//img.uscri.be/pth/ae67a35592d58509d770089f54ba432bcf5c6452
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,25 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La politologie bibliologique

187 pages
Ce numéro présente une nouvelle méthodologie de l'étude de l'écrit : la politologie bibliologique avec des études sur la théorie du fascisme et ses relations avec la crise actuelle du libéralisme depuis 2008. On trouvera aussi des articles portant sur l'écrit informatisé et l'histoire de la bibliologie, la bibliothéconomie, la méthodologie bibliométrique, la sociologie du livre et de la lecture, la pédagogie, la bibliothécologie.
Voir plus Voir moins

REVUE DE BIBLIOLOGIE
Schéma et Schématisation
Revue de l’Association Internationale de Bibliologie

AVERTISSEMENT
LA REVUE DE BIBLIOLOGIE
Schéma et Schématisation

est publiée à partir du n° 70 (1 semestre 2009) en coédition et codistribution par les édItIons l’HARmAttAn et la socIété de BIBlIologIe et de scHémAtIsAtIon
er

B elle est l’organe d’expression de l’Association Internationale de Bibliologie fondée en 1988 B elle remonte à 1967 son titre a été modifié plusieurs fois, durant quatre décennies, en fonction de l’évolution de la Recherche B elle a toujours présenté des travaux sur l’écRIt et lA communIcAtIon écRIte

Schéma et Schématisation

1

REVUE DE BIBLIOLOGIE
Schéma et Schématisation
B
© societé de schématologie et de Bibliologie commission paritaire 56944 – Paris, 13-10-1975 B Issn : 0982-65-48 B coédition – codistribution
Société de schématologie Rédaction : Robert estivals gestion des abonnements : danièle estivals et de Bibliologie L’Harmattan Fabrication :

librairie, édition, diffusion Jérome martin / serge lauret 16, rue des écoles 75 005 Paris, France téléphone : (33) 01 40 46 79 14 distribution : 75005 Paris 5-7 Rue de l’ecole Polytechnique distribution aux libraires : harmattan@wanadoo.fr http://www.librairieharmattan.com L’Harmattan-RDC – Kinshasa 1025 Avenue By Pass commune de lemba, Kinshasa

10 Place de l’Hôtel de Ville

89 310 noyers-sur-serein, France téléphone : (33) 03 86 82 67 65 courriel : estivals.ssb.aib@wanadoo.fr

Association Internationale Internet : site J.Hellemans http://www.ac.be/aib

de Bibliologie – AIB-Belgique

Rd du congo – eddie tambwe

2

© Revue de Bibliologie 72 de l’école polytechnique, 75005 Paris – IsBn : 978-2-296-12062-4 L’Harmattan, 2010 — 5-7, rue

LA pOLITOLOGIE BIBLIOLOGIqUE LA ThéORIE DU fAScISME ET LA cRISE DE 2008
N°72 – 1er semestre 2010 B Qualité des auteurs du n° 72 (par ordre alphabétique)
marie-France Blanquet maître de conférences à l’université

michel de montaigne Bordeaux 3 (France) maître de conférences à l’université de statistique (Rdc)

Bob Bobutaka

de Kinshasa et à l’Institut supérieur

Robert estivals Ani guergova Bobo Berky Kitumu Jean-Pierre manuana-nseka

Professeur Honoris causa (France) Professeur à l’université de sofia (Bulgarie) Président de l’ARes (Rdc) Professeur à l’IFAsIc

directeur du cedesuRK

Président de l’A.I.B (Rdc) eddie tambwe Professeur à l’IFAsIc, Bruxelles

directeur de carrefour congo culture,

dominique Hado-Zidouemba

docteur ès lettres et sciences humaines, université cheikh Anta diop – dakar (sénégal)

Schéma et Schématisation

3

cOMITé D’éDITION
Robert estIVAls eddie tAmBWe suzanne cHARPentIeR danièle estIVAls sabrina suInot-FeRReIRA directeur scientifique directeur éditorial composition secrétaire de rédaction Informatique et Publicité

cOMITé DE RéDAcTION
marie-France BlAnQuet Farida dJeFel France Algérie Bulgarie France maître de conférence

Relation avec la Presse

Robert estIVAls Jacques HellemAns Ani gueRgoVA

Professeur Honoris causa chargé de cours Professeur

chargée de cours

Belgique

mouloud HouAlI

Algérie

Vice-Président de l’AIB Président du conseil scientifique

directeur du site AIB chargé de cours de l’AIB

Rosa IssolAH

Bobo-Berky KItumu

Algérie Rdc Rdc Bulgarie Rdc

Jean-Pierre mAnuAnA-nseKA elena sAVoVA

Président d’ARes Président de l’AIB Professeur

Professeur

eddie tAmBWe

Présidente d’honneur de l’AIB de l’Harmattan-Rdc, directeur Professeur, directeur

dominique-Hado ZIdouemBA

sénégal

de carrefour congo culture

cheikh Ante diop – dakar

université

4

Revue de Bibliologie 72

SOMMAIRE

Préface
Par Robert Estivals ........................................................................................................................... 9

Objet de la bibliOlOgie (23)
En ces temps de crise l’écrit est-il concerné ? Comment, en quoi et pourquoi ?
Par Marie-France Blanquet ........................................................................................................17

HistOire de la bibliOlOgie (14)
Todor Borov (1901-1993), la littérature, la bibliographie et la bibliothéconomie bulgares
Par Ani Guergova ........................................................................................................................... 33

Bibliologie psychologique de Roubakine et la théorie de la réception de Jauss. Bibliothéconomie et bibliothécologie
Par Bob Bobutaka...........................................................................................................................51

Noyers-sur-Serein : centre de la Bibliologie et la Maison du Schématisme
Par Bob Bobutaka..........................................................................................................................65

Schéma et Schématisation

5

Sommaire

MétHOdOlOgie de la bibliOlOgie (13)
De la bibliométrie à la cybermétrie Evolution des méthodes pour l’étude de l’écrit à l’ère des technologies de l’information et de la communication
Par Jean-Pierre Manuana-Nseka ...........................................................................................79

bibliOgrapHie scientifique (166) et MétHOdOlOgie de la bibliOlOgie (13)
La production des imprimés en langues régionales, dialectes et patois en France depuis 1812. Méthodologie et éthique de la recherche en Bibliologie. La naissance d’un chercheur
Par Robert Estivals ........................................................................................................................ 87

sOciOlOgie du livre et de la lecture (172.3 et 167.5)
Production et diffusion du livre en Afrique. Mécanismes, stratégies et financement
Par Dominique Hado Zidouemba ..........................................................................................111

La lecture scolaire à Kinshasa
Par Bobo-Bercky Kitumu ......................................................................................................... 123

écrit pédagOgique (232.3)
IFASIC : du livre au multi-média
Par Eddie Tambwe ....................................................................................................................... 135

6

Revue de Bibliologie 72

Sommaire

bibliOlOgie pOlitique (174) et pOlitOlOgie bibliOlOgique
La fonction du “Fascisme” dans la phase de récession du cycle libéral et capitaliste
Par Robert Estivals ......................................................................................................................147

La crise du Libéralisme de 2008 : étude rétrospective et prévisionnelle
Par Robert Estivals .......................................................................................................................161

Schéma et Schématisation

7

8

Revue de Bibliologie 72

pRéfAcE
Pour un changement radical de la méthodologie en bibliologie : de la systémique politique exogène à la systémique bibliologique endogène

Par robert estivals

l

a Revue de Bibliologie, schéma et schématisation a toujours été, depuis sa fondation en 1967, un périodique essentiellement préoccupé parce qu’on appelait alors l’avant-garde, c’est-à-dire la novation dans les domaines de l’écrit. nous voudrions présenter et illustrer avec ce numéro 72 une nouvelle méthodologie bibliologique radicalement différente, mais aussi complémentaire de celles utilisées jusqu’à nos jours. Il s’agit ,pour faire avancer la recherche, de passer des méthodes inductives, de la systémique endogène à la systémique exogène. Voyons ce que cela veut dire. Rappelons d’abord l’évolution des méthodologies de la bibliologie, depuis sa naissance, au 18è siècle avec l’Abbé Rive et gabriel Peignot  : bibliologie encyclopédique, historique et classée ; bibliologie scientifique depuis la fin du 19è siècle cherchant à dégager des régularités explicatives du livre puis de l’écrit ; bibliologie politique visant à expliquer l’écrit en fonction des régimes politiques dominants ; bibliologie scientifique appliquée préoccupée d’agir sur la

Schéma et Schématisation

9

robert eStivalS

réalité de l’écrit en fonction des régularités observées. enfin, avec ce texte passer à la politologie bibliologique. Jusqu’ici la procédure était inductive : avec l’histoire on décrivait les faits, les phénomènes de l’écrit ; ensuite on cherchait à les expliquer en soi et en relation avec la société ; enfin comme dans toute science en se donnant comme objectif d’appliquer les résultats scientifiques sur la réalité (Pasteur, de la théorie microbienne au vaccin). Plus on avançait moins les phénomènes avaient d’importance et plus les théories explicatives s ‘imposaient. encore faut-il remarquer que, durant cette évolution, la méthodologie changeait. l’histoire de l’écrit travaillait à partir de la méthode linéaire de la chaîne : auteur, manuscrit, éditeur-imprimeur , libraire, lecteur, bibliothécaire, etc. Après les années 1950, lentement s’insinua la systémique bibliologique grâce à Bertalanffy. de la chaîne on passait au système. tout système a une fonction . tout système est une offre qui répond à une demande. Pour cela tout système est composé de sous-systèmes, d’éléments en interrelation fonctionnelle. le système fonctionne normalement quand le rapport entre l’offre et la demande est en équilibre. Quand il est en déséquilibre, c’est la crise. la fonction de «médecin ” est alors de proposer une thérapie pour rétablir l’équilibre du système. la systémique est dite endogène quand l’étude porte sur le contenu du système, sous- système, éléments, relation. la systémique est dite exogène quand elle étudie un système en relation avec un système plus général qui le contient. Pour donner deux exemples, étudier la relation entre un soussystème d’édition et un sous-système de la bibliothèque relève de la systémique endogène. étudier le sous-système du dépôt légal, avec le système politique des régimes politiques successifs relève de la systémique exogène. l’objectif poursuivi dans ce dernier cas est de savoir si l’on peut dégager des régularités entre les systèmes politiques successifs (systémique exogène) et les différents sous-systèmes de l’écrit (systémique endogène).

10

Revue de Bibliologie 72

Préface

tout ce travail a été effectué par les équipes de recherche de l’Association Internationale de Bibliologie, depuis les années 1980-1990. le but n’était plus de faire l’histoire et de décrire. le projet était d’expliquer l’écrit par la politique, ce qui paraissait encore, dans certains milieux, impensable vers les années 1950. Par ailleurs chaque étape n’était pas isolée. on ne pouvait expliquer les changements du dépôt légal, par exemple par le régime politique si l’on ne savait pas, préalablement, ce qu’était le contenu du dépôt légal. la phase suprême de l’explication inductive, la bibliologie politique supposait acquise la connaissance du sous-système du dépôt légal. nous en étions là quand débuta la crise du système politico-économique du libéralisme en 2008. cette crise ne relevait pas d’un système endogène, mais d’un système exogène et général de la société humaine. une problématique scientifique nouvelle s’imposait donc à nous. ne plus étudier l’écrit en fonction du régime politique (Bibliologie politique) mais étudier le régime politique en soi (systémique exogène) pour en déterminer les conséquences possibles sur l’écrit (systémique endogène). Prenons un exemple : le cas de google. dans le système endogène de l’écrit google a sa place : l’encyclopédie internationale rétrospective de la connaissance écrite et publiée. on peut faire l’histoire de google ; procéder à des études comparatives sur sa valeur informative entre son contenu et les bibliographies exhaustives nationales, ce que nous avons fait (n°59)  ; examiner la relation entre google et la théorie politique et économique de la mondialisation dans ses implications avec la communication. ces recherches relèvent de la bibliologie et la dernière de la bibliologie politique. les deux premières concernent la systémique endogène de la bibliologie, la dernière, la relation entre la systémique endogène de la bibliologie et de la systémique exogène et politique. dans tous les cas la procédure est inductive. la crise mondiale du libéralisme et du capitalisme nous a placé, par son étude, au cœur du système exogène. Pour l’examiner nous

Schéma et Schématisation

11

robert eStivalS

nous sommes servi du Journal Le Monde d’où le terme de politologie bibliologique. Politologie : science de la politique ; bibliologie : étude à partir de l’écrit. si, dans cette perspective on étudie google aujourd’hui, l’une des questions posée est la suivante : pourquoi google est-il conduit progressivement à abandonner la chine ? et plus généralement, la crise du système libéral a-t-elle des conséquences sur l’écrit ? Poser une problématique de cet ordre c’est donc renverser la méthodologie, passer de l’induction à la déduction, de la relation entre le système endogène de l’écrit et le système exogène de la politique à la relation inverse entre ce dernier et le premier sachant que dans tous les cas les phases précédentes sont connues. étudier google, par rapport à la mondialisation, est autre chose que d’étudier la crise mondiale et ses conséquences sur google. dans le premier cas la perspective est partielle et limitée. dans le second cas elle est ouverte et générale et donc plus complète. c’est précisément ce que nous proposons ici. l’avenir de la recherche en bibliologie c’est le passage de la bibliologie politique à la politologie bibliologique. non plus seulement la relation entre un système endogène de l’écrit et le système politique exogène, mais, l’inverse, déductivement, de la relation entre un système exogène général et un ou plusieurs sous-systèmes endogènes de l’écrit, sachant, bien sûr, que toutes les phases inductives antérieures ont été franchies . Il ne s’agit pas d’un retour au dogmatisme de la philosophie de l’histoire mais d’un élargissement scientifique des perspectives si l’on applique cette méthode aux articles publiés dans le n°72 de cette revue on peut reconnaître trois catégories d’articles qui peuvent être classés inductivement dans la perspective méthodologique que nous proposons. d’abord ceux qui relèvent de la description encyclopédique et bibliologique. c’est le cas , successivement , en fonction du sommaire, de l’article d’Ani guergova sur Borov, puis de Bob Bobutaka sur noyers-sur-serein, de notre texte sur les écrits en langue régionale,

12

Revue de Bibliologie 72

Préface

des textes de dominique Hado Zidouemba, sur la production et la diffusion du livre en Afrique et, encore de Bobo Berky Kitumu sur la lecture à Kinshasa. dans tous les cas il s’agit de décrire, d’informer, pour savoir. ensuite, le second groupe d’articles à pour objectif de répondre à une problématique du système de l’écrit : quels changements observés et pourquoi ? c’est le cas de l’article de marie-France Blanquet, sur la crise de l’écrit informatisé ; de même Bob Bobutaka tente de dégager les relations entre Roubakine, Jauss, la bibliothéconomie et la bibliologie. c’est encore le cas, sur le plan méthodologique quand Jean-Pierre manuana-nseka s’interroge sur le passage de la bibliométrie à la cybermétrie et enfin quand eddie tambwe propose le passage dans l’enseignement de la bibliologie au multimédia. enfin, sortant du système endogène de la bibliologie et prenant délibérément la position de la politologie, on a pu regrouper nos derniers articles, sans encore , envisager les conséquences sur le système de l’écrit. Ainsi, à la classification bibliologique des articles qui inspire le sommaire, en fonction du Thesaurus de la Bibliologie (n°50) , nous présentons, dans cette Préface, l’application d’une nouvelle classification méthodologique. enfin nous ne saurions terminer ce texte sans rendre hommage à deux de nos amis et anciens collègues qui nous quittés : mAdAme gIlBeRt BeVIlle née mARtHe lAgouge le 23 JAnVIeR 2010 monsIeuR guY gAutHIeR le 20 mARs 2010

Schéma et Schématisation

13

14

Revue de Bibliologie 72

DE LA BIBLIOLOGIE

23
OBjET

Schéma et Schématisation

15

16

Revue de Bibliologie 72

EN cES TEMpS DE cRISE, L’écRIT EST-IL CONCERNé ? COMMENT, EN QUOI ET POURQUOI ?
Par Marie-France blanquet

IntroductIon
Aujourd’hui, le terme de crise est à la mode. tout le monde, en particulier les médias, en parle et s’afflige de son irruption dans nos environnements familiaux, personnels, professionnels… car la crise, souvent limitée à la seule crise économique, est synonyme de mal être dont tout le monde espère sortir au plus vite oubliant que, parfois, la crise, au sens large du terme, peut se révéler salutaire… nous nous interrogeons sur l’écrit, acte important et omniprésent dans tous les aspects de la vie culturelle, sociale, scientifique, sportive, familiale… on ne peut aujourd’hui imaginer une société sans écrit. cependant, on peut s’interroger sur les mutations que l’écrit connaît à l’heure d’internet et des réseaux sociaux. ces mutations ouvrent-elles sur une crise ? Peut-on poser l’hypothèse d’une société sans écrit ou avec moins d’écrit, ou, au contraire, d’une société in-

Schéma et Schématisation

17

marie-france blanquet

novant dans de nouveaux modes d’écriture et allant donc vers plus d’écrit ?
Crise de l’écrit ?

l’écrit trouve-t-il dans l’informatisation ses lettres de noblesse ou, au contraire, les signes de son déclin ? Annonce-t-il une régression de l’humanité vers une nouvelle préhistoire ? ou, au contraire, une marche vers un nouvel age : celui d’une société sans écriture, de retour vers une nouvelle forme d’oralité, vers le virtuel, l’image, d’autres modes d’expressions et de communication, qui restent à inventer  ?... demain sonne-t-il l’heure d’une société sans écrit  ? Question grave posée pour l’érudit qui sait ce que l’humanité doit à l’écrit mais dont l’homme de la rue n’est pas toujours conscient. or c’est lui qui, en final, mène le monde, qui fera que demain l’humanité saura encore ou pas ce qu’écrire signifie. Il est du reste curieux de constater que beaucoup de penseurs contemporains se posent la question de la fin du livre et de la lecture face à l’irruption dans nos environnements du e-book, à la concurrence de la télévision ou des jeux virtuels, et que peu d’entre eux ne s’interrogent sur l’écrit d’un point de vue quantitatif certes, mais principalement qualitatif. la Bibliothèque nationale de France a récemment organisé une journée d’étude intitulée “crise de la lecture” s’interrogeant sur les effets de la révolution numérique sur les pratiques culturelles des Français [http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2010/01/23/pratiques-culturelles-a-lere-numerique-et-crise-de-la-lecture/]. Peuton transformer ce titre en “crise de l’écrit” et s’interroger sur les effets de la révolution numérique sur les pratiques culturelles des Français  ? Peut-on émettre l’hypothèse selon laquelle nos sociétés s’enfoncent dans une sorte d’amnésie d’un savoir et d’un savoir-faire aussi important que l’acte d’écrire, comme elles semblent s’enfoncer dans l’amnésie de la lecture  ? l’acte de lire ne rebondit-il pas sur l’acte d’écrire  ? la lecture en crise est-elle aussi l’écriture en crise ? l’écrit fait-il l’objet d’une concurrence comme le livre ? certains signes avant coureurs tels certains twitters ou commentaires

18

Revue de Bibliologie 72