Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Lycéens, prenez votre orientation en main

De
345 pages
Basée sur une information solide, l'orientation c'est d'abord votre affaire. Ce livre a été conçu avec et pour des lycéens comme vous. Mais il est aussi utile aux professeurs et aux parents. Ce livre répond également de façon pratique aux questions que vous vous posez : que change le L/M/D dans les cursus universitaires ? Y-a-t-il un espace européen de l'orientation ? Comment fait-on pour choisir ? Et aussi à quelle bourse puis-je prétendre l'an prochain ?...
Voir plus Voir moins

Lycéens, prenez votre orientation en main

Des témoignages, des conseils et un guide pratique pour s'orienter en France et en Europe

Nous remercions vivement pour leurs précieux conseils Jean Barraud, Richard Etienne, Christine Gautron, Mélina Guélou, Annie Marxer, Patrick Mellon, Régine-Eva PénissonKleinhans, Chantal Sciabbarrasi, Ariella Vergara ainsi que les lycéennes et lycéens Margot Fieux, Marie Fraysinnet, Jonathan Garcia, Tiphaine G., Julien Riou, Michaël Tolédano Nous remercions également pour leur contribution: Marco Choukour, Laurent Daniel, F.M., Sophie Vauclin, Simon

Danielle Ferré - Jean-Marie Quiesse
avec les lycéennes et lycéens Pauline Gourié Mathias Jageneau Arnaud Marxer Lucie Sciabbarrasi

Lycéens, prenez votre orientation en main
Des témoignages, des conseils et un guide pratique pour s'orienter en France et en Europe

Postface à l'usage des éducateurs Alain Rufino

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris

FRANCE
L'Hannattan Hongrie

Espace L'Harmattan

Kinshasa

Kônyvesbolt Kossuth L. u. 14-16

Fac .des Sc Sociales, Pol. et Adm; BP243, KIN XI Université de Kinshasa - RDC

L'Harmattan !talla Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

L'Harmattan Burkina Faso 1200 logements villa 96 12B2260
Ouagadougou 12

1053 Budapest

httD://www.librairieharmattan.com diffusion. harmattan @wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

@ L'Harmattan, 2006 ISBN: 2-296-00043-6 EAN:9782296000438

« La chance: l'opportunité»

c'est

quand

la préparation

rencontre

Etienne V endette Magicien 26 Mars 2004 - Québec

SOMMAIRE

Chacun peut réussir, des lycéennes et lycéens vous l'écrive nt. .. .......................................................................

Il 13 17

QCM I Je rêve, je veux être...
J

1 Laurent: Il y a une vie après 1 école - (Témoignage) ... 19 2 J'ai assez de mal à me sentir concernéee) par mon orientation (Message) 23 3 J'aurais besoin d'être pousséee) à réaliser ce que j'ai envie de faire (Message) ... 25 4 Première expédition à l'auto-doc onisep (Message) 27 5 C'est à mon prof de m' aider (Message) 31 6 Ce n'est pas parce que j'ai 15 en math que je veux être ingénieur en informatique (Message) 35 7 Vivre ses rêves maintenant (Message) 37 II Y-a-t-il du choix? 41

8 Sophie: Parcours d'une« élève modèle » (Témoignage) 43 9 L'école mode d'emploi 47 10 L'école oriente-t-elle? 51 Il Le diplôme, un passeport nécessaire 57 12 Le calendrier de l'orientation 63 13 Les procédures 69
14 Choisir I ' université. . .. ... .. .. ... .. ... .. ... ... .. .. . .. ... . ... . .. .. 75

15 16

BTS -DUT et autres formations « courtes» Tenter une Prépa... dans quel but?

81 87

III Quel sera mon environnement?
17 Marco: Mon voyage en Australie (Témoignage) ........ 18 Annaïck : Première expérience (Témoignage) ............. 19 Va-t-on faire le même métier pendant 40 ans?
(M es sag e) ................................................................

95 97 101 105 109 113 119 127 133 137

20 21 22 23 24 25

Nouveaux contextes, nouvelles orientations........... Un renversement démographique sans précédent.. Les métiers de l'avenir............................................ LMD le nouveau cursus universitaire ..................... Etre mobile en Europe............................................. Etudier hors de France (Message)...........................

IV Comment construire ma place
26 FM: Trouver sa propre voie

143
..............

- (Témoignage)

27 28 29 30 31 32 33 34 35

Prendre conscience de ses points forts.................... Identifier son système de valeurs ............................ S'informer sur les études et les métiers................... Vivre une expérience en milieu professionnel........ Savoir saisir les opportunités .................................. Rêves de garçons, rêves de filles............................. Passer du rêve à l'intention ....... De l'intention au proj et ........................................... Tu choisis mais seras-tu choisi(e) ? ........................

145 149 153 157 165 171 173 177 183 189 191

V Qui peut m'aider?

193 36 Simon: D'unepassion à l'autre - (Témoignage)........ 199 37 Face aux parents (Message) .................................... 38 Les parents veulent nous pousser vers quelque chose (M es sag e) ................................................................ 203 205 39 Décoder les influences............................................ 211 40 Engageons le dialogue (Message) ........................... 41 Que peut-on attendre du conseiller d'orientation- .. 215 psychologue? .......................................................... 219 42 S'orienter est aussi une affaire d'éducation............ 8

Guide Pratique 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Il 12 13
L' ori en ta ti on pra ti que. .............................................

225 227 235 243 249 253 267 277 281 285 289 297 299 303 3 17

36 baccalauréats français: bien choisir son profil ou sa spécialité............................................................ Réussir ses études avec ou sans le bac.................... S'inscrire en classe prépa........................................ Partir dans un autre pays......................................... Se loger et financer ses études en France et Europe Parler Européen....................................................... Europe: où s'informer?......................................... Diplômes, niveaux et compétences ......................... Tendances de l'emploi............................................ Portails Internet pour s'orienter.............................. Portails Internet des formations.............................. Portails Internet des métiers....................................

Glossaire
Bib lio gra p hie. ...................................................................

337

Table des auteurs Postface à l'usage des éducateurs

341 343

9

Chacun peut réussir, des lycéennes et lycéens vous )' écrivent...

« Si notre seule passion est quelque chose d'un peu farfelu ou qui ne mène réellement à aucun métier, comment fait-on? » Tiphaine, 16 ans, élève de seconde

Etre en vie c'est se développer dans tous les domaines. Plus qu'aucun autre, la jeunesse est le moment des possibles. Or trop souvent on oppose les rêves, les désirs des personnes et la réalité: réalité des notes et de l'offre de formation et d'emploi du système économique et social. Et c'est souvent trop tôt que les adultes, exercent une pression pour faire coïncider les rêves à cette réalité, ou trop tard pour aider les choix personnels à prendre forme. Or non seulement tout n'est pas joué, mais presque rien n'est joué entre 15 et 20 ans. Chacune, chacun possède des marges de manœuvre dans la construction de son itinéraire pour peu qu'il en soit conscient. On peut en grande partie choisir sa vie professionnelle et personnelle à condition de s'autoriser à rêver, savoir s'informer, connaître les systèmes et les règles du jeu, apprendre à mieux se comprendre, savoir résister aux pressions mais aussi, lorsque nécessaire, ne pas hésiter à prendre conseil dans son entourage et auprès d'un spécialiste. Comme l'orientation, ce livre s'adresse à toutes et à tous: toi qui réussis bien et ne te poses pas encore trop de questions quant à ton devenir comme à toi qui as actuellement des difficultés pour faire coïncider tes résultats et tes ambitions personnelles. A toi qui souhaites faire de longues études comme à toi qui n'as pas l'intention de rester à l'école longtemps. Car

l'orientation est, bien avant celle des experts et des parents, ton affaire personnelle. Les années- lycée, sont de merveilleuses années pour vivre des allers-retours entre des rêves et la réalité à travers des expériences dont il faut tirer les enseignements pour grandir. La

majorité des lycéensl, et sans doute toi-même,portent un regard
positif sur leur établissement, mais qu'en est-il de la préparation à envisager « l'après lycée» ? La période que nous vivons actuellement est faite d'intenses changements. Ces changements sont technologiques mais aussi politiques avec la construction européenne et la mondialisation de l'économie. Le contexte de l'orientation s'en trouve bouleversé. Continuer de se centrer sur la seule réussite au baccalauréat est très risqué. Le baccalauréat n'est souvent plus qu'un passage vers des études supérieures qui, elles, sont pensées dans le cadre européen. C'est donc dans ce contexte qu'il faut, dès la seconde, imaginer et penser son parcours personnel. Les principales idées et les outils pour accompagner l'orientation personnelle en classe, existent maintenant en France depuis de nombreuses années. Ils sont encore peu connus et peu utilisés par les élèves. D'où ce livre directement écrit avec des lycéennes et des lycéens, pour des lycéennes et des lycéens, pourquoi pas, pour celles et ceux qui les accompagnent quotidiennement, particulièrement les professeurs et les parents. Car l'orientation est le fruit d'un partenariat solide basé sur la discussion et l'échange d'informations.

1

AEF, Pascal Bouchard, «les lycéens portent un regard très positif sur leur
», 23/09/04

établissement

12

QCM

Avant de lire le livre, voici l'occasion Entoure les bonnes réponses.

de «faire le point ».

A ton avis 1- Au lycée, les trois premiers métiers dont rêvent les filles sont: N Ergothérapeute- Journaliste - Pilote BI Professeur -Infirmière - Educatrice CI Forfaitiste - Actuaire - Domoticienne 2 - LMD veut dire: N Licence de Mathématiques et de Dessin BI Livre de Méthode Dactylographiée CI Licence, Master, Doctorat 3- En Finlande le bac s'appelle: N Appollytirio lykeiou BI Reifeprufungszeugnis CI Ylioppilastutkintotodistus 4 - Un profil en terminale autour de 12 permet d'intégrer une classe préparatoire et d'en tirer profit N Vrai BI Faux CI Je ne sais pas 5 à l'orientation officiellement en France N En classe de Séme

- L'éducation

commence

BI En classe de 2nd CI Jamais

6 Le pourcentage d'ingénieurs l'université est de : N50% BI 20% CI 700/0

-

qui font leurs études à

7 - L'ONISEP, c'est ... AI L'Organisation nationale de l'Intégration des Sociétés Externes Professionnelles BI L'Office National d'Information Sur les Enseignements et les Professions CI L'Organisation Nouvelle pour l'Industrialisation des Sections Européennes Polyvalentes 8 - On peut entrer en IUP (Institut universitaire professionnalisé).. . AI Après le bac BI Après une année d'université réussie CI Après deux années d'université réussies 9 - C'est le conseil de classe qui propose le passage
AI De troisième en seconde BI De seconde en première CI De première en Terminale

10 Au lycée, les 3 premiers métiers dont rêvent les garçons sont: AI Taxidermiste- Urbaniste- Démographe BI Qualiticien- Disc-jockey- Podologue CI Professeur- Ingénieur- Métiers artistiques 11- Le sigle COP veut dire: AI Conseiller d'Orientation Principal BI Conseiller d'Orientation Professionnel CI Conseiller d'Orientation Psychologue

-

14

12- Dans un CD!, on trouve pour préparer son orientation: N Une auto-documentation ou kiosque ONISEP BI Des sites internet CI Des fiches sur les métiers 13 - Les« mauvais» élèves enfants de cadres poursuivent plus souvent des études supérieures que les « bons» élèves enfants d'ouvriers AI Je ne sais pas BI Faux CI Vrai 14 On pouvait passer en France en 2005 AI Un baccalauréat mention « section européenne» BI un bac « option internationale» CI un bac international 15 - S'adapter c'est: AI C'est se plier à la réalité BI C'est plier la réalité CI C'est les deux en même temps

-

Réponses 1 - B ;2-C ; 3 -C ; 4 - A ; 5 -A ; 6 -A ; 7 -B ; 8 -B et C ; 9 A et B ; 10 -C ; Il - C ; 12 ABC - 13 -C ; 14 : A et B15 : C

15

Première Partie

JE RÊVE, JE VEUX ÊTRE

...

A la base de tout projet, il y a du rêve. Dans cette partie, tu découvriras à travers des textes de lycéennes et de lycéens des raisons d'explorer tes rêves et tes désirs.

1 Témoignage Laurent:

d'un parcours

Il y a une vie après l'écolel

Il Y a une vie après l'école Quand on m'évoque les dernières années de lycée, celles où soudain on prend conscience qu'il Y a une vie après l'école, j'ai instinctivement plutôt en tête les (( à
cotés »: les concerts de rock, les répétitions dans la cave, les vacances aux Indes, les révisions du bac devant Rolland Garros, les tournois de flippers (nous étions à la fin des années 80). Et c'est seulement après, en effet, que reviennent en mémoire: les réveils difficiles, le chemin des cours, les stress de l'interrogation orale, les heures d'engourdissement à ne rien écouter, les examens blancs, les retenues, les réunions parents-profs, les heures passées devant mes livres qui ne m'apprennent plus rien et qui me semblent déjà d'une autre époque. Et puis, certaines échéances arrivant, on se pose (pour ne pas dire on nous pose) la question de l'après bac. Que faire? Où m'inscrire? Quand? Quelle fac ? Quelle filière? Quelles conséquences? Quel but? Quelles envies raisonnables » ? Et après tout, est-ce que j'avais envie de choisir? Pourquoi choisir? Je me voyais bien, moi, en chanteur de rock! Déjà que je me retrouvais en terminale B2 plus par
((

dépit que par choix

((

pas le niveau en math, donc Eco! ».
société et Social) de

l Laurent Daniel, 35 ans, aujourd'hui cadre dans une communication 2 Le bac B a été remplacé depuis par le bac ES (Economique

Les sacro saintes maths, algèbre et trigonométrie, dont jamais je n'ai eu besoin de toute ma carrière professionnelle. J'aimerais bien savoir à combien de métiers servent régulièrement les équations à 3 inconnues, et les intégrales impropres. ..
Une cohérence tardive du parcours professionnel

Ballotté de classe en classe jusqu'à un bac B, de section en section (BTS Publicité, Diplôme Bac+4 d'école de commerce, DESS Production Audiovisuelle), j'ai encore l'impression d'avoir passé plus de temps à subir qu'à prendre des initiatives. Et pourlant, aujourd'hui, mon poste de responsable éditorial DVD chez un éditeur vidéo prestigieux, correspond plutôt bien à mon profil, tant personnel que professionnel.

Un début d'études

chaotique

n s'agissait tout d'abord essentiellement d'un manque d'intérêt dans les études supérieures et dans les matières pratiquées. C'est ensuite l'inconscience de la jeunesse propre à une adolescence facile et bien remplie. C'est enfin un rejet à un moment donné de cerlaines méthodes pédagogiques (carotte / bâton). Je ne connaissais pas non plus les métiers existants et me retrouvais face à l'impossibilité de me projeter dans un poste professionnel. Enfin, le manque d'encadrement total dans les choix d'orientation (deux rendez-vous organisés et présentés comme une tâche ou un devoir, une liste de catalogues à lire, et rien derrière...) ont peut-être achevé de me décourager. De tout ça a découlé la peur de franchir le pas. J'ai retardé le plus possible l'échéance en prétextant l'imporlance d'avoir des diplômes toujours plus élevés et spécialisés, et parce que j'avais le soutien parental, financier et moral, suffisant.

20

L'équilibre A force de jouer contre la montre, tout est arrivé en même temps: une volonté d'indépendance financière et sociale, plus de diplômes possibles, et de toutes façons une réelle saturation,. un stage, enfin, qui m'a permis d'apprécier un secteur d'activité répondant à mes sensibilités créatives (la vidéo), les amis proches qui trouvent en premier et donnent l'exemple. n en a découlé beaucoup de choses: ~ L'acceptation de premiers boulots qui ne me ressemblaient pas vraiment (commercial), mais qui m'ont permis de savoir combien je valais sur le marché du travail, de commencer à gagner ma vie et de percevoir le fonctionnement d'une entreprise en tant que salarié (tellement différent du statut de stagiaire.. .). ~ La prise de conscience qu'il Y a des chefs d'entreprises jeunes, cools pour qui le travail est un
((
)),

plaisir etlou une aventure humaine. ~ La découverte d'autres métiers à travers presse, les petites annonces, les entretiens d'embauche.
Les premiers mois passés

la

Je me suis rendu compte de l'épanouissement que peut apporter un travail qui plaît. Des rencontres professionnelles ou personnelles fondamentales: (ami (e)s, supérieurs hiérarchiques directs, confrères, collègues. ..) m'ont permis d'avancer. n s'est toujours présenté des opportunités qui, sans faire de l'opportunisme, m'ont permis de quitter une voie commerciale ne me correspondant pas. Mon passage au sein de 5 sociétés (pour des durées respectivement de 6 mois - 2 ans - 3 ans - 4 mois - 4 ans à ce jour) dans un même secteur, de taille et d'activités différentes mais complémentaires, m'apporte aujourd'hui une connaissance globale de ma profession tant sur un plan technique que financier, qui est appréciée pour la gestion d'un service.

21

Ma situation

actuelle

est aussi

une étape

Je suis responsable d'une activité et, de fait, directement du travail de 4 personnes en interne. Je fais appel à une dizaine de sociétés prestataires et gère des budgets qui oscillent entre 5 000 et 15 000 €. Je touche tant à des notions artistiques et graphiques (en faisant créer des menus et des interfaces de DVD) qui me tenaient à cœur pour mon épanouissement personnel, qu'à des notions techniques juridiques et financières qui donnent à ce poste une dimension supplémentaire et indispensable pour une nouvelle évolution professionnelle. Mon salaire brut mensuel est passé en 7 ans de parcours, de 1 150 € à 3 500 €. Je n'ai pas d'idée quant à mes prochaines évolutions. J'ai bien conscience d'être aujourd'hui dans un siège confortable compte tenu de l'état du marché du travail. Mais l'expérience acquise et les contacts au fil des années me rassurent quant à des bouleversements professionnels dont on n'est jamais à l'abri,. ce que les médias nous rappellent quotidiennement...

22

2 Message de lycéenne

J'ai assez de mal à me sentir concemé(e) par l'orientation Pauline

État d'esprit
Je ne sais pas ce que je veux faire demain, alors comment savoir ce que je veux faire de ma vie? J'ai du mal à me sentir concernée par mon orientation et donc par l'orientation en général, parce que c'est trop vague, trop loin. L'orientation sous-entend avenir, alors ça doit être une certaine peur du futur qui entraîne un certain desinterêt pour ce sujet chez moi... Une peur du futur mais aussi et surtout une peur de l'inconnu et de l'échec. Alors je préfère ne pas y penser: solution de facilité! Si je n'y pense pas, alors je n'ai pas peur. Ça, c'est la réaction instinctive, mais si on y réfléchit bien, on se rend vite compte que cette solution n'aide pas, au contraire, elle fait perdre un temps précieux. Ça ne sert à rien de faire l'autruche, il va bien falloir se confronter à la réalité un jour ou l'autre. Peut être est-ce une preuve de maturité d'y arriver. .. ?

Motivation/ passion
J'ai donc fait des efforts pour trouver un tn11l11num de
volonté et de motivation pour commencer à réfléchir à mon avenir. Pour que ce ne soit pas trop flou, j'ai jugé bon de ne penser qu'à mon orientation à court terme (le moyen terme

23

et le long terme viendront interrogée sur mes passions.

plus

tard)

pillS Je me

sUts

Mais l'orientation a-t'elle quelque chose à voir avec la passion? Je l'espère très sincèrement car je ne peux pas m'imaginer avec un métier pour lequel je n'ai aucun intérêt et qui ne m'apporte rien. J'ai envie de me lever le matin en me disant «chouette, je vais travailler». Il me faut donc arriver à allier passion et réalité: tâche difficile mais possible!

Un petit coup de pouce
Après quelques recherches sur internet et un petit tour au CI01, quelques idées ont émergé. Et puis très vite, je me suis rendue compte que l'approche que j'avais faite en essayant de relier passion et réalité à court terme m'avait amené indirectement à penser au long terme. De plus, ce qui m'a aussi beaucoup aidée et qui m'aide toujours à mettre en place mon orientation, c'est d'en parler autour de moi, à n'importe qui, proches ou non. Cela donne différentes perceptions du monde du travail, des études envisageables,... Mais je pense aussi qu'il faut savoir s'adresser à des professionnels qui peuvent nous donner des informations concrètes et surtout de source sûre. Peut-être est-il aussi nécessaire que l'on te donne aussi un petit coup de pouce pour aller plus loin ?

1

CIO Centre d'Information

et d'Orientation

24

3 Message de lycéenne

J'aurais besoin

d'être poussé(e) à réaliser envie de faire Lucie

ce que j'ai

(( en Je ne sais pas pourquoi il est si souvent question de l'orientation général )). Car chacun de nous est unique avec son parcours, son passé ses envies. Pour moi, la seule chose qui me paraît intéressante en la matière, c'est de décider seul et de se créer un parcours un peu atYpique ou inhabitueL

Entre facilité et projets
On a tous des rêves, des ambitions, des envies et pourtant, devant des choix à faire, il arrive qu'on prenne la solution de facilité comme l'inscription à la Fac. Ou encore l'orientation qui arrange nos parents. Par exemple, je suis en terminale S, maman et papa ont toujours rêvé d'être médecins et ils sont donc prêts à tout faire à ma place, comme c'est pratique! Pourtant je n'ai pas envie d'être médecin. Je sais bien ce que j'ai envie de faire, mais "ça sort un peu des cadres". En fait je préfèrerais partir faire des études d'histoire à Paris... Mais comment fait-on pour s'inscrire à distance? Où je vais bien pouvoir vivre? Avec quel argent? Et mes copains qui vont rester tous ensemble, ici. Pourtant Julien mon meilleur copain ne cesse de me dire de me renseigner, d'aller voir au CIO. Ca fait bizarre il semble vouloir se débarrasser de moi, même si je sais que ce qu'il veut, c'est m'aider.

25

Faire la démarche

soi-même

J'aime bien l'idée de pouvoir me dire que c'est moi qui décide de mon avenir, de ma vie future d'adulte et que c'est le meilleur moyen de le devenir. Je vais me prouver que j'en suis capable. Je vais le faire toute seule. Je vais prendre mes responsabilités, je vais faire des choix et les assumer. Comme cela, quoi qu'il arrive, je ne pourrai m'en prendre qu'à moi même si au final ça ne marche pas. Finalement, je suis allée au CIO, j'ai vu une conseillère d'orientationl. Elle m'a expliqué tout ce qu'il me faudra faire pour l'année prochaine, c'est un peu fastidieux et encore flou mais mon ami est toujours d'accord pour m'aider.

Il suffit de pas grand-chose
En fait il suffisait de pas grand-chose, le coup de pouce de quelqu'un à qui j'ai fait confiance au bon moment. Je n'aurais surtout pas voulu d'une personne qui aurait tout fait à ma place et encore moins qui aurait décidé pour moi. Il me semble qu'on a besoin de quelqu'un qui puisse aiguiller, conseiller, mettre sur une voie tout en nous laissant le choix. Il faut pourtant nous laisser prendre nos responsabilités et, à notre âge, si la famille est souvent vécue comme contraignante, on peut aussi se dire qu'elle peut être une ressource. A 18 ans, on vote et on s'implique dans la vie du pays, alors il est bien normal qu'on s'implique d'abord dans notre propre vie. Je trouve que choisir ses études c'est un bon début. Il faut se rendre capable de prendre ses propres décisions. C'est peut être pour ça qu'on nous pousse à faire des choix importants.
1 Conseillère d'orientation-psychologue.

26

4 Message de lycéen

Première expédition à l'auto-cloc onisep Mathias

C'est vrai, J'e n'étais encore Jamais allé dans la partie autodocumentation d'un CDI', ou dans un CIO, etJe pense que ceux qui ny ontJamais mis les pieds s'identifieront à ce qui va suivre.

Plutôt froid
Les CDI que j'ai connus m'ont toujours paru assez froids, peu accueillants. C'était le dernier endroit auquel je pensais pour passer un moment agréable. Mais alors, les parties autodoc ONISEP des CDI2, je trouve que c'est encore pire! On les trouve souvent tout au fond de la salle, il y a des vieux casiers, empilés contre le mur, cela ne donne franchement pas envie d'aller les ouvrir. En plus, je n'ai jamais vu grand monde s'en servir. C'est comme si cela ne servait vraiment à rien.. . Des casiers... Je dois reconnaître qu'on m'en avait parlé, une fois, et c'était en sixième. En visitant le collège, nous étions passés par le CDI. On nous avait dit que ces casiers, c'était pour savoir quel métier on pourrait faire plus tard. Franchement le
1 CDI Centre de Documentation et d'Information 2 L'auto-documentation Onisep est peu à peu remplacée concept, le I<iosque

par un nouveau

27

lendemain j'avais déjà oublié qu'il existait des casiers pour l'orientation au CDI. Et puis, par la suite, plus jamais, jusqu'à cette année de terminale, je n'ai entendu personne parler d'orientation, ou alors très très vaguement: «Tu veux faire quoi plus tard ?», « Cà t'irait bien les sciences », ou des trucs du même genre. Alors bon, moi je ne m'en suis jamais soucié. Tout cela n'est pas forcement dramatique, mais bon, le plus tôt est souvent le mieux!

Guides et sites internet
Mais, même en sachant que les CDI peuvent aider dans l'orientation, je n'ai jamais relié spontanément cet endroit avec l'orientation. Je pensais plutôt «brochures» et « Internet ». Mes parents n'y pensaient pas non plus d'ailleurs1. Idem pour les CIO. Il n'y a que cette année, où des profs m'ont dit qu'il serait intéressant d'aller «voir}) au CDI, rencontrer un conseiller d'orientation, pour bien « voir })toutes les possibilités qui pouvaient s'offrir à moi, et ne pas en oublier par la suite. J'y suis donc allé. Avec les brochures Gnisep et Internet, j'ai réussi à décider assez précisément ce que j'allais faire, et comment il fallait m'y prendre pour y arriver.

Tout est bon à prendre
Finalement, je pense que si on se sent vraiment curieux de son orientation, on va au CDI et au CIO. Mais je crois que beaucoup de lycéens ne se sentent pas trop concernés par ce qui va leur arriver par la suite. Et pourtant, il faut savoir poser des questions, et aussi se faire personnellement une idée à peu près concrète de ce que l'on désire faire. C'est très important. Après, avoir des informations c'est plus facile, grâce à la multitude de supports qui existent de nos jours
1 Peut-être ne connaissaient-ils pas l'auto-documentation?

28

(magazines, Internet, brochures, livres, télévision, etc... .). Mais il ne faut aussi pas oublier que des conseils avisés sont très utiles, et que en général tout conseil, ou avertissement, même des parents, est bon à prendre. Par la suite, ce que tu en fais, c'est toi qui le décides.

29

5 Message

de lycéen

C'est à mon prof de m'aider... Arnaud

Je connais beaucoup de lYcéens qui seraient tentés de dire que certains professeurs ne se sentent pas concernés par l'orientation de leurs élèves, et surtout peu disposés à les aider. Dans la pratique, ce n'est pas forcément vrai. Si le professeur peut eIre d'une aide certaine, c'est d'abord à chacun et chacune de se mettre en recherche, quitte à le solliciter un peu plus tard. Mais n'attends pas de lui qu'il te dise ce que tu pourrais faire, ceci est ton affaire. Demande lui plutôt s'il estime que le prOJet d'orientation que tu lui présentes paraît réalisable.

Ecouter

et guider

Les professeurs sont capables d'aider à l'orientation. Mais il faut qu'ils sachent ce que nous, les lycéens attendons d'eux. Aujourd'hui, c'est le professeur principal qui tient le rôle essentiel. Peut-être est-il un peu seul et cela serait bien qu'il soit plus entouré par ses collègues. Selon sa personnalité, le professeur va ou non à la rencontre du lycéen. Cette relation avec les élèves varie en fonction de chacun et des lycées. De temps en temps un professeur dialogue avec le lycéen mais ce n'est pas toujours suivi. Pourtant, on aimerait parler parfois au professeur en qui on a confiance. Certains ne font pas un pas vers l'élève car ils considèrent que ce n'est pas leur rôle d'aider à l'orientation. Ces professeurs là ne se rendent peut-être pas compte 31

qu'une petite conversation, qu'un encouragement à chercher de l'information, qu'un avis d'adulte différent des parents est utile et apporte une valorisation de ce qu'est le lycéen et de ce qu'il dit. Tout est plus facile quand le professeur est à l'écoute. Il guide alors dans la recherche d'informations. Certes il n'a pas toujours eu une formation dans ce domaine mais il peut laisser jouer davantage son intuition.

Le lycéen attend une aide
Généralement le professeur pense beaucoup plus à sa matière qu'à l'orientation. Il dit toujours qu'un lycéen doit savoir les maths ou le français pour son futur métier. Mais nous ne voyons pas toujours le lien entre les matières qu'on nous enseigne et un futur métier. C'est donc bien à l'enseignant d'aider à faire ce lien entre ce que nous vivons dans le lycée et l'extérieur. Le professeur peut prévenir, expliquer et renseigner, parler de telle ou telle activité professionnelle. C'est utile car les conseillers d'orientation ne sont pas toujours disponibles ou présents dans le lycée au moment où viennent les questions. Si le professeur sait que son rôle est aussi de contribuer à l'orientation, cela ne le gênera pas d'accomplir cette tâche. Enseigner c'est sans doute intéressant et nécessaire, mais les professeurs ont aussi une autre fonction. C'est beaucoup mieux quand il vient au devant du lycéen, car celui-ci se sent à l'aise. Si ce n'est pas le cas, alors c'est à nous de faire le pretn1er pas.

Prendre le réflexe de contacter l'orientation

le professeur

au sujet de

Tout ne viendra pas du professeur. C'est bien aussi lorsque le lycéen a le réflexe de l'interroger pour commencer un 32

dialogue. Parfois, c'est l'élève qui ne fait pas le pas nécessaire, il a peur de déranger, de se tromper, d'être mal jugé, d'être informé sur des choses qu'il sait déjà. Il est parfois intimidé par le statut de professeur. C'est pourquoi je pense que le lycéen doit entretenir des relations avec ses professeurs, prendre la parole, chercher à commencer une conversation et, s'il ose, demander quelque chose sur l'orientation. Dialoguer Au cours de l'heure de vie de classe, le professeur principal parle de l'orientation collectivement mais n'aborde pas le cas de chacun individuellement et de manière régulière, pour échanger sur les problèmes que nous voyons nous avec nos yeux de lycéen. Ceci peut provoquer chez nous un sentiment d'isolement. C'est pour cela qu'il est intéressant de dialoguer et converser avec son professeur individuellement en dehors des heures de vie de classe. Il faut souvent se forcer dans la pratique pour trouver un temps libre et un lieu de rencontre. Car le lycée est surtout prévu pour les cours, pas souvent pour l'orientation (absence de salle tranquille ou de bureau par exemple) . C'est généralement au professeur principal que le lycéen demande des informations sur l'orientation, ce qui est tout à fait logique car il est responsable de la classe. Ceci n'empêche pas d'en parler au reste de l'équipe pédagogique.

Comment

le professeur

peut-il aider le lycéen?

Il doit d'abord convaincre le lycéen de ses possibilités et non de ses manques. Quand on se sent rassuré, l'orientation est assurée. Le professeur doit persuader l'élève que telle ou telle 33

voie lui est accessible. S'il nous dirige vers le (la) documentaliste sans trop écouter, alors allons nous informer en toute autonomie et revenons avec des questions précises pour poursuivre plus loin et demander comment faire avec les informations obtenues. En fait il ne faut pas hésiter de solliciter l'écoute.

34