Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,01 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Péninsule indochinoise: études urbaines

240 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 1991
Lecture(s) : 89
EAN13 : 9782296240995
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

PENINSULE INDOCHINOISE ETUDES URBAINES

Collection

"Recherches Asiatiques",

dirigée par Alain Forest

Solange THIERRY, Le Cambodge des contes, 1988. Jacques POUCHEP ADASS, Planteurs et paysans dans l'Inde coloniale, 1986. Yoshiharu TSUBO I, L'empire vietnamien face à la Chine et à la France, 1847-1885, 1987. Stein TONNESSON, 1946: déclenchement de la guerre d'Indochine, 1987. Paul NESTEROFF, Le développement économique dans le nord-est de l'Inde: le cas du Nagaland, 1987. NGO KIM CHUNG, NGUYEN DUC NGHING, Propriété privée et propriété collective dans l'ancien Viet-Nam (traduit et annoté par Georges Boudarel, Lydie Prin et Vu Can) 1987. Alain FOREST et Yoshibaru TSUBOI (eds.), Catholicisme et sociétés asiatiques, 1988. Brigitte STEINMANN, Les marches tibétaines du Népal. Etat, chefferie et société traditionnels à travers le récit d'un notable népalais, 1988. Jean-Louis MARGOLIN, Singapour, 1959-1987. Genèse d'un nouveau pays industriel, 1989. Ghislaine LOYRE,A la recherche de l'Islam philippin; la communauté maranao, 1989. Alain FOREST, Eiichi KA TO, Uon VANDERMEERSCH (eds. ),Bouddhismes et sociétés asiatiques: clergés,pouvoirs et sociétés, 1990. Rémi TEISSIER DU CROS, Les Coréens, frères séparés, 1990. Guilhem FABRE, Genèse du pouvoir et de l'opposition en Chine: le printemps de Yan'an, 1942, 1990. Patrice MORLAT, La répression coloniale au Vietnam (1908-1940), 1990. TRINH Van Thao, Vietnam: du confucianisme au communisme, 1991. Travaux du Centre d'Histoire et Civilisations Indochinoise * de la Péninsule

(Collectif), Introduction à la connaissance de la Péninsule indochinoise (épuisé). J. DEUVE, Le royaume du Laos, 1949-1965. (Collectif), Inventaire des archives du Panduranga du fonds de la Société Asiatique de Paris (pièces en caractères chinois). J. DEUVE, Le complot de Chinaimo (1954-1955). (Collectif), Actes du Séminaire sur le Campa organisé à l'Université de Copenhague. Pierre-Bernard, LAFONT et Po DHARMA, Bibliographie Campa et Cam, 1989. (Collectif), Histoire des frontières de la Péninsule indochinoise. L Les frontières du Vietnam, 1989. Charles FOURNIAU, Annam- Tonkin, 1885-1896. Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale, 1989. Le Dai-Viet et ses voisins (traduit par Bui Quang Tung et Nguyên Huong, revu et annoté par Nguyên Thê Anh), 1990. KHIN G Hoc Dy, Contribution à l'histoire de la littérature khmère, vol. I: Littérature de l'époque "classique" (XVe -XIXe s.), 1991.

* C.H.C.P.L, 22, avenue du Président-Wilson,

75116 Paris

Collection Recherches Asiatiques, dirigéepar Alain Forest Travaux du Centre d'Histoire et Civilisations de la Péninsule Indochinoise Publiés par P.B. LAFONT

PENINSULE INDOCHINOISE ETUDES URBAINES

Editions l'Harmattan 5-7 rue de l'Ecole Polytechnique 75005 PARIS

~'Harmattan, 1991 ISBN: 2-7384-1036-7

A'V'ar:a't-p:rc:>pc:>s

Cette publication
d'étude indochinoise Etats), thème qui "Univers co-organisées d'hier se sont et

a pour par déroulées et

origine

les (La

journées péninsule et sur le du

l' URA 1075 d'aujourd'hui,

peuples

au CNRS en 1985. monde urbain

villageois

en Asie

Sud-Est". Les articles des car et réunis historiens, l'histoire. à jouer être dissocié. ne visent documentation les pour et villes le leur ainsi permettre. ambition que est d'attirer pas que à élaborer l'on est se de fournir l'attention des dans des le cet ouvrage ont et les été des

rédigés par
ethnologues, ont rôle joué qui Ces théories. actuellement trop des études

géographes climat et

hommes un

continuent

dans

l'urbanisation

ne saurait contributions car sur de cas exploitables champs la

possède encore veulent des

indochinoises Elles

fragmentaire

données sur des

de recherche

potentiels.

5

SAMBYA',

"VILLAGE

MODELE" QUARTIER A RANGOUN) *

(UN EXEMPLE DE FONDATION

DE

Bénédicte

BRAC

DE LA PERRIERE

La banlieue densité mondiale l'afflux attirés actuelles et

de Rangoun pendant

se développa

pour

atteindre suivirent

son

extension

et sa guerre suite à et

les deux de

décennies

qui Ce

la seconde faisait

l'Indépendance importante

la Birmanie.

développement ruraux fuyant

d'une par les une

population

de Birmans dans les

les troubles qui

perspectives main d'oeuvre

d'emplois

industries

embauchaient de ces

auparavant Birmans

essentiellement des zones

indienne. et une

L'urbanisation vigoureuse

nécessita

une

extension

bâties

pOlitique

du logement. Sambya/1, ration dans d'habitats taudis qui le quartier satellites du centre dont il est question pour Mais reloger ici, appartient à cette géné-

créés

les immigrés

qui s'entassaient d'un 332 groupe

les

ville.

il fut fondé particulier.

à l'initiative En fait, ses

politique furent

lui donna en

un caractère

logements

achetés

1955

par l'association coopérative des dockers pour loger
du quai de Lammedo. Cette opération main faisait d'oeuvre suiassu-

les familles

des 300 employés de mesures

te à une série

destinée

à encadrer

la nouvelle

rant la reprise de l'activité sur le port. Le syndicat du port fut créé en 1945 et l'office de gestion tripartite réunissant le syndicat, les employeurs et le gouvernement, en 1946. La

transformation des modalités d'embauche et de l'organisation du travail fut
négociée en deux étapes au sein de l'office de gestion. Ce dernier
abandonna

-----------------------------------------------------------------------------. Nous cIe le utilisons en de dans mars cet 1984 article des matériaux "Une nous birmans qui forment urbaine entre mieux une de partie Basse de notre thése ayant de 3éme cy-

soutenue quartier La

â l'EHESS, dans lequel termes

communauté avons

Birmanie", 1981 pUbiic entre

pour

objet

"Sambya'"

enquêté au

novembre pour un

et mars

1982. la Le pro-

transcription

des

reproduit

francophone crochets.

nonciation
nement national:

birmane;
a adopté nom

pour certains termes, la translittération
en 1989 de une Rangoun nouvelle est transcription désormais Yangon. des

figure noms

gouverinter-

birman le

géographiques,

â usage

officiel

-------------------1. "Sambya'" dépend qui La occupe le

de

la

municipalité délimité par ia en â

de l'Est

"Tin'gan'djoun", et de au Sud par en

la le 1954.

partie méandre Sa

la de

plus la

orientale riviére passa

de

Rangoun

quadri1atêre fut absorbée

"Nga'môyeiq". de 17.761 per-

municipalité en 1953

ville 1981.

Rangoun

population

sonnes

â 170.074

habitants

7

en 1946 tuels et

le recrutement il adopta en

des 1951 des

gangs2, un

ou équipes de

de

travail, de en
un

par

contrats

poncsur

programme

régulation employés
assurer

l'emploi

basé des

l'inscription
sions

annuelle
De

employeurs
manière, il

et des
pouvait

fonction
salaire

prévifixe

d'activité.

cette

mensuel

minimum port, tants,
-

ce

qui,

étant donné les variations saisonnières du travail sur le
un progrès en outre
des trois

représentait accédaient

considérable.

Les

ouvriers, dans
l'office

ou

leurs

représencoopératif
Der-

au contrôle
parties

de l'embauche
remplaçait

le cadre
de

représentatif

. qui

gestion.

rière ces transformations, on peut voir la main de Ba Soué, une des figures politiques de l'époque, qui prit la présidence de l'association coopérative du port en 1953. Il dirigeait alors la tendance socialiste au sein de la coalil'AFPFL, en même syndicale temps que le Congrès des Syndicats de

tion gouvernementale, Birmanie (TUCB),

la plate-forme venait quelques

majoritaire

à laquelle

l'association

coopérative

du port ses

de s'affilier. années d'existence, l'association devait mener à

Pendant

bien le développement de son outil de travail et de nombreuses réalisations sociales. En 1955. notamment, elle forma la commission des logements et lui

confia l'acquisition quartier destiné aux employés du dock de Lammedo. Ba du
Soué, qui était à l'époque premier ministre intérimaire, put faire construire

les habitations
Tin'gan'djoun, coopérative
contrat System)

sur un terrain

situé aux confins

de la municipalité

de
La

le long de la route et de la voie ferrée menant à Pégou.
racheta les maisons
aux

en

versant

300.000

Kyat dans le cadre d'un
(Higher Purchase sans Investment explication.

gouvernemental et 32.000 autres

d'aide Kyat

investissements dans les

apparaissant

comptes

Le quartier nait 83 tan/ya.

fut ouvert ou maisons

aux travailleurs collectives,

le 15 décembre

1955.

Il compreet de 9,60

de 21 mètres rues

de longueur

mètres

de profondeur, sur des

alignées pilotis Sur

le long de sept élevés,

parallèles.

Elles

étaient

cons trui tes toits bois,

peu

avec des parois en planches et des
et basses habitations de de

de tôle quatre

ondulée. entrées

le devant

de ces longues chacune

indépendantes

ouvraient

sur une pièce-logement

5,25 mètres sur 9,60 mètres. Les maisons étaient séparées de la rue, sur le devant, et de l'autre rangée d'habitations, à l'arrière, par des terrains de
4,70 et 5,70 mètres, respectivement. fut attribuée effectif, ayant à chaque le droit docker chef de famille. Il en

Une pièce-logement devenait le possesseur

de la vendre

ou de la louer.

-------------------2. Le terme anglais 'utilisent travail ou pour une

"gang" une

est

trés

proche de

de

"gaYn"

[Oguin"] sous

emprunté té

au d' un

pâli

et

que une

les

Birmans de

désigner secte.

association

personnes

l' autori

meneur.

équipe

8

PLAN

DE SAMBYA'

LEDAUNKAN

Echelle:

o

52m

N

[0

t

Terrains bat.1S et habitation s Chemins et routes F ossés call ecteurs

~

Pêcheries . . "-__J Cham ps en eau et nZllores Ponceàux L. .tes actuelle s du quartier lm~ Anc1ennes lim. tes 1 x Puits

_ _

L'association milles

ne se contenta Elle

pas de fournir

un logement

à ces quelques fournis

300 fajusque-

de dockers.

les fit aussi

bénéficier

des services

là sur le port aux seuls travailleurs:

une bibliothèque, un dispensaire de

soins, une école primaire, une garderie d'enfants, un terrain de jeu et un magasin kers dre d'un riés. coopératif sur un même sa politique transport D'une La furent installés dans le quartier. La concentration à l'association aussi des docd'éten-

lieu de résidence sociale aux

permettait Elle

en effet

familles.

facilitait

l'organisation des sala-

en commun3,

donc

la ponctualité

et la disponibilité un contrôle plus

manière

générale, des

elle en favorisait qui

effectif. du travail de

répartition

logements

reproduisit

l'orgAnisation employées sur

sur le port Lammedo quipe.

en est l'illustration.

Les 300 personnes

le dock

formaient Ces groupes

15 gangs,

ou équipes de 20, ayant à leur tête un chef d'éà une des trois divisions supérieures, chacune que corpar les

appartenaient

respondant un

aux trois périodes ou "chef de

de travail centaine".

de la journée A Sambya', on

et dirigées fit en

yazou'hmou,

sorte

coéquipiers

deviennent

voisins.

Cela eut des répercussions durables sur la
en renforçant ensemble. les affinités relations entre étaient les fad'ailà

constitution milles leurs dont

de groupes les hommes

de voisinage travaillaient à

Leurs

souvent

antérieures sont

l'embauche sur le port et même à
nombreux qu'on de chefs les embauche d'équipes dans présentant groupe

l'arrivée

Rangoun: parents frant

les exemples ou autres "pays" un

de jeunes et leur of-

pour premier

leur des

le

gîte

dans

temps. celle

Le voisinage d'amener

équipiers

facilitait et en

aussi une des tâches temps voulu

de leur

chef,

son équipe

au complet

sur le lieu de travail.

Les autres niveaux de la hiérarchie du port étaient aussi transposés à
Sambya'. gramme Le commandant S6, employé par l'association de Lammedo pour administrer chargé le prode diride la Le aux

d'enregistrement

des débardeurs

fut en outre le premier à l'entrée

ger le quartier. rue 1, à l'endroit commandant responsables gramme S6,

Il y déménagea appelé

avec sa famille

dans

logement deSambya'.

le "sommet"

qui correspond

ancien

officier

de l'Armée par

de l'Indépendance, Maungelé,

fut présenté

de l'association

le colonel pour

le secrétaire A Sambya'

du proson autola réaux

d'inscription

des dockers

l'ensemble tous

du port.

rité ne faisait putation d'avoir

pas de doute fait

et couvrait

les domaines. sévère,

Il a gardé

observer

une discipline

donnant

des amendes

-------------------3. Les trajets des dockers avaient pu être organisés grâce aux camions que l'association avait achetés pour les transports de marchandises liés aux travaux des docks. transports auparavant confiés â des entreprises extérieures. L'éloignement entre le quartier des dockers et leur lieu de travail imposait de prévoir un moyen de transport collectif.

10

habitants

qui

refusaient

de participer

aux

travaux

communautaires. un et tank pour l'adduction

Ce

fut le

cas en jUin l'alimentation la ville

1956,

lorsqu'il

fit construire en eau, le puits

aux dockers artésien

compléter d'eau de

du quartier

ne suffisant

pas à la consommation qu'il passa avec

des habitants. le commandant Sô entretint de Ba Soué avec sur

Pendant Ba Soué

les années

au port,

les rapports était
qui le

"d'un

élève

son maître". encore
ce à

L'influence

le quartier
dait sée ceux par

très forte.
ou Sô Ba Soué

On raconte
Dans grâce

à Sambya'
la

comment

il réprimanétait impo-

buvaient

jouaient. surtout connaît

domaine, l'autorité

discipline de des son

commandant

morale chacun

supérieur. dockers

Encore

maintenant,

personnellement

anciens

et se préoccupe

de leur sort. du quartier par rapport se trouvait au port. Les donc dans une situation de dépenfermé,

La population dance sans tat assez relever pionnier, été un leurs forte

dockers

vivaient

en milieu était

d'aucune isolé camp.

administration de tout,

territoriale4.

Le quartier

un habi-

clôturé et gardé aux frais du syndicat comme
pourvoyait à tous leurs besoins et assu-

l'aurait rait même

L'association

transports.

Un parallèle

s'impose:

la dépendance

des dockers

birmans vis-à-vis de l'association régissant dans les moindres détails leur travail comme leur vie, était aussi forte que celle qui soumettait leurs prédécesseurs dans gent indiens aux chefs de gang dont contactant les candidats leur avec à l'immigration avançant l'ar-

la caste

ou le village passant un

ils étaient d'embauche les

originaires, collectif

du voyage, louant avec

contrat

le contremaître la tâche et enla

en chef,

les baraquements retard,

pour

loger,

distribuant

fin, souvent situation geants des

les salaires. birmans

Par contre, tenait aux

~e qui avait intentions

transformé de leurs

nouveaux

dockers

diri-

et à la qualité En effet,

de vie qui leur était coopérative

proposée. pour être le prototype de

l'association rêvaient leur

fut conçue pour

la société vantaient les anima. égalitaire, société

dont dans

les socialistes annuel,

les Birma~s. temps

Les administrateurs qui

rapport

en même

que le désintéressement

l'originalité solidaire

de leur

démarche. base

Ils prônaient du coopératisme que Sambya' "le modèle". et, au-delà,

tous un comportement qui en soit Sambya' celle fonderait l'exemple fut une et

et responsable. Ba Soué qui

et une vie meilleure. pour cela son nom

voulait

lui choisit que,

signifie des docks

à l' épo-

la vitrine

de l'association

du syndicalisme

et du socialisme birman, le "village modèle" qu'on montrait aux délégations
étrangères. -------------------4. A cette epoqUe,
"Tin'gan'djoun" même

"Sambya'" ne dependait pas encore de si elle raisait partie de son territoire.

l'administration

municipale

de

11

Ba Soué gner comment

forma

les

responsables une société

à diriger socialiste

les débardeurs, et à leur

à leur

ensei-

construire

inculquer

le sens de attenante

leur appartenance au village semble

à la classe avoir

ouvrière.

La construction

de la pagode

été un moyen

de renforcer de plus

la cohésion grande

des dockers. qui ait été

La pagode entreprise per. On

fut l'oeuvre

collective

envergure

à Sambya'. L'ensemble des employés du port fut invité à y particidemanda revendre de mettre les stocks de côté ainsi une poignée de paddy pour par jour et par et

leur de

famille, d'édifier fort

constitués pendant

financer loisirs.

la pagode Mais

eux-mêmes

les murs fut

du sanctuaire fourni par

leurs

l'ef-

le plus

important

les habitants était

de Sambya'

pour

lesquels

la participation en équipes jectif

au travail des mêmes

communautaire membres

obligatoire. du port,

Ils travaillaient ayant un ob-

formées

que celles

chacune

minimum La

à atteindre

dans

la journée. qui animait l'entreprise est manifeste dans

volonté de

unificatrice

l'Histoire phies daire

la pagode5.

Cet ouvrage

se rattache

à la tradition dans

des monogralégen-

historiques l'origine

de pagode

par sa manière pour

de rechercher

un passé

du site bouddhique

expliquer

les vertus aussi

magiques

du lieu6 de la que fai-

et le choix pagode,

de cet emplacement. des dockers les

Le texte relate

l'histoire

moderne et souligne

celle

et de leur travailleurs
de pagode"7. en

installation pour

à Sambya',

la coopération
sait d'eux L'idée des

entre

la construction

du sanctuaire

"donateurs des

que

démunis,

réunissant

leurs

efforts,

puissent

accomplir

une aux

oeuvre nantis

méritoire de la par

d'une

ampleur

telle

qu'elle d'un comme

est karma

habituellement favorable,

réservée cette idée

société, l'Histoire

bénéficiant de

déjà

est présentée en oeuvre

la pagode8 afin

nouvelle

en Birmanie.

Mettre fit

la solidarité

ouvrière

de construire

la pagode

de Sambya'

-------------------. 5. Des histoires de pagode ont été écrites à propos de ia plupart des sanctuaires pagode birmans.

ci a été pUbliée en 1972 sous le titre complet Rangoun <en birman).
6. se Des phénomènes à magiques déterminèrent dessinant de ce cercle. ne en un effet anneau Par

de "Histo1re

de la

Yan' myôaung",

Celle80 p.,

le choix au sommet le de

de

l'emplacement du champ et

et

notamment

la d'une par

poussilla de rila

d'herbe en

fleurs au et une

sacrées centre le

l'apparition pas inondable

houette viére

priére

ailleurs, que

terrain l'eau

n'est

"Nga'môyeYq" saumâtre

tank

adjacent de l'année.

contient

douce

contrairement

à l'eau

riviére,

partie

7.

"Daya'ga"

[dayaka]

selon

le

terme

birman

emprunté

du

pali.

8.

L'idée idée de

de

mérite était

collectif aussi le en

figure oeuvre

cependant dans l'appel qui donne

dans aux son

les

textes

bouddhiques. pour

Et

à

la un

méme fonds

époque commun 1975, p.

cette afin

Rangouniens nom

constituer Payagyi.

reconstruire

Bouddha

couché

au Monastére

MENDELSON

225.

12

partie

des

tentatives la pagode

de Ba Soué devint de

pour

concilier du

bouddhisme

et socialisme. et il le

Pour fit

ce dernier, consigner

le symbole la pagode. méritoire et

système

coopératif

dans

l'Histoire entre

Le lien par le choix la

l'action

le

syndicalisme

fut

mis

en

valeur

des dates de la

et des maîtres pagode planta du le

de cérémonie 1er mai 1955,

qui ouvrirent le Ministre

et conclurent du Travail et

construction adjoint

directeur Soué

du TUCB

le poteau

de fondation

et le 1er mai 1960, Ba d'ombrelle du travail de qui coifet pour "Victoire

présida

la mise

en place

'ti, l'ornement

en forme la fête

fe les pagodes l'inauguration

de Birmanie. de la pagode,

Réunis les

à la fois pour travailleurs

défilèrent

au cri

sur l'adversité" (Yan'my6aun),
Ba Soué continuent d'ouverture religieux, travailleurs Bien tuels son fit tout pour

cri qui donna son nom à la pagode.
que dans la classe ouvrière, Tous ou au moins les ans, dans qui gère les dockers, son discours

à se reconnaître à l'assemblée il rappelle

cette pagode.

générale

de l'association et répète

l'établissement celle que les

son histoire

que la pagode front". aux dockers, lui le

est

"ont construite que Ba Soué disent en

à la sueur donc

de leur

attribue

la pagode que dans c'est

les habitants en

ac-

de Sambya'

généralement bonne dont place

fondateur Cette

montrant se

portrait par

exposé

le sanctuaire. avec même sa

attribution à cette

justifie D'une

la manière Ba Soué

il participa,

famille,

oeuvre. a

part,

en fut l'inspirateur, de construire

si le rapport venue

du chef

de camp

présenté kers. unirent tion.

la décision

la pagode

comme

spontanément de Sambya'

des docse ré-

Les responsables chez lui pour

de l'association en discuter occasion dockers et pour

coopérative établir

et ceux

le programme

de la construcd'argent chaque que jour.

Il fit à cette gagner les les

la promesse en vendant
part,

de compléter le paddy
il. fourni

la somme de côté

pourraient "afin de

mis t deux

encourager". qui firent dans
dont la

D'autre

éléments

essentiels les rele
ID.

des pagodes liques
à sept

de lui le réel le sanctuaire
pose marque

"donateur"

aux yeux

du public: ; il offrit
des pagodes

enfermées
niveaux

viennent
la fin de

de sa famille9
la construction

'ti

-------------------9.
Théoriquement, il n'y a pas de raison d'étre et qu'on enferme dans neuf reliques provenant de de avec dans
10. Il

pagode sans une chambre

les reliques qui scellée au centre

lui conférent de l'édifice.

Son pouvoir et sa "Ba Soué" apporta reliques et enfin bouddhiques des bijoux et de
sont

corporelles que toute la Birmanie, Les reliques
royales

possédait du Japon exposées ce
plus

et vénérait et de l'Inde, pendant Cet
grands

sa famille, d'autres qui lui appartenaient nuit sur
birmans

sa

femme. se les les

furent pendant
des

une

le

site la
telles

de

la

pagode

on raconte la pagode
racontées

qu'elles

mul tipliérent

temps.

épisode

apparente

construction
qu'elles

fondations chroniques.

souverains

semble du

que territoire

pour

les

Birmans, de

la la

donation pagode.

du"

'tiR

est

l'expression

d'un

pouvoir

sur les

habitants

dépendant

13

Attribuer son influence lution des

à Ba Soué

la fondation

de la pagode encore

signifie

aussi

reconnaître la dissode Sambya' que du code leur

sur l'ensemble

du quartier,

aujourd'hui, Les n'est

après

structures toujours de

de l'association leur la "président"l1 Ils le

coopérative. alors qu'il

habitants à la tête le

l'appellent mité de

gestion
de

pagode.

considèrent

comme

leader

communauté

bouddhistes.

Cette Soué dans
lière vait

double

attribution

de

la pagode, en parallèle

aux

dockers

par

Ba

Soué,

à Ba

par les dockers, cette communauté

est à mettre urbaine
syndicale

avec

l'ambiguïté

qui résidait à une fine de-

constituée
et

en coopérative
L'association qui

et rattachée
coopérative lieu en

professionnelle pas résister aux

politique.

bouleversements

politiques

eurent

Birmanie

entre

1958

et

1962.

En

1958, au moment où les dockers faisaient la preuve de
telles d'une que la pagode de Sambya', majeure leur orgade

leur unité nisation

autour

de réalisations sous l'impact

se disloqua

scission

politique

au sein

la coalition qui opposa

gouvernementale, 'Ou Nou'

l'AFPFL.

Cet événement

né du conflit

de pouvoir

le chef du gouvernement, de tous les organes

et Ba Soué, qui

le chef des socialisde lui et, no-

tes, entraîna tamment, Sur formations tions sation la

la division

dépendaient

des organisations le port, rivales.

ouvrières.

l'association coopérative se désintégra d'abord en trois
Puis en 1960, après l'échec du parti de Ba Soué aux élec-

législatives, ouvrière

un syndicat

unique par

fut reconstitué 'Ou Nou'.

et affilié

à l'organiappelé

nouvellement des
port

fondée des
les

Le nouveau 80

syndicat,

Fédération
du

travailleurs
de Rangoun,

ports,
20

regroupa

% des employés de la
aux premiers leur

commission

%

restant

reprochant

affiliation pendait

guidée

par des

raisons

matérielles:

l'efficacité

du syndicat

dé-

en effet

d'un

soutien

gouvernemental12. gagnèrent Sambya' où la situation était telle

Les

désunions "plus

syndicales personne ne

qu'en 1960,
le commandant

voulait venir y habiter". Après les
de 'Ou Nou' contre Ba Soué, suivant

élections, en cela le

S6 prit

le parti

renversement d'alliances du syndicat du port. Il cessa de travailler sur le dock mais continua à administrer le quartier, aidé des quatre chefs de centaine du port. chute Il ne quitta de ses fonctions 'Ou Nou'. à la tête du quartier qu'en 1962, à la

du gouvernement

Dès 1960,

le syndicat avait donc abandonné toute autorité formelle sur

-------------------.

11. Entretien sans 12. aucun

du pouvoir;

22

Décembre on m'obéit

1981. encore".

'Ou

Ba Soué"

"On

me reconnaît

comme

ie

Président.

même

TINKER (1958),

p.

308.

14

le quartier, tre chefs

mais

la hiérarchie le

des docks sous

resta

longtemps de

prégnante. la

Les quade

administrèrent Tous

quartier

l'autorité

municipalité par

Tin'gan'djoun. cat disparurent, tion. Chaque

les services

sociaux de l'école

mis en place dont

autrefois

le syndila ges-

à l'exception

le gouvernement

reprit

famille

dut contribuer

au coût de l'administration

et de l'entre-

tien du quartier. La situation ne fut vraiment transformée que par la refonte administra-

tive nationale qui fut entreprise en 1972 pour que la Birmanie devienne une "Démocratie socialiste". Au niveau local, cela se traduisit par une répartition des responsabilités et de l'autorité Le parti entre deux instances, Birmane l'une pour politi-

que et l'autre lisme, veiller trative créa

administrative. dans

unique,

la Voie

le Socia-

une cellule

le quartierl3. du peuple

Sa fonction

prinCipale

est de suradminisans

le travail

du conseil Les

qui est la véritable sont élus

instance

du quartier.

membres

de ce dernier

tous dont

les quatre

sous le contrôle choisissent
correspondent est de tenir

du parti:

le quartier les candidats
rues, de ils sont

est divisé acceptés
appelés à jour,

en zones

les habitants ces zones
fonction l'hy-

un chef parmi
souvent les aux

par le parti.
chefs de rues. la

Comme
Leur

registres

population

d'assurer

sécurité,

giène,

le calme et d'appliquer les décisions du parti.
du quartier de a un directeur,

Aux échelons supéet un représentemps que

rieurs, le conseil
tant

un secrétaire élu

à la municipalité du quartier,

Tin'gan'djoun.

Le magistrat,

en même

le conseil Rouge

les gérants sont

de la coopérative, les représentants unique

les membres des autres

de la Croix institutions répar-

et du corps

des pompiers Ainsi

implantées tie entre de plus Depuis port

à 8ambya'. quatre chefs

l'autorité

du commandant ensuite de plus

86, d'abord entre

de centaine, exerçant du conseil président

s'est des

départagée professions

des hommes variées. sur le

en plus 1978,

nombreux,

en plus même chef

le président

de quartier

ne travaille encore

plus

alors

que le premier

élu en 1972 était

du personnel

des docks. En ce qui concerne ni. En 1960, du Logement Les habitants l'association pour le statut des habitants devait du quartier, 40.000 il est mal défiKyat au ministère jamais payés. qu'ils

des dockers

encore Mais

les habitations quand

de 8ambya'. même

ils ne furent de leurs

restèrent vendre,

propriétaires de droit,

logements

peuvent

d'ailleurs

sans avoir

ni payer

de taxe sur la terre.

--------------------

13. .Samb,a'. dont la population est approximativement de 2.400 habitants a une cellule de 126 membres divisée en 9 groupes. Parmi les chefs de ces derniers, les 22 membres les plus anciens élisent chaque année les 5 membres du comité de cellule dont le responsable de la cellule. Le comité de cellule se réunit une fois tous les mois à l'école alors selon la même fréquence, chez un particulier. que les groupes se réunissent

15

Ils ne bénéficient

pas non plus
/

des

services

municipaux

de la voirie.

La com-

paraison du statut de Sambya
montre comment les avantages

et de celui du quartier voisin, Nga' 'm6yefq,
les dockers bénéficiaient de Nga
/

dont

grâce
'm6yefq

à leur qui

assofurent

ciation

se retournèrent un peu après

contre ceux

eux.

Les

logements furent mais

construits

de Sambya'

certes

loués

aux électriciens des baraqueLa

fonctionnarisés ments, en 1976,

à qui ils étaient on leur donna

destinés, pour

à la destruction puissent ambiguê

la terre

qu'ils plus

reconstruire. : au bureau bien qu'en

situation

des habitants

de Sambya' jusqu'à

est beaucoup les qualifier

de la fait,

municipalité

on va parfois

de squatters

ce ne soit pas le cas. Sambya'

est même inclus dans les plans d'aménagement urbain de la muniles

cipalité ainsi qu'en témoigne la réorganisation spatiale de 1978 englobant
deux quartiers
vétustes, pour

voisins:
furent délimiter

Nga"m6yefq
détruits et

et Siman'guefn.
la terre d'un répartie nouveau

Les logements
entre marché. ses

du premier,
habitants. On

devenus en

profita

l'emplacement

L'ancien

s'était

développé bordure le rasa

en même sud-ouest et créa

temps

que

les

alentours manière

du quartier

s'urbanisaient, que

sur la

de Sambya', le marché

d'une

si anarchique

la municipalité de la reçudu fut

de Nga"m6yefq

en le plaçant

sous

le contrôle pour cela

commission des marchés. Les habitants de Nga / 'm6yefq délogés
rent des lots de terrain fut avancée pour là où le marché comprendre de Sambya' s'était

tenu,

La limite

quartier

cette bande

de terrains

et une avenue

tracée séparant Nga"m6yefq
truit taires
trative.

de Sambya/14.
libres

Le quartier de Siman'guefn fut consde Sambya' pour loger des mili-

sur les terres retraités.

encore

au Nord-Est

En 1978,

on le réunit à Sambya' dans une même unité adminis-

L'unité tie s'est dans redéfinie.

administrative Mais surtout,

fondée

par le syndicat auquel

du port

a donc le

été en parmodèle" en plus

le camp

ressemblait

"Village de plus

peu à peu transformé un environnement La communauté

en quartier

de banlieue

et se fond

urbain

qui continue a perdu vague

à se développer. au cours de cette limi-

de dockers

de son particularisme au village,

évolutio~.

Après

la première le renversement

de retours

relativement

tée, qui suivit

d'alliance

du syndicat,

les années

1970 connu-

rent le départ progressif des familles de dockers qui s'étaient installés à
Sambya' Seuls petites lors de sa fondation et qui quittèrent arrivaient la ville. dont au terme de leur vie active. que les consti-

les simples

débardeurs

Ces départs

montrent était

associations

familiales

d'immigrants

la communauté

-------------------14. Cf. le plan de "Sambya'".

16

tuée ne s'étaient ciation. entre Seules le Dans

implantées

en ville des cas,

que grâce une fois

au cadre les

rassurant liens

de l'asso-

la majorité les dockers

rompus

professionnels d'origine. sociacomme un aux

voisins, restèrent

préférèrent placées appauvris

réintégrer aux deux qui

leur

communauté

les familles les dockers

extrémités

de l'échelle la ville

: d'une

part,

tous

considèrent

lieu où la misère anciens membres

est supportable de l'association;

et dont

le réseau part,

de relations les chefs

se limite et

d'autre

d'équipe

ceux

dont la position dans l'association permit une meilleure urbanisation.
fonction de ces derniers leur permettait à la fois de placer sur les docks

La
les

parents qu'ils faisaient venir de la campagne et
des face catégories sociale", professionnelles la constitution le village et plus d'un variées. réseau

d'avoir des relations avec
de leur "sur-

Cet élargissement

de connaissances

complexe dans

prenant divers

ses racines milieux Sambya', En tées par reste
chaque

dans

d'origine,

étendant

ses ramifications

de Rangoun tels 1982, furent

comportant

un noyau familial important et solidaire à
d'une urbanisation réussie. étaient encore habiLe

les facteurs un tiers

environ

des maisons association

du quartier ou par

des membres

de l'ancienne s'est

leurs

descendants15. notamment,
forme

de la population
année plus

diversifié,

les fonctionnaires,
le quartier

venant
une mani-

nombreux même

y habiter. si sa son nature centre

Cependant est

toujours qui se

communauté feste le

solidaire, plus clairement

complexe, la

communauté pagode grâce

par

spirituel:

à laquelle

son passé contact

se perpétue

dans

les mémoires.

Le sanctuaire

est

aussi

le point

de

entre

les hommes

qui eurent

l'initiative

de l'association

coopérative

et les habitants En effet, Ba Soué. de Elle

du quartier. l'association de d'une et laïcs qui gèrent la pagode venant à est pour la présidée par

regroupe du

plus

centaine

de membres ont

la plupart, mouvance de

l'extérieur président

quartier

dont

beaucoup un rôle

appartenu sur
est les les

leur

au temps
complexe,

où il avait
cette

à jouer

la scène

politique.
ef-

D'organisation ficace. la Non

association la la gestion

religieuse de toutes et

remarquablement affaires

seulement mais elle qui

elle

assure

concernant manifesta-

pagode,

organise s'y

fête Ce

annuelle sont par

nombreuses de

tions souvenir au

collectives de de la

déroulent. de Yan'my6aun

autant les

d'occasions habitants

raviver de

le

fondation

premiers d'une

Sambya'

cours

rituels

minutieusement

réglés

relevant

symbolique

élaborée.

Nous

ne citerons

qu'un

exemple,

celui

de la pose

d'un

nouveau

bourgeon

termi-

-------------_.-----

15. La proportion d'un tiers est. en rait, une extrapolation à l'ensemble du quartier de 16 si. tuation des rues 1 et 3 où nous avons compté 36 maisons habitées par des anciens coopérateurs ou par leurs descendants sur un total de 110 maIsons.

17

nal à laquelle ciation
jour-là

nous

avons à la
tous

assisté pagode,
les

le 5 mars tous les

1982.

Tous

les membres du quartier,
ou

de l'assolibres ce

de
et,

soutien
surtout,

habitants
de la

anciens

bâtisseurs

pagode

leurs

veuves

étaient là pour participer à la cérémonie. Après
l'arrivée tion. Tous cée en procession, l'exposition de Sambya' du bourgeon

les

ri tes préliminaires: la circumambulade la pagode. poulie contenant plale

terminal,

les premiers ensemble,

habitants

se réunirent coulissant

au Sud-Est autour à un

ils tirèrent de la pagode et posé

sur une corde et reliée sur deux

d'une

au

sommet

au Nord-Est cordes fixes.

chariot

bourgeon l'effort,

terminal

Dans un mouvement mimant
vers la le sommet et de la pagode ravivant dans

ils firent ainsi la

progresser

le léger

véhicule de

actualisant

construction

collective passée.

pagode

tous les esprits A cette ce rituel très

l'image

de leur unité la première comme elle

occasion, expressif au moment

communauté est

de dockers

fut donc année,

recréée

par

reconstituée

chaque

à la fête on procède

de la pagode, en son nom. Mais lébrations
matérielle.

de la distribution

des offrandes

à laquelle

les habitants : ils sont

actuels

du quartier

prennent

eux aussi

part

à ces cé-

tous

conviés

et beaucoup

participent

à leur

préparation

Le comité de gestion considère l'ensemble de la population du
comme la collectivité entreprises. la pagode est non seulement le centre spirituel l'endroit orientées du quarque toutes l'on les attachée à la pagode et l'associe aux mérites

quartier

des bonnes Par tier mais montre maisons.
habitants Ce

actions ailleurs, aussi,

un terrain

de jeu,

un lieu vers

de rencontre, lequel sont

aux visiteurs,

le point

de repère

Elle est un élément
de Sambya'. fut donc

essentiel

de la communauté

urbaine

formée

par les

quartier

d'abord

une

création

de

son

époque

la communauté en milieu urbain, fut sur

à

laquelle

il était

destiné,

des

dockers

birmans

arrivant son

était le produit de la situation socio-économique
fonction d'événements politiques, sur son organisation d'autre la manière part

établissement part par calquée

fut d'une inspirée

l'organisation socialiste~ se rattache munauté filière

du travail

le port, Mais

les théories s'est d'une formé comd'une de Sam-

sur le coopératisme. aussi à des processus

dont

le quartier la fondation

connus

en Birmanie:

basée

sur l'appartenance

professionnelle autour

et située pagode.

à l'extrémité L'histoire

de pouvoir

et sa consolidation

d'une

bya' constitue encore son identité, au moins en partie, mais son habitat se fond maintenant dans celui de la banlieue qui l'entoure et une fraction importante de son peuplement est issu de mouvements de population intra-urbains.

18

Bibliographie

ANDRUS

J.R.

Burmese Relations.

Economic Oxford

Lile, Un.

American P., 1957

Council (1948).

Institute 362 p.

of

Pacific

BA SWE

The goun, Guide ment

Burmese 1952. to

Revolution.

Rangoun

Information

Department.

Ran-

Socialism and

in

Burma,

Rangoun Burma,

Superintendant 1956.

Govern-

Printing

Stationery.

Bureau

International

du

Travail 1962,

(BIT) 84 p.

La situation syndicale en Birmanie,

Genève,

BUTWELL

R.U.

U Nu

01

Burma,

Stanford

University

Press,

Stanford,

Calif.,

1963,

301 p.
in Burma, London. 1938.

COLLIS

M.

Trials

FURNIVALL

J.S.

The

Governance

01 Modern
Insti

Burma,
tu te

2ème
of

ed.

élargie,

Interna-

tional York,

Secrétariat, 1960, 154 p.

Pacific

Relations,

New

MENDELSON

Sangha and State in Burma:

Study 01 Monastic Sectarianism

and Leadership. ed. J.P, Ferguson, Ithaca, Cornell Un. P. 1975.

TINKER

H.

The Union 01 Burma;
dence, Toronto, 4ème 1967 ed.,

A study 01 the First Years 01 IndepenUniversity 423 p. Press, London, New York,

Oxford

(1957),

Ouvrages BulLetin
goun, Histoire

birmans: annuel
1958,

de

l'association
1959. non

coopérative

des travailleurs

du port

de

Ran-

1957. de

paginé. Rangoun. 1973, 80 p.

la pagode

Yanmy6aung,

19

L'URBANISATION

D'UN ARRONDISSEMENT DE KAMAYUT

DE RANGOUN

:

LA CROISSANCE

Guy LUBEIGT

Le premier recensement de la population à Rangoun a eu lieu en 1872.
population
pendant, annexé

La
fut

de la capitale
s'étendait alors

de la Birmanie
sur la Birmanie

britannique
Centrale et

-

le

Royaume

d'Ava, et la

indéne

Septentrionale En un siècle

qu'en

1886

- atteignait

déjà

100.000

habitants.

popula-

tion de Rangoun a été multipliée par 20. Entre 1953 et 1973 elle a triplé et dans la décennie qui a suivi, elle a encore augmenté de 20 % pour atteindre 2.458.712
habitants. de Rangoun est dû essentiellement
t à 1 immigration. Ce

L'accroissement

fait a déjà été souligné par Sundrum (1961)
heureusement et le nombre dans le recensement de résidence de 1973. qu'ils

et par U Myint Nyein (1973). Malle lieu avaient, de naissance ne figuraient des habitants pas dans les

d'années

questionnaires. Il était donc impossible de connaître avec précision d'où venaient les nouveaux habitants de la capitale, ni quand ils étaient arrivés. Afin de mieux connaître les raisons de l'immigration dans Rangoun, le Parti Socialiste et le Conseil Populaire de la Division de Rangoun, aidés par le Ministère de l'Education Nationale, décidèrent de lancer une enquête portant sur la croissance de Rangoun entre 1960 porter sur l t ensemble
moyens ponibles Kamayut, versité vers financiers, sur un

et 1970. Le but des autorités

était de planifier le développement futur de la capitale. L'enquête devait
des arrondissements se contenter Le de Rangoun.
Cependant,

faute

de

il a falllu seul

de concentrer s'est porté

les ressources naturellement

dissur

arrondissement. cet

choix que

car c'est de Rangoun.

dans C'est

arrondissement dans

se trouve

le campus

de l'Uniles dide dé-

aussi

ce campus

que travaillaient Par suite,

alors

responsables des

de la conduite enquêteurs,

de cette

enquête.

les frais

placements strict

étudiants-géographes,

se trouvaient limités à un

minimuml. Les travaux (Daw ont été dirigés par une équipe d'enseignants composée d'une

géographe
économiste

Than Than Nwe), un statisticien (U Thet Lwin), un chercheur
et de deux techniciens du Département des ordinateurs

(U Lay Kyi)

-------------------1. en de L'enquête, province, ce travail birmane, aux auteurs commencée puis n'ont au a en 1978, ~n fut interrompue quand mais Recherche ces ils en 1979 car certains revenus d'une tenu responsables à Rangoun, étaient Les partis repris pas été 1980 responsables ont fait sont l'objet qui s'est de résultats en 198.. publiés, de que la communication à Rangoun de cet le collective 18 juin

langue C'est

symposium mentionnés

Géologique

nous

empruntons

l'essentiel

la matiére

article.

21

de l'Université qui avaient Rangoun. été pris migré

de Rangoun. dans

La recherche

visait

principalement en venant

les

personnes de pas

l'arrondissement d'un autre

de Kamayut arrondissement surtout

de l'extérieur n'ont

Ceux

qui venaient

de la capitale visé les points

en considération.

L'étude

a donc

concernant l'époque, change-

les conditions les raisons ments

de la migration différentes avant

à partir étapes

des villages de la migration à Rangoun.

ou des villes, ainsi que

et les

les

d'occupation

et après

l'arrivée est formé porté

L'arrondissement 145 quartiers. milles vivant

de Kamayut ont

de 10 circonscriptions

constituant

Les enquêtes dans chaque

sur un échantillonnage des chefs effectuée
des

de 20 % des fade famille chargés des

quartier. des

La sélection a été
ce choix,

de répondre
Conseils rentes

aux

questions
des

enquêteurs
Dans

par

les membres
sociales été

Populaires ont été

quartiers. Les

classes ont

diffépar

incorporées.

questionnaires

incomplets

rejetés

les responsables dans cette

de la recherche.

Au total

2636

familles

ont

été

incorporées dans la mutota-

enquête, de Kamayut

ce qui représente en

19,4 %

des familles recensement

résidant

nicipalité lisait

1977 (66.369 H). Au

de 1983 Kamayut

75.254

habitants.

RAPPEL

DES

ORIGINES

HISTORIQUES

Kamayut vière Est. Hlaing Au Nord,

est situé à l'Ouest, Kamayut

au centre

de l'agglomération

rangounaise,

entre

la riau Sudpar San-

le lac Inya au Nord-Est est bordé par

et la pagode

Shwédagon

l'arrondissement

de Hlaing,

à l'Est

ceux de Mayangon chaung et Dagon.

et Bahan,

au Sud-Ouest

et au Sud par ceux

de Kemmendine,

On ne sait quasiment on pense tions mayut objets qu'il a été habité la

rien des origines entre les XIIIe fournit yat",

de cet établissement et XVIIIe une siècles

humain,

dont

par des populace point. "étang Ka(des) dans

Môn.

Seule

toponymie

nous

indication

sur

est une birmanisation précieux". Il

de "Kama

un nom Môn aucun s'incline cependant

signifiant étang

n'existe plus

malheureusement que celui-ci On peut

d'importance

l'arrondissement, et la rivière

d'autant

à la fois vers penser qu'il

l'Ouest existait

Hlaing,

et vers

le Sud.

à l'origine une petite dépression marécageuse à l'emplacement actuel du lac
Inya. Ce dernier est de une création artificielle des Britanniques Quoi qu'il destinée à

alimenter

la ville

Rangoun

en eau potable.

en soit,

le terri-

22

NORD
INSEIN
OKKALAPA

NORD

f
Prison de Insein LES MUNICIPALITES RANGOUN administratives) DE

Ilimites

DU DELTA

....
YANKIN

KAMAYUT

. '.

l HINGANGYUN

.

w :z i5 :z

BAHAN
'. SANCHAUNG

~ :;:
RIZIERES DU DELTA

:

~ .('"

. (~..................

.

L~:d~.~~~.~~
DAGON

AHLONE : lANMA-

"s <7/.tk4

.: DAW :

:~:@:"<: : ~ N. : : ~ :~~:~ :
...J

~ :~
QC

:

:
". . : :

Echelle:

, o

500

1000

.

_
o

limites des Townships Voie ferrée circum Rangoun

P.

Pagode

toire créée

actuel par

de

Kamayut

n' appartenai t pas en 1755 Kamayut de non était

à la ville

de

Yangoon ville la

(Rangoun) 2,

le roi Alaungpéya originel. boisée.

loin de la petite si tué au Nord de

Môn de Dagon, dans une

l'établissement zone fortement

ville

A partir

1755,

l'insurrection

Môn

et la répression la ville ont peu des' y

qui a suivi, à peu poussé

ainsi

que les nombreux vers

incendies

qui ravageaient le territoire et

la population de bataille

le Nord. les

En 1824

de Kamayut qui

vint un
étaient

champ

entre

troupes

anglaises

birmanes ville

retranchées

derrière

une solide

palissade.

La petite
-

de Yangoon de Kamayut au cours Il est

que les Britanniques transformèrent en "Rangoun"
furent de la détruits seconde pendant guerre que cette première guerre Yangoon

et le fortin

anglo-birmane. fut à nouveau eurent eux

En 1852, détruite. aussi

anglo-birmane,

vraisemblable des opérations de Rangoun,

les villages Après

du site

de Kamayut

à souffrir

militaires. pour

1852 les Britanniques créèrent la ville neuve
36.000 habitants, autour de la pagode Soulè. voie

prévue

abriter la ligne en

En 1877 ferrée de

fut créée

de chemin on

de fer Rangoun-Prome, la route

première

Birmanie

puis,

1890,

construisit

Rangoun-Insein-

Prome, qui desservait toute la zone portuaire de la rivière H1aing. De nombreux villages apparurent 1910, tout au long de ces nouvelles le territoire d'Insein. de Kamayut époque voies de communication officiellement sur enviet, le 25 juillet et rattaché fut délimité Kamayut

au District

A cette

s'étendait

ron 14 hectares de Sinmalaik

et comprenait au bord

le village

d'Otkyin Hlaing. lieu-dit

(12,4 hectares) Aucun peuplé village

et le hameau ne portait foyers. et le

situé

de la rivière alors qu'un

nom de Kamayut, En 1914 placé sous

qui n'était le territoire

de quelques

de Kamayut

est rattaché

au District

de Rangoun

l'administration en 1930 le long

de la municipalité de la route

de Rangoun.

De nouveaux : Htantabin,

hameaux Tatapyu, en-

apparaissent Sinyedwin suite sur

Rangoun-Insein Ces

(le Puits

de l'éléphant) de Kamayut. de Kamayut.

et Ywa Thit.

lieux-dits

devinrent

des quartiers le territoire

En 1932 En 1941

on construit les Japonais

l'Université bombardent s'enfuit dénués

de Rangoun le vers centre la pé-

Rangoun riphérie

et la zone portuaire. de la capitale et

Une partie s'installe

de la population dans les plus

faubourgs au Nord: de

d'intérêt (Myeni-

stratégique. gon) Kyungyan,

De nouveaux Hledan,

villages ainsi que

apparaissent la zone

Mezigon Dubern

résidentielle

construite

autour d'une rue permettant de rejoindre la rive du lac Inya à partir de la
route Rangoun-Prome. Ils devinrent eux aussi des
quartiers de Kamayut. Entre

-------------------2. Depuis le 25 mai et Nous 1989 l'Union est de Birmanie s'appelle ce officiellement qui correspond par "Union â la de Myanmar" (on prononce "Myainmâ") Rangoun conservons devenue cependant "Yangon". les termes prononciation birmane traditionnelle. anciens commodité.

24

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin