Dien Bien Phu, la fin d'une illusion

De
Publié par

Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 182
EAN13 : 9782296390133
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

DIEN BIEN PHU
LA FIN D'UNE ILLUSION

Dans la collection Racines du Présent
Christian BOUQUET,Tchad, genèse d'un conflit. Monique I.AKROUM, e travail inégal. Paysans et Salariés Sénégalais face L à la crise des années 30. Chantal DEscoURs-GATIN, Hugues VILI.IERS, uide de Recherches sur le G Vietnam. Bibliographies, archives .et bibliothèques de France. Claude lJAuzu, AlIX origines des Tiers-mondismes. Colonisés et anticolonialistes en France (1919-1939). Alben AYACHE,Le mouvement syndical au MAroc (1919-1942), tome 1. jean-Pierre PABANEL, es coups d'État militaires en Afrique noire. c ConL naissance du tiers-monde-Paris VII _, Entreprises et entrepreneurs en Afrique (XIX8-XX8siècles). 2 vol. Ahmet INSEL,La Turquie entre l'ordre et le développement. Christophe WOND}I, La côte ouest-africaine. Du Sénégal à la Côte-d'Ivoire. A.P. OWUKPONA-YINNON, ~ Notre place au soleil. ou l'Afrique des pangeN'lltlnistes (1878-1918). Nicole BERNARD-DuQUENET, Sénégal et le Front populaire. Le SEKENE ODYQSSOKO, Contribution il l'histoire politique du Khasso dans M le Haut-Sénégal des origines lJ 1854. B. CAHSAI, E.C. WILLIAMSON,Erythrée: un peuple en marche
(XIX8-XX8 siècles).

O. GoERG, Commerce et colonisation en Guinée (1850-1913). j.P. CHAGNOLLAUD, Israël et les territoires occupés. La confrontation silencieuse. WaHl RAOUF, Nouveau regard sur le nationalisme arabe. Ba'th et Nassérisme. Ruben DM NYOBE, Le problème national kAmemnais. Guy jérémie NGANSOT,Tchad. Vingt ans de crise. Francine GoDIN, Bénin (1972-1982). La logique de l'État africain.

Alain RUSCIO

DIEN BIEN PHU
LA FIN D'UNE ILLUSION

Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

@ L'Harmattan, 1986

ISBN: 2-85802-798-6 ISSN: 0757-6366

Avant-Propos

Dien Bien Phu morne cuvette. Dans la mémoire collective des Français, la bataille n'a pas bonne réputation. Elle figure, dans l'armoire aux humiliations, aux cotés de la reddition de Vercingétorix à Alésia ou de l'ultime défaite napoléonienne à Waterloo. Mais le chef gaulois à l'héroïsme un peu fou avait succombé face à une force mécanique supérieure. Mais le stratège impérial, avant d'être vaincu devant un ennemi supérieur en nombre, avait écrit tant de pages glorieuses de notre histoire militaire... Les généraux français de l'Indochine, les chefs de Dien Bien Phu n'ont, eux, toujours devant cette mémoire collective, guère bénéficié de circonstances atténuantes. Leur défaite est même devenue, aux yeux d'une fraction de l'opinion cédant facilement aux sirènes de l'antimilitarisme, le symbole de la médiocrité des officiers de notre pays: « être allé se fourrer dans la gueule du loup, au beau milieu d'une cuvette, l'ennemi contrôlant toutes les hauteurs, peut-on imaginer pire imbécilité ! ». Il faut toutefois se garder, toujours, de flatter les idées reçues, même lorsqu'elles ont les apparences pour elles. Bien des étUdes de caractère historique, et au premier plan d'entre sement atténué le sévère jugement des adversaires de Navarre. La stratégie de ce dernier mérite sans nul doute des reproches. Au moins celui - grave - d'avoir sous-estimé l'armée populaire vietnamienne. Elle n'a pounant pas été l'aberration pure que d'aucuns, peut-être pour masquer leurs pro1. Pourquoi Die" Bie" Phu?, L'Histoire, F1ammarion, 1968 5

elles la remarquable thèse de Pierre Rocolle l, ont sérieu-

pres flottements, atténuer leurs propres responsabilités, ont bien voulu décrire. Du reste, le général Vo Nguyen Giap lui-même n'a-t-il pas souligné que Navarre lui a posé de véritables problèmes? Au lendemain même des derniers coups de feu au creux de la cuvette de Dien Bien Phu, délégués français et Viet Minh, aux côtés de représentants des États-Unis, du RoyaumeUni, de l'Union soviétique, de la Chine populaire, des États Associés, entamaient, à Genève, des pourparlers qui devaient aboutir, fin juillet, à une paix de compromis. L'objet de la présente étude n'est pas de proposer un nouveau récit de l'ultime grande bataille de la guerre d'Indochine, ni des événements diplomatiques et politiques qui lui furent liés. D'excellents existent déjà, qu'ils émanent d'acteurs directs (Navarre, Laniel, Mendès, Giap...), de témoins ou d'observateurs de toutes tendances. Il n'est pas non plus de revenir sur la pénible polémique qui a opposé les uns et les autres, décernant blâmes et louanges, transformant l'écriture de l'histoire en tribunal permanent. Par contre, il a semblé intéressant - et plus nouveau de rappeler comment les contemporains français des faits ont été informés (ou n'ont pas été informés) de ce qui se passait dans les tranchées d'Indochine ou suries calmes rives du lac Léman. Que sut l'homme de la rue de Marseille, Paris ou Lille de ce que vivait l'homme de la boue tonkinoise ? Quelles images des combattants du corps expéditionnaire et de leurs adversaires Viet Minh la presse mit-elle sous les yeux de ses lecteurs? Les contemporains furent-ils mis en mesure de connaître les enjeux réels de la conférence de Genève? Quels espoirs, quelles appréhensions, quels doutes, quelles angoisses, quels soulagements les Français connurent-ils, au cours de la dernière année - la plus meurtrière - de ce conflit, «sale guerre. pour certains, «croisade. pour d'autres? Que l'on ne cherche donc pas dans ces lignes une nouvelle histoire des derniers temps d'une guerre perdue. Ni histoire de l'Indochine, ni histoire des relations internationales. Mais étude des mentalités et des comportements métropolitains. Le regard &ançais sur un conflit du bout du monde.

6

Chronologie SUCCIncte d'une guerre perdue
Avant Vien Bien Phu août 1945 Capitulation japonaise; fm de la seconde guerre mondiale. Au Viet Nam, prise du pouvoir par Ho Chi Minh et ses compagnons. sept. 1945 Retour des premiers «Français libres» au sud du Viet Nam. année 1946 Tentative de conciliation franco-vietnamIenne. Voyage de Ho Chi Minh en France. hiver 1946 Échec de cette tentative. Généralisation de la guerre. année 1947 Lancement par le gouvernement français de la « solution Bao Dai ». année 1949 Prise du pouvoir par les communistes chinois. Jan.fév. 1950 Reconnaissance de la République Démocratique du Viet Nam (Ho Chi Minh) par la Chine, l'U.R.S.S. et d'autres pays socialistes. Reconnaissance de l'État du Viet Nam (Bao Dai) par les États-Unis et d'autres pays de l'Alliance atlantique. oct. 1950 «Bataille des frontières» : première grave défaite du corps expéditionnaire. année 1951 Le général de Lattre, Haut Commissaire et commandant en chef, prend diverses initiatives et parvient à mettre fm à la dégradation militaire en Indochine. mai 1953 Nomination du général Navarre comme Commandant en chef. juin 1953 Investiture du gouvernement Joseph Laniel Vien Bien Phu et ses suites 20 novo 1953 Parachutage massif de troupes françaises sur Dien Bien Phu. Édification d'un puissant camp retranché. 7

29 novo 1953 Première visite des généraux Navarre et Cogny à Dien Bien Phu (en compagnie du général U.S. Trapnell). 29 novo 1953 A Paris, une récente interview de Ho Chi Minh à un journal suédois, «Expressen », est connue. Le président de la R.D.V. s'y déclare partisan d'une reprise de contaCts avec le gouvernement français. 20 jan. 1954 Opération« Atlante» au centre Viet Nam. 2 fév. 1954 Visite du camp de Dien Bien Phu par le général O'Daniel, Chef de la Mission d'aide militaire américaine à Saigon. 8 fév. 1954 Le Viet Minh et les partisans laos atteignent les abords de Luang Prabang, capitale royale du Laos. 18 fév. 1954 Les chefs d'État des puissances occidentales et de l'U.R.S.S., réunis à Berlin, adoptent le principe d'une évocation des problèmes indochinois, lors d'une prochaine conférence internationale à tenir à Genève. 19 fév. 1954 Visite du camp de Dien Bien Phu par une délégation gouvernementale française, dirigée par René Pleven, ministre de la Défense. 24 fév. 1954 L'armée Viet Minh amorce son retrait du Laos. Ses divisions rendues libres se dirigent vers Dien Bien Phu. 5 au 9 mars 1954 A l'Assemblée nationale, débat sur l'Indochine. 13 mars 1954 Premier grand assaut Viet Minh à Dien Bien Phu. Prise de deux positions françaises. 14 mars 1954 Prise d'une troisième position française par Ie Viet Minh. 20 mars 1954 La majorité de l'Assemblée nationale vote les créditS militaires. Pour la première fois, le groupe socialiste les refuse. 20 mars 1954 A Washington, le Président Eisenhower et 8

M. Foster Dulles reçoivent le général Ely.

Début de l'opération « Vautour ~.
28 mars 1954 Le terrain d'aviation du camp de Dien Bien Phu est rendu inutilisable. 29 mars 1954 A Paris, Comité interministériel restreint, acceptation des propositions américaines du 20 mars. 30 mars 1954 Nouvel assaut Viet Minh à Dien Bien Phu. Chute du point d'appui nord-est du camp français. 5 avr. 1954 Déclaration de J. Foster Dulles: l'aide ciroise au Viet Minh «ressemble terrible-

ment

~

à une intervention directe.

7 avr. 1954 Le Conseil des ministres britannique refuse toute participation à une action concenées des puissances occidentales en Indochine avant la conférence de Genève. ml avr. 1954 Voyage de Foster Dulles à Londres et à Paris. 23 avr. 1954 Les combattants Viet Minh atteignent le centre de l'aérodrome de Dien Bien Phu, empêchant quasiment tout parachutage. 26 avr. 1954 Ouvenure de la conférence de Genève. Les délégués étudient en premier lieu la question coréenne. 1 mai 1954 Nouvel assaut Viet Minh à Dien Bien Phu. Chute de plusieurs positions françaises. 4 mai 1954 Arrivée à Genève de la délégation de la R.D.V., dirigée par Pham Van Dong. 7 mai 1954 Chute du camp retranché de Dien Bien Phu. 8 mai 1954 A Genève, ouvenure des pourparlers consacrés à l'Indochine. 11 au 13 mai 1954 A l'Assemblée nationale, débat sur l'Indochine. Le gouvernement Laniel obtient la confiance (2 voix de majorité). 31 mai 1954 Le général Navarre eSt destitué de son poSte de Commandant en chef en Indochine. Il est remplacé par le général Ely. 9

12 juin 1954 Le gouvernement Laniel est mis en minorité à l'Assemblée nationale (306 voix contre 293). 19 juin 1954 Le nouveau gouvernement, présidé par Pierre Mendès France, est investi. 23 juin 1954 Rétraction d'une partie du dispositif français dans le delta du Fleuve Rouge. 11 juil. 1954 Première rencontre Mendès - Pham Van Dong à Genève. 13 juil. 1954 A Paris, Mendès reçoit A. Eden et J. Foster Dulles. 20 juil. 1954 Signature des accords de Genève.

10

ABRÉVIATIONS DES PÉRIODIQUES CITÉS

L' Aur. Le Fig. Le M. L'Hté Le Pop. L'Obs. l'Ex. F.-Soir P.-Match F. -Tireur

L'Aurore Le Figaro Le Monde L'Humanité (P.e.F.) Le Populaire (S.F.I.O.) L'Observateur, puis France-Observateur L'Express France-Soir Paris-Match Franc- Tireur

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.