//img.uscri.be/pth/b969a5b8180c6218567b9a93b1f92cb83d9b58da
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les pratiques de lecture du Collège à la Fac

De
160 pages
Cette étude montre que la lecture est une pratique à 1aquelle les jeunes s'adonnent assez régulièrement, avec une part plus importante chez les filles. Elle occupe une place essentielle dans la construction de l'identité de l'adolescent qui doit associer la lecture scolaire et la lecture loisir : le problème se pose alors du passage de l'une à l'autre lorsque les prescriptions scolaires disparaissent. Même si l'école permet la proximité avec la littérature, les pratiques de lecture spontanées restent tributaires du sexe de l'enfant et de son milieu social L'intensité de lecture est d'autant plus forte que la catégorie est favorisée et dotée d'un capital culturel élevé.
Voir plus Voir moins

LES PRATIQUES DE LECTURE
DU COLLÈGE À LA FAC

Mohamed Dendani

LES PRATIQUES DE LECTURE DU COLLÈGE À LA FAC

Enquête dans le département des Bouches-du-RhÔne.\'

Pr~face de Ro~er Establet Prr~fe.\'seur de sociolo~ie el l'Université de Provence

L'H~lrl11attan 5-7. rue de l'(~cnle-Pnlytechl)ique 75005 Paris - FRANCE
Montréal

L'Harl11att~U1 Inc 55. rue Saint-Jacques
(Qc) - CANAOA 112Y IKI)

Collection Logiques Sociales fondée par Dominique Desjeux et dirigée par Bruno Péquignot
En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si la dominante reste universitaire, la collection Logiques Sociales entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l'action sociale. En laissant toute liberté théorique aux auteurs, elle cherche à promouvoir les recherches qui partent d'un terrain, d'une enquête ou d'une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes conceptuels classiques. Dernières parutions

Jacques GUlLLOU, Les jeunes sans domicile fixe et la rue, 1998. Gilbert CLAVEL, La société d'exclusion. Comprendre pour en sortir, 1998. Bruno LEFEBVRE, La transformation des cultures techniques, 1998. Camille MOREEL, i880 à travers la presse, 1998. Myriame EL YAMANI, Médias et féminismes, 1998. Jean-Louis CORRIERAS, Les fondements cachés de la théorie économique, 1998. Laurence ELLENA, Sociologie et Littérature. La référence à l'oeuvre, 1998. Pascale ANCEL, Ludovic GAUSSOT, Alcool et Alcoolisme, 1998. Marco ORRU, L'Anomie, Histoire et sens d'un concept, 1998. Li-Hua ZHENG, Langage et interactions sociales, 1998. Lise DEMAILLY, Evaluer les établissements scolaires, 1998. Claudel GUYENNOT, L'insertion, un problème social, 1998. Denis RUELLAN, Daniel THIERRY, Journal local et réseaux informatiques, 1998. Alfred SCHUTZ, Eléments de sociologie phénoménologique, 1998. Altay A. MANÇO, Valeurs et projets des jeunes issus de l'immigration. L'exemple des Turcs en Belgique, 1998. @ 1:Harmattan, 1998

ISDN: 2-73X4-7000-9

A Sami

Remerciements
Je tiens à remercier ici d'abord les étudiants de 2ème année de Sociologie qui ont participé à cette recherche dans le cadre de leur formation à l'enquête par questionnaire.

Je tiens aussi à remercier Christine Detrez, Roger Establet et Pascal Reysset pour leur collaboration et surtout pour le plaisir que j'ai éprouvé à travailler en leur compagnie. Enfin, les lecteurs attentifs qui m'ont permis d'améliorer la forme comme le contenu de ce travail : Roger Establet et Philippe Vitale.

SOMMAIRE Préface: Roger Establet Introduction Les recherches sur la lecture Lecture étudiante Les pratiques de loisirs Le contexte familial Le contexte scolaire Une enquête élargie Lectures en classe de troisième A la recherche du temps de lire Les genres d'ouvrages Lectures féminines, lectures masculines L'incitation parentale L'incitation scolaire Lecture et projets professionnels Préférences en matière de lecture scolaire Préférences en matière de revues Les revues lues par les parents Sociabilité lectorale
39 50 51 53 61 65 66 71 80 82 11 15 19 21 26 28 29 33

Conclusion: Les collégiens et les magazines: des BD et du sport mais un spectre large d'intérêt 85 Lectures des magazines chez les étudiants : lecture loisir, lecture scolaire

La lecture des magazines: une pratique répandue 87
Genres de magazines lus Le réinvestissement scolaire Infonnation sur le monde économique et social 94 104 111

9

Les magazines comme guide pratique a) Le monde socio-économique des étudiants b) La sphère des loisirs 113 116

Conclusion: Une pratique à la croisée des études et des loisirs 121 Bibliographie Annexe 1 : Tableaux Annexe 2 : Questionnaire adressé aux collégiens Annexe 3 : Questionnaire adressé aux étudiants 123 127 133 141

10

PREFACE

La lecture est une des rares pratiques sociales à avoir mobilisé "un collège invisible", selon une expression favorite de Christian Baudelot : des historiens, comme Roger Chartier, ont travaillé sur les manières historiques de lire, des sociologues (Martine Poulain, Bernadette Seibel) ont fait l'analyse des bibliothèques et des professions liées à la lecture publique; en épistémologue expert, Jean-Claude Passeron a pointé dans la lecture la plus "polymorphe" des pratiques culturelles, "lire" pouvant désigner aussi bien la lecture appareillée des doctes que le déchiffrement laborieux d'un mode d'emploi. Sous la houlette de Robert Escarpit, des travaux bordelais, ceux de Nicole Robine notamment, ont montré dans certaines lectures populaires des passions actives et paradoxales, eu égard à la façon '1égitime" d'aborder le Livre. Dans le même sens, le texte splendide d'Abdelmalek Sayad1 montre une lecture en état d'urgence: la lecture constitue pour Zina la seule échappatoire aux contraintes cumulées de la société d'immigration et la famille des primoarrivants d'une société sans lecture et sans école. Cette reconstruction d'une biographie de lectrice paradoxale est à soi seul une leçon de sociologie. "Comme par une sorte d'instinct social,lesforces intéresséesau conservatismesous toutes sesformes... ont toutes les raisons de
se méfier de la lecture et, plus encore, des lectrices, de même que celles-ci, à leur tour, ont toutes les raisons, à l'inverse de s'acharner sur l'acte de lecture, investissant en lui toute leur force de résistance ainsi que tous leurs espoirs (quand même ces espoirs prendraient la forme d'une conduite de désespoir), pressentant que c'est en ce domaine que résident leur chance

1 Sayad A., "La lecture en situation d'urgence", in Lire, faire lire: des usages de l'écrit au;x politiques de lecture, sous la direction de B. Seibel, Pans, Le Monde-Editions, 1995, pp. 65-99.

11

d'émancipation et émancipation" 2. extérieures

les

conditions

sociales

de

cette

Les lectures faites dans les conditions les plus
à la société civile ordinaire,

-

la lecture

en

prison, par exemple - accentuent, sans les effacer, les fonctions habituelles de l'acte de lire : évasion, reconstruction de soi (Fabienne Soldini). Et Bernard Lahire va traquer les moindres différences pertinentes entre les capitaux lettrés dont disposent ceux qui vus de loin, de trop loin, seraient considérés comme des illettrés. François de Singly construit une typologie très diversifiée des lecteurs de 12 ans3 puis s'interroge, dans une enquête plus quantitative, publiée par la DEP, sur les ruses de la jeunesse4 pour concilier la lecture prescrite et la lecture plaisir. La relation entre les médias modernes et la lecture définit un autre angle d'attaque: les travaux de Michel Souchon, Michel Péroni, Roger Establet, Georges Felouzis ont introduit un peu de complexité dans le match trop fameux Gûtenberg-MacLuhan. Le produit non concerté du "collège invisible" a donné lieu au total à une oeuvre commune qui nous parait plutôt cumulative. Très riche par la masse des données nouvelles apportées, très stimulantes et, dans les perspectives théoriques tracées, plutôt congruentes. Et il ne s'agit pas d'une coopération interdisciplinaire délibérée, même si les colloques et les rencontres n'ont pas manqué de rapprocher les auteurs et de confronter les points de vue5. 11s'agit réellement d'une convergence des intérêts. Les universitaires, écrivains, chercheurs, éditeurs,
2 Sayad A, op. cit., p. 99. 3 Singly F. de, Lire à 12 ans: une enquête sur les lectures des adolescents, Paris, Nathan, 1989. 4 Singly F. de, "Les jeunes et la lecture", in Les dossiers Education et Formatwns, n° 24, MInistère de l'Education Nationale, Janvier 1993. 5 Le plus récent, organisé les 20 et 21 novembre 1994 par la bibliotllèque municipale de Marseille, l'Observatoire France-LOIsirs de la Lecture et le Monde Diplomatique est publié dans un ouvrage Lire, faire lire: des lIsages de l'écrit aux politiques de lecture, sous la direction de B. Seibel, Paris, Le Monde-Editions, 1995, rassemble les travaux et certains des protagonistes de cette "success story".

12

responsables de la statistique nationale, militants qui ont apporté cette masse de réflexion sont venus de tous les horizons de la France moderne. C'est sans doute que les intellectuels sont sollicités par le thème de la lecture bien au-delà de leurs passions du moment. Quelques livres dans l'armoire d'une église irlandaise, voilà, selon Émile Durkheim, le prototype de l'école moderne, et la raison première du rassemblement de ces assemblées scolaires, les "convicts", de ceux qui vont faire plus tard profession de clerc, qui s'efforceront d'opposer la culture du Livre et des livres aux barbares. On pense à Machiavel qui ne pouvait lire Tite-Live sans avoir revêtu les "panni curiali", les "habits de cour". Et les autodafé, même quand ils ne sont pas associés à des idées dogmatiques, font toujours frémir les intellectuels, comme le sacrilège des sacrilèges. La manière dont l'acte de lire est mis en oeuvre au-delà du petit cercle des initiés a mobilisé utilement des énergies; et elle l'a fait d'une manière respectueuse, comme si tout ce qui se rapporte au livre, était empreint du même caractère sacré que le livre même. Les deux études que présente Mohamed Dendani traitent avec sérieux de deux sujets qui pourraient d'abord paraître frivoles: les lectures des collégiens et les lectures des magazines par les étudiants. Mohamed Dendani a décidé de mettre au départ l'accent sur les aspects les moins scolaires de ces deux formes de lecture. Incontestablement, si la lecture a dans ses origines, un caractère sacré, la banalisation de l'acte de lire, liée à la hausse globale du niveau scolaire, a engendré une désacralisation de certains supports. Or, et sans vouloir déflorer en quoi que ce soit l'argument de deux enquêtes extensives qu'il faut prendre le temps de lire, on s'apercevra que dans les actes les plus apparemment frivoles, collégiens et étudiants sont orientés par des intérêts profonds et compréhensibles. TI serait bien maladroit pédagogiquement de faire comme si ces lectures étaient condamnables ou n'existaient pas, puisqu'elles

13

mettent en jeu les passions et les intérêts de deux âges de la vie. Ces deux enquêtes de taille considérable6 ont été effectuées, sous la direction de Mohamed Dendani7, chacune en un an8, dans le cadre de la formation à la recherche des étudiants de sociologie de l'Université de Provence: ces unités d'enseignement, bien peu livresques, apprennent pourtant plusieurs formes essentielles de la lecture, la lecture rapide de la documentation existante, la lecture attentive des réponses aux questionnaires, l'exploration d'un clavier d'ordinateur et la lecture des tableaux correspondants aux hypothèses de départ. De quoi confinner la citation de Jean-Claude Passeron sur la nature polymorphe de la lecture.

Roger Establet

6 La première a porté sur 1 560 collégiens et la seconde sur 1 231 étudiants. 7 En collaboration avec Christine Detrez, Roger Establet et Pascal Reysset. 8 La première, au cours de l'année scolaire 1993-94 i la seconde, au cours de l'année universitaire 1996-97.

14