Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Orientation-conseil scolaire, universitaire et professionnelle au Cameroun

De
257 pages
Il est d'une urgente nécessité pour les membres de la communauté éducative camerounaise de comprendre désormais que dans la relation binomiale longtemps connue entre l'élève et le professeur, il s'y est incrustée depuis 1945 une troisième personne : le conseiller d'orientation. La triangulation que sa présence induit dans la relation enseignant-enseigné impose la reconnaissance de son importance dans le processus adéquation formation/emploi.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

L'orientation-conseil scolaire, universitaire et professionnelle au Cameroun
L'urgence d'une remédiation

Joseph BOMDA

L'orientation-conseil scolaire, universitaire et professionnelle au Cameroun
L'urgence d'une remédiation
Préface du Professeur Pierre FONKOUA

L'Harmattan

@L.HARMATTAN.2008 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.ft harmattan l@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-06629-8 EAN : 9782296066298

SOMMAIRE

Dédicace Remerciements Préface Avant-propos Chapitre 1: Historique de l'orientation - conseil scolaire et universitaire au cameroun. Chapitre 2 : Orientation - conseil scolaire et universitaire dans l'imagerie populaire au cameroun et ses incidences Chapitre 3: Quotidienneté universitaire camerounais. du conseiller d'orientation scolaire et

9 11 13 19 25 61 95 135 169 203 231 235 239 251

Chapitre 4 : Leçons de la gestion du quotidien du conseiller d'orientation scolaire et universitaire camerounais. Chapitre 5: Pourtant, ce qu'est l'orientation - conseil scolaire et universi taire. Chapitre 6 : Apports et défis de l'orientation - conseil scolaire et universitaire au cameroun Conclusion générale Postface Références bibliographiques Table des matières

,

A

IŒM GNYE Clotilde par qui Dieu permit queje vive et Jurvive ; DJILO KOM Ri{gine C. par qui encore,Dieu me permettra aUJJide donner La vie et la Jurvie.

REMERCIEMENTS
Nous tenons à manifester notre profonde gratitude à l'endroit de nos partenaires de discussion pour la reconnaissance et la valorisation du lJrai Conseiller d'orientation scolaire, universitaire et professionnelle au Cameroun. À cet effet, sans qu'ils soient en rien responsables du contenu de ce livre, Mesdames: WENLADJIMBHI Sylvie Léocadie et BEUDA Aude Cendrine et Messieurs: ADIAMY A'GOUFAN Serge Olivier, FANGSEU YOTA Jean I(lebert, DOMEGHO Jacques, MADIBA Antoine, WASSOUO Emmanuel Aimé et EKO EDJEBA Daniel voudront bien comprendre qu'à travers les multiples échanges que nous avons souvent eues et qui par moment ont donné lieu à de sages éclats de voix, nous avons puisé certains éléments d'affennissement de ce projet. Pour cela, nous leur sotn1nes reconnaissant autant qu'aux collègues qui ont souvent bien accepté et sans aucune pression, de parapher les multiples requêtes du Collectif des Conseille~s d'orientation de l'Ecole Normale des 41 cm", 42"me, 43eme, 44emc et 4semc promotions Supérieure de Yaoundé. Dans le même temps, le Pro Pierre FONKOUA et le Dr Edouard KINGNE voudront bien trouver ici l'expression de nos sincères remerciements à l'endroit de leurs constantes motivations au travail. Toujours nous faire comprendre que nous sommes un Conseiller d'orientation dans un contexte qui ne nous connaît pas réellement et que c'est de notre droit de nous faire accepter et solliciter, aura été pour nous un réel motif d'engagement au travail. Cette constante attention est un grand honneur que nous voudrions les savoir connaître.

Il

PRÉFACE
Dans un contexte de diversification et d'industrialisation des connaissances et des savoirs - faire, la professionnalisation des enseignements et apprentissages en vue de faciliter une intégration socioprofessionnelle épanouie de l'enseigné/l' apprenant, impose une spécialisation de ses aspirations et vocations en adéquation avec ses aptitudes et les besoins présents, à court ou à long terme du marché de l'emploi national et international. Chaque membre de la communauté éducative se doit par conséquent de pouvoir répondre à la question de « comment croiser les besoins de l'enfant Oll de l'individll a/Jec la nécessité de l'entreprise école, les exigences de la commllnallté, les contraintes d'tm .i}Jième économiqlle, leY limites d'JtJl miliell natllrel dans le bllt de jà,J01Ùer son plein
,

.

épanolllSsement

? ,» 1

Bien que « le conJ'tat ar/lIeI est qlle le .i}stème édttcatif des pq;'s dll Slid, inféodépar les .i}stèmes édllcatijJ'dassiqlles despq)IJ colonisatettrs,prodllisent pills de demandett1J d'emploi qlle de créatell1Jd'emploi »2, une veille prospective doit dès maintenant et plus que jamais, interpeller et obliger une urgente réflexion par anticipation de tous et de chacun sur notre environnement, les destinées de notre École et de nos enfants dans un contexte social mouvant et contradictoire du fait de la mondialisation des savoirs, des savoir - faire et des savoir - être. De cette méditation d'abord intra puis interindividuelle, groupale et sociétale du fait d'une mobilisation collective, un consensus obligera une volonté stratégique qtÙ itnpulsera indubitablement, je le souhaite avec ferveur, l'élaboration d'un programme d'action en respect avec les finalités et le proftl d'homme que nous désirons pour notre société. Ce qui nous permettra de revoir notre « {)lstèmeconventionnel d'édm"Cltion importé qlli ne répond plus allx exigences présentes des sectettrsprimaires, secondaires et tertiaires de /'économie et, moins encore attX finalités de /'édttmtion et dll développement etldogène fondé sllr la satiifaction des besoins lJitaux despopulations »3. Ceci dit, dans cet ouvrage, Monsieur BOMDA, Conseiller d'orientation scolaire, universitaire et professionnelle et par ailleurs psychosociologue de formation, initie sur le sol camerounais, ce travail qui consiste à « voir loin, voir large, analYser en prrfondeur, prendre des risqlles,

1

P. FONKOUA,

Quelsjitturs p01lrl'éducationenAfrique? Paris, Harmattan, 2006, Page 54.

2 Ibid., Page 23. 3 Ibid., Page 52.

13

penser à l'Homme»4 et ce, pour un domaine de l'éducation

auquel il

appartient et qui pourtant, reste ignoré ou encore mal connu de la majorité des camerounais. Je veux parler de l'orientation - conseil scolaire, universitaire et professionnelle. Comme il le note si bien, il est d'une urgente nécessité pour les membres de la communauté éducative camerounaise de comprendre désormais que dans la relation binomiale longtemps connue, privilégiée et exaltée entre l'élève et le professeur, il s'y est incrustée depuis 1945, une troisième personne: le Conseiller d'orientation. La triangulation que sa présence induit dans la relation enseignant - enseigné - autre membre de la communauté éducative, impose la reconnaissance de son importance dans le processus adéquation formation/emploi. Pour cela, il faut d'abord que le camerounais soit informé et formé à travers une déconstruction des images mentales fausses qu'il a de lui. Aussi, dans un discours fort descriptif, de fois analytique et dénonciateur de suite d'une enquête approfondie avec des images à l'appui, Monsieur BOMDA commence d'abord par nous situer sur:

l'histoire de l'orientation

-

conseil scolaire et universitaire au Cameroun,

l'imagerie populaire qui l'entoure et l'influe, la quotidienneté du Conseiller d'orientation camerounais avant de tirer des leçons qui lui imposent de présenter au public sa vraie image, ses apports et les défis qui l'attendent sur le sol camerounais. À vrai dire, les problèmes soulevés par ce jeune auteur comme on pourra le constater, bien que de fois crus et bruts, interpellent et imposent au - delà de l'émotion qu'ils peuvent engendrer, une obligation de réflexion objective sur le pourquoi et le comment de tout ce qu'il interroge peut arriver à l'heure de la grande euphorie pour la professionnalisation des savoirs. Heureusement, il n'a pas manqué de proposer des voies de solutions. Cependant, on pourrait dans une perspective analytique lui reprocher son militantisme dans la gestion d'un problème de groupe qu'il semble, parce que victime aussi, ramener de fois à sa vision personnelle de manière répétitive. Ce qui n'est que normal du moment où tout essai, comme c'est le cas ici, veut répondre par l'engagement de soi et de ses idées à la gestion d'un problème identifié comme critique à la bonne marche d'un domaine de la vie de société: l'éducation en général et

-I

G. BERGER,

Phénoménologie du temps el prospeilive, Paris, P.U.F.

14

l'orientation - conseil scolaire, universitaire particulier pour ce qui est de son cas. Comment

et

professionnelle

en

devrais - je alors en rendre compte?

Œuvre de courage mue par un souci fondamental de voir les choses changées dans un sens procédural et constructif, cet essai se veut un outil de travail autant pour le Conseiller d'orientation camerounais que pour son Utilisateur, son Gestionnaire et les Bénéficiaires de ses senTices (Élèves, Parents et Enseignants). De ce fait, elle arrive à point nommé pour dite et faire comprendre aux Camerounais que l'orientation
-

conseil scolaire et universitaire n'est pas, comme ils l'ont toujours cru,

qu'information sur les filières d'études et leurs débouchés sur le monde socioprofessionnelle. Mais aussi, il est surtout et avant tout accompagnement, assistance, suivi constant et continu de l'élève dans la gestion des problèmes auxquels il fait face et qui, d'une manière ou d'une autre, pourrait affecter sa réussite scolaire et plus tard, socioprofessionnelle. Toute chose qui par ailleurs s'inscrit en droite ligne avec: l'aide à l'adaptation scolaire et à l'insertion socioprofessionnelle, le conseil et le suivi psychopédagogique, aspects importants de l'orientation, mais inconnus du public camerounais en dépit des articles 29 de la loi 98/04 du 18 Avril 1998 portant orientation de l'éducation au Cameroun, 64 (2) du déctet 2000/359 du 05 Décembre 2000 portant Statut Général des Fonctionnaires des Corps de l'Éducation Nationale et de nombreux textes réglementaires parus le 19 Février 2001. . . Mieux, le livre de Monsieur BOMDA expose librement sans être soumis à des contraintes formelles littéraires, des considérations sur l'orientation - conseil scolaire et universitaire au Cameroun. Je le vois donc, comme une œuvre qui impulsera un questionnement obligé sur la place de l'orientation - conseil dans l'avenir de l'éducation et de la matérialisation des ses attentes dans un pays comme le nôtre qui veut se construire. Par conséquent, il me semble qu'il est un prétexte:

.

d'émulation pour camerounais;

ses pairs

Conseillers

d'orientation
de formation, d'orientation mams de la

.

de recadrage des politiques de recrutement, d'utilisation et de gestion du Conseiller camerounaiS. honneur d'avoir camerounaise: 15 nus entre les

Il est à son communauté éducative

. . . .

un ouvrage de référence des mentalités;

qui participera

à l'amélioration

un outil nécessaire pour l'Élève - conseiller d'orientation camerounais quant à la compréhension des problèmes de l'orientation scolaire;

une critique qui oblige la révision de la relation binomiale longtemps connue, privilégiée et exaltée entre l'enseignant et l'élève;
une base recommandable de la triangulation élève enseignant Conseiller d'orientation dans la professionnalisation des enseignements.
-

Aussi, suis
aura compris l'orientation notre système effectives dans

je convaincu et reste certain que, quand le public

au terme de cet ouvrage la valeur propre et juste de conseil scolaire, les espoirs d'un lendemain meilleur de éducatif obligeront son appropriation et son intégration les curricula et les mœurs.

À juste titre, je pense pour reprendre l'auteur qu'une fois les maux qu'il décrie avec force dans cet ouvrage auront trouvé une solution définitive parce que considérés et compris comme des freins réels à

l'épanouissement

de l'orientation

-

conseil scolaire et universitaire, le

Conseiller d'orientation, «forme miniatttrisée de trois experts en ttn settl indit}zau [. ..}: Psychologue scolaire; Spécialiste de la réttssite scolaire, ttniverJitaire et pr~feJSionnelle; Orienteur des ttsages if/Ùients des aptitudes, aspirations des élèves en fondion dtt marché de l'emploi », participera avec motivation et conviction à :

.

(( la formation

d'individtts

capables de tirer de la connaissance de

lettr forte et faiblesse, des orientations d'insertion sociopr~ssionnelle dans ttn miliett qtti aura au préalable canalisé lettr scolarisation;

. .
.
.

la préparation national;

des ressottrtes humaines néteJSaires au développement

la ltttte contre les déperditions scolaires (1wloublement et abandon) ,. la rédttdion dtt nombre de jettnes sortant dtt système .rcolaire san.r qttalijication Jpécifique ; la rédudion dz! délai d'accè.r à l'emploi de la jetlnesse,o

16

. .

une plus grande ditJersité sociale dam académique ouprifessionnel ;

le parcours scolaire,

la lutte contre !es pertes d'énergies néœssaires à la comtrtt(Jion nationale au moyen des réorientations nécessairex; la valoriJation de l'égalité de chanœ d'accès à l'emploi par une itiformation adéquate, constante etpersonnaliJée. ))

.

L'ouvrage de Monsieur BOMDA est donc un élément de plus précieux pour ce travail. Puisse sa qualité intrinsèque et les distinctions ou critiques dont il pourra être objet, inciter d'autres publications pour nous faire connaître, avec la même ferveur et le même souci de vérité objective, la place de l'orientation - conseil scolaire, universitaire et professionnelle dans la vie de notre pays. La nécessaire harmonie des rapports entre la formation et l'emploi en sera grandement facilitée. Pr. Piette FONKOUA, . Chif de Département des Sciences de l'Éducation à I]cole Normale Sltpérieure de Yamtndé; UnitJersité de Yaoundé l - Cameroun; . Coordonnateur National du Réseau Ouest et Centre Africain de Rechercheen Éducation (ROCARE) Yaoundé, Décembre 2007

17

AVANT PROPOS
Il y a soixante trois (63) ans aujourd'hui que l'orientation - conseil scolaire, universitaire et professionnelle existe au Cameroun. Mais, elle peine toujours à sortir de l'ombre. Le public n'en connaît que dalle. Pourtant, l'État n'a cessé de consentir à d'énormes moyens financiers et matériels pour son rayonnement. D'une part par la formation des Conseillers d'orientation, d'autre part à travers leur intégration à la Fonction Publique et leur prise en solde par le Trésor Public. Aussi, il est juste de demander enfin: pourquoi rien ne semble aller dans ce domaine et
comment faire pour changer ce q~ti se donne à percevoir?

Tout en considérant ce que des recherches ont déjà donné comme explications, nous voulons dans ce livre questionner leurs conclusions et les dépasser pour montrer qu'autant que leurs partenaires du système éducatif, les Conseillers d'orientation scolaire, universitaire et professionnelle camerounais sont coauteurs et coacteurs de l'endormissement de leur domaine. À tous les niveaux de responsabilité dans l'exercice de leur fonction, en amenuisant la densité des tâches attendues d'eux, ils affermissent l'ignorance, l'incompétence et la mauvaise foi de leurs partenaires qui, dans la majeure partie des cas, sont des Enseignants avec qui ils ont fait la même école de formation sans se connaître à fond. Nous accusons peut être. Mais, permettez nous par une disponibilité psychologique dénuée de préjugés quant à notre lecture de la réalité, souvent crue et brute, de vous la décrire telle qu'elle se présente. À cet effet, suite à chaque constat, nous nous emploierons à l'interroger avec l'espoir que vous saurez être u"lterpellés. Avant d'y arriver, le constat général est que le problème de l'orientation scolaire et universitaire au Cameroun est avant tout un problème d'HOMME. La législation en la matière, en dehors de quelques couacs que nous ne manquerons pas de présenter le moment opportun, n'est pas de moindre qualité. Et, il est de notre devoir, nous le pensons, de les présenter à travers une critique qui facilitera leur compréhension pour ceux qui en font usage ou devraient en bénéficier. Se questionner sur l'orientation - conseil scolaire et universitaire au Cameroun, c'est donc interroger les pratiques, le cadre institutionnel et les responsabilités des uns et des autres dans l'engourdissement de ce domaine sur lequel l'État devrait pourtant se fonder pour se garantir une main d'œuvre favorable à son décollage économique. 19

Désormais présentée comme le troisième maillon de la chaîne éducative après la Pédagogie et l'Administration, la place qui est

cependant

accordée à l'orientation

-

conseil scolaire et universitaire,

donne à croire qu'au lieu d'être une nécessité, elle est plutôt un luxe de pays développés, transposé sans véritable réadaptation dans un contexte africain encore en chantier dans son processus éducatif et qui aurait beaucoup plus besoin des Enseignants. Éternel semble être un l'accueillir. Bien efforts attendus s'approprier ses professionnelle, renonciation ou avec l'éducation5. incompris, le Conseiller d'orientation camerounais intrus dans un système qui n'a pas été préparé pour que conscient de cette lacune, il ne fait pas toujours les pour amener les uns et les autres à le comprendre et à services. À la démotivation couplée d'une inconscience viennent s'ajouter chez lui: la démobilisation, la la fuite, l'intégration dans des ministères sans rapport

À qui la faute? Nous accusons le Conseiller d'orientation autant que l'État qui organise son recrutement, sa formation, son déploiement, sa gestion tant administrative que fInancière. Ceci est suffIsant pour comprendre avant les exposés à venir que l'orientation - conseil scolaire et universitaire au Cameroun ne se sent pas bien dans sa peau. La situation est préoccupante. Aussi, même si ici et là on retrouve tout de même quelques responsables d'établissements scolaires et des Conseillers d'orientation conscients du bien fondé de l'orientation - conseil scolaire, universitaire et professionnelle, il y a lieu de montrer l'importance de la redynamisation de l'École par son implication effective dans la chaîne pédagogique et celle de l'insertion socioprofessionnelle des jeunes élèves. Ce ne sont donc pas certains qui devraient en être conscients, mais tous et plus que jamais, toute la communauté éducative. Loin de constater l'état de décrépitude des services d'orientation scolaire et universitaire du Cameroun, nous pensons que l'heure est à l'action et à une action qui part de la critique de l'état des lieux pour
5 Sur 900 Conseillers d'orientation formés jusqu'en Décernbre 2003, il avait 42% de Y déperdition, nous rapportait Jeannine FANKAM, journaliste à Cameroun Ttilmne, dans sa version électronique du 16 mai 2006 au lendemain de la réunion de concertation entre les Conseillers d'orientation avec la Secrétaire d'état auprès du j\Jjnistère des enseignements secondaires, tenue le 15 mai 2006 au Centre National d'Appui à l'Action Pédagogique de Yaoundé. 20

identifier les responsables, question de construire par une approche participative, des projets de solutions efficients intégrant autant les Administrateurs de l'Éducation du Cameroun que les Formateurs des Conseillers d'orientation, ces derniers eux - mêmes et tous les membres de la communauté éducative. Par ailleurs, nous voulons non seulement expliquer des injustices et fournir des armes de remédiation ; mais bien plus encore, faire sortir l'orientation - conseil scolaire et universitaire au Cameroun de son cloisonnement à l'aspect information sur les filières d'études et leurs débouchés dans le monde socioprofessionnel6. Même si cet aspect constitue une des missions de ces services, s'y limiter réduit l'étendue de leurs activités et participe à expliquer le traitement qui leur est accordé. Car, au regard des textes ministériels qui les organisent, ils ont en plus pour devoir de procéder à : l'aide à l'adaptation scolaire; le conseil ; la sélection, le placement et l'aide à l'insertion socioprofessionnelle; la recherche en psychologie appliquée sur les problèmes de l'éducation; la formation à la vie et la coordination. Il nous semble donc judicieux de faire connaître ces différents aspects et surtout leur processus de fonctionnement. Voilà pourquoi, nous voulons dans ce livre atteindre les objectifs suivants:

.

initier un travail devant concourir à combler les lacunes en matière de publication dans le domaine de l'orientation conseil scolaire et universitaire au Cameroun;
donner au public (parents, Enseignants, Décideurs et Gestionnaires de l'éducation), des raisons de penser que l'orientation - conseil scolaire et universitaire est autant utile pour l'élève, sinon plus, que les différents cours qui lui sont donnés en classe, et mieux encore, pour la Nation; pousser les collègues Conseillers d'orientation au travail en leur montrant comment combler les lacunes liées à leur formation. Laquelle formation il faut le dire, ne les prépare pas toujours à faire face aux réalités du terrain ; servir aux Décideurs et Gestionnaires de l'Éducation au Cameroun, des orientations et des stratégies devant servir à l'appropriation et à la valorisation effectives des services

.

.

.

6

C'est le cas, entre autres, de la publication de Tileuk Tcheumeni (2004) sur les filières d'études dans les universités et grandes écoles nationales et internationales. 21

d'orientation professionnelle.

conseil

scolaire,

universitaire

et

Le plan du livre est par conséquent celui d'un plaidoyer en faveur de l'appropriation des services d'orientation - conseil scolaire par les différents membres de la communauté éducative camerounaise et de leur intégration dans leurs habitudes. À cet effet, au terme de nos réflexions, nous nous donnons finalité d'informer aussi bien l'individu que la société camerounaise pour toute

entière du bien fondé de l'orientation

-

conseil scolaire et universitaire.

Pour cela, nous partirons de son histoire au Cameroun (Chapitre 1) pour présenter ce qu'il en est dans l'imagerie populaire et les incidences sur la gestion du Conseiller d'orientation (Chapitre 2). Des exemples précis tirés de la quotidienneté des Conseillers d'orientation camerounais feront l'objet d'une attention particulière (chapitre 3). Une analyse des constats effectués permettra de tirer des leçons (Chapitre 4) qui obligeront la nécessité de montrer son vrai visage au public (Chapitre 5), ses apports et les défis qui l'attendent sur le sol camerounais (Chapitre 6). Devrait - on alors penser que nous voulons répondre à toutes les interrogations susceptibles d'être posées? Que non! Les plus saillantes retiendront notre attention et nous espérons qu'au terme de leurs analyses, les uns et les autres (parents, Enseignants, Administrateurs de l'éducation, Elèves et Conseillers d'orientation) sauront y tirer des outils conceptuels et méthodologiques indiqués pour faire face à des situations non décrites. Sur un tout autre plan, ce travail engage un militantisme qui pourra se lire à travers des répétitions que nous avons à dessein autorisées. Loin d'insister sans raison sur des éléments que nous voulons voir accrocher l'attention, elles sont destinées à démontrer en quoi les problèmes décriés ont des sources diverses et des répercussions multiples qui, toutes, concourent à l'éloignement des services d'orientation - conseil scolaires camerounais des nobles attentes placées en eux. Enfin, faut? Conseiller d'orientation scolaire de formation et par ailleurs pratiquant, nous le pensons. Toutefois, au terme de deux (02) années de terrain, l'expérience est - elle consistante pour nous autoriser un propos suggestif alors que nos aînés ont dans leurs différentes publications, 22 avons - nous alors l'expertise requise et l'expérience qu'il

limité leur travail à l'aspect débouchés?

information

sur les filières d'études

et leurs

À cette question, nous pensons, en nous situant dans un proverbe Bamiléké, que même si le temps construit la sagesse par l'accumulation des expériences, on accouche toujours en premier lieu, l'aîné et non pas nécessairement le sage. Prétentieux peut être. Mais, loin de nous un tel zèle. Notre œuvre se veut un prétexte d'émulation de nos pairs et de propagation à tous les niveaux des services d'orientation conseil scolaire et universitaire par les différents membres de la communauté éducative. Aussi, nous leur saurons gré des observations qui participeront à faire mÙrir notre ambition.

N.B: Tout au long des exposés, le masculin utilisé renverra autant au sexe féminin que masculin. L'auteur,
KODSSERI, Janvier 2007

23

CHAPITRE

1 : HISTORIQUE CONSEIL SCOLAIRE CAMEROUN.

DE L'ORIENTATION ET UNIVERSITAIRE
-

AU

C'est au lendemain du traité germano

douala de Juillet 1884 que

le système éducatif formel voit le jour au Cameroun7. Seulement, il faudra attendre 1945 pour que les autorités publiques coloniales créent un premier service de l'orientation scolaire et universitaire. Dans les balbutiements de son introduction, l'histoire coloniale nationale joua un grand rôle de même que l'apport de la psychologie génétique qui, dans les années 60, s'imposait partout dans le monde. S'inscrivant grandement et avec justesse dans l'éducation globale des jeunes camerounais, l'orientation - conseil scolaire a été depuis lors, toujours considérée dans les différents décrets organisant ou réorganisant les Ministères en charge de l'Éducation Nationales, Mais, le défaut de

7

V.-J., NGOH,

Cameroun. 1884-1985:

Ull siècle d'histoire, Yaoundé;

CEPER,

1990.

8 Sans être exhaustif, c'est le cas de : . ['article 2 du décret N°59-47 du 13 Mars 1959 portant organisation du ministère de l'Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports; . l'article 8 du décret N°64-DF-322 du 10 AoÎlt 1964 portant organisation du Ministère de l'Education Nationale; . l'article 11 du décret N°68/DF /268 du 12 Juillet 1968 portant réorganisation du Ministère de l'Education, de la Jnmesse et de la Culture; . l'article 12 du décret N°74-406 du 24 Avril 1974 portant réorganisation du Ministère de l'Education Nationale; . l'article 23 du décret N° 84/158 du 18 Avril 1984 organisant le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique; . l'article 12 du décret N°84/1054 du 18 Août 1984 portant organisation du Ministère de l'Education Nationale; . l'article 63 du décret N°95/041 du 7 Mars 1995 portant organisation du Ministère de l'Education Nationale; . l'article 52 du décret N°2002/004 du 4 Janvier 2002 portant orgatùsation du Ministère de l'Education Nationale; . l'article 94 du décret 2003/221 du 27 Août 2003 portant organisation du Ministère de l'Enseignement Technique et de la formation Professionnelle; . l'article 97 du décret N°2004/066 du 31 I\fars 2004 portant organisation du Ministère de l'Education Nationale; . les articles 43 alinéa 1 et 44 du décret 2005/123 du 15 Avril 2005 portant organisation du Ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle; l'article 96 alinéa 1 du décret N°2005/139 du 2S Avril 200S portant organisation du J\finistère des Enseignements secondaires;

.

25