//img.uscri.be/pth/d1546fd042609ed4c4e13ae90e89e1af223c6b65
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 24,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Littérature de jeunesse et stéréotypes d'Européens

De
310 pages
La liste de littérature de jeunesse pour le cycle 3 (CM1, CM2, sixième) propose nombre d'oeuvres mettant en scène des personnages européens. Ces derniers sont souvent présentés de façon stéréotypée. Cette vision des autres peuples, dans une littérature destinée aux jeunes lecteurs, interroge profondément, car elle fait courir le risque de renforcer les stéréotypes des élèves (sans parler d'en créer de nouveaux). Cet ouvrage propose donc d'identifier les stéréotypes d'Européens présents dans cette liste et de développer une démarche pédagogique visant à les dépasser.
Voir plus Voir moins
Viviane Devriésère
Littérature de jeunesseet stéréotypes d’Européens
Préface d’Annie Rouxel
Littérature de jeunesse et stéréotypes d’Européens
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10878-0 EAN : 9782343108780
Viviane Devriésère Littérature de jeunesse et stéréotypes d’Européens Préface d’Annie Rouxel
DU MEME AUTEUR : « Lecture et identité européenne », inIdentita e valori europei. Il sentimento europeo attraverso la narrazione,Rome : Aracné, 2010. « Stéréotypes et morale laïque », Synergie Chili n°11, 2015. « Quali competenze per il mondo di domani?», inConoscenza, Formazione e Progetto di Vita : Metodi e Prospettive per l'Inclusione universitaria, Rome : Editore FrancoAngeli, 2016. « De l’utilisation des stéréotypes pour une tête bien faite. Les stéréotypes comme forme de pensée », inIl pensiero letterario como fondamento di una testa ben fatta, Rome : Roma TrE-Press, 2016. La Mer en texte, la mer en classe.Réflexions littéraires et didactiques autour du sujet marin dans des écoles en Italie et en France,ouvrage co-dirigé avec Marina Geat, Rome : Aracné 2016.
D é d i c a c e
A mon cher fils Aymeric, qui a si ardemment soutenu cette recherche
Préface « La littérature a ceci d’irremplaçable qu’elle contribue à l’éthique pratique par l’expérience provoquée chez le lecteur qui pénètre dans un monde nouveau, étranger, et part à la découverte de l’autre. Elle nous rend donc surtout plus vaste. » 1 Antoine Compagnon  L’expérience de l’altérité à laquelle convie la lecture de la littérature rend le lecteur « plus vaste », dit A. Compagnon. En lui faisant expérimenter des possibles, se découvrir dans l’Autre et reconnaître la présence de l’Autre en soi, elle lui ouvre l’esprit et construit son humanité. Cette expérience intime, riche et troublante, pourrait-elle avoir une incidence sur le « vivre ensemble » dans les classes multiculturelles et la société d’aujourd’hui, et à quelles conditions ? L’ouverture à l’Autre qui s’opère dans l’intimité de la lecture serait-elle en effet à même de conduire à des comportements sociaux plus fraternels ?  Ces questions d’ordre éthique méritent d’être posées, sans angélisme, dans la pleine conscience des obstacles qu’elles soulèvent. On peut en évoquer au moins trois. À moins que le lecteur ne vive un évènement de lecture qui le bouleverse au point d’affecter tout son être et sa vision du monde, les transformations qui adviennent au cœur de la lecture restent passablement inconscientes ou éphémères si elles ne sont pas relayées par la réflexivité. Il faut bien admettre aussi que même la pleine conscience d’une transformation de soi par la lecture ne saurait supprimer totalement la peur de l’Autre et par la suite, l’écart entre la pensée et l’action. Enfin, le reproche souvent adressé à l’école d’une instrumentalisation de la littérature enseignée à d’autres fins qu’elle-même, fussent-elle éducatives, peut l’être effectivement à propos de la problématique soulevée. 1 Compagnon A. , « Que peut la littérature ? », entretien avec Sophie Viguie Vinson réalisé le 16/7/2016, inSciences humainesn°284, p. 18-21, 2016.
9