//img.uscri.be/pth/9b41f84b34bfac6382ecf2926c79dc7c4de80f89
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,60 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'Officiel des prénoms berbères

De
252 pages
Cet ouvrage se veut une référence, pas seulement pour les Berbères qui cherchent un prénom pour leur fille ou leur fils, mais également pour tous ceux qui veulent en comprendre l'origine ou le sens. L'ouvrage comprend un millier de prénoms masculins et féminins, anciens et modernes, avec des commentaires linguistiques et/ou historiques et il est complété en outre de diverses annexes portant sur le vocabulaire de la vie de tous les jours.
Voir plus Voir moins

L'OFFICIEL DES PRÉNOMS BERBÈRES

Tira Langues, littératures et civilisations berbères
Collection dirigée par Kanlal Naït-Zerrad

-

Cette collection est consacrée aux études littéraires~ linguistiques, didactiques et de civilisation berbères ainsi qu'à la littérature proprement dite (roma~ théâtre...) qu'elle soit en berbère ou sous forme bilingue. Outre les publications originales, elle remettra à la disposition des chercheurs et du grand public des ouvrages de première importance, aujourd'hui épuisés, sur l'histoire, la langue et la culture berbères. La collection contribuera ainsi non seulement à enrichir les études scientifiques par la publication de travaux de recherche, mais également à la diffusion d'une meilleure connaissance d'un monde berbère éclaté.

Kamal Naït-Zerrad

L'OFFICIEL
DES PRÉNOMS BERBÈRES
Ouvrage patronné par la Coordination des Berbères de France et AWAL Grand Lyon

Edition bilingue français - kabyle
Ta;rigt tasnutlayt tafransist

- taqbaylit

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Jtalia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

(Ç) L'Harmattan,

2003

ISBN: 2-7475-5093-1

L'association Awal Grand Lyon et la CBF remercient particulièrement Boudjemaa Zoulef pour participation à la redécouverte des prénoms berbères et l'AJBF pour son appui sans faille.

SOMMAIRE -AGBUR
Préface - Tazwart (Paulette Galand-Pemet) IX XIII XVII
XXIII

Avant-propos - Agamawal Présentation
Tas m ul i. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Abréviations - Izegzal Notation du kabyle Index des prénoms

XXVII XXIX XXXI 1 - 173 XLIX

- Tira n teqbaylit -Amizwer n izarismen

Dictionnaire des prénoms Annexes - Imsegla

-Amawal n izarismen

1. calendrier et nombres - taswast d wuttunen.................. 2. l'individu dans la société - amdan di tmetti..................

3. lexique de la parenté - amawal n timmarewt................. 4. signes du zodiaque - timtirin n umesyamun.................. 5. introduction aux tifinagh - tira s tifinay........................ 6. prénoms traditionnels - izarismen imensayen...............

LI LV LIX LXIII LXV LXIX
LXXVII

Bibliographie - Adriraw

IX

Préface - Tazwart

Kamal Naït-Zerrad est le lexicologue connu du Dictionnaire des racines berbères, une courageuse entreprise qui regroupe patiemment les données lexicales des différents dialectes berbères connues à ce jour, sous des clefs consonantiques communes. C'est une ambition réaliste, un véritable outil, un remède à ce mal, éprouvé par tous les berbérisants, d'avoir à couvrir sa table de vingt, trente ou quarante ouvrages' quand on est à la recherche d'un mot. Aujourd'hui, avec L'officiel des prénoms berbères, Kamal Naït-Zerrad délaisse son dictionnaire et ses études plus ciblées de tel ou tel terme pour offrir à un large public un album de famille, ce public est celui des "Berbères de France", et dans une édition plus précisément "françaiskabyle". Ce n'est pas un album de photographies, mais un album de mots qui sont autant d'images, souvenirs pour les plus anciennes générations, découvertes de leur racines pour les jeunes générations, si curieuses de leur passé et si soucieuses de leur "amazighité". On peut ainsi effeuiller un calendrier où les noms des mois remontent à une antique communauté entre sud et nord de la Mer Méditerranée, mesurer l'année avec des noms de saisons évocateurs et diviser le temps avec un vocabulaire qui garde notamment sa place à la nuit dans les composés comme "hier" ou "la veille". Mais ne croyez pas que l'auteur s'est confiné dans les archaïsmes où s'étaient complues jadis

x
certaines études de folklore. C'est un lexique en mouvement qu'il fait apparaître. L'ouvrage est en effet un des reflets de l'activité des immigrants kabyles en Europe pour la sauvegarde, la modernisation et l'extension de leur langue. Même si Kamal s'adresse aussi à des lecteurs berbères d'autres provenances, de "toutes régions et de toutes époques" dit-il, on peut replacer son travail dans une tradition kabyle, déjà longue, d'alphabétisation en lettres latines, d'écriture au sens le plus large du terme, de littérature portée, depuis des décennies, par des écrivains parfaitement à l'aise dans les langues des deux rives et qui ont très tôt enfoncé leur coin dans les lettres françaises sans s'y perdre. De jour en jour la colline oubliée est redécouverte, redécouverte comme un lieu de foyers toujours chauds. La famille, des anciens aux arrière-petits enfants, énumère 'ses noms de relations, la politesse exigée dans les rapports sociaux garde vœux et formules. Le grandpère ne reconnaîtra pas forcément son ciel agricole, mais un zodiaque subsiste. Ces pages, d'ailleurs mises en annexe, ne sont pas l'expression d'une nostalgie passive. Il faut s'attacher au dictionnaire des prénoms qui se veut "le cœur de l'ouvrage", car la présentation de ces "signes identitaires forts" que sont les anthroponymes, révèle le temps présent d'un groupe social qui, certes, n'oublie pas sa terre, mais qui, au sein d'un monde d'accueil étranger où il a sa part d'activités et où il bouge avec l'ensemble de la société, se construit des repères avec un Officiel des prénoms berbères. "Officiel", "prénoms", ces termes prennent place dans un état-civil où tout citoyen doit s'inscrire avec un prénom qui l'individualise, avant le "nom" de la famille. Chaque jour du calendrier français actuel accueille aujourd'hui des noms de saints nouveaux et les inscriptions au registre d'état-civil sont beaucoup moins normatives; les prénoms venus d'autres pays sont de plus en

XI

plus nombreux. Voilà cette fois un apport nommément ("officiellement" ?) berbère. Cet apport, qui s'affirme berbère, est lui-même la marque d'une évolution; il suffit de le comparer avec la liste de prénoms publiée en 1982 dans le Dictionnaire kabylefrançais de J.M. Dallet. À ce titre, il n'est pas seulement un recueil à l'usage d'un large public, mais aussi un document daté que l'on considérera dans cinquante ans comme une étape dans les études du lexique berbère. La conception des anthroponymes comme mots vivants, susceptibles de création esthétique est novatrice. La mention des vieux noms-phrases ("verbes conjugués à la 3e personne") ou des Amamellen, Juba, Massinissa ou autres noms légendaires ou historiques, les commentaires comme celui de Maziy, la cristallisation d'une morphologi~ et d'une terminologie qui désire ne rien devoir à une langue autre que le berbère, quand faire se peut, renvoient à une image idéale, avec sa part d'imaginaire et de réalité, d'un passé qui veut continuer à vivre dans des aspirations d'avenir. Cet avenir s'esquisse dans la rédaction même de l'ouvrage, un mémento de famille qui est à la fois un livre d'histoire et un exercice de langue entre français et kabyle. Après les essais si riches du théâtre et de la chanson nouvelle, c'est un des lieux où s'expérimente sur un autre mode le kabyle contemporain. N'appellera-t-il pas d'autres expériences berbères concourant à la formation de cette langue "amazighe" tant souhaitée? Paulette Galand-Pemet

XIII

Avant-propos

- Agamawal

La parution de ce dictionnaire des prénoms berbères constitue un acte militant, qui s'inscrit comme un signe de la régénérescence déterminée d'une personnalité et d'une identité en danger. Pour les Berbères, donner un prénom constitue une manière de continuer à vivre et à s'exprimer autant dans les pays d'Afrique du Nord qu'en situation d'immigration notamment en Europe. Il nous est' apparu tout au long de ce travail que nous nous rattachions au travers du nom, à un rite initiatique, presque magique. Rite de rattachement à sa parenté, à sa famille, à son peuple, à sa culture et à sa mémoire. Les publicitaires d'aujourd'hui diraient pour les jeunes, qu'ils restent en lien avec leur tribu. C'est probablement du même phénomène dont il s'agit ici. Donner un prénom berbère c'est s'ouvrir à sa tribu et à son histoire. Dans un monde où tout a tendance à s'uniformiser, où la diversité est vécue comme une résurgence des temps de la peur et de la division, nous affirmons ici que la couleur et la saveur sont de cette vie-là, et qu'elle la valorisent, qu'elles sont même des valeurs de cohésion et de vivre ensemble. Donner un prénom, c'est un moment solennel parce que c'est pour la Vie et aussi pour la vie de tous les jours. Les Touaregs, comme d'autres peuples berbères, donnent le prénom au moins une semaine après la naissance de l'enfant. Bien sûr, dans un environnement rude, il faut être certain que

XIV

l'enfant survive, mais ce temps pris sur le temps, c'est aussi une façon de choisir en tenant compte des événements matériels et spirituels et de I'histoire de la tribu. Un prénom, c'est une sonorité. On veut qu'il plaise, qu'il donne du plaisir. Les Berbères comme les autres peuples, sont sensibles à la douceur des phonèmes lorsqu'il s'agit d'une fille, à leur dynamisme et à leur force lorsqu'il s'agit de prénommer un garçon. Même si ces considérations peuvent paraître dépassées aujourd'hui, il n'en demeure pas moins que souvent elles gouvernent encore nos choix et déterminent notre plaisir. En situation d'immigration, ces dimensions sont encore plus prégnantes, car si l'on veut que son enfant ait un prénom comme une personnalité, on souhaite aussi qu'il puisse le vivre paisiblement dans une quotidienneté qui ne connaît pas toutes ces sonorités. Nous avons essayé de tenir compte de cet aspect des choses et de trouver le bon équilibre entre authenticité et modernité. Néanmoins, il nous est apparu en regardant les prénoms des peuples du monde, qu'il ne fallait pas non plus s'attacher de manière excessive à la forme sonore. En effet, c'est le temps et le prestige social donné à un prénom qui font qu'il est en vogue. C'est au demeurant d'abord sa propre détermination à être soi-même pour être bien ensemble avec les autres, donc sa détermination à porter fièrement un prénom berbère, qui fera de ce prénom un symbole magnifique pour soi-même et pour les autres. Nous ne saurions terminer cet avant-propos sans rappeler que les prénoms de toutes les langues du monde sont par le temps désémantisés. Il est rare que ceux qui l'attribuent se souviennent de sa signification première.

xv
En effet, pour l'éternité, ce prénom leur évoquera avant tout leur fils, leur fille, leur père, leur mère et ceux qui leur sont chers. Les Berbères sont ainsi, ils s'inventent chaque jour une fusion entre leur destin individuel et leur être collectif. Etre ensemble, c'est l'art d'assembler harmonieusement des millions d'êtres si différents. Gageons que ce dictionnaire des prénoms berbères sera un premier acte de réappropriation et qu'il suscitera l'imagination et la créativité des lecteurs qui viendront encore l'enrichir à l'avenir. Mustapha Saadi (Coordination des Berbères de France) Yazid Ikdoumi (Awal Grand-Lyon)

XVII

Présentation

Beaucoup d'anthroponymes berbères sont construits selon des formations remarquables et régulières attestées depuis l'Antiquité ou le Moyen Âge. Ces types ne recouvrent cependant pas tout l'inventaire des formes. Les prénoms sont des mots vivants qui peuvent subir des modifications ou être créé de toutes pièces. A partir d'une racine et selon la fantaisie du créateur ou son inspiration du moment, une forme plus ou moins arbitraire peut être imaginée et conçue selon des critères esthétiques, sonores ou autres. C'est une des raisons pour lesquelles on ne peut prétendre à l'exhaustivité. Nous avons pris en compte des noms berbères de toutes régions et de toutes époques, ce qui justifie le titre de ce livre bilingue français - kabyle. Ils sont ou ont été soit des

noms de tribus - faisant référence à un ancêtre commun ou à
une origine commune -, soit des noms servant à distinguer les différents membres d'une famille. Un certain nombre de

noms anciens - antiquité, moyen âge - ont été redécouverts
ces dernières décennies et sont de plus en plus employés aujourd'hui, d'autres sont de création récente, d'autres encore relèvent du traditionnel. Il y a une certaine tendance aujourd'hui pour les Berbères à donner un prénom d'origine berbère, car on pense que c'est un facteur ou un signe identitaire fort. Les formations les plus connues et les mIeux attestées sont les suivantes:

XVIII

. un nom d'animal, un nom concret ou abstrait adal, amayas "guépard" ; ayrad "lion" ; Debira « tedebirt, titbirt "colombe") ; Sekkura « tasekkurt "perdrix") ; Herru « ahar "lion"); Aksel, Aksil, Ayilas "tigre" (> Kusayla, Kasila, Kocei.1a); tamilla "tourterelle, colombe" ; izri "romarin, lavande (plante)"; tiziri (ziri) "clair de lune"; tifawt "lumière; aube; grand matin"; Tafat "lumière"; tazrut "pierre", etc.
un nom d'agent ou un adjectif Madin « amadin) "celui qui couvre, protège" ; Negmar, Anegmar "chasseur"; Meqqran « ameqqran) "grand, âgé, important, chef"; Zerwal « azerwal) "aux yeux clairs, bleus", etc. un nom de patient Mayus « amayus) "le purifié, le consacré" « ys "trier, purifier"); Madyis, Madyus "celui qui est caché, secret" « dys "être caché, secret")

.

.

. un nom d'action verbal singulier ou pluriel Akkar, nom d'action verbal de kker "se lever; naître, commencer; grandir, se développer; paraître, se manifester, se produire"; Aggar, nom d'action verbal de ager "être supérieur à". Arkam, nom d'action verbal du verbe erkem qui a entre autres le sens de "surpasser, ê. plus fort/beau que, valoir mieux que / ê. de meilleure extraction que (comme famille ascendante)" Ce nom a été porté par des personnages historiques du Moyen Âge.

XIX

.

un verbe conjugué à la 3e personne (+ éventuellement "lui/elle" ou "les/leur", pronom régime de la 3e p. du singulier ou du pluriel, direct ou indirect) selon le modèle: y-/i- ou t- "il ou elle" + thème verbal [+ t(en) / (a)s(en) "lui/elle/les/leur"]

Yidir "il est vivant; qu'il vive..." Yugurten = yugur / yuger / yugar + ten "il les dépasse". Islasen = isl-asen, isell-asen "il les écoute, il est obéissant". Tikinas = tikin-as = teken-as = "elle fait bien, parfaitement, les choses; elle sait y faire" « eken, aknu)

. nom + (n)sen "possessif pluriel leur" = leur + nom Masnsen = Mass-nsen = leur seigneur (Massinissa) Gellidasen, Yalidasen = Gellid-( a)sen = leur roi Marksen = (a)mark-(n)sen "leur proche parent, ami "compter sur")

«

arek

.

composés
«

Urdyis

ur dyisen) "ils ne sont pas cachés; ils sont

manifestes, clairs, apparents" Idalyalla « Idal Yalla) "il espère en Dieu" Wigelden « wi (i)ggelden) "celui qui règne, qui est roi" Wariken « war iken) "sans pareil (jumeau), unique" Tlayetmas (tla aytma-s) = "elle a des frères" (= elle est puissante, elle n'a pas peur, elle peut compter sur eux) En général, la voyelle initiale des noms est omise. Le féminin - surtout quand il n'est pas marqué - est formé par la suffixation d'un "a" au prénom. L'interprétation des anthroponymes et ethnonymes berbères n'est cependant pas toujours aisée et elle reste

xx
fragile, car on peut toujours proposer plusieurs étymologies pour certains types. En dehors des correspondances phonétiques possibles et du problème des voyelles qui font que l'on peut lire un nom de différentes manières, la segmentation opérée n'est pas unique. lslasen (v. plus haut) peut aussi s'interpréter comme le pluriel de aslas, par exemple, de racine SLS ou bien être un nom d'instrument dérivant d'un verbe à racine apparente LS et qui peut correspondre à différentes réalisations formelles et sémantiques: ales "répéter, etc.", lIes "tondre", els "se vêtir", etc. Il faut donc insister sur le fait que nous ne proposons que

des hypothèses - certes étayées - dans.ledictionnaire, urtout s
pour ce qui est des noms antiques, pour lesquels la distance temporelle est telle que tout essai d'interprétation demeure une entreprise déli~ate.

Organisation de l'ouvrage: Il est constitué de deux parties principales et d'annexes: Al L'index Il permet de retrouver rapidement un prénom dans le dictionnaire, mais également d'avoir une vue générale de tous les prénoms selon le sexe. BI Le dictionnaire des prénoms C'est le cœur de l'ouvrage. Les prén.oms sont classés par ordre alphabétique de leur fonne française. Un article est organisé comme suit: Pré,101nécrit en tifinagh
Prénoffl

- sexe

(F. M ou les deux) - c()",mentaire - variantes

d'abord en français puis en kabyle.

XXI

Prénom en tifinagh: Les tifinagh employés sont ceux des touaregs du Hoggar (Ahaggar, Algérie) présentés dans l'annexe... Toutes les voyelles sont notées à l'exception du« e». Ce choix est justifié par le fait qu'il n'y a pas encore de notation usuelle établie en caractères tifinagh. Prénom: dans la transcription des prénoms en français, toutes les lettres se prononcent. En particulier: - le « s » se prononce toujours comme dans « son », - le «n» des terminaisons «an», «en», «in», etc. est toujours prononcé, - le « w » se prononce comme le « ou » du français « oui ». Sexe: F féminin, M masculin ou FlM car parfois le prénom peut être employé pour une fille ou un garçon. Commentaire: Il est en général linguistique mais parfois aussi historique lorsqu'il s'agit de personnages qui ont marqué leur époque. Le prénom peut en général être rattaché à une racine et dans le cas où elle est polysémique, nous indiquons une, parfois deux ou même trois significations possibles. Ces choix ne sont bien entendu pas exhaustifs. Un sens général est parfois donné sans signification exacte du prénom et le lecteur peut faire travailler son imagination. Variantes: Elles sont indiquées avec le prénom principal. Certaines ont cependant leur entrée dans le dictionnaire soit parce qu'elles ont une forme particulière, soit parce qu'elles font référence à un personnage historique ou mythique.

XXII

CI Les annexes: On sait qu'en kabyle en particulier, des termes se rapportant à la parenté, aux salutations, au calendrier, à la numération, etc. sont des emprunts à l'arabe ou à d'autres langues, comme d'ailleurs un grand nombre de prénoms liés à la religion musulmane. Nous proposons ici un petit lexique du vocabulaire de tous les jours avec, dans le cas où le mot kabyle courant est un emprunt à l'arabe, soit un mot kabyle rare, désuet ou non connu de tous les parlers kabyles, soit un néologisme provenant d'une autre variété berbère s'il y existe ou bien formé à partir d'une racine berbère: touarègue, marocaine, etc. ou même kabyle. En outre, pour ceux qui veulent s'initier à l'écriture tifinagh, nous proposons une introduction aux alphabets libyco-berbères et touaregs. Enfin, la dernière annexe reproduit les noms traditionnels utilisés en Kabylie et au Maroc. Beaucoup sont d'origine arabe mais un certain nombre est berbère.

XXIII

Tasmuli

Atas n yesmawen imaziyen qefren kra n talyiwin ttwassnen seg teglest ney seg tallit talemmast. Maca llan iberdan nniqen i usiley. Izarismen d awalen yeddren, ttbeddilen deg wakud, ney i nezmer a nesseynew akken i dayyehwa. Seg yiwen u~ar amaziy yezmer wemdan ad yemsel yiwet n talya, ilmend tamuyli-ines d tsugent-ines, ara iqefren lehhu imesli ney ccba1}.a ey ayen nniqen. n Amawal-a deg-s ismawen imaziyen n yal tamnat d yal akud. D ismawen n tewsatin (yef umezwaru ney yef u~ar i ten-yezdin) ney d ismawen yessemyiriden ger twacult n yiwet tfamilt. Kra n yesmawen d iqdimen (am wid n igelliden n zik) uyalen yur-sen iseggasen-a yezrin, kra d asnulfu i tenid-snulfan, kra nniqen d imensayen. Atas imaziyen assa ttaken i warraw-nsen isem amaziy, imi d ayen yesskanayen wi ten-ilan. Talyiwin yettwassnen seg zik yur imaziyen d tid i diteddun: - isem n waxxu, isem akmam ney amadwan am Adal, Amayas, Izem, Sekkura, Aksel, Ayilas, Izri, Tiziri, Tafat... - isem umeskar ney arbib am Madin, Negmar, Meqqran, Zerwal... - isem umeskur am Mayus, Madyis, Madyus... - isem n wemyag am Akkar, Arkam...

XXIV

- amyag yeftin deg wudem wis 3 (akk d d yiwen am Yidir, Yugurten, Islasen, Tikinas... - isem + (n)sen am Massnsen, Gellidasen... - ismawen uddisen am Urdyis « ur dyisen), Idalyalla «
idal Yalla), Tlayetmas « tla ayetma-s)...

Asefru n yesmawen imaziyen macci d ayen fessusen ladya win n yeqdimen. Yal isem yezmer ad yefru sin, kraq (ney ugar) iberdan. D amedya isem Islasen yezmer yiwen ad as-yetk atas inumak, a t-id-yessudem si: - Isel-asen, Isell-asen - asget n aslas, afar SLS - isem n wallal n yiwen wemyag s u~ar LS am ales, lies, els... D kra inumak ihi i d-netka deg umawal n izarismen, llan wiyaq.

Amek yesker wedlis?
Deg-s sin yel}ricen imeqqranen d kra imsegla : AI Amizwer Nezmer yis-s a naf s urured yiwen uzarisem deg umawal, maca yettak dayen yiwet tmuyli yef yakk izarismen yellan-deg-s.

xxv
BI Amawal n izarismen Yal azarisem yur-s: - tira s tifinay - Azarisem - tuzzuft - awennet - tisenflin tazwara s tefransist sakin s teqbaylit. Azarisem s tifinay: Nessemres da isekkilen itergiyen uheggar. Azarisem: s tefransist, isekkilen akk ttwantaqen. Tuzzuft: unti (T), amalay (A) ney T/A imi llan izarismen ttilin i teqcict ney i weqcic. Awennet: yezmer ad yili d asnelsan ney d azrayan ma yella wid iwimi fkan isem kecmen deg umezruy. Tisenflin: lIant ddaw azarisem agejdan.

CI Imsegla Atas n wawalen n teqbaylit, ladya ayen yeqqnen ver timmarewt, azul, taswast, uttunen, atg. d irettalen i tacrabt ney i tutlayin nniqen, am izarismen dayen, imi amur ameqqran deg-sen kkan-d seg tneslemt. Necreq a nefk deg yemsegla yiwen umuy n wawalen n yal ass, ma yella awal yellan deg teqbaylit d arettal. Awalen-a zemren ad ilin d taqbaylit (d awal ur nettwassen ara atas, ney di kra wa~iyen kan) ney d yiwen wawal yellan yur imaziyen nniqen ney dayen d awal yebnan yef yiwen u~ar amaziy. Nsedda-d dayen yiwen wemseglu yef tifinay i wid yebyan ad lemden kra segsen. Taggara, nefka-d izarismen imensayen iteddun yur yeqbayliyen d imaziyen n Merruk.