//img.uscri.be/pth/dd49de3ef096d1a0aa3ce877046d7c4b203330ec
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,89 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'anglais dans le ciel des Antilles-Guyane

De
176 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 1992
Lecture(s) : 107
EAN13 : 9782296247437
Signaler un abus

L'ANGLAIS

DANS LE CIEL DES ANTILLES-GUYANES

Phraséologie

et sécurité

linguistique

Université des Antilles et de la Guyane Faculté des Lettres et Sciences Humaines

Centre d'Etudes et de Recherche "Anglais Langue Etrangère aux Caraïbes" (CERALEC)

O.RCA Observatoire Régional des Civilisations et Langues à traditions orales et écrites des Amériques

Photo de couverture: Jean-Louis GERARD, ICNA. Arrivée du B 747 du Président des Etats-Unis d'Amérique à l'aéroport international de Fort de France-Le Lamentin (Martinique) le 14 mars 1991.

@ L'Harmattan, 1992 ISBN: 2-7384-1105-3

Dennis

PHILPS

L'ANGLAIS DANS LE CIEL DES ANTILLES-GUYANES

Phraséologie et sécurité linguistique

Presses Universitaires

créoles

L'Hannattan 5-7, rue deI' Ecole-Polytechnique 75005 Paris

La sécurité des communications radiotéléphoniques entre les pilotes et les contrôleurs constitue la base de tout l'édifice du système de contrôle aérien...
(Documents D.N.A., 1989, adapté)

A ma famille...

l

REMERCIEMENTS

Merci à mes collègues et amis de l'Université des Antilles et de la Guyane qui m'ont incité à rédiger cet ouvrage, notamment le Professeur Serge Dunis, Directeur du Centre d'Etude et de Recherche "Anglais Langue Etrangère aux Caraîbes" (CERALEC), et le Doyen Jean Bernabé, dont le Groupe d'Etudes et de Recherches en Espace Créolophone (GEREC) m'a tendu la main dès mon arrivée à la Martinique en octobre 1988. Je remercie aussi le personnel de la DRAC Antilles-Guyane, et surtout les ingénieurs du contrÔle de la navigation aérienne de la région qui m'ont accueilli et conseillé, en particulier les agents affectés à l'aérodrome de Fort de France-Le Lamentin; ils se reconnaîtront tous. Je n'aurais pu concevoir ce livre sans l'expérience acquise pendant les sept années que j'ai passées à l'Ecole Nationale de l'Aviation Civile à Toulouse. Que tous mes anciens collègues de l'aviation civile voient en cet ouvrage un témoignage de mon amical souvenir.

Saint-Joseph, Martinique. Avril 1991

II

AVANT-PROPOS

Le 27 mars 1977, deux Boeing 747 se sont té1éscopés sur la piste en service de l'aéroport de Ténérife-Los Rodeos, aux 1les Canaries, occasionnant la mort de 583 personnes, passagers et équipages confondus. Selon les rapports officiels, cet accident, le plus meurtrier de l'histoire de l'aviation civile, devait être attribué pour l'essentiel à des facteurs d'incompréhension linguistique ayant trait à la phraséologie anglaise et aux procédures de communication employées par contrÔleur et pilote. On sait par ailleurs que cette catastrophe n'est pas unique en son genre. C'est pourquoi une investigation de la relation entre phraséologie aéronautique et sécurité linguistique s'imposait, tout comme l'étude des échanges non-standards entre contrÔleur et pilote; mais d'autres se chargent déjà de cette dernière tâche, autrement complexe. Cet ouvrage s'appuie, pour la partie antillo-guyanaise, sur les recherches et enquêtes linguistiques que j'ai menées localement en milieu aéronautique. Pour la partie générale, il s'articule sur le livre intitulé "L'anglais de la circulation aérienne", que j'ai rédigé en vue de l'obtention de l'habilitation à diriger des recherches, et que j'ai présenté devant un jury réuni à l'Université de Toulouse-Le Mirail le 5 septembre 1989. Le plan de cet ouvrage est simple: le premier chapitre initie le lecteur au fonctionnement de l'aviation civile aux AntillesGuyane, alors que le second situe l'importance de la langue anglaise en matière de pratique professionnelle, de formation et de pédagogie dans le contexte aéronautique caribéen et métropolitain. Le troisième chapitre présente la phraséologie anglaise employée dans l'espace aérien antillo-guyanais en vertu de l'arrêté du 7 septembre 1984 modifié, ainsi que les transformations syntaxiques, majeures et mineures, qui la caractérisent par rapport à l'anglais naturel. La lecture de la première rubrique du corpus (phraséologie tous services) permettra de s'imprégner de l'''ambiance" des échanges radiotéléphoniques entre contrÔleur et pilote, en l'absence d'enregistrements sonores.

III

Dans le quatrième chapitre, grâce à une approche différentielle, on élabore une analyse syntaxique de la phraséologie anglaise afin de déterminer son statut effectif, qui s'avère être celui d'une grammaire de spécialité. Se dessine petit à petit la relation entre phraséologie et sécurité linguistique, cette dernière étant définie comme le degré d'ambiguîté inhérent à un énoncé phraséologique, d'où sa capacité à provoquer l'incompréhension. Le cinquième et dernier chapitre est consacré aux documents annexes indispensables à une bonne compréhension de cet ouvrage. En premier, on trouvera les différentes rubriques de la phraséologie anglaise autres que celle incorporée dans le troisième chapitre, ainsi que les grilles de niveaux d'anglais professionnel élaborées par l'ENAC à l'intention de ses élèves-OCCA (devenus élèvesICNA) et de ses élèves-pilotes. Ensuite, une bibliographie indique une cinquantaine de documents utiles au lecteur souhaitant approfondir la question. Deux cartes aéronautiques concernant la région Antilles-Guyane viennent compléter l'ouvrage.
000000000

IV

TABLE
Remerciements. Avant-propos.

DES MATIERES

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Tables des matières
000000000

. .. ...

. .. .. . . . ....

I II IV

1. L'AVIATION 1.1 1.2 1.3 1.4

CIVILE

AUX ANTILLES-GUYANE 1 2 4 6 8 9

L'aviation civile et l.administration........ Les aérodromes et les télécommunications..... Le parc aérien............................... Les compagnies du transport aérien...........
...

1.5 Accidents d'aéronefs
1.6 Le trafic 2. L'ANGLAIS 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 aérien............................. AERIEN

DU CONTROLE

L'anglais dans le ciel antillo-guyanais...... Le concept de sécurité linguistique.......... Un peu d.histoire............................ Le contrôle aérien........................... La formation en anglais des contrôleurs et pilotes................................... ANGLAISE

13 20 25 26 28

3. LA PHRASEOLOGIE

3.1 Présentation................................. 3.2 L'approche différentielle. ... ................ 3.3 Les transformations phraséologiques (a)... ... (11.2. Phraséologie pouvant être associée à tous les services)......................... 4. L'ANALYSE 4.1 4.2 4.3 4.4 SYNTAXIQUE La méthodologie.............................. Analyse des transformations majeures ..... Analyse des transformations mineures... ...... Conclusions..................................

40 43 45 45

70 72 80 104

v

5.

LES

ANNEXES

5.1 Les transformations Il.3. Il.4. Phraséologie

phraséologiques associée

(b) :

au service
...

de contrôle régional

108 Hl Hg

Phraséologie associée au service de contrÔle d'approche................. Il.5. Phraséologie associée au service de contrÔle d'aérodrome. ............... Il.6. Phraséologie associée au service d'information de vol. ....... Il.7. Phraséologie associée à divers cas particuliers....................... 5.2 Niveaux d'anglais professionnel (ENAC) : Elèves-OCCA (désormais Elèves-ICNA).......... 5.3 Niveaux d'anglais professionnel (ENAC) :

136 147 150 152 157 164 165

Elèves-pilotes de ligne

...

5.4 Bibliographie................................ 5.5 Carte TMA Fort de France/TMA Pointe à Pitre (Transits)... ................. 5.6 Carte du réseau téléphonique multiplexé
(Caraîbes)
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

000000000

1

1. L'AVIATION CIVILE ANTILLES-GUYANE 1.1 L'aviation civile

AUX

et l'administration

La Direction Régionale de l'Aviation Civile aux Antilles et en Guyane (DRAC/AG) étend sa zone de responsabilité sur les régions administratives de Martinique, de Guadeloupe et de Guyane*. Elle y relaie l'administration centrale, exerçant, à l'exclusion de la construction aéronautique, l'ensemble des compétences de la Direction Générale de l'Aviation Civile, qui dépend du Ministère chargé des Transports. Ses activités et ses tâches s'articulent donc autour de la mise en oeuvre du transport aérien régional. A cette fin, elle y exerce la tutelle des compagnies aériennes, publiques ou privées, à savoir la tutelle économique (programmes, tarifs, etc.), ainsi que la tutelle technique (niveau de qualification des personnels navigants, sécurité de l'exploitation, qualité de l'entretien des matériels aériens, etc.). Pour permettre à cette activité de service public de se développer dans les meilleures conditions de sécurité, de régularité et de rentabilité, la DRAC/AG gère et exploite l'espace aérien français de sa zone, pour la totalité des besoins de la navigation aérienne civile. Lui incombe aussi, à ce titre, l'ensemble des infrastructures au sol. Outre la fourniture des services de la circulation aérienne, elle travaille en étroite collaboration avec les Chambres de Commerce et d'Industrie, gestionnaires d'aéroports. Son organisation comporte un échelon central à Fort de France, c'est-à-dire la Direction Régionale, et trois districts aéronautiques, dont les chefs sont respectivement les commandants des aérodromes de Fort de France-Le Lamentin, Pointe à Pitre-Le Raizet et Cayenne-Rochambeau. Elle dispose dans chaque département des Directions de l'Equipement, dont les services des Bases Aériennes appliquent les directives du Directeur Régional de l'Aviation Civile en matière de gestion du domaine aéronautique, des projets et travaux de génie civil aéronautique, et du contr6le des concessions aéroportuaires.

*

Source des données contenues dans ce chapitre: d'activité DRAC/AG 1989.

Rapport

2

Chaque district aéronautique comporte une avec celle de l'aérodrome siège du district:
-

structure

commune

commandement circulation aérienne (vol, sol, télécommunication) maintenance (radio, télécommunication, radar éventuellement) exploitation aéroportuaire (électricité, moyens généraux,
etc. )

-

transport aérien et formation aéronautique (brevets, licences. . .) .

La DRAC/AG employait 344 personnes au 1er janvier 1990, affectées à la Martinique (157), à la Guadeloupe (107) et en Guyane (80). En 1989, les dépenses de l'Etat (Ministère chargé des Transports, Section Aviation Civile) se sont élevées pour la région Antilles-Guyaneà 103,4 millions de francs, dont 23,2MF pour les investissements et 80,2MF pour les dépenses ordinaires.
1.2 Les aérodromes et les télécommunications (excepté les aéro-

Les aérodromes de la Région Antilles-Guyane drames à usage privé) sont les suivants:

Martini~

:

Exploitant

Usage

Contrôle

Longueur Revêtement piste (m) piste

Fort de FranceLe Lamentin
Guadeloup~

CCI

CAP

ContrÔlé

3300

Bitume

: CAP CAP UR UR UR UR UR CAP ContrÔlé 3500 Bitume Béton Béton Bitume Béton Béton Béton Bitume

Pointe à Pitre- CCI
Le Raizet Marie-Galante Saint-Barthélémy St-MartinGrand'Case Les SaintesTerre de Haut Baillif La Désirade Saint-François Dépt Dépt COM Dépt Dépt Dépt Dépt

1240 AFIS Gardienné 640 Gardienné 1200 Gardienné Gardienné Inspecté Gardienné 580 620 600 600

3

GUy'ane

:

Exploitant

Usage

ContrÔle

Longueur Revêtement piste (m) piste

CayenneRochambeau Régina Saint-Georges St-Laurent-duMaroni Saül Sinnamary Légende : AFIS CAP: CCI COM: Dépt UR

CCI Dépt Dépt Dépt Dépt Dépt

CAP UR UR CAP UR UR

ContrÔlé Inspecté Inspecté Inspecté Inspecté Inspecté

3200 900 1200 1000 1200 750 I

Bitume Béton Béton Herbe Latérite Herbe

: Service d'Information de Vol d'Aérodrome Circulation Aérienne Publique : Chambre de Commerce et d'Industrie Commune : Département : Usage Restreint

En ce qui concerne les télécommunications aéronautiques, la DRAC/AG utilise, pour ses besoins propres, des liaisons télécom sol/sol. Ces liaisons spécialisées, mises en place sous le contrÔle de l'Organisation internationale de l'aviation civile (OACI) et utilisant les supports existants, sont soit des liaisons téléphoniques directes, soit des liaisons télégraphiques (ou téléimprimeurs). Les liaisons téléphoniques directes sont établies entre les différents services (contrôle régional et tour de contrÔle par exemple), et permettent les coordinations de contrôle en temps réel (transfert d'un aéronef d'un organisme à un autre), sans avoir à passer par le réseau public commuté, ce qui garantit un délai d'accès au correspondant très court. Les liaisons télégraphiques, elles, sont établies par l'intermédiaire des centres automatiques de commutation des messages entre tous les organismes (aérodromes, centres de contrôle, directions régionales, services centraux, compagnies aériennes) raccordés au réseau RSFTA (Réseau du Service Fixe des Télécommunications Aéronautiques).

4

Elles permettent la transmission notamment des plans de vol, des informations météorologiques nécessaires à la protection des vols, et des messages de service. L'ensemble de ces réseaux constitue le support permettant d'assurer la sécurité et la régularité des vols. Ces liaisons spécialisées sont incluses dans un réseau mixte qui dessert l'arc antillais, de Porto-Rico à Trinidad. En Guyane, isolée dans le coin nord-est de l'Amérique du Sud, le raccordement de Cayenne a fait l'objet d'une étude particulière, et bénéficie des techniques avancées dans les liaisons télégraphiques. Elle est raccordée par liaison satellite au centre automatique de Caracas, au Vénézuela, qui assure, grâce à un câble sous-marin, la sortie vers l'Europe, via les Canaries et l'Espagne. Une liaison point par point permet l'échange des messages avec les centres de contrÔle régionaux de Paramaribo au Suriname et de Belém, au Brésil. Pour faciliter les relations privilégiées au sein de la région, la Météorologie et l'Aviation Civile exploitent conjointement un circuit téléimprimeur par satellite entre Cayenne et Fort de France.
1.3 Le p-arc aérien

District Aéronautique Martini~
Nombre Type Exploitant

(1989) :

1 2 3 1 1 1 1 1 1 2 1 2 1

DC 10 ATR 42 DO 228 BN 2 H 300 BE 58 C 23 H 300 C 152 R 2160 PA 32 C 172 PA 28

Air Martinique (A partir de juin 1991) CompagLie antillaise d'affrètements aériens Air Martinique Air Caraîbes Trans Caraîbes Aviation Air Foyal Air Foyal Air Foyal Antilles Aéro-service Antilles Aéra-service Antilles Aéra-service Antilles Aéra-service Antilles Aéra-service

5

Divers privés: 7 2
Monomoteurs Bimoteurs Aéronautique Type Guadeloup~ (1989) :

District Nombre

Exploitant

2 2 3 3 3 2 1 1 2 1 1 1 1 2

B 737 ATR 42 DO 228 DHC 6 BN 2 C 208 B 206 PA 32 PA 28 PA 30 PA 28 PA 23 C 152 AS 350

Air France Air Guadeloupe Air Guadeloupe Air Guadeloupe Air Caraïbes Air Caraïbes Air Saint-Barthélemy Aéroclub - Les ailes Aéroclub - Les ailes Aéroclub - Les ailes Société Bon Air Antilles Aircraft Bravo Delta Héli Inter Caraïbes

guadeloupéennes guadeloupéennes guadeloupéennes

Divers privés: 21 7
Monomoteurs Bimoteurs AéronautiHue Type GUy'ane (1989) :

District Nombre

Exploitant

1 1 2 1 2 1 2 1

DHC 6 S2R T 188 C 406 AS 350 Cl72 C 152 S2R

Air Guyane Air Guyane Air Guyane Air Guyane Héli Inter Guyane Guyane Aéroservice Guyane Aéroservice Guyane Aéroservice

6

Nombre

Type

Exploitant

(Suite) 1 C 182 1 C 206 1 C 208 1 MS 880 2 PA 28 1 MS 880 1 PA 28 1 PA 32 1 MS 880 1 C 206 1 AS 355 Divers privés: 4

Guyane Aéroservice Guyane Aéroservice Guyane Aéroservice Aéroclub de Kourou Aéroclub de Kourou Aéroc1ub de Cayenne Aéroclub de Cayenne Aéroclub de Cayenne Aéroclub de Saint-Laurent Compagnie minière Paul Isnard Héli Inter

Monomoteurs aérien axant assuré des vols

1.4 Les cOffip'agniesde transport a) Comp'agnies françaises réguliers en 1989

AIR FRANCE: Exploite deux types de lignes sur les Antilles et l'Amérique du Sud: (i) Transatlantiques en B 747, essentiellement de Paris, en direct ou avec escale, vers Fort de France, Pointe à Pitre, St. Martin et Cayenne, ainsi que vers d'autres escales caribéennes et sud-américaines; (ii) Régionales en B 737, desservant Fort de France, Pointe à Pitre et Cayenne, ainsi que d'autres escales caribéennes et sud-américaines.

AIR GUADELOUPE Exploite une flotte composée d'ATR 42, de Twin Otter et de Dornier 228 sur un réseau caribéen s'étendant jusqu'à St-Thomas au nord et la Dominique au sud, y compris les 1les proches de la Guadeloupe (Désirade etc.). AIR MARTINIQUE: Exploite une flotte composée d'ATR 42 et de Dornier 228 sur un réseau caribéen s'étendant jusqu'à St-Martin au nord et Canouan au sud. L'exploitation d'un DC 10 sur la liaison Métropole/Antilles devait commencer dès juin 1991.

7

RESEAU REGIONAL CARAIBES COORDONNE: GIE associant Air France, Air Guadeloupe et Air France en vue de l'exploitation d'un ATR42 sur un réseau s'étendant jusqu'à San Juan au nord et Caracas (Vénézuela) au sud, à partir de Fort de France et de Pointe à Pitre.
AEROMARITlME : Filiale charter d'UTA, racheté par Air France, exploitant la liaison Métropole/Antilles-Guyane en B 747.

AIR CARAIBES : société de transport à la demande exploitant des BN 2 et CESSNA 208 à partir de Fort de France et Pointe à Pitre.
AIR GUYANE: exploite une flotte composée de Twin Otter, DHC6, CESSNA 406, S2R et T 188 basée à Cayenne et assurant principalement les liaisons régulières à l'intérieur de la Guyane. AIR OUTREMER: exploite tilles (dès avril 1991). un B 747 entre la Métropole et les An-

BARTH'S AVIATION: société basée sur l'aérodrome de St-Bart~élémy et exploitant des Trislander et des CESSNA 402 sur un ensemble de lignes à partir de St-Barthélémy.
CORSE les. AIR: exploite un B 747 entre la Métropole et les Antil-

HELl INTER CARAIBES : Filiale de la société Héli Inter France, basée à St-Martin-Grand'Case et exploitant 2 Ecureuils AS 350 B. HELl INTER GUYANE: Filiale de la société Héli Inter France basée en Guyane et exploitant 2 Ecureuils AS 350 B; effectue du transport à la demande et assure la desserte des communes guya-

naises.
MINERVE: la liaison Exploite une flotte de B Métropole/Antilles-Guyane. b) QQIDp~gnies AMERICAN AIRLINES: Fort de France en ATR étrangères 747, de DC 10 et de DC8 sur

(1989)

Exploite la ligne San Juan/Pointe à Pitre/ 42 ou 72 par sa filiale American Eagle.