Les sciences de l'éducation dans les champs de formation

De
Publié par

Cet ouvrage examine tout d'abord le champ de formation traditionnel du point de vue didactique, de l'analyse des pratiques collectives, et des pratiques professionnelles d'enseignants intervenants en formation d'adultes. Le deuxième examen traite d'un nouveau champ de formation celui des ingénieurs. Le troisième examen traite de nouveaux domaines dont les sciences de l'éducation s'emparent depuis une période récente notamment dans le domaine de la santé au travers de la construction de la professionnalité des élèves sages-femmes.Š
Publié le : mardi 1 novembre 2011
Lecture(s) : 76
EAN13 : 9782296471726
Nombre de pages : 242
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LES SCIENCES DE L’ÉDUCATION DANS LES CHAMPS DE FORMATION
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.f ISBN : 978-2-296-56410-7 EAN : 9782296564107
Sous la direction de Bernard FRAYSSELES SCIENCES DE L’ÉDUCATION DANS LES CHAMPS DE FORMATION Quelles mobilisation et légitimation ?
CollectionPratiques en formationdirigée par Daniel BERTAUX, Véronique BEDIN, Catherine DELCROIX et Michel FOURNET Coordination de la collection : Daniel BART La collection Pratiques en formation regroupe des ouvrages qui traitent de l’évolution des différents types de pratiques sociales, des contextes dans lesquels elles s’inscrivent et de leurs méthodes d’observation. Les travaux retenus répondent à trois objectifs majeurs : construire des cadres de référence appropriés à l’analyse de pratiques contextualisées, étudier les interactions entre pratiques individuelles et organisationnelles dans des systèmes d’activités différenciés : formation, travail social, professionnalisation, développement local ; enfin, enrichir les savoirs et pratiques en formation tout au long de la vie selon une approche pluridisciplinaire. Dernières parutions Patrick SARAMON,? De laPanser ou repenser les Z.E.P. « discrimination positive » au recul institutionnel, 2003.Sous la direction de Daniel GUY,Dopage et protection des jeunes sportifs. Éléments pour une prévention de proximité, 2002.Sous la direction de Jean-François SOULET et Eric CASTEX, L’Informatique dans l’enseignement de l’histoire et de la formation des historiens, 2001.
LISTE DES AUTEURS RaquelBECERRIL, Université de Lille 1 (France),Maître de Conférences en Sciences de l'Education, Université des Sciences et Technologie, laboratoire TRIGONE VéroniqueBEDIN, Université de Toulouse-Le Mirail (France), Maître de Conférences en Sciences de l'Education, UMR EFTS « Education, formation, travail et savoirs » DominiqueBROUSSAL, Maître de Conférences, UMR EFTS « Education, formation, travail et savoirs ». BernardCALMETTES,Université de Toulouse Paul Sabatier (France), Maître de Conférences en Sciences de l’Education, DiDiST-UMR-EFTS, EA 799, Université de Toulouse-Le Mirail (France), IUFM de Midi-Pyrénées, Gridife, ERT 64.
RichardETIENNE, Universités Montpellier 2 et 3 (France), Professeur ; Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique, Education et Formation (LIRDEF) EA 3749.
BernardFRAYSSE, Ecole Nationale de Formation Agro-nomique Toulouse (France), Professeur en Sciences de l’Education, UMR EFTS « Education, formation, travail et savoirs ».
DenisLEMAITRE, Ecole Nationale Supérieure des Ingénieurs des Etudes et Techniques d’Armement (France), Ingénieur, Centre de Recherche sur la Formation et Réseau Ingenium.
Jean-FrançoisMARCEL, Ecole Nationale de Formation Agronomique Toulouse (France), Professeur en Sciences de l’Education, UMR EFTS « Education, formation, travail et savoirs »
PhilippeMAUBANT, Université de Sherbrooke (Canada), Professeur, Institut de recherche sur les pratiques éducatives.
Marie-ChristinePRESSE, Université de Lille 1 (France),Professeur en Sciences de l'Education, Université des Sciences et Technologie, laboratoire TRIGONE.
7
PREFACE LES SCIENCES DE LEDUCATION SONT-ELLES SOLUBLES DANS LESPACE PROFESSIONNEL?
Étienne Richard
Travaillant depuis ses origines lointaines sur la relation entre les professionnels et les chercheurs en sciences de l’éducation (au sens large et pas seulement disciplinaire du terme), notre équipe a voulu organiser en septembre 2009 un colloque sur les «Enjeux scientifiques et politiques des sciences de l’éducation». Le numéro double (28-29) desCahiers du CERFEEen rend compte vient de paraître et complète les qui actes en ligne édités sur le site de notre université. En outre, nous avons eu le plaisir d’accueillir des équipes dont certaines comme celle réunie par Bernard Fraysse ont mis en place un symposium pour produire un livre sur un sujet précis. Aujourd’hui, il m’est demandé de préfacer l’ouvrage issu de ce travail sur la «mobilisation et [l’]implication des sciences de l'éducation dans divers champs de formation» et je remercie les auteurs pour l’honneur qu’ils me font. Les textes réunis et le travail effectué aboutissent à une redéfinition du champ de notre discipline (cette fois-cistricto sensu). Ce n’est un secret pour personne qu’elle a vocation à connaître des avatars depuis son origine au dix-neuvième siècle (Gautherin, 2002 ; Hofstetter & Schneuwly, 2006) jusqu’à des menaces actuelles de disparition en passant par une recréation au pluriel en France en 1967 (Mialaret, 2005). Ce livre  Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique, Education et Formation (LIRDEF), EA 3749, Universités Montpellier 2 et 3.
9
contribue au débat permanent sur son épistémologie en proposantde factoou dejure un élargissement de son champ qui apparaît bien comme un retour aux sources qui ont ouvert la controverse entre les tenants de l’engagement et ceux du détachement. Mais il contribue aussi à une nouvelle centration sur le développement des savoirs et de la compétence de ceux qui font faire à ceux qui apprennent et se développent comme ils développent leur organisation. Je terminerai cette présentation-interprétation de ces textes par une réflexion sur le rôle des sciences de l’éducation dans notre espace social et politique. 1. L’implication des enseignants-chercheurs de sciences de l’éducation dans le renouvellement de la formation professionnelle Le plan de l’ouvrage est révélateur d’une démarche sinon expansionniste du moins qui se généralise dans ce qu’il convient d’appeler les métiers de l’humain comme cela est repris à de nombreux auteurs dont Mireille Cifali n’est pas la moins éminente. Dans les «champs de formation traditionnels» qui constituent la première partie, ce n’est pas l’activité de l’élève qui est analysée, ni même le savoir en tant que tel. C’est le savoir enseigner, ou plutôt, si l’on me passe l’expression, le savoir faire apprendre un savoir puisque le livre s’ouvre sur les effets de la recherche en didactique sur la formation des enseignants. À sa première ambition d’analyse des «situations d’enseignement dans les classes» (Calmettes) succède le projet d’analyser les «dynamiques professionnelles des étudiants préparant le concours de professorat et des enseignants débutants» (ibid.). Autrement dit, le déplacement d’un enfermement dans la classe et d’un intérêt exclusif pour l’élève comme sujet cognitif vers une conception d’un double modèle, l’un «de» la formation et l’autre «pour» la formation clairement repris à Bru (2004). Dès ce premier chapitre se trouve posée la tension entre les «savoirs d’action» et les «savoirs théoriques» (Barbier, 1996) sachant que les premiers vont nous entraîner du côté praxéologique au risque de verser
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.