//img.uscri.be/pth/453a9002c30a0bde4b9b9c2e36a289ae15743215
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les sciences de l'éducation, métissées et plurielles

De
198 pages
La pluralité et le métissage constituent des piliers indispensables pour la survie, le maintien et le progrès de la société. Qu'est-ce qui se passe lors du processus d'apprentissage ? Les enfants avec un retard mental léger acquièrent-ils aussi facilement les connaissances que les enfants dits ordinaires ? L'Afrique peut-elle se développer sans intégrer dans son système éducatif ses valeurs traditionnelles ? Le système éducatif africain est-il suffisamment intégré par les TIC ? Ces interrogations permettront d'appréhender les sciences de l'éducation, à l'aune des données congolaises principalement.
Voir plus Voir moins
n°12
Sous la direction dePierreFONKOUAetFlorentinAZIADIMBU
Les sciences de l’éducation, métissées et plurielles
Cahiers africains de recherche en éducation -n°12 Numéro spécial RDC
Les sciences de l’éducation, métissées et plurielles
Déjà publiés : N°11 : Les formations ouvertes et à distance au Cameroun.Entre discours et réalités d’innovation N°10 : Enseignement/apprentissage des activités physiques, sportives et artistiques N° 9 : Éducation pour tous, culture et développement : Approches comparatives des enjeux et perspectives de l’éducation dans l’espace francophone N° 8 : Principes et modalités de l’enseignement des langues et cultures nationales au Cameroun N°7 : La décentralisation de l’éducation en Afrique subsaharienne N° 6 : La formation des chefs d’établissement scolaire en Guinée Une clef de l’amélioration des systèmes éducatifs est la formation des chefs d’établissement en raison de son caractère multiplicateur. La Guinée a développé dans ce domaine des actions importantes. N° 5 : Réalités de l’enseignement africain
Différentes approches – celles de la sociologie, de l’économie, de la biologie et de l’analyse littéraire – sont utilisées ici pour mieux comprendre les réalités de l’enseignement africain.
N° 4 : La recherche en éducation au Congo/Kinshasa
Plus de 800 recherches en éducation ont été réalisées au Congo-Kinshasa entre 1980 et 2003, au cours de périodes pourtant particulièrement troublées.
N° 3 : L’éducation de base pour tous dans la Francophonie à l’heure de la mondialisation : perspective comparative
Cet ouvrage permet de faire le point sur la mise en œuvre du plan d’action adopté en avril 2000 à Dakar par le Forum mondial de l’éducation. N° 2 : La scolarisation des filles au Cameroun Un tableau général des problèmes posés par la scolarisation des filles au Cameroun, en regard des autres pays africains et de celle des garçons, est présenté ici par les principaux spécialistes du pays. N°1 : L’éducation dans la société africaine En introduction à celles qui suivront, les chercheurs qui ont contribué à cette publication analysent les relations entre la société et l’éducation à partir des situations concrètes de sept pays.
Sous la direction de Pierre FONKOUAet Florentin AZIADIMBULes sciences de l’éducation, métissées et pluriellesNuméro spécial RDC Cahiers africains de recherche en éducation o n 12
Comité scientifique Pr Afsata Kaboré, Université de Koudougou, Burkina Faso Pr Abdel Baba Moussa, Université d’Abomey Calavi, Bénin Pr Amade Badini, Université de Ouagadougou, Burkina Faso, Pr Emtcheu, André, Université de Yaoundé, Cameroun Pr Fonkoua Pierre, Université de Yaoundé I, Cameroun Pr Kongotoua, Augustin, Université de Bangui Pr Malet Régis, Université de Bordeaux, France Pr Matchinda T. Brigitte, UNICEF, Cameroun Pr Marmoz Louis, Université de Paris Versailles, France Pr Mossoa, Lambert, Université de Bangui Pr Jaillet, Alain, Université de Cergy Pontoise, France Pr Tchombe M. Therese, Université de Buea, Cameroun Pr Ongoka Pascal Robin, Université Marien Mgouabi, Congo Pr Louzolo Kimbembé, Université Marien Mgouabi, Congo Directeur de publication Professeur Pierre FONKOUA, Université de Yaoundé I – Cameroun Fondateur de la Revue : Professeur Louis MARMOZ
Auteurs Alexandre Mbaya Ntumbula C. De Becker Dominique Ndandula Mukondo Ferdinand Kabamba Palata Florentin Azia DimbuIdrissa Assumani Zabo Ignace Mupa Isansaka Jean-Baptiste Kakoma Jean-Paul Yawidi Mayinzambi
Luc Conrad Mubikangie Lucien Kibwenge Oasis Kodila Tedika Sebo Mwamba NgoyStanislas Ruguduka Baleke Valentin Tumbwa Mangwamba
Professeur à l’Université Pédagogique Nationale, Kinshasa, RDC Université Libre de Bruxelles Professeur à l’Université Pédagogique Nationale, Kinshasa, RDC Professeur à l’Université Pédagogique Nationale, Kinshasa, RDC Professeur à l’Université Pédagogique Nationale, Kinshasa, RDC ; Doyen de la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Éducation, florentin.azia@upn.ac.cdProfesseur à l’Université Pédagogique Nationale, Kinshasa, RDC Assistant à l’Université de Bandundu, RDC Professeur à l’Université Pédagogique Nationale, Kinshasa, RDC Professeur à l’Université Pédagogique Nationale, Kinshasa, RDC yProfesseur à Université libre de Bruxelles, Bruxelles, Belgique; Université Pédagogique Nationale, Kinshasa, RDC; Chef de Département de Psychologie; mubiluc@gmail.com Professeur à l’Université Pédagogique Nationale, Kinshasa, RDC Assistant à la faculté d’Economie de l’Université de Kinshasa, RDC Enseignant à l’Université Pédagogique Nationale, Kinshasa, RDC Professeur à l’Université Pédagogique Nationale, Kinshasa, RDC Professeur à l’Université Pédagogique Nationale, Kinshasa, RDC
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10771-4 EAN : 9782343107714
SOMMAIRE Préface ................................................................................................................................... 7
Aprentissage et résolution de problèmes dans une situation de jeu : Approche sociocognitive et interaction sociale.Luc Conrad Mubikangiey C. De Becker......................................................................................................................... 11
Éducation, cultures et sociétés : un enjeu pour le développement en Afrique Stanislas Ruguduka Baleke................................................................................................... 27
Regard sur l’encadrement des enseignants du secondaire par les inspecteurs dans la ville de BandunduFlorentin Azia Dimbu Oasis Kodila Tedika Ferdinand Kabamba Palata Ignace Mupa Isansaka........................................................................................................... 47
Image du père-Dieu chez les étudiants de KinshasaJean-Paul Yawidi Mayinzambi.............................................................................................. 59
Évaluation des acquis scolaires des élèves de l’enseignement spécial en situation de retard mental légerFerdinand Kabamba Palata................................................................................................... 75
Frustration et attachement à la profession enseignante. Conséquences et perspectivesSebo Mwamba Ngoy.............................................................................................................. 91
Analyse des pratiques pédagogiques dans l’enseignement en soins infirmiers à KinshasaIdrissa Assumani Zabo Alexandre Mbaya Ntumbula...........................................................................013...................
Déperdition scolaire et pratiques enseignantes dans les Instituts techniques médicaux à KinshasaIdrissa Assumani Zabo Alexandre Mbaya Ntumbula Dominique Ndandula Mukondo.....................................................................1.1.7...................
Malades mentaux chez les Suku d’après les courants scientifiques de la psychopathologie. Une étude critique sur la perception des maladies mentales Valentin Tumbwa Mangwamba Pasmak............................................................................129
Étude de la relation entre médecin et patient. Une approche subjective par les sous-ensembles flous ou les théories de l’imprécisLuc Conrad Mubikangiey Jean-Baptiste Kakoma Lucien Kibwenge Esu Bwana........................................................................513.......................
Réflexion sur quelques facteurs contribuant à la réussite/échec scolaire des élèves issus de l’immigration RD congolaise dans le système éducatif belgeJean-Baptiste Kakoma-N’dusu Luc Conrad Mubikangiey Lucien Kibwenge Esu Bwana...............................................................................................613
Apprendre à faire le deuil de l'enfant idéalLucien Kibwenge Esu Bwana Jean-Baptiste Kakoma................................................771..........................................................
Préface L’avenir d’un pays se construit à partir des projections que l’on se fait sur le devenir des enfants, des jeunes, le devenir de leur éducation et de leur formation. À l’école précoloniale, à la suite de nos éducations et formations traditionnelles, dites primitives, l’enfant était pris en charge et accompagné dès la naissance jusqu’à la mort en passant par toutes les étapes de la vie, y compris les cérémonies d’initiation. La société tout entière prenait soin aussi bien de l’enfant, de l’adolescent que de l’adulte jusqu’au terme de sa vie. Cet adolescent accédait à son tour à ce statut d’adulte sur qui la société pouvait compter pour l’émancipation des plus jeunes. Avec la colonisation, les prérogatives de la formation ont été cédées partiellement, sinon en totalité, à des institutions qui, par ailleurs, refusaient de s’intégrer aux us et coutumes des autochtones. Elles voulaient une autre inculturation avec des coutumes et des valeurs importées d’outre-mer tout en conservant certaines habitudes des cultures locales. C’est dans cette perspective que nous pouvons aisément parler d’une société et de l’éducation métissées. Cependant, comme dans toute société hybride ou métissée, on se recherche, on se retrouve, on s’abandonne et on revient à certaines traditions (processus matrimoniaux, la sorcellerie, etc.) tout en adoptant ou en copiant les apports des autres cultures tels le système scolaire et la religion. L’école et l’Université deviennent des voies royales pour la promotion de la jeunesse, sans exclure les autres lieux d’apprentissage des métiers. Durant la période coloniale, pour des raisons de formation d’une main-d’œuvre qualifiée, à côté des écoles primaires divisées en classes « sélectionnées » et « classes ordinaires », on s’attelait à un processus d’orientation en fonction des capacités de chacun, orientation qui ne disait pas son nom. Ainsi, les élèves issus des classes « sélectionnées » se destinaient à l’école normale, à l’école moyenne ou au séminaire, alors que leurs camarades des classes ordinaires étaient orientés vers les écoles d’apprentissage des métiers (école d’apprentissage pédagogique, écoles artisanales, les fermes écoles, etc.).