Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Fiche de lecture La Cantatrice chauve (résumé détaillé et analyse littéraire de référence)

De
64 pages
La collection « Fichebook » vous offre la possibilité de tout savoir de La Cantatrice chauve de Ionesco grâce à une fiche de lecture aussi complète que détaillée.
La rédaction, claire et accessible, a été confiée à un spécialiste universitaire.
Notre travail éditorial vous offre un grand confort de lecture, spécialement développé pour la lecture numérique. Cette fiche de lecture répond à une charte qualité mise en place par une équipe d’enseignants.
Ce livre numérique contient :
- Un sommaire dynamique
- La biographie de Ionesco
- La présentation de l’œuvre
- Le résumé détaillé (scène par scène)
- Les raisons du succès
- Les thèmes principaux
- L'étude du mouvement littéraire de l’auteur
Voir plus Voir moins
Extrait




Présentation de l’œuvre


La Cantatrice chauve est une pièce composée d’un unique acte découpé en onze scènes. Il s’agit de la première pièce de théâtre écrite par Eugène Ionesco, intitulée au départ L’Anglais sans peine en référence aux leçons qu’il entreprend à l’époque pour apprendre cette langue. Si sa rédaction commence en 1948, le texte n’est publié qu’en 1950 par les éditions du Collège de Pataphysique, groupe auquel l’auteur adhère. La pièce est mise en scène avant même sa parution par Nicolas Bataille. 
Dans Notes et contre-notes, Ionesco explique la genèse de cette pièce qu’il entreprend lorsqu’il tente d’apprendre la langue anglaise à l’aide de la méthode Assimil : « Dès la troisième leçon, deux personnages étaient mis en présence, dont je ne sais toujours pas s’ils étaient réels ou inventés : M. et Mme Smith, un couple d’Anglais. À mon grand émerveillement, Mme Smith faisait connaître à son mari qu’ils avaient plusieurs enfants, qu’ils habitaient dans les environs de Londres, que leur nom était Smith, etc. […] C’est alors que j’eus une illumination. Il ne s’agissait plus pour moi de parfaire ma connaissance de la langue anglaise. M’attacher à enrichir mon vocabulaire anglais, apprendre des mots, pour traduire en une autre langue ce que je pouvais aussi bien dire en français, sans tenir compte du "contenu" de ces mots, de ce qu’ils révélaient, c’eût été tomber dans le péché de formalisme qu’aujourd’hui les maîtres de pensée condamnent avec juste raison. Mon ambition était devenue plus grande : communiquer à mes contemporains les vérités essentielles dont m’avait fait prendre conscience le manuel de conversation franco-anglaise. D’autre part, les dialogues des Smith, des Martin, des Smith et des Martin, c’était proprement du théâtre, le théâtre étant dialogue. C’était donc une pièce de théâtre qu’il me fallait faire. J’écrivis ainsi La Cantatrice chauve, qui est donc une œuvre théâtrale spécifiquement didactique. » Ionesco est tout à fait subjugué par la succession de dialogues dénués de logique et de rationalité de la méthode d’anglais. C’est ainsi qu’il a l’idée de composer une pièce de théâtre absurde. Le choix du titre de La Cantatrice chauve est, quant à lui, tout à fait fortuit puisqu’il découle d’un lapsus commis par l’un des acteurs qui a prononcé au cours d’une tirade « une cantatrice chauve » à la place d’« une institutrice blonde ». Cette erreur a particulièrement amusé Ionesco qui s’est empressé de modifier le titre de la pièce, accroissant encore son envergure absurde puisqu’il n’y est aucunement question de cantatrice chauve.

Il est difficile de dégager un véritable résumé de la pièce tant elle est absurde. L’histoire se situe dans un appartement bourgeois dans les environs de Londres, où vivent M. et Mme Smith. Le couple tient des propos tout à fait superficiels, incohérents et n’ayant aucun rapport les uns avec les autres. Plus tard, des invités sonnent chez eux. Il s’agit du couple Martin, mais M. et Mme Martin ne se connaissent apparemment pas puisqu’ils ont simplement l’impression de s’être croisés quelque part, peut-être dans un train. Cette scène est inspirée d’un évènement banal qui a eu lieu dans la vie de Ionesco : « Le dialogue des Martin était tout simplement un jeu. Je l’avais inventé avec ma femme un jour dans le métro. Nous étions séparés par la foule. Elle était montée par une porte et moi par une autre et au bout de deux ou trois stations, les passagers commençant à descendre et le wagon à se vider, ma femme, qui a beaucoup d’humour, est venue vers moi et m’a dit : "Monsieur, il me semble que je vous ai rencontré quelque part !" J’ai accepté le jeu et nous avons presque inventé la scène. » La conversation entre les personnages va bien sûr s’avérer tout à fait absurde et illogique. Les propos insensés se multiplient jusqu’à ce qu’ils ne se résument à de simples onomatopées dans la dernière scène.

Depuis 1957, et sans interruption, La Cantatrice chauve est jouée au théâtre de la Huchette à Paris. Ce petit théâtre a aujourd’hui à son compteur plus de 17 500 représentations de la pièce, qui a obtenu un Molière d’honneur en 2000. De nombreuses autres adaptations ont également vu le jour.