Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,03 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Solitude d'argile

De
64 pages
" La qualité de sculpteur - africain - résulte d'un lien personnel avec, et imposé par, des agents extranaturels. Ce lien est souvent révélé en rêve, et beaucoup de sculpteurs font état de rêves même au sujet de certaines particularités des oeuvres qu'ils sont amenés à réaliser. Parfois ce contact initial avec le monde surnaturel s'établit par une véritable crise de possession. " Albert Maesen, Le grand héritage, Musée Dapper.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Michèle Odeyé-Finzi

SOLITUDE D'ARGILE
Légende autour d'une vie

Sculptures de Seyni-Awa

Editions L'Harmattan 5-7 rue de l'Ecole-Polytechnique 75 005 Paris

@ L'Harmattan,

1994 ISBN: 2-7384-2685-9

Certaines vies, comme ça, tracées à la machette, et l'impression étrange de ne pas devoir se retourner, comme si les herbes refermaient le passage juste après soi. Une vie, comme ça, sans quotidien. L'impression, étrange saturé de vies. encore, d'avoir touché à peine un autre monde

Et le besoin quand même de dire comme les récits de ceux qui sont morts un moment.

Issue d'une naissance à trois, ses deux frères et elle disparaissent pendant leur adolescence dans la forêt. Lorsqu'ils réapparaissent, ils ne sont plus au même endroit: elle est encore en Casamance, mais ses jumeaux seront retrouvés, l'un aux ÉtatsUnis, l'autre en France. Elle dit que tous les trois font des poteries du même style alors qu'ils ne se voient pas, mais ils étaient ensemble lorsqu'ils ont disparu et ont subi une mystérieuse initiation divine dans la forêt casamançaise. SeYl1i s'est entourée d'enfants-poteries. Ses grossesses difficiles ont nécessité plusieurs

opérations.

C'est un hommage à cette poésie étrange qui se dégage de l'oeuvre de Seyni. C'est salis doute aussi un remerciement au trouble, à l'émotion qui traverse encore cette rencontre.

Au sud du Sénégal, séparée par la Gambie: la Casamance. Une petite ville: Bignona. A la limite de la forêt, loin du centre: la maison de Seyni, une grande case au toit de tôle et une cour où se déroule la vie familiale. Seyni, potière, travaille dans une vaste pièce envahie de tous ses personnages. Elle a entre 45 et 50 ans, elle est d'origine mandingue - les Mandingues, ancêtres venus du Mali s'établir ici au XIVème siècle, en plein coeur du pays diola, pour introduire l'Islam dans cette région animiste. La poterie est un métier de femme, mais son mari l'assiste en allant chercher l'argile aux marigots des alentours de Bignona. Il l'aide aussi en malaxant la matière avec ses pieds, devant/la case, jusqu'à ce qu'elle soit suffisamment malléable. La plupart du temps, c'est lui qui parle. Seyni ne s'exprime que très rarement et toujours en dehors de la présence de son mari. Beaucoup de rumeurs entourent la vie de cette femme, ses origines, ses mariages, ses enfantements incertains. Il faudra du temps, une longue approche pour qu'elle accepte de me raconter sa vie au travers de ses poteries.