La marque de détermination nominale "de" en chinois contemporain

De
Publié par

Cet ouvrage traite de l'une des articulations essentielles de la grammaire chinoise : la marque de détermination nominale de. C'est en cherchant à comprendre pourquoi, dans une construction syntaxique particulière, ce de était associé au passé, au point d'être parfois tenu pour un véritable " suffixe du passé ", que, partant du principe que tout fait, si mince soit-il, doit trouver sa place dans une explication générale, et que, de ce point de vue aucun fait n'est marginal, l'auteur a été amené à reconsidérer la fonction fondamentale de ce mot-outil, le plus fréquent du chinois contemporain. Ce livre offre à la fois un vaste panorama critique des principaux travaux existants sur le sujet et une explication synthétique originale permettant de rendre compte de tous les emplois de de nominal, quel que soit le contexte où il apparaît.
Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 246
EAN13 : 9782296400641
Nombre de pages : 340
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

La marque de détermination
cc

nominale

de

..

en chinois contemporain
Implications temporelles

Robert Iljic

LA MARQUE

DE DÉTERMINATION DE
cc

NOMINALE

))

EN CHINOIS Implications

CONTEMPORAIN

temporelles

Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

Du même auteur
L'exploitation aspectuelle de la notion de franchissement 1987. en chi-

nois contemporain,
En collaboration

Éditions L'Harmattan,

que en chinois:
tion du verbe

avec Françoise Audry-lIjic, Didactique et linguisti. les phrases. en Il ba JI et la nécessaire complémentasimple, INRP, 1986.

d'action

@ L'Harmattan, 1987 ISBN: 2 85802-851-6

à la mémoire de
A.A.Dragunov

YfJ~

~~~14 jp,
À a À ..'el ~a ~)~ *-

a

r

~'*-

~Yi

7J~

-

Nos remerciements vont, en premier lieu, aux Professeurs Antoine Culloll, dont nous avons été l'élève, et qui a accepté de diriger notre thèse, et Zhu Dexi, qui a été notre maître à l'Université de Pékin pendant deux ans. Nous tenons également à remercier le Professeur Alexis Ryga Ioff , qui nous a Incité à taire un travail de synthèse, le Professeur Bernard Pottier, dont ,'enseignement a ouvert à notre réflexion de nouveaux chemins, Alain Peyraube, pour ses précieuses suggestions, lu Jlanmlng et Ma Zhen, de l'Université de Pékin, pour leur aide amicale, tous nos Informateurs: Kou Dezhang, Ren Youllang, Fu Jingql, Xu Dan, liang lian, Hao Jlanhua, Hu Welmln, Xu YouJun, Shen Quo, Wang Hongbo et les autres..., et enfin Madame Yan Wentel, qui a assuré le relecture et la calligraphie de tous les exemples.

-i-

ABREVIATIONS:

Cl - classificateur

(Measure

word)

DE.

-

DE adverbial

DE"

-

DE nominal

DE"

-

DE verbal

Nég

-

négation

o

-

objet

PF

-

particule

finale

sV

- suffixe

verbal

V - verbe

(d'action)

Vq - verbe

de qualité

-iiCOORDONNEES ENONCIATIVES

Sito
Sit.

=

repère situationnel
repère de l'événement

-

origine
de locution

=

Sit2

= repère

de l'événement auquel réfère prédicative

I a reI aU on

Chaque repère comprend deux paramètres, un du type du type T, Sit(S,T!: So
S.
=

S et

un

sujet

énonciateur (So.
(S.. =

=

co-énonciateurJ

= locuteur

interlocuteur)

52

= sujet
tive

de l'énoncé

To

= coordonnée = coordonnée
(--.moment
=

(-moment

(spatio-)temporelle de l'origine de l'énonciation)

énoncia-

T.

(spatio-)temporelle de l'acte de locution de l'assertion, moment de locution)

T2

coordonnée (spatio-)temporelle de l'événement auquel
réfère la relation prédicative

Ce système minimal peut être enrichi de façon construction d'autres repères, et notamment: To. = repère translaté de To fictif situationnel de Sito <To. ~ ToI construit à partir fictif

réglée par

la

To. = repère-origine Sito.

de To construit

= repère
à partir

- origine

N.B.:

Sans autre

m08ent de l'assertion tion <T.=To)

précision, nous nous plaçons dans le cas coincide avec Ie moment de l'énoncia-

où le

AVANT-PROPOS

La marque de détermination
notamment dans des syntagmes

nominale nominaux photo a écrit

~

de, que l'on

trouve
comme xil une

'déterminant-déterminé' de papa" l'année ou ta qùniln occupe manqué de nous

b~ba de zh~oxi~ngjr "l'appareil de xiloshuo place susciter notre fonction toujours d'une si té centrale "le roman qu'il dans

dernière", et n'a pas

la grammaire travaux

chinoise linguistiques. c'est

d'inombrables tour, dans associé thése de Paris d'Etat VII intéressé

Si nous pour tenter

sommes,

à sa

à ce marqueur,

d'élucider o~ il est

une construction à la valeur que nous sur

syntaxique temporelle avons soutenue du te.ps

particulière pass~, ceci

dans

le cadre

en avril

1986 à l'Univerconte.porain.

L'expression

en chinois

Le fait toujours

qu'un

type était

particulier connu et

d'énoncés mentionné par

en de renvoie un certain nombre de

au passé

linguistes
hany" ci4ian.

et même par un dictionnaire
Ce n'est il a été .donc pas négligé générale

d'usage

courant
parler

le Xiandai

à proprement par la plupart

un fait qui les ont

nouveau, proposé

mais

des auteurs de tous

une explication

rendant

compte

emplois

-2-

du de de détermination nominale.

Ceci

a été

à la fois Qui nous et

le point a conduit

de

départ remettre propre En effet, soient-ils, et que, exception sur

de notre

réflexion les

et

le grain

de sable

à

en question représentation partant doivent de ce point n'est qui nous

théories

existantes, dont les dans n'est

à proposer est minces

notre la trace.

de l'opération du principe

ce marqueur faits, si

Que tous leur aucun chaque place fait fois

trouver de vue,

une explication marginal, avons les la aucune buté

globale,

acceptable, ne trouvait avons adopté possible:
de proche

que nous

en chemin

un point

pas d'explication ce qui nous semble

dans être les

travaux seule reçues. pièce Qu'on sur des

existants, attitude C'est

scientifique ainsi
Que,

remettre

en cause parce tout
Qu'une

idées

en proche,

seule

petite

du puzzle croyait problèmes parattre qu'il été

peut déjà plus fort

conduire fermement généraux éloignées d'un à partir

à reconsidérer établi, nous

un pan de celui-ci été amené à revenir

avons

ou à traiter

de Questions

Qui peuvent Mais, avons

de nos préoccupations puisque, très

premières. pour pointue, de, nous

s'agisse conduit,

élargissement d'une question

à réenvisager ou d'incurle

l'analyse sions cas

de la ponctuelles

fonction dans

de de nominal des domaines

en général,

adjacents,

comme c'est absolus., ces détours

pour

le marqueur ne sont qui

hu} ou les pas

"adjectifs

développements nécessaires, procéder, paratt jusque

des digressions à un souci
tout

mais

des

obéissent

de rigueur. touche faire

Cette

façon

de nous

en traitant avoir un autre

à fond avantage:

ce qui elle
peut

à une question, surgir des faits ici,

là passés

inaperçus.

On nous

pardonnera

de dévoiler

pour

-3-

illustrer

notre

propos,

nos conclusions

sur

un point sur les

particulier "adjectifs de bonnes comme yu/n pas l'idée à énoncés et

et

d'Oter absolus..

ainsi

un peu de "suspens" précis, absolu

au passage nous avions

Dans ce cas du caractère Nous nous catégorie

en effet adjectifs

raisons

de douter "rond".

de certains demandé d'adjectifs si

sommes alors lexicale essayé

ce n'était absolus qui

même d'une revoir. infirment de nos adjectifs fieurs. bilités

était des

Nous avons cette informateurs, réputés Et nous

systématiquement notre cherché

de trouver propre des

qui

idée.

Sollicitant nous avons

imagination

celle

contextes avec à jour

où des des des intensicompati-

"absolus" en avons

étaient trouvé, dans

compatibles mettant l'ombre ainsi parce à des

"nouvelles",

restées

que statistiquement contextes fondée pas sur plus sur rares. une

peu fréquentes, Nous avons induction notionnel. De toute en chinois, contexte. nement peut donc basée

cest-à-dire pu montrer sur

correspondant que cette

discrimination,

la fréquence,

ne se justifiait

le plan

façon, l'acceptabilité

plus

encore d'un en est

que dans énoncé qu'un

les

langues pour

-flexionnelles, beaucoup du

dépend

Le corollaire être que, rejeté sur

énoncé qu'il

isolé est ou,

de son environmal formé le cas mais simpleson

non pas parce le

ment parce informateur, les énoncés

le moment, trouve pas

linguiste

échéant, En chinois, tels, ce De

ne lui présentés donc la par à être

de contexte

plausible. ou supposés tout

comme inacceptables, examinés avec un soin

demandent qui rend

particulier, difficile. loi

t:che une

de l'enquêteur insolite

singulièrement de la

surcrott,

manifestation

du moindre

-4-

effort,

l'absence

même de contexte qui'ne marche écarté comme

fait croire

à un contexte

banal. a de

En sorte qu'un fortes chances donc efforcé acceptable

énoncé d'être

pas dans un contexte inadmissible.

courant

Nous nous sommes de rendre nous dans

d'imaginer

tous les contextes a priori.

susceptibles

un énoncé

rejeté

Et, parallèlement,

avons attaché

une grande

importance

à la variété

des contextes ou puisés

le choix des exemples
lectures.

recueillis

sur le terrain

dans nos

En chinois,il 06 la copule devant shI

existe

des énoncés

à élément lorsqu'elle

focalisé

en (sh}J...del,

"être" se trouve,

n'est pas omise, et 06 en

l'élément

mis en relief par l'accent nominale, figure

d'insistance, habituellement en question

de, marque

de détermination Toutefois,

fin d'énoncé.

lorsque

les énoncés

comprennent à 0 comme

un objet direct (/shll...VdeO). une simple
Il se trouve

0 (/shl,...VOde), Cette antéposition

de peut être antéposé est généralement

considérée

variante,
néanmoins

sans influence
quelques

sur la signification
pour postuler

de l'énoncé.
qu'en posi-

linguistes2

tion postverbale, "suffixe" table,nous nominaux

il s'agit d'un de spécifique, il est aujourd'hui que ce de n'est appelé prouvés,

marqueur

du passé, irréfu-

le

-de. Mais

de manière

semble-t-il,

autre que le de des syntagmes aussi 'de nominal"..

'déterminant-déterminé',

Il est couramment (shiJ...VdeO, renvoient

admis que les deux variantes, soit au passé,

(shiJ...VOde (on parle

et

soit au ~énérique

-5-

aussi

de

présent,

mais

nous

verrons

qu'il

s'agit

toujours

d'un

présent

non-actuel). l'objet

Or nous montrons uniquement

que l'antéposition la valeur passé.

de

de devant

filtre

Par exemple:

(1)

~
,u) u"

(}Ï)
(

;fi

JtJz. ~;~ ~~(/g.
~ 8 el d a xue "'

~. S h ~ ) zal I

~ " h anyu". 'Je.
de Pékin que j'étudie/j'ai étudié le

"C'est à l'Université chinois."

(2)

f%(J..)./i
ut/ nO
(h S

~l:.
zal "

I '

)

t/' 8el d ~ xue " d e a

K'¥ 9V 5~ ii-.
de Pékin

h anyu. '

"
que j'ai étudié le chinois."

"C'est à l'université

Il existe structure au passé. fique

donc effectivement,

en chinois

contemporain, comme

une

en de qui est invariablement Mais il s'agit le passé. d'une valeur Le probléme le passé.

interprétée déduite

renvoyant

et non d'un de spécil'ordre le résoudre,

marquant

est de savoir pourquoi pour pouvoir que marque

syntaxique

VdeO implique

Seulement,

il faut d'abord Dégager toutes celle-ci

bien comprendre signifie,

l'opération trouver

de nominal. commun à

en fait,

le dénominateur o~ figure

les constructions, présentent

fort nombreuses,

ce de, et dont

certaines

des significations

à première

vue disparates.

On peut ventiler quatre grands groupes:

les différents

emplois

de de nominal

en

-6-

1 - la dfter.ination

nOlinale,

par exemple:

(3)

"Jl'~ JIll
pen)lng

,.-1

'I'

a~ l'~ 'J
de

0/. lel

"la

beauté

des

jardins

miniature";

2

-

la focalisation,

par exemple:

(4)

~J'
"C'est

1..&

-» 9~~
heures

Elf}

0

/ .n ,,\.1./2jt
mangé,";

lit

f1~

ifz

0

ut ba ditn

zhong chi f~n de, I ut ba ddn
que j'ai

zhonQ chi de f~rl,

à huit

3 - la lodaliU

(assertion

renforcée),

par exemple:

(5)

~~,t-W~Jerra'Ji
Hf xthuan "Tu aimes Pékin, xiang.iiin la vie

~1;~~?

15h);

!J&&~.
la? "

shënghu~

- Xthuan
Oui, je

de, l' a i me, " (Radio

à la campagne?" 1982,

31 octobre

4

-

le renvoi

à la situation par

de l'fnonciation ("situational

de" de Chao Vuen Ren),

exemple:

( 6)

-\t 1:.~

fJ~. Ta shi gën nt kai ~"nxi~o de
"He was just Vuen Ren, Joking with you that-was-what-he-was doing," (Chao

~t ri) jj(/~.
1968,

p, 296)

-7-

En l'état actuel

de nos connaissances, il paratt à peu d'un

près
seul et
abstraite aussi

acquis que, dans tous ces exemples, on est en présence
même des. L'admettre que marque éloignés de nominal signifie concilie reconnattre

que l'opération apparemment

des phénomènes nominale,

que la détermination

d'un cOté, et la modalité

assertive,de

l'autre.
que nous avons effectuées sur de ont donc eu l'une générale et

Les recherches pour but de répondre l 'autre particulièr~:

aux deux questions

ci-dessous,

I

-

Quelle

est l'opération

que marque

de nominal?

II

- Pourquoi

la construction

(shl)...VdeO

renvoie-t-elle

toujours

au passé?

La première nombreux travaux

de ces deux questions linguistiques etc./,

a déjà fait l'objet /1952/,

de

(A.Dragunov

Chen Qiongzan

/1955/, Zhu Dexi /1961,
/1979/, tandis cette M.C.Paris

Chao Y.R. /1968/, /1983/,

Teng Shou-hsin d'autres'., été formulée la sommes de

/1979/,

C.Ross

et beaucoup sachions,

que la seconde façon. Et c'est

n'a jamais, précisément

que nous

parce que nous nous longuement

posée

ainsi que nous avons l'ordonnancement été notre démarche. nominal en général

été amené à revenir de cet ouvrage D'abord

sur la première. ce qui a de particulier

reproduit

fidèlement

une tentative

pour comprendre au problème

pour trouver

une réponse

-8des énoncés
ce que nous

à élément
cherchions vers

focalisé (sh})",VdeO, dans les les théories et nous nous

N'ayant pas

trouvé nous qui de nous

antérieures, avons rassemblé

nous

sommes retournés paraissaient dégager et

faits

ceux permis

significatifs, l'opération ainsi abstraite

ce qui

a finalement pour nous

que marque temporelle

de nominal (shl)",VdeO,

d'expliquer

la valeur

des énoncés

Nous sommes arrivé fonction être de construire soit

à la conclusion un repère une relation Autrement relation joue dit, à partir

que de a toujours d'une relation, soit

pour qui peut

au demeurant

prédicative, de nominal

une relation dans

abstraite tous les

de repérage, cas, qu'une

indique,

désormais

le rOle

de repère,

Dans les constructions
(shl)...VOde, c'est joue place le rOle

(sh})",VdeO, comme dans les

constructions qui
la

la relation

prédicative
la relation l'élément

toute
prédicative focalisé,

entière
repère

de déterminant: qu'instancie

du circonstant

Dans les de de la structure

constructions devant nominale l'objet,

(shl)",VdeO, du fait on retrouve,
en plus,

de l'antéposition for.ellelent au niveau les

'déterminant-déterminé', à ce qui

mais se passe de syntagmes

de l'énoncé, qui avoir sont des

Contrairement propositions diverses déterminant tions apparatt,

dans

relatives, pouvant

constitutives fonctions n'est dans pas tel

nominaux

ou tel

énoncé, de l'énoncé,

et où le prédicat dans les construcqui

le prédicat

(shlJ",VdeO,

c'est le prédicat parle,

de l'énoncé

lui-même

au moment où l'on

comme une propriété

de l'objet,

-9-

C'est

parce

que

la relation nominal

prédicative

utilisée

comme

déterminant de la dont est à la (sh1i",VdeO,
(sh1J."

dans un syntagme situation susceptible différence
fortement

SdeN

(= relative)

est détachée temporelles

actuelle

que l'éventail

des valeurs aucune

une relative en particulier
contraints.

ne connatt

restriction, focalisé
focalisé

des énoncés
les énoncés

à élément
à élément

Dans

VdeO, c'est

donç

le prédicat

de l'énoncé

qui apparatt,

au moment

o~ l'on parle, exprimée

comme

une propriété s'exerce

de l'objet, sur l'objet,

Or, tant que l'action le prédicat ne peut la situa-

par le prédicat

être conçu comme

une propriété

de l'objet,

C'est pourquoi

tion o~ il en était actuelle, d'o~

ainsi est forcément passé (déduite)

antérieure

à la situation

la valeur

de tels énoncés,

Nous n'avons lesquels nous

pas craint de citer beaucoup tenu à donner, outre

d'exemples

pour la transcrip-

avons

la traduction, fait porter

tion pinyin

et le mot-à-mot7,

Nous avons

nos efforts loin

sur la lisibilité d'entraver

et nous espérons la rendra

que leur abondance,

la lecture, comporte

plus agréable. nombre de schémas car nous

Ce travail nouS sommes

aussi un certain

appliqué

à dégager

les opérations

simples,

c'est-à-dire

nécessairement

abstraites,

qu'implique en présence

de nominal, n'avaient

Nous pensons

en effet que si les thèses atteindre de s'être un degré placé

pu, à notre sens, c'est faute justement

de généralité

satisfaisant,

à un niveau

d'abstraction

suffisant, antérieurs,

Naturellement,

cette étude repose

sur les travaux

-10-

sans ceux-ci l'auteur

lesquels une

elle
démarche de trouver citer

n'existerait critique chemin, qui avant

pas.

Nous

avons

adopté

à l'égard de
à refaire de Il faits nous est avec

a consisté de notre partir propre dont

d'abord en quête voie. nous

un bout
pour de Nous

nouveaux, impossible débiteurs. exceptionnel les

finalement ici tous les

auteurs rendre

sommes pour son

largement

voudrions

seulement de ont la langue

hommage

entendement nous aux fondements à A.Culioli,

chinoise d'une de il que va cette sans nous

à A.A.Dragunov, fois. recherche, dire en que nous nous fait.

dont

observations Quant

éclairé théoriques mais de l'usage

plus

en assumons

sommes l'entière

redevable

responsabilité

avons

-11-

NOTES:

1. Dits aussi la littérature
2. Notauent, plus nuancée,

"emphatiques., sinologique
Van Vibing A.Dragunov

et qu'on américaine.
(19652), (1952).

appelle

"cleft

sentences"

dans

Song Vuzhu

(19811

et,

de façon

3. Voir infra la la seconde partie

démonstration du chapitre

de Zhu Dexi que nous 3.

reproduisons

dans

4. Cette désignation est simplement une étiquette commode. D'une part, elle permet d'opposer le de des syntagmes nominaux 'déterminany-déterminé' A ses homophones. Il existe en effet, en chinois contemporain, au moins trois marqueurs homophones [ta], qui ne se distinguent que par une distribution différente. Ce sont:

- de - dé
-

nominal adverbi al

(~

), (~!..), dans le

de des constructions potentielles et des co~oléments ). Signalons toutefois que, verbaux d'appréciation (~f de des compléments verbaux d'appréciation, certains auteurs, notamment A.Dragunov, voient de nominal. N.B.: Le caractère qui graphie la plus usuelle figure pour entre parenthèses représente un usage grammatical donné.

la

D'autre part, "de nominal", en se référant directeme~t A de:. de Zhu Dexi (1961», c'est-A-dire A des travaux connus, nous évite de devoir forger de toutes pièces un terme nouveau, de confusions éventuelles.

source

5. Comme toujours, c'est la modalité qui suscite le plus de controverses. Il existe encore des linguistes qui défendent le point de vue d'une particule modale de. Ainsi, Ding Shengshu (1979, p.214) parle d'un de spécial qui exprimerait la modalité assertive. Zhu Dexi s'est élevé contre ce genre de positions déjA en 1961 (p.8, par exemple). Nous partageons son avis. 6. Un certain nombre d'articles de grammairiens chinois consacrés sujet ont été traduits en français sous la direction de M.C.Paris (1980) sous le titre de: Les constructions err de en chinois loderne (cf. BibI iographie). à ce

-127. Pour le mot-à-mot
que pour traduction construit

des composés résultatifs CV.V2), ainsi celui des composés V-Q, nous avons délibérement adopté analytique destinée à mettre en évidence le caractère de ces composés, par ailleurs souvent lexicalisés.

une

CHAP ITRE

1

CRITIQUE
EXISTANTS

DES

TRAVAUX

1.0.

PREAMBULE

1.0.1.

Origine de de nominal

Avant voudrions

d'aborder résumer

l'examen

critique

des travaux

existants,

nous à

ici, en quelques

mots, ce que ceux-ci

ont apporté

l'établissement toutes

de l'étymologie

de de nominal.

Tout d'abord, comme en

les données

que nous possédons, à penser

en dialectologie

diachronie,

laissent

que de nominal

a bien une origine

propre, distincte de celle des autres de homophones du
putonghu). Zhu Dexi Fuzhou. C'est ce que révèle notamment l'étude

tJLjt
que Wenshui et

contrastive

(1980) a réalisée Dans un article

sur les dialectes

de Guangzhou,

plus ancien

(1966), le même auteur les dynasties , tandis étaient Tang (618-907) et

insistait Song

déjà sur le fait que sous

(960-1269) ,de nominal de adverbial

s'écrivaitÀ

que ceux qu'il

appelle

et de adjectival'

systématiquement

-14-

notés

au moyen

du

caractère

~,

et que ces deux

graphies grammaticales ils

renvoyaient différentes.

à deux prononciations

et A deux fonctions aucun rapport

~

et

~

n'avaient

entre eux,

transcrivaient

deux

morphèmes

distincts. (Mei Zulin) ancien. font remonter (1984) de

Tant A.Dragunov nominal au pronom

que Mei Tsu-lin zhi du chinois (~~

~

Mei Tsu-lin

considère ment

que de nominal au pronom

) est phonétiquement
zhi2. Il propose la

et sémantiquesuivante:

apparenté

~

filiation

fr~

[t9]<~

tiei

< tia~

< ti:tg < *tjag

i.

Le point de départ serait aurait, progressivement en retour,

aurait altérée

été le mot *tjag dont la forme se au cours des millénaires, innovation ce qui

facilité

une certaine

sur le plàn

sémantique.

Lü Shuxiang
différent. Il fait

(1955/1943/) lui aussi

adopte remonter

un scénario

quelque

peu
*ti~g),

iI~ A

:i:.. (étymologie

..

mais

indirectement,

c'est-A-dire,

en passant

par zhe, marque "

d'agent (étymologie *tiag).

Selon

lui,

il

est

probable

que zhe a

annexé:!.

zhi avant

d'être

rédui t A dr et enfin

A de

.

Il

invoque

comme argument zhT étant Par.i
semble très

le fait

que zhe soit

du même ton que dt,

le ton de

différent les valeurs

(1955, pp.51-58).

de.t:.zhi,

il yen

a en particulier une qui
qui exprime la

proche

du contenu

de i~de. C'est celle entre

relation de possession/détermination serait fort ancien,

deux termes. Ce sens de l'unité de

il remonterait même aux temps reculés le rapproche du celui du suffixe

sino-tibétaine: Mei Tsu-lin

-15-

genitif casi autres

en tibétain témoignerait valeurs

écrit d'une

(kyi, très

gy,

gi,

'i,

yi),

Ce qui, sémantique,

dans

ce

grande

stabilité aussi celle

Entre

de ~zhï,

relevons

de demonstratif3,

Zhao Jinming nominal du chinois zhi

(1979),

qui,

lui

aussi,

considère par dit évolution (p,96)

que de phonétique, chinois "le tazht qu'on populaire retrouve dont cet on pied à

contemporain du chinois comme I{n

remonte,

la particule ancien

classique, zhï zh{

qu'en

un syntagme

'licorne-ZHI-pied' Ifn Notons

de la licorne" 'licorne-elle-pied' antique se sert

signifiait "la

en fait licorne,

à l'origine son pied",

mode de détermination pour appeler

dans

une expression h{izi

son conjoint:

ti la 'enfant-lui-mère'
"père
par entre

"mère des enfants",
Faisons compte Dexi), observer

h;izi

ta b~ 'enfant-lui-père'
tracée

des

enfants",
rend Zhu o(J,

que l'évolution de graphie entre la fin

Mei Tsu-lin autres, par

du changement qui a eu lieu

(signalé, des

Song et

l'époque

moderne

afin

d'épouser

la modification

phonétique,
I e caractère prudent

le caractère

flga,

en tant

que mot vi de, Zhu Dui explication l'évidence assez bien

peu à peu suppl anté (1966) se montre s'il très

A
il

'

à l'égard

de cette descend qu'il qu'il à n'y a pas remonte

étymologique: de

admet Tang et

que de nominal Song, pense certains,

~

des pour

périodes affirmer,

de preuves à zhz ou zh':,

comme le font

Observons l'étymologie c'est-à-dire

enfin

que si

l'on

prend

pour

fil

conducteur

non plus emplois, en chinois

de de nominal si l'on

à proprement quels

parler, sont les

mais ses
mots qui,

se demande

-16ancien, remarque,
fonctions

remplissaient le rOle comme l'a
autrefois

qui

est

le

sien qu'il

aujourd'hui, a pris
différents

on en charge les

fait

Zhu Dexi
à deux

(1983),

dévolues

marqueurs

~

zht

et p~suO'. d'agent)
c'est eux. qu'il

Que de ait et sut

pu, .\ la fois,

remplacer prouve

zhe:t

(marque

(marque de patient)
une opération plus

au moins une chose,
que chacun d'entre

marque

générale

-17-

1.0.2. LES

THEORIES

EN PRESENCE

Un premier nominal en deux a) celles conjonctif".; b) celles postposé"S.

tri

permet

de regrouper

les théories

sur

de

grands qui

courants: que de est un "élément

considèrent

qui

considèrent

que de est

un "élément

Les conceptions assez situant plus répandue, à égale précisément, et

du premier

type

reposent

sur

l'idée

intuitive, se

que de est distance le

une sorte des deux

de connecteur qu'il relie., entre

de surface et

termes

marquant, du

rapport

de détermination (N). Un syntagme

un déterminant donc analysé

nom (5)

un nom déterminé

SdeN est

comme Side/No Cette de, s'effondre belle symétrie vite entre 5 et N, dont des faits. l'axe passerait par

à l'épreuve être analysé

En 1961 déjà, Zhu Dexi et non comme Slde/N, et non un élément sur le fait dit par que'

montre que SdeN doit ce qui signifie

comme Sde/N postposé

que de est Sa démonstration de N n'est des 5de

un élément s'appuie

conjonctif7. la présence qu'on trouve

essentiellement pas obligatoire,

généralement indépendants.

autrement corroborée SdeN, la très

Elle

est

d'ailleurs syntagmes pourtant

une propriété lui-même ne tire

prosodiquetrès
pas argument,et

importante des qui confirme

dont grande

-18-

cohésion qu'après

de S et Sde, et

de de: ja~ais

à

la

lecture, S et de.

la

césure

ne peut

to~ber bien comme

entre

De se comporte

un enclitique. Les conjonctif qui trois: 1 2 3 voient théories devant qui être soutiennent rejetées, il que de est nous reste un élément à examiner celles

en de un élément

postposé.

Nous en distinguerons

-

la la la

théorie théorie théorie s'intéressent

de l'effacement; de de marqueur de la place au statut ne cherchent que de nominalisation; vide. forme vraiment de. Sde en tant à dégager Elles ont que l '(les)

-

nominale de la pas

Toutes partie

du discours,

mais

opération(s) à confondre Sde avec pas la

métalinguistique(s) la catégorie linguistique dévolue

marque

tendance la forme ce n'est sont unani-

à laquelle Ce qui

appartient les oppose toutes

fonction

à de lui-même. divergente Sde elles se comporte attribuent la de

une analyse

distributionnelle que la forme

de Sde

mes à conclure nominal de Sde: pour

comme un syntagme ce comportement forme Sde est nominal pronominale; c'est que pour vide. le C.

- ,
pour qui

mais la

ce à quoi théorie

de l'effacement, en de un marqueur lui-même de nature l'existence

ceux

voient est

nominalisation, tandis

syntagme Ross,

Sde qui

nominale; d'une place

Sde suppose

toujours

nominale

-19-

1.1.

THEORIE

PE

L'EFFACEMENT

La théorie shtnglü~ (19651). par shuOft Elle

de l'effacement

-

en chinois notamment par

-

~*1ru;.t;
Van Vibing d'un toujours SdeN, être

a été

soutenue à dire

consiste

que Sde provient effacé pouvant

effacement

de N, l'élément

restitué. La critique formulée Zhu Dexi semble la plus forte et la plus difficilement justement plusieurs en surface dans: réfutable sur ce point. où il

à l'encontre (1966, p.39),

de cette entre de faire Sde. Par

théorie autres, affleurer exemple

porte donne

exemples

bien

difficile derrière

le nom prétendu-

ment effacé
(7)

~ 3~it
r - s h en a

-

&

Xln

\

è. w.~:lf ~~ri"'F ift ( , v .v ZIJI." yu c h - d ou ShI' t le e -

).
zuo d e ( '
)

.
et le 1966, p.39)

(lui-profond-croire-soi-méme-et-voiture-tout-être-fer-faire-DEn) "Il était profondément étaient convaincu de fer." que lui-même (cité par

pousse-pousse

Zhu Dexi,

il

semble

impossible, à la fois ti

en chinois, z1iY

de restituer
et chi

un substantif "le pousse-

englobant pousse"

"lui-même"

.
des exemples encore plus convaincants. Ainsi,

On peut trouver
dans:

-20-

(81

~ *" ~~ iLt. ~"'3?
Sh) n

~ de

hfi shi

n~n de? bien-homme-DEnl
ou un homme?",

(être-femme-DEn-ou
"C'est une femme

v nü de et
et '" ln an

, nan
de '" ren,

de ne sauraient
inacceptables.

provenir

de Inü

./

'" de ren

D'ailleurs, il Sde arrive soit que modifiée, la

même

lorsque

le de

nom

semble

restituable où figure des le énoncés

en

surface,

signification en particulier

l'énoncé dans le

syntagme à élément

cas

focalisé.
(91

~~:!."1 *-.$:.~~.
Ta sh} zuttian
(lui-être-hier-venir-DEnl .C'est hier qu'il est venu."

Ifi

de.

devrait
(101

dériver

de:

~~ ~ \Tf ~ ~
Ta sh) zuttian

~~ Â. . I{i de dn.

(lui-être-hier-venir-DEn-hommel

qui

ne

peut

signifier

que:

"C'est

l 'homme

qui

est

venu zuotlan un énoncé

hier." laI

Ce qui

correspond
lorsque focalisé, comme un

à la
celle-ci avec énoncé

signification
est un interprétée

de la
non

suite
plus portant

Ta shI comme

-

,

".-

".

de,

à élément

accent

d'insistance

sur

zuttian,

mais

équatif.

-21-

laissons de cOté en posant d'abord qu'ils nominal. une place comment pensent

pour

l'instant vide,

la manière de contourner la théorie Sde qui

dont cet

C.Ross obstacle.

essaie, Voyons parce

nominale

certains que c'est

refusent

de l'effacement est,

le syntagme

en lui-même,

1.2.

THEOR

I E

DE

de

MARQUEUR

DE

NOMINALISATION

Deux linguistes théorie: leurs points Zhu Dexi et

sont

particulièrement C'est

représentatifs pourquoi nous allons

de cette examiner

H.C.Paris.

de vue respectifs.

1.2.1.

M.C.PARlS

Dans HOlinalization présente aboutit

in Handarin

Chinese

(1979), M.t.Paris

~

de comme nominalisateur éonclusion

(Unominalizer")8.

Elle

~ cette

(p.162) en s'appuyant,

entre

autres,

sur

l'analyse
(111

d'exellples

en sh} ...

de tels

que celui-ci:

IIf

;t~~. ~ 99. "." Hez ben shu shz" Zhang Cl. is Zhang

~t

San I~i de.

that "It

book be Zhang San buy de San who bought that book." (Paris,1979,p.113)

-22On a l'impression A la lire que la seule un élément, fonction de de au des

serait donc de nominaliser départ.

forcément

non-nominal

Ceci ne rend évidemment dans lesquels

pas compte

de la diversité

entourages qu'elle

de apparatt

en dehors

du cas particulier sont en effet tout ce

étudie:

les constructions

Nde et N1deNz

qu'il y a de plus banal. C'est exactement ce que lui reproche C.Ross (1983,p.219), les qui

fait remarquer séquences

en outre

que, si l'on confère + de',

à de, dans

'syntagme

non-nominal

le statut

de nominalisateur, du premier, dans

on sera obligé les séquences

de postuler

un nouveau

de, différent absurde

'nom + de', car il paratt par exemple:

de vouloir

nomina-

liser un nom. Ainsi,

(12)

3k,;..

~

Mf

~

.t

J.

Zhang

sin de dou bl ji~n Ie. all not see ASPECT

.Zhang

San's

have all disappeared."

(Ross,p.219)

C'est

pourquoi,

comme nous ne croyons

pas, nous non plus, nous n'affirmerons

qu'il

soit nécessaire

de poser deux de distincts,

pas avec H.C.Paris

que de est un "nominalisateur". de Sde nominal en soi, Zhu Dexi conteste, un nomina-

Bien que partisan lui aussi si.ple (1983,p.17),

le fait que de soit généralement "Si l'on ne voit que la fonction

nominalisateur: de d"

lisatrice fonction

si l'on ne reconnatt sémantique,

pas qu'il a en plus une alors on peut difficilement

de .odification

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.