Pensée complexe en pratique et en recherche

De
Publié par

La pensée complexe : 1. Fondements, domaines, effets... avec des articles de M. Lani-Bayle, P. Paul, J. Clenet, J.-P. Bréchet, L. Gialdini / 2. En recherche, avec des articles de M. Aldaheff, M. Beauvais, G. Gigand, D. Poisson, M. Marchand, D. Violet / 3. En pratique : enseignement, formation, activité professionnelle avec des articles de C. Gérard, J.-Ph. Gillier, Ph. Garnier, M. Grangeat, M.-J. Avenier, M.-J. Barbot, B. Carmona, O. Tric, H. Grossin et al., C. Nicolas, J.-P. Letourneux, M.-N. Albert, R. Guillet / 4. Variations, avec des articles de M. Lani-Bayle, C. Nicolas, G. Pineau
Autrement : avec des articles P. Vallet, M.-J. Lorrain, M. Ranganathan, L. de Conti, L. Basco, G. Stenger,
M. Sulik
Envie de dire : avec des articles de G. Gigand, L. Andrien
LECTURES DÉCOUVERTES avec des recensions d'ouvrages
Publié le : mercredi 1 octobre 2008
Lecture(s) : 2
Tags :
EAN13 : 9782296477490
Nombre de pages : 323
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

CHEMINS DE FORMATION
au fï du temps…

La pensée compexe
en recherche et en pratïque

Chemîns de formatîon
au il du temps...
ISSN 0760-0070 - ISBN 978-2-912868-61-9

Édîté par
Téraèdre
48, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie
75004Paris
Tél.01 480409 26
E-mail :contact@teraedre.fr
www.teraedre.fr
et
Université deNantes –Formationcontinue
2bis,boulevardLéonBureau –BP96228
44262 –NantesCedex
Tél. :02 51 2507 25 –Fax:02 51 2507 20

Dîrectrîce scîentîique
de la publîcatîon
Martine Lani-Bayle
www.lanibayle.com

Comîté de rédactîon
équipeTransform’(transdisciplinarité
et formation) de l’université deNantes,
service de formationcontinue.

Crédîts photos
Latisserande :Maya Fargeas
Autres :MartineLani-Bayle

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Mesdames et messîeurs les professeurs

De l’unîversîté de Nantes
Régis Antoine(lettres),Daniel Briolet(1933-2003),Philippe Forest
(lettres),Olga Galatanu(linguistique).

Au plan natîonal, en scîences de l’éducatîon
Jacques Ardoino, Françoise Cros, Nelly Leselbaum, Philippe Meirieu,
Gaston PineauetAndré de Peretti.

Au plan natîonal, en dehors des scîences de l’éducatîon
MoniqueAstié(biologievégétale),BorisCyrulnik(neurologie,psychiatrie,
éthologieclinique),Albert Jacquard(humanistique et génétique des
populations),David Le Breton(sociologie),Jean-Louis Le Moigne
(sciences des systèmes),Jacques Lévine(psychanalyse),Edgar Morin
(sociologie) etJacques Nimier(mathématiques et psychologieclinique).

Au plan înternatîonal
Mireille Cifali(psychologie et sciences de l’éducation,Genève,Suisse),
Olga Czerniawska(théorie de l’éducation,Lodz,Pologne),Guy De
Villers(psychanalyse,Louvain,Belgique),Pierre Dominicé(sciences de
l’éducation,Genève,Suisse),Ettore Gelpi(1933-2002),Meirecele Caliope
Leitinho(sciences de l’éducation,Ceara,Brésil),Ewa
MarynowiczHetka(pédagogie sociale,Lodz,Pologne),Jacques Rhéaume(sciences
de la communication,Montréal,Québec),Makoto Suemoto(sciences
de l’éducation,Kobe,Japon),Fabio Vasconcelos(géographie,Fortaleza,
Brésil) etAndré Vidricaire(sciences de l’éduction,Montréal,Québec).

TABLE DES MATIÈRES

Édîtorîal
Martine Lani-Bayle6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

DOSSIER : LA PENSÉE COMPLEXE
EN RECHERCHE ET EN PRATIQUE

1 – FONDEMENTS, DOMAINES, EFFETS…

La pensée complexe : nœuds et ponts entre les dîérentes
logîques înterprétant tous les phénomènes
Patrick Paul. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13
Quand la pensée complexe înterroge les fondements
de l’économîque
Jean-Pierre Brécet24. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Approches complexes en recherche et en formatîon
Jean Clénet38. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Témoîgnage d’une conversîon chemîn faîsant…
Laurence Gialdini. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Pourquoî faîre et penser complexe, quand on peut
faîre et penser sîmplement complîqué
Martine Lani-Bayle6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0

2 – EN RECHERCHE

Autonomîe, projet et responsabîlîté : dîscours,
pratîques et conceptîons
Martine Beauvais. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

Ingénîerîe du regard ou naîssance de la complexîté
Gérard Gigand. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

Les palétuvîers de Guérande face à la pollutîon
de l’Erika
Alain Le Gentil & Micel Marcand. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

Complexîicatîon progressîve de modèles
en formatîon d’adultes
Daniel Poisson93. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vécu d’antagonîsmes, travaîl aux lîmîtes
et stratégîes de maïtrîse en recherche
Micel Aladeff-Jones. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
Recherche et complexîté : de la programmatîon
à l’actîon
Dominique Violet& Marielle Reiss. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

3 – EN PRATIQUE :ENSEIGNEMENT, FORMATION,
ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE

Complexîté à l’œuvre et œuvre de la complexîté
en formatîon
CHristian Gérard. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123

À l’école du terrîtoîre
Jean-PHilippe Gillier134. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

La complexîté de la formatîon de l’opînîon :
le cas du paranormal
PHilippe Garnier144. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Enseîgner, former : avancer dans un espace
de complexîté
Micel Grangeat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152

La pensée complexe pour relever les déis
du management stratégîque d’entreprîses
Marie-José Avenier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157

L’alternance dans la constructîon îdentîtaîre
professîonnelle d’enseîgnants en langue
Marie-José Barbot. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167

Le projet d’archîtecture
OlivierTric176. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Voyage au centre de l’estuaîre
Serge Elineau, Hervé Grossin & Jacqueline Orieux186. . . . . . . . .

Pour accompagner les allocataîres de mînîma socîaux
vers un développement des compétences…
Cécile Nicolas. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

La complexîté en actes :
accompagner le projet d’Agenda 21 de l’AFPA
Jean-Pierre Letourneux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196

La parabole : un moyen pour transmettre des savoîrs
complexes sur des actîvîtés professîonnelles
Marie-Noëlle Albert2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03
En chemîn sur les processus d’înnovatîon des PME
RégisGuillet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
Le surgîssement deingegnodans les claîrs-obscurs
d’un desîgn de formatîon
Bernard Carmona. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217

4 – VARIATIONS

Réapprîvoîser le monde…
Martine Lani-Bayle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
Faut-îl avoîr peur de la complexîté ?
Cécile Nicolas2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08
Psychosocîologîe de l’espace habîté
Pour une conscîence planétaîre
Interviewde Gaston PineauparClaude Tapia. . . . . . . . . . . . . . 222

AUTREMENT

Accompagner des mémoîres en formatîon înîtîale :
une démarche clînîque?
Patricia Vallet252. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Descrîpteurs d’enseîgnement académîque
et des savoîrs enseîgnés : le cas de la transmîssîon
tradîtîonnelle dukathaken Inde
Malini Ranganatan259. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le mîneur placé en înstîtutîon au Brésîl
l’espace thérapeutîque comme altérîté
Luciane de Conti. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267

Le soî socîal de l’enseîgnant : les relatîons famîlle-école
Louis Basco. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .275

En nomade sur les chemîns de la clînîque auJapon
Marie-Josée Lorrain287. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Pîerre Bayle (1647-1706) : tolérance et raîson
GerardtStenger295. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Odeurs, goûts et mélodîes en tant que clé
aux mythes personnels de notre enfance
Monika Sulik. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300

ENVIE DE DIRE

Au pîed du mur
Gérard Gigand. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309

Mémoîre et souvenîr
Adrien Loïc311. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

LECTURE DÉCOUVERTES
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315

Chemïns de formatïon au fï du temps…

ÉDITORIAL

,’quiasurgi du fond
L
des temps et nous suit depuis plusieurs numéros, se
trouve quelque peu perplexe devant notre titre de dossier
aujourd’hui.Qui déjà, ne répond pasau projet énoncé en
fin du numéro précédent, lalaissant unbrin déconcertée :
1
«Le numéro 12,quantàlui[…], devrait porter sur les
liens entre la capacitéàraconter età apprendre etce,à
toutâge de la vie. »En fait,ce thème feral’objet d’une
2
publication sur larevue en ligne du, l’équipe de
recherche du département desSciences de l’éducation
de l’Université deNantes, ou dans un de nos prochains
numéros,ce qui, ducoup, nousapermiscette nouvelle
programmation.
En effet, lapenséecomplexe et ses liensaveclapratique
nous intéressent depuis de nombreusesannées dans le
service de la Formationcontinue decette même université :
cf. lesUniversités européennes d’été successives depuis
l’an 2000, suiteaux Rencontres 2000, et dont nousavons

6

En hommage
à Germaine Tillion
à Anne-Claire Déré

«LeCartésianisme ne fairapas uneaffaire, je le regarde
simplementcomme une hypothèse ingénieuse
qui peut serviràexpliquercertains effets naturels,
marisquerois pis du reste, j’en suis si peu entêté que je ne as
lamoindrechose pour soutenir que lanature se règle
et se gouverne seloncesPrincipes-là.Plus j’étudie
la Philosophie, plus j’ytrouve d’incertitude… »
P B( )

régulièrement renducompte dansces lignes.Tentant
d’ouvrir un diplôme ence sens, nous
œuvronsàsensibiliser les personnes intéresséesà cette « réforme de
lapensée », pour reprendre une expression d’EdgarMorin, tant
passionnante que parfois difficile d’accès et sourceaussi
de nombreuses incompréhensionsvoire rejets.
C’est pourcontinuer decontribuerà cetteavancée que
nousavons projetéce dossierarticulant, tant lesbases de
cette forme de réflexivité que son usage en recherche et
en pratique professionnelle : en effet, il ne s’agit pas d’une
pensée éthérée et déconnectée des questions de terrain,
bienaucontraire.Lalecture des pages qui suivent parlera
ence sens.
Danscet objectif, nousavons réuni des textesautour deces
trois polarités, parfoisartificiellement dissociées.Certains
s’avéreront sans doute moinsaccessibles que d’autres,
même si un souci de lisibilité nousaréunis.Mais nous
avons dûréduire lataille de quelquesarticles pour ne pas

sacrifier la diversité des thèmesabordés et des nombreux
auteurs sollicités ouayant réponduànotreappel
(l’intégralité des documents d’origine sera consultable sur le site
3
,commecelaseranotifié dans les quelques textes
concerné parces
raccourcissements).L’ensembleconstitueraune forme de manuel montrant les implantations
de la complexité dans notre paysage pratico-réflexif, et
sera àrelierauxtextes fondateurs des principauxauteurs
nousyayant initié.
Larubrique «Autrement » nous feraensuitevoyagerau
Japon, enInde,auBrésil et enPologne.Elle présente
également un texte n’ayant pu prendre place,car reçu trop
tard, dans le numéro précédent sur ladémarcheclinique,
ce qui permet de rappelercette thématique si importante
et tellement en lienavecla complexité, que je projette
une publication qui mettraenavantces
proximitéscomplémentaires et leurs potentialités.Cette rubrique enfin
comporte lecomplément d’unarticle présentaussi dans le
numéro 10-11 et qui traite du soi social des enseignants.
Nousydécouvrirons également l’auteur de l’exergue decet
édito dont je porteavecplaisir le patronyme,PierreBayle
(1647-1706), non seulement père ducélèbreDictionnaire
Historique et critiqueet roi de lanote debas de
pageassociéeàl’entre-lignes,chantre de latolérance, mais
précurseur s’il en est de lathématique développée ici : il n’a cessé
de luttercontre les préjugés et de préconiser une pensée
critique de l’« examen ».
Profitons decette évocation pour remercier larevue qui
avait déjàpublié l’article de notrecollègueGerhardt
4
Stenger surPierreBayle,Les CaHiers rationalistes, et
qui nousautoriseàle reprendre danscecadre.Ainsi que
LeJournal des psycHologuesqui, en lapersonne dePatrick
Conrath,avecqui nousavonscollaborévoilàdesannées,
nousa autorisésàpublier le texte paru dans leurs lignes

Édïtorïa

5
d’un entretien entreClaudeTapiaetGastonPineau :
j’yai eu, parcebiais, le plaisir de renouercontactavec
maprécédentecarrière professionnelle.Nousvoyons,
dans l’accord donné parces revues, un signe de
lareconnaissance de lanôtre dans un paysage déjà bien occupé,
ainsi que lamarque de l’émergence de liens interactifs
ne pouvant manquer d’être féconds entre nos revues.
S’yrévèle également notre souci tant ducontact que de
l’interdisciplinarité.
Quelques «Envie de dire » ponctueront enfinces lignes
d’uneautre façon.
Nousavons, parcontre, dûécourter un maximum
larubrique, pourtant trèsappréciée, «Lectures-découvertes », par
manque total de place, ne pouvantcontinueràmaintenir
un nombre trop élevé de pages.Malgré tout,ce numéro
comme le précédent, seradouble (12/13).
Le prochain, pour octobre 2009,coordonnéavec
MarieAnneMallet, porterasur «Récit, estime de soi et
formation ».Voir en fin de revue l’appelà contribution.
Traditionnellement maintenant, nousvous souhaitons
unebonne lecture dece numéro, envous remerciant de
votre intérêt pourcette publication.Etvous invitonsà
nouscontacter sivous souhaitezréagir ou entrer en
dialogueavecnousàpropos de nos objectifs ou projets.

M L-B

1. « … prévu pour octobre 2009 » : erreur raccourcissant le temps,
il fallait lire « 2008 »,bien entendu.
2.Centre de recherche en éducation deNantes,www.cren-nantes.net
3.Modélisation de la complexité, présidée parJean-Louis
LeMoigne que nous remercions pour sonamicalaccord.
www.mcxapc.org
4.,Union rationaliste, novembre-décembre 2006, n° 585, p. 6-13.
5.Le Journal despsycHologues,n° 236,avril 2006, p. 71-75.

7

Chemïns de formatïon au fï du temps…

8

« […]
Ironie quisourit
Barquesdans lanuit
Je peinsl’humanité
Et lalumière desvagues
Dans leciel »

A T
En Transparences
Opéraéditions 2007

«Je guette l’aube ouverteauxalentours d’espoirs
Surgis dans l’or des nuits, offertsàlalumière.
Dans l’errance diurne,artisane des soirs,
Le matin seveut neuf et devigueur première.
[…]»

M N
J’entre dans le matin
Aléas 2007

LA PENSÉE COMPLEXE

1 - FONDEMENTS, DOMAINES, EFFETS…

2 - EN RECHERCHE

3 - EN PRATIQUE :ENSEIGNEMENT, FORMATION,
ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE

4 - VARIATIONS

Chemïns de formatïon au fï du temps…

10

1  FONDEMENTS DE
LA PENSÉE COMPLEXE

Chemïns de formatïon au fï du temps…

12

PENSER LA PRATIQUE DE LA COMPLEXITÉ

ont progressivement ouvertàse
P
questionner sur la complexité dans lechampdela
science.Sans exhaustivité, etpour la France, il semblerait
quece soitGastonBachelard, sansdouteinspirédes
travauxdeS.téphaneLupasco, quiaouvert lechemin par la
mise enavant d’une épistémologie dialectique et
noncartésienne.Cependant, lecourant de laNaturpilosopie
e
allemande,ausiècle,ceuxde laphysique quantique,
de laphénoménologie, de lathéorie des systèmes, de la
e
cybernétique ou du structuralisme,ausiècle ont,au
préalable, etchacunàleur façon,contesté l’approche
positiviste dominante.Il faut malgré toutattendre lafin des
années 1980pourvoir le motvisité et travaillé dans le
champ scientifique.EdgarMorin
(1998)appellecomplexece qui surmonte la confusion, l’embarras et
ladifficulté de penser grâceàune pensée organisatrice,c’està
dire séparatrice et reliante.Y.Barel (1993) précise qu’il est,
dans la complexité, une mise en tension de
pôlescontraires, mise en tensionàlafois deconnivence et deconflit et
engagée dans un processus permanent de
production/des

truction et de natureàlafoiscontinue et discontinue,
analogique et digitale, extérieure et intérieure, immanente
et transcendante.CornéliusCastoriadis (1993)voit dans
la complexité un enchevêtrement de
niveauxhiérarchiques irrémédiablement irréductibles l’unàl’autre.
BasarabNicolescu (1996), enfin, les précisecomme
« niveauxde réalité » ouverts sur un réelvoilé etàjamais
insaisissable.
L’ensemble deces théoriciensconsidère globalement
la complexitécomme ressortissantàune épistémologie
quiarticule, grâceàunacte paradoxal de lapensée,
séparation et reliance,voire objectivité et subjectivité, même
sices termes ne sont pas poséscomme tels ence qui
précède.En toutcas, ilapparaît que la complexité possède
le lourd privilège de posercontradictoirement larelation,
par exemple, entreapproches explicatives
etcompréhensives, entre une science objective et lasubjectivité des
personnes, le traitement deces relationscontradictoires
générant un ensemble de niveauxtant logiques
qu’épistémologiques différenciés¹.

13

Chemïns de formatïon au fï du temps…

Compte tenudela complexitéàs’engager dans une
définition simple etclaire de la complexité (celle duPetit
Robert, «complexité » : « état,caractère dece qui
estcomplex; et «e » complexe » : « quicontient, réunit plusieurs
éléments différents »,apparaissant par trop insuffisante)
nousallons, plutôt quechercheràdéfinirce mot, tenter,
dans un premier temps, de le « penser ».Ceci posé, il s’agira
de mieuxappréhender en quoi la complexité, dans son
contenu même, renvoieau tissage.Lapenséecomplexe,
qui en découle, nous permettradans un troisième temps
d’envisager une nouvelle épistémologie des liens et de
l’intelligence que nous tenterons d’illustrer, de façoncertes
non exhaustive maisafin d’enapprofondir le sens, en usant
de l’exemple des histoires devie, entremutHosetlogos.

COMMENT,À DÉFAUT DE DÉFINITION PRÉCISE,
PENSER LE MOT«COMPLEXITÉ» ?

La complexité, qui étymologiquement peut évoquer le
tissage,concerne enconséquencece quiconstitue
etcoordonne l’ensemble des tissus,biologiques ou sociaux.Le
mot renvoie, dès lors, et en premier
lieu,auvivantconsidéré dans saglobalité,c’est-à-dire en tant que phénomène
vital et/ou psychique,cette totalité enacte ne se suffisant
pas, nous le savons, desapproches réductionnistes propres
àlascientificité habituelle pour s’appréhenderavec clarté.
Il est doncnécessaire, pouraccueillir laquestion de la
complexité, d’envisager unchangement paradigmatique
et une modification de lalogique si l’onveut espérer en
comprendre quelquechose.Ici,causalités et finalités
(téléologie) ne sont plus exclusives l’une de l’autre, les
processus, enboucles, supposent larencontre debifurcations,
descontradictions, une situation de tension entre
polaritéscontrairesapparemment sans solution mais qui peut

14

trouver résolution sitôt que se manifestent rupture
«chaotique » etarticulation méta-cognitive.
La complexité,commecaractéristique parmi d’autres
de laréalitévivante et/ou humaineappelle,comme façon
de penser et decomprendre lamonde, lapenséecomplexe.
Cette dernière,àsafaçon, manifeste la contradiction
avancéeau préalable :
□pensée :pendere, pensus,« laisser pendre les plateaux
d’unebalanceafin de peser, évaluer,apprécier », dans le
sens decontrebalancer deuxéléments, de peser le pour
et lecontre, d’évaluer quelquechose dans son rapportà
autrechose.
□complexité :complecti,«contenir », dans le sens de
réunir plusieurs éléments différents « tissés ensemble ».
Lapensée, quiaffirme l’importance de toute dualité
pour évaluer, et la complexité, qui suggère que les
différences peuvent s’unifier manifestent deuxregistres
stipulant des mouvementscognitifs inverses qui,cependant,
peuvent se rencontrer.Au sens large, lapenséecomplexe
devientalors, en sadéfinition même, l’aptitudeàévaluer,
àpeser des éléments de naturecontraire
–voirecontradictoire – tout en exigeant de les réunir, de lescontenir.Il
s’agit donc bien,comme le proposeMorin, de
séparerrelier des objets, des situations, desconcepts de nature
opposée, différente,contradictoire.Lapenséecomplexe,
d’unecertaine façon,articulerait doncles relations de
l’Autre et duMême.Autre élément notable, en
mathématiques, un nombrecomplexe présente une partie réelle,
mesurable, et une partie imaginaire, noncernée,
incertaine.La complexité renvoie enfin, si l’on se réfère,
toujours,auPetit Robert,àun ensemble perçu globalement,
c’estàdireàuneGestalttHeorie,àune théorie de la Forme
selon laquelle les propriétés d’un êtrevivant ne résultent
pas de laseuleaddition de son organisationbiologique,

psychologique et sociale maiségalementdel’ensemble des
relations entreces élémentscomme «anthropoformation ».
Dans le domaine humain, quelles sontces relations qui
enracinent (ou s’enracinent dans) des pratiques reliéesà
duvécu ?
Lapremière relation de l’humain,comme «
être-aumonde » inscrit sonappartenanceàun environnement
naturel.La complexité touche ici le processus de
formation expérientielle, l’écoformation (Pineau, 1991),
l’ensemble surgissant des profondeurs de
l’expériencecorporelle grâceauvécu sensitif par les « événements » qui
surgissent de notre relationàl’environnement physique.
Mais l’environnement d’une personne renvoieaussiaux
autres.Laseconde interaction est doncpsychologique et
sociale, ressortant d’un rapportàl’altéritécomme «
hétéroformation » (Pineau, 1991).Nousconnaissons tous
l’importance decette relation dans la construction
identitaire.Le regard porté par l’autre devient, pour le meilleur
et pour le pire, le miroir plus ou moins déformant de notre
connaissance de nous-mêmes.
Mais nous devons, pource faire, nous démarquer de
tout un ensemble de fausses identités quivoilent
larencontreàsoi-même.L’autoformationa, dans safinalité
première,commevocation de déchirer lesvoiles de nos
identificationsafin de laisser transparaître notre «vrai
visage ».Cette dynamique transformatrice ne
peutcependant ressortir d’une simple démarcheconsciente et (auto)
réflexive dans lamesure ou il s’agit d’alleraussi
puisercertains types d’informations sur soi dans l’inconscient qui,
ence sens, devient «cognitif » (Paul, 2003).
Cette troisièmeapproche de la complexité se relieàson
touràune quatrième, du registre plus spécifique de
l’inconscient et du paradoxe en questionnant les relations du
singulier et de l’universel.L’ontoformationcorrespond ici

Fondements de a pensée compexe

àlapart sacrée, intuitive, paradoxale des interactions entre
l’unicité dechaque individualité humaine sitôtatteint son
propre « remembrement » et l’unité (« l ’uni-versalité »)
propreau processus d’ontogenèse.
Autrement dit, estcomplexece qui,au-travers
etaudelàdeces quatre regards possibles que sont le point devue
biologique et environnemental naturel, le point devue
socioculturel, le point devue psychologique et le point de
vue sacral, débouche sur leur dynamique relationnelle, leurs
liaisons et leurs ruptures, explicites ou implicites, objectives
et subjectives.Cette façon de procéder tisseàlafois la
structure et le rapportcomplexe et total du phénomène
vital, structures et relations qui deviennent significatives du
processus ontogénétique etanthropoformateur.C’est donc
d’uneanthropologieàlafois transculturelle et
transdisciplinaire dont nousavonsbesoin pourconstruire une
pratique de la complexité.Nos universités en sont loin …

MÉTAPHORE DU TISSAGE ET ANTHROPOLOGIE SYMBOLIQUE

Séparer/relier n’est pas sans évoquer lamétaphore du
tissage qui donneau motcomplexité une part de son
étymologie.L’art de tisser demande diverses opérations
successives qu’il importe de préciser pour mieuxapprécier
notre objet.En effet, l’art ducardage et l’art du filage, qui
précèdent le tissage, procèdent d’uneactivité
discriminative liéeàlaséparation (Paul, 2003).Sicarderconsiste
bienàséparer des poilsanimauxentremêlés pour les
nettoyer et en faire desbrins ténus par exemple, le filage,
malgré l’apparence, ressortità cette mêmeactivité, dans la
mesure oùs’il s’agitbien de réunir des fragments de
réalité sépaimporterée, il aussi de les tordre, de les
aligner, de les ordonner pourcréer une réalité distincte
et solide, distinguée en qualité, épaisseur,couleur, etc.,

15

Chemïns de formatïon au fï du temps…

le procédévisantàréduirecertainesdiscontinuités pour
donner densité et permettre de différencier les fils.
L’art du tissage, inversement,consisteàréunirces
filaments séparés pour permettre uncertain
ordonnancement,cette structuration même révélant le projet
sousjacent du tissage.Tisserconsiste doncplutôt en la
manifestation d’unevolonté, d’un esprit.Le tissage
exprime, sous forme organisationnelle, des forces
subjectives etculturelles qui, de lasorte, transparaissent.L’art
d’entrelacer manifesteainsi quelquechose de plus que la
simpleactivité objectivante ducardage et du filage
puisqu’il s’agit de toucher, par l’articulation des fils et par
l’organisation des relations, une dimension ou un projet
propreàlavolonté d’un sujet, projet initialement invisible
mais qui se prêteàvoirau fur etàmesure de
laprogression du tissu.
Il s’agit, dès lors, declarifier, par uneapproche liéeàun
champ qui nous estcher,celui de l’anthropologie
symbolique, ladualité représentée par le fil dechaîne et le fil de
trame dans le tissage.Comme premier regard,
reportonsnous sur l’écriturebiblique.Le fait que les deuxpremiers

16

mots du livre de la Genèsecommencent par unbetH²n’est
évidemment pas le fruit du hasard.Ce récit pose
l’impulsioncréatrice de l’univers et de l’homme sur le pouvoir de
lalettrebetH, le «b»,comme dans notrealphabet,valant
deux.Ladualitéapparaît doncinhérenteàl’actecréateur,
l’homme,crééàl’image et ressemblance deDieuaffirmant
àson tour le même processus selon le sexe, mâle et femelle.
Toutcommencementcependant, en tant que jaillissement
d’une dualité oppositionnelle, postule d’une finalité, d’une
téléologieconsistantàretrouvl’unité potentielleer le lien,
quiaprésidéà cette élaboration : duDeuxnaît leTrois
commeaptitudeàrendre reconnaissable et identifiable le
Un.C’està ce mystère que l’on estconfronté dans
lechristianismeavecladouble nature duChrist né deMarie³et
de l’angeGabriel⁴.C’estaussi dans laChineantique
l’interpénétration permanente en l’homme, enfant duCiel et
de la Terre, duyinet duyang, du sombre et du lumineux,
processus interactif tendant en direction de
sonaccomplissement insaisissable, ledao.Ce processus de mise en
relation opère selon une double dialectiquenei/wai,caché/
apparent, etbiao/li, (extériorisation/intériorisation),
illustrée par le jeu de deuxsystèmes énergétiques différenciés.
Nei/wai, lecaché, le lumineuxréfèreauCielantérieur,c’est
àdireà ce qui est préalableàlafécondation mais qui se
retrouve dans l’efficience du système énergétique dit des
«Vaisseauxmerveilleux»(qi mo), équivalantàl’Arbre de
Vie judaïque⁵.Ce systèmeagitaucours de l’embryogenèse
puis toutau long de lavie, mais de façoncachée, en
référenceàune fonction non-duelle.L’apparent renvoieau
Ciel postérieur,celui du monde de l’existence et ducorps
physique, reliéau système des douze méridiens(jing), pour
leur part soumisàladialectiquebiao/lietàladualité,ce
côté ombre équivalantàl’Arbre de la Connaissance des
Hébreux.Eauxd’enHaut etEauxd’enBas,Arbre deVie

etdelaConnaissance, CielAntérieur etPostérieur
interrogent,àleur façon, le « qui » et le « quoi »,
leSujetvéritable et l’Objet, l’essence et l’existence.Àleur suite, unautre
coupleconstruit ladynamiquecognitive :
penséeanalogique etanalytique.Lapenséeanalogique⁶, mise enacte,
suggère de « mettre en relation pour rassembler le très
haut »alors même que lapenséeanalytique⁷propose, par
son étymologie, de « dissocier le très haut ».
Séparer pour relier, enanthropologie, définit l’activité
même du tissage.Dans latradition de l’Islam, les deux
ensouples supérieure et inférieure du métieràtisser portent
respectivement le nom de «ciel » et de « terre ».Parcette
séparation même, le travail du tissage est un travail de
création, d’enfantement,chaque tissu traduisant, en
langage imagé, une maïeutique révélant « l’anatomie
mystérieuse de l’homme »⁸.Fuseau, quenouille deviennent ici
des instruments du destinàl’image desMoires qui filent
les fils de notre devenir.De mêmemingmen, dans
latraditionchinoise, « laporte de ladestinée », nœud de ligature
entreciel et terre etcentre ducorps devient toutàlafois
clé de lamanifestation physique et lien.Ce
pointcorrespond doncau possiblecontact entre les puissances
informelles, non-duelles duCielantérieur etcelles, formelles,
duelles et sexuées duCiel postérieur.L’esprit, lecontinu, le
yang, le lumineux,comme facecachée,céleste serait dès
lorsanalogueau fil dechaîne dans le tissage.L’existence,
duelle,comme «bien et mal », ombre et lumière,
discontinu etalternatif,yin, renverrait pour sapartau fil de trame.
S’affirmeàlasuite un double dualisme précisé par la
culturechinoise et quevarévéler lanavette⁹comme
métaphore ducorps.Lapremièrebipartition sépare, tout
d’abord, lumière et ténèbres selon l’ésotérique et
l’exotérique,chaîne et trame(nei/wai).Puis, en un second temps,
au sein même duwai, de la corporalité physique, une

Fondements de a pensée compexe

seconde différenciationapparaît, liéeau tissage etau
mouvementalternatif de lanavette.Elle déroule, encroisant les
fils, le tissage.Celui-ci manifeste le processus
d’extériorisation et intériorisation(biao/li)entre régimes « diurne »
et « nocturne », jours et nuits,conscient et inconscient.
C’est parce double jeu miroir que seconstitue la conscience,
leyi,considéréecomme pensée juste, intention reliée mise
dans laparole que l’on prononce.Leyi, en effet, qui en
premier lieu s’appréhendecomme mémoire et intégration
de diverses « entités psychiques »existentielles telles que
les pulsions, l’imagination ou l’intelligence, présenteaussi
uneaptitude potentielleàunir leCiel et la Terre,
l’inconscient numineuxauconscient existentiel.

LA PENSÉE COMPLEXE
COMME NOUVELLE ÉPISTÉMOLOGIE DES LIENS

Lamétaphore du tissage, telle que décrite parPlaton en
plusieurs de ses ouvrages¹⁰, peut, dès lors, nousaiderà
développer une réflexion sur lapenséecomplexe¹¹.Nous
avonsconstaté, pour rappel, que l’art ducardage et du
filage, qui précèdent l’art du tissage,appartiennentàune
activité discriminative liéeàl’art de laséparation.L’art du
tissage, inversement,consisteàréunir des fils
préalablement séparésafin decréer des liens, des nœudsaptesà
révéler le projet du tissage, projetà considérercomme
manifestation de lavolonté d’un esprit sous
formeculturelle et subjective toutàlafois, manifestation exprimant les
forcesconstitutives mais invisibles d’une personne.L’art
d’entrelacer offre doncquelquechose de plus que lasimple
activité d’objectivation ducardage et du filage puisqu’il
s’agit de laisservoir, par laneutralisation de deuxactivités
contraires et dans l’organisation même des relations, un
autre « ordre » jusqu’alors insaisissable, témoignant du

17

Chemïns de formatïon au fï du temps…

« pro-jet »d’unsujet,d’uneréalité «autre » et quin’est pas
montréemais seulementappréhendéepar ses interactions :
le tout, ici, devient doncplus que lasomme des parties.Il
s’agitbien, dès lors, de séparer-relier par levécu des objets,
des situations, desconcepts de nature opposée, différente,
contradictoire.Lapenséecomplexe, d’unecertaine façon,
articulerait doncles relations de l’Autre et duMême, le fil
des événements, impliquant toujours l’Autre, reflétant
l’avènement duMême.
Nous pouvons saisiràprésent en touteclarté que la
métaphore du tissage réfèreànotreactivité intellective et
qu’il est des façons de penser le mondeassociéesàdes
catégories épistémologiques différentes supportées par des
logiques divergentes.Lapenséecomplexe,comme tissage
entre deuxréalités différenciées, objective et subjective,a
pour fonction d’articuler les liens propresà cette
opposition.Lapensée en effet, quiaffirme l’importance de la
dissociation pour évaluer ouanalyser, et la complexité, qui
suggère que les différences peuvent s’unifier, manifestent
deuxregistres stipulant des mouvements inverses qui
peuvent paradoxalement se renforcer.Au sens large, lapensée
complexe devientalors, en sadéfinition même, l’aptitude
àévaluer,àpeser des éléments de naturecontraire –voire
contradictoire – tout en postulant leur possible réunion.
Nousavons préalablement souligné les différences
entreanalogie etanalyse.J-M.Ferry(2004), dansLes
grammaires de l’intelligence, développe différents types de
constructions psychiques proches de nos préoccupations.
Chacune évoque une « grammaire » structurant
l’intelligence selon descodes spécifiques.Àl’une des extrémités,
la« grammaire évocationnelle »,comme intelligence
primitive,vitale,associative,analogique,
esthétique,correspondau langage de l’inconscient et des rêves.Devenue
hermétique en raison de laperte partielle que nousavons

18

àl’essence même de notre inscriptioncorporelle dans le
monde naturel, elleadorénavantbesoin d’interprétation
et d’interprètes pour larendre intelligible.Bien qu’elle
n’appartienne plusau domaine public, sauf peut-être dans
lecontenu symbolique decertains films ou publicités, elle
persisteànourrir lavie intime puisque manifestant
lalangue des pulsionsvitales et de l’inconscient onirique.À
l’autre extrémité, la« grammaire de ladifférenciation
modale », propreàl’intelligencecritique, se fonde dans la
thématisation en touchant,commeaptitude discursive, la
différenciation oppositionnelle des énoncés
problématiques.Ladifférenciation,comme noyau de l’identité
psychique personnelle et du langage publics’oppose donc
d’unecertaine façonàla compétencevitale du sujet, plus
proche de l’instinct et de lamise en relationau monde.
Cetteclassification n’est pas sans évoquer les travauxde
e
MichelFoucault (1966).Pour lui, en effet, lesiècle
opère larupture épistémologique définitive entre le savoir
reposant sur lasimilitude duMême etceluiconstruit sur
ladifférence de l’Autre.Il différencie pourcelalapensée
e
holiste, quiaprévalu jusqu’ausiècle, de lapensée
dualiste etanalytique, dominante depuis lors.Il semble
doncqu’ilyait,comme dans l’approcheanthropologique,
deuxdynamismes particuliers qui structurent le socle de
l’intelligence humainecomme « nature » etcomme
«culture ».D’uncôté, ladimension « nature » en tant
qu’expression inconsciente, silencieuse, intime des forces
devie s’associeàunecertaine façon decommunieravec
le monde paranalogies, métaphores, symboles
dynamisant « leMême » ou le « tout » (Holos).D’autre part, la
dimension «culture », en favorisant l’opposition,c’està
dire « l’Autre » ou l’altérité par raisonnements discursifs,
discours et mots servant l’analyse,valorise
ladifférenciation, l’individualisation séparative.

Lapenséecomplexe,au final, ressortbien de larelation
contradictoire mais nécessaire entreces différentscodes
de l’intelligence qu’il s’agit toutàlafois de différencier et
de relier.Et,comme interface située entre etau-delàdes
rapports structurant les interactions entreconscient et
inconscient, elle participe du «voile », de larupture ou de
larelation entre su et insu,conscient et inconscient,
formel et informel,apparent etcaché, profane et sacré.

UNE ILLUSTRATION DE LA PRATIQUE DE LA COMPLEXITÉ:
L’HISTOIRE DE VIE ENTRE«MUTHOS»ET«LOGOS»

Lapenséecomplexeconcerne dès lors l’entrelacs de la
construction de tous les « tissus » psychologiques, sociaux
ou spirituels en explicitant lavie dans saglobalité.Mais
tout processusvital etcognitif s’inscrit dans latemporalité
au travers d’une histoireassociéeàun devenir.L’étymologie
du mot « histoire » n’est pas sans intérêt.Le mot, de la
famille indo-européenne°weidqui signifie «voir »,a
donnéidein(«voir » et «avoirvu »),idea(«aspect »,
« forme distinctive ») et,chezPlaton,eidos, « forme idéale
concevable par lapensée », d’oùeidôlon(« image »).
Lanarration qu’un individu fait des évènements de sa
vie se nomme « récit devie ».Une histoire ou un récit de
vie n’est pas seulement un outil méthodologique en
sciences humaines.Discourir sur savie s’inscrit dans lagenèse
de toute énonciation de soi pour soi-même ou pour les
autres, de toute ontogenèse et de
touteanthropoformation.Parler de soi estàla base du processuscognitif
permettant de mieuxseconnaître ou de se faireconnaître.
L’histoire devie s’inscrit dans uneapprochevitale et
sociale qui pourraitalors se définircommece que l’onvoit
ouce qui se montreàvoir, susceptible de donner des
informations pertinentesafin de mieuxappréhender le

Fondements de a pensée compexe

domaine des idées, de mieuxdiscerner laforme, l’image
de l’être qui tisse ses liens et qui seconstruit de ses
rapportsau temps.De façoncourante, lavie énonce
l’ensemble des événements significatifs qui se déroulent entre la
naissance et lamort d’un individu,àquoi peuvent
s’additionner des événementsayant lieuavant lanaissance (vie
embryonnaire, transmission intergénérationnelle
familiale…).Le récit devie, pour sapart, réfèreàlanarration
qu’un individu fait des évènements de savie (par oral,
écrit…), mais,comme pour tout récit, en procédant par
sélections, réorganisations, restructurations successives
qui, loin d’apparaîtrecomme faiblesses, doivent interroger
et seconsidérercomme indicatrices d’un processus de
transformation toutau long de lavie.Lamémoire
engagée dans le récit, en effet, n’est pasà analyser
objectivementainsi que le souhaiterait une démarche scientifique
classique.Car les faitsvécus sontassujettisàun processus
dynamique en réorganisation permanente,capable d’oublis
et d’intégrations, en toutcas de transformations, de
reproductions modifiées et de restructurations¹²et faisant de
ces interventions même des indicateurs de
latransformation qui s’opère toutau long de lavie des sujets.
Ricœur (1983)avance lecouplemimèsis-mutHoscomme
opérant sur le dynamisme de touteanalyse.Si lamimèsisse
comprendcomme re-présentation, imitation (le dire du
récit), il est une mise en intrigue des faits (ou, plus
précisément, de leuragencement) qui ressort dumutHoset qui fait
quec’est l’intrigue,bien plus encore que lareprésentation
de l’action, qui devrait interpeller¹³.L’action devient
lecorrélat de l’activité mimétique régie par
uncertainagencement des faits qu’il importe d’énoncer.Mais plus encore,
c’est leur « mise en intrigue », leurmutHos, leur «
mythologie » qui doit nous interpeller.Car elle offreàdécouvrir,
par unautre type de langage du registre de l’inconscient,

19

Chemïns de formatïon au fï du temps…

ce quiappartientàl’intentioncachée d’un sujet qui se
cherche.En effet,mutHeinsignifiebien « parler » mais
également « muet », silencieux.Laparole mythique,comme
parole muette, réfère donc bienàune énonciation, mais
intérieure et le plus souvent silencieuse, quoique porteuse
d’un pouvoir organisateur, d’uncontenu
légendairec’est-àdire d’unarchétype porté par l’inconscient.Ce mythe
inconscientaspireàdevenirconscient, précisément, par le
récit de soi ou les récits de rêves, par lavérité, le mensonge
ou les diverses interprétations.Laparole, devenue double,
créeainsi un lien entre l’écoulement temporel des faits
objectifs, leur interprétation phénoménologique subjective
et le silenceclair-obscur de laprésence intérieure,ce
processus tendantàrendreau final perceptible et imaginable
laforme implicite qui structure le sujet.Ce qui importe ne
ressort plusalors de laseule objectivité des faits ni même
de lasubjectivité du sens liéeàune quelconque
interprétation, susceptible d’évoluer dans le temps et selon
lescirconstances, mais de l’articulation des deuxfaces de
laréalité humaine qui se révèlentainsi l’une par l’autre.
Larelationàlavie, par lanarration, présuppose donc
d’une sélection dece que l’onamémorisé ou oublié, dece
que l’onveut montrer ou évacuer.Le récit, reposant sur
unchoix, devient icônevisible ou opérateur d’absence.
L’histoire offrealorsàreconnaître dansce que l’onvoitce
qui se privilégie ouce qui s’efface des évènements.Ce qui
s’efface disparaît ou se refoule.Mais l’histoire, en
savocation propre laplus intime,commeImage¹⁴,aspireaussi
àrévéler laforme laplus justevectorisée par lapensée.
Ceteidos,comme repère d’identité potentielle etcomme
idéalité, dirigevers l’invisible par levisible,vers le non-dit
par le dit, même mensonger.Il révèle, en toutcas, l’une
des facettes d’une identité insaisissable en soi,
s’appréhendant par lamédiation de multiples facettes se manifestant

20

commeautant de qualités qui, de lasorte, ladévoilent ou,
paradoxalement, par le déni mensonger qui semble
lavoiler mais qui lamontrecependant par une image
inversée, se plaitàmontrer un devenir non encore réalisé.Il
n’importe plus,alors, de rechercher dans le récit lavéracité
ou le mensonge, puisquece qui interpelle se trouveàleur
horizon,comme forme implicite suggérantce qui n’est pas
montré.Autrement dit, touteapproche en histoires devie
devrait interrogerautant sur laparole énoncée orientée
par les sélections, les reconfigurations (le récit en tant que
logos) que sur les silences, les non-dits, lecaché (le récit
considérécommemutHos),ce qui postule d’une
dialectique formelle/informelle, su/insu, rationalité/imagination,
conscient/inconscient¹⁵, qu’ilconviendrait d’approfondir.
L’objectif des histoires devie est une élucidation du
statut de l’homme en situation dans le monde.Ilarticule
àlalecture des faits et des évènementscelle de leur
ressenti interprétatif, différent selon les personnes ou selon
le sens qu’on leur donneau fur etàmesure du déroulement
temporel.Dans lecadre de l’histoire de lapersonne, la
méthodologie des histoires devie nous offre une forme, le
plus souvent orale, qui renvoieàlanarration d’unvécu
supposé.Elle est une enquête et uneconstruction dece
que l’onconsidèrecomme signifiant de savie et que l’on
souhaiteavancer.L’histoire devie offre donc àreconnaître
dansce que l’on ditce que l’onvoit ouce que l’onveut
donneràmontreràun instant particulier de soi.Elle
énoncece l’onveutavancer ouarranger etce que l’on
souhaite pouvoircacher.Elle efface donc, semble-t-il,ce qui
semblerait témoigner de l’inconscient.Ce dire,
quiconstitue ou destitue une pensée en signifiant l’être ou
saparodie, emprunteau discours différenciéce qu’ilveutbien
montreràvoir.Cetteapproche est souventcritiquée dans
lamesure où,précisément,le déniapparent de l’inconscient

dans laméthodologie des histoires devie rendcet outil
peucrédible.Contrairementà cetteanalyse, nousvenons
d’avancer que le récitconfiguré peut paradoxalement
devenir icônevisible de l’inconscient et révélateur
d’absence.Lareconfiguration, indépendamment de
sasupposéevéracité existentielle, manifeste en effet de façon
informelle etcachée uneautre face de l’humain référantàune
autre logique,àd’autres temporalités,àune réalité pour le
moins différente mais que l’on peutappréhender en
établissant le lien entre laréalitéapparente et laforme
sousjacente du sujet qui secherche.Le récit offrealorsà
découvrir, pour peu que l’on s’yarrête, leMême par l’Autre,
lasimilitude n’étant pas dans le récit maisàl’horizon de la
rencontre entre deuxnatures, subjective et objective,
suggérant parce qui est montréce qui estcaché et qui
aspireàson propre dévoilement.Nous rejoignons ences
propos l’approche phénoménologique deFoucault (1966),
pour qui l’histoire està considérercomme le lieu même de
lareconstruction etcelle deMerleau-Ponty(1945) qui

Fondements de a pensée compexe

considère l’avenir ducôté de lasource du fleuvebien plus
que ducôté de l’océan.Car le temps qui se retourne du
côté de l’origine lie de façon plus étroite le sensible et
l’intelligible.C’est doncd’un processus de
formation/transformation permanente dont les récits devie témoignent.
Chaque histoire devient opportunité de fixation,àun
instant particulier, d’un mouvementcontradictoire tendu
vers l’horizon secret, informel etàjamaisvoilé duSujet
véritable qui, inconsciemment, oriente et se signifie par
l’organisation interne même de ses manifestations.
Plusconcrètement, il s’agira, dans l’impression de
l’auditeur de ressentir, subjectivement, les émotions, les
silences du narrateur en mettant en lumièrece qui n’est
pasverbalisé, en ressentantce qui secache sous
l’apparence du discours ou des rêveries, en mettant en lumière
un décalage entre les faits objectifs et leur énonciation
subjective.Il peut s’agir, également, de tisser des liens
temporels entre des recherchesàvisée objective reliéesà
un « terrain » et un « journal debord » ou
uneautobiographieàorientation subjective de
façonàmieuxappréhender lasimilitude entrece qui secherche etcelui qui se
cherche.Il peut s’agiraussi,commece fut lecas dans notre
recherche de doctorat, d’articuler une « histoire de
formation » et une « histoire devie imaginale »,cette dernière
construiteàpartir d’un ensemble de plusieurscentaines
de rêvesàfortcontenu initiatique.Dans tous lescas, et
au-delàdeces quelques propositions, non exhaustives,ce
qui importe est la construction de fils pouvant secroiser,
les uns orientésvers l’objet, lesautres en direction du sujet,
afin d’en permettre le tissage.Par delàses défaillances, la
reconfigurationanalysée de l’histoire devie, en intégrant
l’inconscient, lasubjectivité donne donc
àl’herméneutique savalidité en permettant de réorganiser des
expériences personnellesafin de lire les signes donnant sens.

21

Chemïns de formatïon au fï du temps…

Ce ne sont plusalors seulement lesévénements en soi,
leurconfiguration, maisaussi lamanière de lesvivre et
de les interpréter qui devient significative.Cette manière
signe donclapotentialité organisatriceàl’œuvre dans
celui qui se raconte et que l’événement raconté dévoile
lentement.Il estainsi un lien entrece qui fait
l’événement,ce qui lui donne sens,celui qui œuvre etcelui qui
met en œuvre.Leverdict
d’illusionbiographiqueclassiquementavancé par laposture scientifique peutainsi
se résoudreàla condition decomprendre que lapensée,
en reconfiguration permanente,articule par les jeuxdu
conscient et de l’inconscient différentes logiques et
diverses temporalités qu’ilconvient de relier.Rendre possible
l’interaction de l’objectivité et de lasubjectivité, de
lapensée logique et de lapensée mythique, loin de suggérer
laprise de risque ou l’illusion, réfère donc au processus
même qui s’engage dans la compréhension et
l’intelligibilité.Ladifférenciation entre le formel et l’informel
pose seulement dans sesconséquences deuxtemporalités
distinctes de laformation,biologique et mythique ou
diachronique et synchronique qu’il importe d’apprécier
et decorréler.
Au total, etau-delàde l’exemple proposé,ce qui
importe est de mieuxappréhender quand nous pouvons
solliciter la complexité et en quoicelaparaît inutile.Le
pragmatisme domine dans laréponse.Il semble évident
de dire que si une problématique de recherche ou de
pratique professionnelle peut se résoudre par lesapproches
classiques liéesau réductionnisme scientifique, il n’est nul
besoin de faireappelàla complexité.A contrario,yfaire
appel présuppose d’une problématique liéeàdes logiques
différentes, un point majeurconsistant, précisément,à
repérer les logiquescontradictoires qui se trouvent
engagées sur le « terrain ».Le traitement deces logiques

22

divergentes,àla condition de ne pas les réduire,va
construire progressivement un rapport différentau «
terrain » sitôt qu’uneapproche non duelleapparaît.
Il s’agiradoncde s’enraciner dans des expériences
vécues en tissant des fils de nature différente,certains issus
d’une pensée séparative,analytique, objective, d’autres fils
provenant d’un raisonnementanalogique, de points de
vue subjectifs, de l’imagination…Ces fils une fois
construits, il importe de les mettre en parallèle en
fonction de leur nature ou de latemporalitéafin de pouvoir
« tisser »,c’estàdirearticulercontradictoirement et
paradoxalement les points devue.C’est donc bienàlafois
d’une dissociation, d’une différentiation et d’une liaison,
d’un rassemblement dont il s’agit, en distinguant,
différenciant puis en reliant, enconstruisant des pontsafin de
préciser les relations entre objectivité et subjectivité, ordre
et désordre, temporalité et intemporalité,causalisme et
téléologie dans unevisée herméneutique.Il peut s’agir
aussi d’engagerce même processus dans larelation entre
démarches hypothético-déductives et inductives.Les
exemples iciavancés, en toutcas, ne sont pas limitatifs et
nous laissonsau lecteur le plaisir de l’imagination que la
méthode procure en liaisonavecles questionnements qui
l’occupent, l’important étant d’enappréhender l’esprit.

DP P,
Membre duCIRET,
HDRSciencesde l’Education,
Université François-Rabelais, Tours

Bibliographie
B Y.,1993, deuxtextesinédits dansSystème et
paradoxe.Autourde la pensée d’YvesBarel,Paris,Seuil.
C C., 1993, «Complexité, magmas,
histoire.L’exemple de laville médiévale »,in Système
etparadoxe paradoxeAutourde la pensée d’YvesBarel,
op.cit.
C J.,G A.,[1969], 1982,
Dictionnaire dessymboles,Paris,RobertLaffont/
Jupiter.
FJ-M., 2004,Lesgrammairesde l’intelligence,
Paris,Cerf.
F M., 1966,Lesmotsetlescoses,une
arcéologie des sciencesumaines,Paris,Gallimard.
M E., 1998, «Lapenséecomplexe »,Rencontres
transdisciplinairesN° 12,Ed. du, février 1998
N B., 1996,Latransdisciplinarité,
Manifeste,Monaco,Ed. duRocher.
P P., 2003,Formation du sujetet
transdisciplinarité, istoire devie professionnelle etimaginale,Paris,
L’Harmattan.
— D P., 1996,Tendre la main au vide.
Leyi jing,un pontversl’Occident,Ed. duPrieuré.
P G., 1991, «Formation expérientielle et
théorie tripolaire de laformation », inCourtoisB.&
PineauG. (eds),La formation expérientielle desadultes,
Paris,La Documentation française.
R P.,1983,Temps et récit, 1. L’intrigue et le
récit historique,Paris,Seuil,coll.Points-Essais n° 227.

Fondements de a pensée compexe

1.Voir notre thèse de doctorat deSciences de l’éducation,
«Pratiques médicales, formations et transdisciplinarité »,
UniversitéFrançois-Rabelais,Tours, 2001 etP.Paul, 2003.
2.Berescitbara eloim,«aucommencementcréeDieu ».
3.Myriam, l’«amante de lalumière », représente lavie existentielle
purifiée,apteàrecevoir l’esprit.
4.GaborAel,la«Puissance deDieu », est l’Ange messager de
l’humanitéàentendrecommeactivité rectificatrice et libératoire.
5.VoirPaul& Deporte, 1996.
6.Étymologie :ana,« le très haut », et « logie »,leg,«cueillir »,
« rassembler ».
7. « lyse »,luein ,« dégager », « dissoudre », « dissocier ».
8.Dict. des symboles, 1989, p. 950.
9.C’est-à-dire le processusvital.
10.Le Politiqueen particulier, maisaussiLa Républiqueou leCratyle
par exemple, (voir surce sujetP.Paul, 2003, p. 185-196).
11.Pour rappel,complexus: « tissé ensemble ».
12.Impliquant d’ailleurs le sommeil (Nature,vol 427, p. 352-355
et p. 304-305, 22 janvier 2004).
13.Dans lamesure oùc’estbien elle qui opère, de façon sous-jacente,
àlare-présentation des faits.
14.C’est-à-direcommeImago Dei.
15.Dans lamétaphore du tissage il s’agiradu fil de trame et du fil
dechaîne.

23

QUAND LA PENSÉE COMPLEXE INTERROGE
LES FONDEMENTS DE L’ÉCONOMIQUE

’met en jeula constructiondes
indiviL
dus, descollectifs et des régulations et l’on peut dire
queces trois niveauxdeconstruction sont largement
entremêlés.Les individus participent de la construction
descollectifs quicontribuentàlesconstruire etcette
récursivité trouve d’ailleursàs’appliqueràde nombreuses
sphères d’analyse (famille, entreprise, territoire…).
Comme le ditEdgarMorin pour illustrer leconcept de
récursivité :«L’homme fait lasociété qui fait l’homme. »
Paradoxalement, toutefois, les théorisations
dominantes de l’économie ne se fondent pas prioritairement sur la
prise encompte decesaspects deconstruction de l’action
et des régulations.
Dans le triptyque individu-société-espèce qui estau
fondement de l’unité de l’homme,comme le retient
Morin, l’économie opèreau plan théorique une sélection :
individuautonome etcalculateurau plan
ducomportement indivmiduel ; arché instance d’intégration des

24

comportements individuelsau plan de la coordination
collective¹.L’actioncollective n’ytrouve guère saplace.
Partant deces prémisses, sur lesquelles nous reviendrons,
nousvoulons mettre l’accent sur lanécessité de recourir
auconcept de projet pour penser l’économique ; sur la
nécessité de faire toute leur placeauxprojets des hommes
dans la construction des régulations sociales.

LA RÉDUCTION DISCUTABLE DE L’IDENTITÉ HUMAINE
À L’HOMME ÉCONOMIQUE

Les sciences économiques et de gestion seveulent
souvent des sciences«dures » : elles reposent sur unattirail
de raisonnements, deconcepts et de méthodes formatés
et omniprésents ; leur expression dans le monde social met
en jeu des institutionsbien réelles, organismes et règles
qui s’imposentau quotidien, sans oublier des pouvoirs
parfois sans mesure ; elles finissent par faireadvenir le

modèle qu’elles prônent.Elles sont dures dans unautre
sens pourbien des sociétés, des personnes, et des
territoires.Comme l’expriment les propos forts dePierre
Legendre (2000) lorsqu’il s’interroge sur lafabrique de
l’homme occidental : «L’efficiency- laPerformance– est
le nouveau nom qui donne figureàl’Abîme.Lamarche
technologiquebalaye les faibles,comme les guerres
d’autrefois : elle réinvente le sacrifice humain, de façon
douce ; elle fait régner l’harmonie par lecalcul. »²
Nous ne pensons pas que l’économique doive être
diabolisé ou que le marchand soit toujourscritiquable.
Nullement.Mais les excès de l’économisme oui, l’oubli de
l’hommebien sûr.

Quand le marché se retrouve sur la sellette
Lescritiques du marché et des régulations
ducapitalisme que nousconnaissons sont l’objet de nombreux
écrits.Dirigeants du monde l’entreprise ou de la banque³,
professeurs et spécialistes⁴, prixNobel d’économie⁵, se
retrouvent pour pointer les dangers des dérives
ducapitalisme financier mondialisé que nousvivons, pour s’alarmer
d’une sorte debarbarie systémique productrice
d’inégalités, d’exclusions, decatastrophes humaines et écologiques
déjà bien là.L’humanité est fragilisée et lasociété est
assiégéecomme nous le ditZigmuntBauman⁶.
Rappelons-enbrièvement quelques facettes explicatives.
Le marché exclut – et d’ailleurs rien dans les
théorisations les plus fondamentales ne permet de dire que l’ordre
marchand éviterait les exclusions de territoires et de
peuples desbénéfices de ses régulationscomme le rappelle
l’économiste (Fitoussi, 2004).On ne peutaussi que
s’inquiéteravec ce mêmeauteur devoir les libertés
économiques prendre le pas sur les libertés politiques,au point
même que l’on puisse parler de l’avènement possible d’un

Fondements de a pensée compexe

communisme de marché (AlainSupiot :
«Voilàl’‘‘économiecommuniste de marché’’.Prenezle pire
ducapitalisme et le pire ducommunisme,vouscomprendrezquel
cours est en train de prendre laglobalisation », Le Monde,
25 janvier 2008).
Cette domination du marché estàrapprocher d’un
affaiblissement desÉtats-nations traditionnels, plus
réellementàmême de réguler lamondialisation du travail et
des échanges,comme le développe le sociologueUlrich
Beck (2003) dans sonanalyse pénétrante du pouvoir dans
nos sociétés.Les grandes idées de lamodernité
européenne n’ont pluscours ; le dépérissement du politique est
bien là(Revault d’Allonnes, 1999).Le mythe du marché
domine, le discours sur la concurrence tient lieu de
politique.Mais laréalité est toutautre.Les multinationales
en situation d’oligopole et larésocratieapparaissent
comme les formesactuelles du marché et de ladémocratie
(Cotta, 2003).La criminalité n’est parfois pas loin dans un
ordre du monde oùle « prendre », lapronation, l’emporte
sur toutautreconsidération (Lordon, 2006).L’État est
sommé de se mettreau service decettecaricature
d’économie libérale,auxexcès tels qu’on se demande si elle ne
relève pas d’une forme de sauvagerie⁷.
Le marché ne dit pas lavaleur desbiens et des
personnes, oualors sur la base d’unevaleur d’échange pour le
moins discutable.Lescomportements ne sont pasaussi
rationnels, informés etautonomes que le nécessite le
raisonnement théorique pour fonder que leconsommateur
soit roi.Qui oserait dire, par exemple, que lorsqu’ilachète
uneviandeàquelques euros le kilo, il est parfaitement
conscient et informé de saqualité, de l’impact des
méthodesculturales et d’élevage sur lanature, les hommes et les
générations futures ?Sans oublier que lescontraintes
budgétairesconditionnentaussi leschoixet que se trouve

25

Chemïns de formatïon au fï du temps…

fondamentalement en jeu uncercle
vicieuxappauvrissement-dévalorisation desbiens.
Poursuivant surcette question de la capacité du marché
àdire lavaleur, l’inquiétude monte, et
l’économisteaméricainLesterR.Brown (2007) nous inviteàlasuite de
JaredDiamond (2006)àregarder lavérité en face :
l’humanité se trouverait-elle sur une « trajectoire
d’effondrement » dans son incapacitéàmaintenir son écosystème ?
Lecommunisme serait mort de ne pas prendre encompte
lavérité économique du marché, lecapitalisme pourrait
disparaître pour en ignorer lavérité écologique.Les
fonctionnements du marché laissent dans l’ombre nombre de
coûts écologiques et sociaux, prennent très mal encompte
certaines dimensions (épuisement des ressources,
irréversibilités multiples…).Lalogique de
régulationcourt-termiste que l’onconstate et que l’on subit s’impose de fait
quand larégulationconsciente et préoccupée de l’avenir
de notre planète et de ses habitants que souhaitent
nombre d’entre nousapparaît hors de portée.La bio-économie
qu’appelait de sesvœuxPasset dès lafin desannées 1970
enFranceapparaîtbien loin⁸.Les sonnettes d’alarme sont
tirées de partout etc’estàune philosophie et une éthique
renouvelées qu’unHansJonas nousappelleavecune
grande lucidité et desaccents dramatiques⁹.
Lescomportements desacteurs du management des
entreprises participent descomportements incriminés.La
recherche sans limite de profit et d’enrichissement, parfois
devraies malveillances,alimentent descomportements
prédateursàl’échelle des entreprises, des territoires et des
sociétés.Un modèle decapitalisme financier nourrit une
vision de l’entreprise parfaitementarbitraire et illégitime :
une façon devoir lagouvernance élève en dogme
(lacorporate gouvernanceet son lot d’exigences financières¹⁰),ce
qui n’est qu’uncas particulier sans fondement théorique

26

ni empirique établi,comme nous le rappellent les
spécialistes des stratégies d’entreprise (Hafsi& Youssofzai,
2008 ;Martinet, 2007, 2008) ; la culture du
nouveaucapitalisme se nourrit d’une dérive non progressiste faite de
précarité et de fragmentation desvies¹¹; le management
àtravers les parcours de formation et le développement
deces techniquesaccompagnecertaines deces dérives.
L’inquiétude monte faceauxaffaires qui ébranlent
l’ensemble du système (Enron,Parmalat,Worldcom,Vivendi,
,SociétéGénérale,crisesbancairesàrépétition,
grands dirigeants montrés du doigt et épinglés par
lajustice, turpitudes organisationnelles diverses, etc.).

Le marché n’aime pas le projet
Leconcept de marché lui-même pose problème et son
maniementàtoutvaen fait une notion «valise »
détestable.On le mobiliseàl’excès pour décrire des réalités plus
qu’éloignées du modèle, et souvent les
prendrecyniquement pour des normes.Le(s)marcHé(s)n’étaient-ils pas
heureuxdevoir et de soutenir les dirigeants d’Enron, très
bien rémunérés sur lemarcHédes dirigeants, quand ils
prétendaient mettre en place lemarcHéprivé de l’énergie du
futur… en organisant eux-mêmes les ruptures ?Certes,
dirontcertains, mais le marchéafinalementapporté ses
proprescorrections, et de reconnaîtrealors que le(s)
marcHé(s)réels sont malheureusement trop éloignés dans
leurs fonctionnements du marché que prône les
théoriciens.Lathéorieaurait raisoncontre une réalité qui
n’aurait qu’àen respecterau mieuxles hypothèses.
Mais les théoriescritiques marquent des points.
L’échange qui, de façon quasi-naturelle fonderait le
marché en théorieàtravers lesajustements de prixqui
permettent lesajustements de quantité et les orientations
souhaitables decomportements, n’apparaît plus si naturel

que cela.Toutaucontraire, on sait se rappeler plus qu’avant
quele marché ne fonctionne qu’à traversdes instances,
des règles,voire des endoctrinements, qui encadrent et
organisent les échanges¹².Les phénomènes de pouvoir, et
malheureusement parfois lesconflits
(pensonsauxmarcHésdu pétrole, desarmes, etbien d’autres), sontaussiau
cœur des régulations marchandes, quand le jeu du marché
en théorie les exclut.Descourants hétérodoxes en
économie (théorie de larégulation et économie desconventions
enFrance,certainscourantscritiques en sociologie, la
sociologie économique) se sont saisis decette
dénaturalisation du marché sousces différentsaspects
icibrièvement évoqués¹³.L’axiomatique fondamentale d’Homo
economicusest interrogée et l’on se souvientalors que les
régulationscollectives mettent toujours en jeu du
marchand, de laredistribution et de laréciprocité (Polanyi,
1957) ; lescomportements individuels présentent le même
caractèrecompositeassezloin de l’utilitarismevulgaire
qui fait du seul intérêt quasi-matériel le moteur de lavie
en société, ou se suffitàleconsidérercomme tel pour
théoriser (Caillé, 2005).
Maisce que nousvoudrions développer icic’est que,
fondamentalement,le marcHé n’aime pas le projet.L’ordre
catallactique, l’ordre du marché qu’appellent les pères du
libéralisme de leursvœux, est un ordre indépendant des
desseins des hommes et qui doit rester extérieuràleurs
volontés.Le marché représente donc cette instance
extérieure,cette main invisiblecomme le désignaitAdam
Smith,capable d’opérer lesajustements que laraison des
hommes ne saurait faireadvenir.Lesvices privés
participentcomme par magie d’unevertu publiquecomme
aimaitàl’exprimerMandeville.Ce quiconduitàhonnir
le jeu des régulationsvolontairesassociéau planisme etau
communisme.Etce n’est pas sans raison.Car le marchéa

Fondements de a pensée compexe

bien desvertus pour traiter l’informationcomme
l’adéveloppéFriedrichHayek, et l’onaurait tort de l’oublier trop
vite.Le planisme ne saurait servir de modèle quand
l’expérience ducommunisme réelamontré ses insuffisances
et sescruelles dérives.Mais l’inverse estaussivrai et, sans
renier le marché, il ne s’agit pas de luiconfier l’ordre du
monde sans plus de réflexion et devigilance.Dire que le
marché n’aime pas le projet est une expression simple
pour désignerce que nouscroyons être une limitation
radicale des théorisations économiques que les lectures
critiques n’ont pas réellement développée.Abordons
quelques points théoriques pourconforter nosassertions.
Larationalité que l’on reconnaîtàHomo economicusest
une rationalité fondamentalementallocative,centrée sur
laquestion de l’affectation des ressources rares, en
fonction des usagesalternatifs fondés sur lesbesoins.Ce n’est
pas une rationalité projective et laquestion de l’existence
de l’entreprise ou des organisations en général, de leur
genèse et de leurs transformations, n’est jamaisabordée en
termes de pourquoi et de quoi.Pourquoi fait-on quelque
c?hose plutôt que rien Pourquoi fait-oncelaplutôt
qu’autrechose et que fait-on ?Ce n’est pas le problème en
soi.HerbertSimon, prixNobel d’économie en 1972,
l’avaitbiencompris quand il retenait que les perspectives
évolutionnistes en économie ne se préoccupaient pas de
la conception de l’actioncar peu leur importait de savoir
ce qui estconçu et fait, le marché sélectionnantin finece
qui doit l’être (Simon, 1969/1991).Le modèle de l’action
rationnelle et de la coordination par le marché de
l’économie libérale, pas plus quecelui de l’action individuelle et
de la coordinationcollective fondés sur lanorme ou l’idée
d’un ordre qui s’impose, et que l’on peutassocieràune
sociologie déterministe (évenot, 2006), ne permettent de
faire une placeau projet des hommes dans les régulations.

27

Chemïns de formatïon au fï du temps…

L’actionvolontaire, on pourraitdirel’action politique,a
un fondement théorique incertain, pour ne pas dire
inexistant, entre déterminismeabsolu et liberté totale.
Laprise encompte du temps et du futurapparaît
aussi parfaitement problématique.Certes, pour
l’économiste le futur importe, les individus forment des
intentions, mais lathéorie s’empare decette question
enconsidérant qu’il s’agit simplement dechoisir un futur parmi
les futurs probables.Mais pour théoriser l’action,c’est
moins laquestion duchoixquecelle de la construction
du futur et de l’action dont il s’agit de se saisir dans une
perspective moins réductrice.Dès lesannées 1960,
Simonavançait le paradigmeartificialiste des sciences
de la conception dontJean-LouisLeMoigne seradans
tous ses travaux(cf.bibliographie) unardent promoteur.
Les projets des hommes sontau fondement de la
construction du monde, ils doivent trouver une place
centrale en théorie.
Ce qu’il faut théoriser,c’est la construction de l’action
volontaire, quel que soit le niveauauquel on raisonne.
Pourquoi etcomment sont nés les servicesàdomicile
auxpersonnesâgées quand l’État et le marché étaient
défaillants ?Pourquoi etcomment secrée et s’organise
une filière d’agriculturebiologique ou decommerce
équitable¹⁴?Comment naissent les univers d’activités
sous telle ou telle forme,comment des régulations se
construisentàtravers des instances, des règles, des labels,
dans uncontexte marchand qu’il ne s’agit nullement de
bannir mais d’encadrer et d’organiser ?Insistonsbien sur
le fait qu’il ne s’agit pas de renier le marché en tant que
réalité incontournable dans la construction des échanges
et du social,ce que même lesauteurs les pluscritiques
retiennent¹⁵, mais de nourrir un effort de théorisation qui
évite l’idéologie d’untout-marcHélargement mythique.

28

LEPROJET AU CŒUR DE L’ÉCONOMIQUE

L’identité humaine engagée dans l’action
sur lequelallons poser notrecompréhension
de projet dans laperspective d’un effort de
de l’actioncollective.

serale socle
de lanotion
théorisation

L’unité de l’homme et l’agir projectif
Bien descloisonnements disciplinaires et des
difficultés dont ils sont porteurs trouvent leur origine dans
l’attention privilégiéeaccordéeàtelle ou telle facette des
comportements humains.Cette sélection n’est parfois pas
critiquable sur un plan méthodologique pour produire un
raisonnement souscertaines hypothèses.Mais le
réductionnisme perd sapertinence pour traiter de l’action
sociale.Il ne manque d’ailleurs pas d’auteurs pour
stigmatiser les tentatives réductionnismes qu’elles soient ducôté
de l’individucalculateur ou du poids des normes¹⁶.Les
comportements mettent en jeu les multiples facettes de
l’agir.C’estHomo complexusqu’il fautallerchercher¹⁷ou,
dit d’uneautre façon, l’humain qui se définit d’abord
comme trinité individu-société-espèce : l’individu dans
sonautonomie manifeste qu’il estaussi produit et
producteur d’une société et d’une espèce sur le planbiologique.
RenéPasset ne nous dit pasautrechose lorsqu’il retient
que larelation d’inclusion qui s’établit entre les sphères
économique, humaine et naturelleappelle une démarche
transdisciplinaire les englobant simultanément.Ce
paradigmeauquelappelleMorin, on le retrouve sous des
formes procheschezle philosopheHansJonas (1998)
lorsqu’il récuse le dualisme esprit-corps ouchezle
sociologueHansJoas (1999) qui inviteàreconnaître unagir
créatif dans une position englobante par rapportau
modèle de l’action rationnelle etcelui de l’actionàvisée

normative.Les grands théoriciens de l’actioncomme
MauriceBlondel,PaulRicœur ouGastonBerger nous
disaientaussi lamêmechose, ou presque : l’homme se
révèle dans l’actionàlaquelle il donne sens et qui donne
sensàsavie.
En référenceau paradigme de lacomplexité organisée
(cf. encadré),c’est l’action organisée et organisante qui
constitue le point d’entrée ou le socle de laréflexion.
Échappantàl’individualisme etau holisme on estalors
invitéàs’inscrire dans l’individualisme méthodologique
complexe qui reconnaît d’une part quece sont les
individus quiagissent et font les phénomènescollectifs, et
d’autre part que les phénomènescollectifs sont
pluscomplexes que les individus qui les ont engendrés, et mettent
en jeu des phénomènes d’émergence et des régulationsà
caractère systémique (Dupuy, 1992 : 15).Cet
individualismecomplexe repose sur la boucle qui unit
récursivement les niveauxindividuel etcollectif ; il dépasseainsi
l’individualisme simple qui ignore le saut encomplexité
que le passage de l’individuelaucollectif implique
(phénomènes systémiques et d’auto-organisation) et le holisme
qui retient le toutcomme niveau ultime d’explication.
C’est danscetteboucle récursive que se glisse une façon
d’aborder la construction de lasociété ou du social en
dehors des réponses traditionnelles qu’identifieDupuy
(1992 : introduction) : lecontrat social (Hobbes,Rousseau,
Rawls), le marché (Montesquieu,Smith, l’équilibre
général deWalras et sesavatars,Hayek,Nozick) ou lafoule
(LeBon,Tarde,Freud,Girard, et pour les marchés
financiers,Keynes).C’est doncdans lecadre de l’écologie de
l’action(cf. encadré)avecses phénomènes non
intentionnels et systémiques que nouscomprenons le passage de
l’individuelaucollectifcomme l’expression des projets des
hommes et descollectifs par lesquels les projets prennent

Fondements de a pensée compexe

corps.Nousarticulons l’individuel et lecollectif par
l’actioncollective en tant qu’elle est façonnementconjoint de
l’acteur et ducontexte : lescollectifs et des régulations
naissent des règles que lesacteurs élaborent et fontvivre
et par lesquels ils s’organisent en interdépendance
(matérielle, relationnelle,cognitive)avecl’environnement dans
lequel ilsagissent et qu’ilscontribuentà construire.C’est
l’action, ditautrement l’organisation, quiconstitue l’entrée
dans l’effort de théorisation,àl’image de
sapositioncentrale dans le paradigme de la complexité organisée, dit
aussibien souvent, parMorin, paradigme de
l’auto-écoorganisation(cf. encadré).Aborder l’actioncollective par
le projet qui la construitc’est reconnaître laquestion
fondamentale de l’émergence decomportements propres, qui
estaussicelle de la clôture organisationnelle et du point
fixe endogènecompriscomme singularitéconstruite par
latotalité qui s’organise et s’autonomise (Dupuy, 1992).
Lasociologie de l’action ne nous dit pasautrechose et l’on
retientavecJean-DanielReynaud (1989/1997),auteur de
lahéorie de la Régulation Sociale, que lescollectifsau sens
le plus large naissent des projets,au sens d’ensembles de
règles, que lesacteurs se reconnaissent et fontvivre.
Il étaitalors normal queces interrogations
fondamentales trouvent un écho dans le domaine épistémologique.
Un écho qui devaitconduireàretrouver des filiations
solides, des pensées fortes, originales, queLeMoigne donne
àvoir, met en perspective, rapproche etapprofondit dans
son œuvre remarquable sur leconstructivisme.Lanature
artefactuelle de l’organisation s’affirmeavec Simon
(1969/1991) : l’organisation secomprendcomme le fruit
d’uneadaptation délibérée d’un projet porté dans un
environnement ; elle met en jeu uneactivité deconception,
une intelligencecapable de se représenter les situations
qu’elle rencontre, lesactions qu’elle envisage et d’agir en

29

Chemïns de formatïon au fï du temps…

intelligence. À lasuitede PaulValéry,LeMoigne (2001 :
233) nous le rappelle : «concevoir,c’est la conjonction
intentionnelle d’un sujet qui dit ‘‘je” et d’un projet qui
s’incarne : où?,àquelle fin? »Lapostureartificialiste
suppose unagircréatif et projectif qui dépasse encontenu la
seule expression d’une rationalitécalculatrice.Cetagir
s’inscrit dans l’ontologie dont nousavons précédemment
esquissé lescontours.Ilappelle des stratégies
deconnaissance et d’action, uneauto-éco-organisation impensable
sans faire saplaceauconcept de projet, notammentau
projet d’actioncollective.L’actioncollective ou organisée,
de l’entrepriseau marché¹⁸, ne peut être théorisée sans
qu’elle soitcomprisecomme le fruit de l’action des
hommes dans une perspectiveàlafoisartificialiste (l’action est
conception) et régulationniste (l’action est régulation).

Le projet dans l’action collective
Ona beaucoupàgagneràpartir de l’action,
notamment de l’actioncollective pourconstruire laréflexion.
Construire l’actioncollective engage des stratégies de
connaissance et d’action dans lecadre
d’unecompréhension écologique de l’action ; engage un dialogue
permanent entre la connaissance et le réel que l’onconstruit.
L’action est unartefact, unconstruit qui suppose en
permanence un effort deconstruction des savoirs et des
relations entre lesacteurs¹⁹.On peutainsi retenir que les
hommes mènent des efforts d’intelligibilité et
deconstruction de l’action sanscesse recommencés.Dece point de
vue, le projet d’actioncollective,comme ensemble des
règles que lecollectif se reconnaît et faitvivre,
secomprendcomme effort d’intelligibilité et deconstruction de
l’action fondé sur l’anticipation²⁰.
Laquestion de larationalité doit êtrecreusée un peu
plus,car elle se trouveau fondement des efforts de
théo

30

risation.Nous n’allons pas revenir sur le fait que
larationalité desacteurs soit limitée ou plutôt élargie²¹comme
l’admettent maintenant l’ensemble des théoriciens :
limites de toute nature qui font que nul n’est en mesure
d’embrasser et de traiter les situations problématiques dans
leurcomplexité.Il ne s’agit pas de revendiquer une forme
d’acharnement projectif pour des personnes
parfoisballottées, plus dépendantes qu’en situation de maîtriser leur
destin.Mais les sciences duvivant, laphilosophie
existentialiste
(Fichte,Brentano,Husserl,Sartre,MerleauPonty…) mettent le projet et l’anticipationconscienteau
fondement même de lavie.Laneurophysiologievient
aussi nous suggérer quece ne serait pas laraison, même
enrichie des émotions qui seraitàl’origine de nos
décisions, mais des effets de mémoire et de projet que
laphysiologie ducerveau dissocierait²².On pourraitalors
simplement retenir que si le projet estau fondement de lavie
et de l’actionconsciente,chacun n’est pas porteur des
mêmes énergies dechangements, ni des mêmescapacités
de se projeter.Mais l’actioncollective naît des projets que
les hommes portent.
Si l’on mobilise le projet pour penser l’actioncollective,
c’est en le sollicitant sous ses diverses facettes.
L’anthropologie deJean-PierreBoutinet (1993) nous
rappelle quececoncept s’imposeau milieu du siècle dernier
ence qu’il est un mixte de dessein et d’objectif.Ses racines
dans le mondebiologique, philosophique, politique et
pragmatique l’inscrivent dans le paradigme de la
complexité.Il est toutàfait instructif decomprendre le
concept de projetàtravers les dimensions quicontribuent
àleconstituer : envalorisant la création, larecherche de
sens, l’innovation et l’anticipation, laréférenceàlafigure
du projet s’oppose respectivementàlasclérose, l’absurde,
lamarginalisation et l’improvisation (Boutinet, 1990).

Pour ce qui estduprojetd’action collective tel que nous
lecomprenons, il nes’agit pas d’un projet uniquement
technique, dont laréalisation enconclurait le déploiement.
Mais d’unbien projetàlafois opératoire et existentiel.
Opératoirecar on s’organise pouragir et pour produire ;
existentielcar l’acteur existe et légitime sapropre existence
àtravers le projet quivivraet disparaîtra aveclui.
L’idée de projet est riche, nullement
réductibleàlaplanification niau programme.Elle s’ancre toutaucontraire
dans lareconnaissance de lanature stratégique
descomportements humains (cf. encadré).Le projet ne saurait
non plus se limiteràl’incantatoire etàdes orthodoxies de
pensée déconnectées du réel et de ses difficultés.Dès lors
que l’on s’intéresse plus directementàson élaboration et
son déploiement en situation, on mesure qu’il estàlafois
un projet-visée et un projet-programme sur le plan de son
contenu (Ardoino, 1984), un processus piloté doncun
projet-méthode, un dispositif par lequel on explore les
possibilités de l’action, on lui donne du sens, on participe
de sadéfinition et de sa construction.De par les pratiques
d’élaboration et de déploiement qu’il recouvre le projet
joue sur la cohésion et la coordination ducollectif.

Repenser l’économie, repenser l’entreprise, refonder
les pratiques
«Lesvérités sontchosesàfaire et nonàdécouvrir ;
ce sont desconstructions et non des trésors. »
PaulValéry

Pour interroger les fondements de
l’économique,audelàde lasimplecritique, nous sommes entrés par l’action
dans un effort théorique de dépassement duréductionnisme
qui les habite.L’actioncollective n’arien de naturel.Elle
n’existe que parce que descollectifs secréent pour faire

Fondements de a pensée compexe

vivre des projets.Il est d’ailleurs remarquable, que lamode
étant passée des projets d’entreprise desannées 1980, les
acteurs des entreprises et des organisationscontinuentà
se réclamer de projets,àrevendiquer leur originalité, dès
lors que laseule légitimité marchande ne suffit pas :ainsi,
telle entreprisecotée parlerade son projet social, de son
attachement territorial pour ne pas passer sous les
fourchescaudines des exigences toujours plus grandes des
marcHés financiers; l’hôpital ou l’universitévont se
mobiliserautour de projets d’établissements singuliers parfois
affirmés ; le monde de l’économie sociale et solidaire se
réclame de projets qui fondent son existence, etc.En
négatif, il estaussi remarquable que, dans lapériode
actuelle, peu propice depuis quelques décennies déjà au
projet de société, on regrette qu’àl’échelle nationale ou
européenne il est n’yest pas de projet politiqueautre que
de s’en remettreàla concurrence etau marché.
Ne serait-ce qu’au motif d’accompagnerces
revendications du projet pour faire exister lecollectif, on ne peut se
contenter d’en reconnaître l’existence en pratique sans
faire l’effort de lui trouver saplace en théorie.Repenser
l’économie, repenser l’entreprise, refonder les pratiques,
voilàles enjeux.Nous ne sommes pas ici en mesure d’en
dresser laliste et encore moins d’en déployer
lesarguments de façon exhaustive.Nousallons simplement, sur
un mode transversalauxtrois niveauxsuggérés
(l’économie, l’entreprise, les pratiques), porter notre regard sur la
question de l’éthique et du politique qu’intègre l’approche
de l’organisation par le projet.
Avecle projet, on retrouve laquestion du sens qui est
aussicelle de laplace de l’éthique et du politique dans
l’actioncollective, quel que soit le niveauauquel on
raisonne.Comme nous l’évoquionsci-dessus, on mobilise
le projet dès lors que lalégitimation strictement marchande

31

Chemïns de formatïon au fï du temps…

ne suffit pas : lecommerce équitable, lebiologique, les
servicesàdomicileauxpersonnesâgées, maisaussi
laplanificationàlafrançareise en son temps, vendiquent leur
projet qui le plus souvent rapproche lesconsidérations
civiques, industrielles ou marchandes, permet de penser
lesarbitrages entre les différentes finalités que l’on
recherche dans l’action (évenot, 2006).On mesurealors que
si le marché « libre » ne suffit pasàdire lavaleur desbiens,
ce qui nous semble lecas le plus généralàl’heure des
préoccupations écologiques et sociales que nousvivons, le
politique doit prendre toute saplace entre l’éthique et
l’économique, làoùle situeHenriBartoli²³, proche encela
de laposition d’Amartya Sen²⁴.Il ne s’agit pas seulement
d’exprimer desvaleurs sur un mode
exogèneauxpratiques, mais de porter des projets qui
manifesterontàtravers lesactions qu’ils engagent, lesconsidérations
éthiques et politiques par lesquelles ils se définissent.C’est
donc àtravers l’actioncollective que le politique se
manifeste en favorisantcertaines régulations, l’expression de
projets productifs qui jouent sur les diverses ressorts de
l’action légitime : le marchand, laredistribution et le don.
Le marché est souventconsidérécomme unechose trop
sérieuse pour être laissé sous l’empire du politique mais
c’est l’inverse qu’il faut dire : le politique est unechose
trop sérieuse pour êtreconfiéau seul marché (Fitoussi,
2004).Si l’oncontinueàinverser les priorités entre
libertés politiques et économiques, il n’est pas sûr que
lecapitalisme surviveàl’affaiblissement de ladémocratie qu’il
entraîne.
S’il faut repenser l’économie, l’entreprise et les
pratiquesc’estbien sûr un projet éducatif qui se joue.S’il s’agit
de transformer l’essai éthique, de « transformer
l’expérience humaine en scienceavec conscience »comme le
demandeLeMoigne (2007)àlasuite deMorin (1982),

32

on mesure l’effort qui resteàfaire.Combien de nos
étudiants quittent l’université – pensonsànotre univers de
l’économie et du management – enayant été préparésà
cette pensée de la complexité, indissociable d’une
épistémologie renouvelée ?Peu.Beaucoup resteàfaire pour que
quelquesbribes desSept savoirs qu’aenvisagésMorin
(2000)àlademande de l’prennentcorps dans des
cursus encore trèscloisonnés.Lanécessaireadaptation
auxmutations du mondecontemporain ne doit pas
conduire l’entreprise, et encore moins l’école ou
l’université,àêtre les lieuxou les instruments d’unebarbarie
douce (LeGoff, 2003).
Mais il reste que l’on peutvivre la complexité sans en
parler et en parler sans lavivre.La complexité, lapensée
complexe, ne doit pas devenir une idéologie, mais
s’affirmercomme une méthodecommeMorin l’a affiché
d’emblée dans son œuvre majeure (les sixtomes deLaMétode) :
une méthode pour mieuxpenser et pour mieuxagir.
Les projets que les hommes nourrissent sont le substrat
de l’intelligence qu’ils déploient, des stratégies
deconnaissance et d’action qu’ils forment.Une lecture théorique qui
exclut le projet passeà côté de l’essentiel : lagenèse de la
vie économique et sociale, le sens et les finalités qu’on lui
donne, la construction des règles par lesquelles on
l’encadre.On ne peut ignorer la conception et la construction
des organisations et des régulations qui manifestent les
projets que les hommes nourrissent.

J-P B,
Professeur, Sciencesde gestion,
Université de Nantes

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.