprise dans le cadre de transferts technologiques », les auteurs, Denis Lemaître, Christophe Morace et Damien Coadour s’inté-ressent aux ingénieurs et techniciens d’une grande entreprise transformés en formateurs occasionnels pour leurs clients qu’il s’agit d’initier à la maîtrise technique des systèmes vendus. Pour se professionnaliser sur le tas comme 8
formateurs et affronter les dilemmes liés à leur activité occasionnelle, ces ingénieurs-formateurs sont amenés à se forger sur le terrain de la formation un ethos professionnel. À partir de l’enquête que les auteurs ont réalisée auprès d’eux, trois formes d’ethos professionnel sont mises en évidence, le formateur aventurier et virtuose, le formateur par vocation pédagogique, le formateur expert technique. Cette approche singulière jette un éclairage original sur le processus de professionnalisation en entreprise.
Jean-Pierre Boutinet
9