//img.uscri.be/pth/311764fb0b230fec474588f049b8e24ba6b43609
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Pour un regard-monde

De
296 pages
Armand Mattelart a consacré une grande partie de sa vie à penser la mondialisation de la communication et de la culture. Son oeuvre se révèle incontournable, tant elle est originale et multiple.
Ce livre retrace la trajectoire de cette oeuvre, en la replaçant dans les différents contextes sociaux et géopolitiques qui l’ont façonnée. En même temps que les idées en mouvement, on y découvre l’état des rapports de force internationaux et la complexité du jeu des acteurs sociopolitiques dans les sociétés au sein desquelles Armand Mattelart a été appelé à vivre et à travailler. Explicitant des aspects moins connus de ses recherches, il montre comment et pourquoi son parcours personnel est partie intégrante d’itinéraires collectifs.
Voir plus Voir moins
pour un regardmonde A r m a n d M at t e l a r t e n t r e t i e n s av e c M i c h e l S é n é c a l
CHAMP LIBRE Extrait de la publication
Armand Mattelart
POUR UN REGARD-MONDE
Entretiens avecMichel Sénécal
Les Presses de l’Université de Montréal
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Mattelart, Armand  Pour un regard-monde  (Champ libre)  Comprend des réf. bibliogr. isbn 978-2-7606-2247-0 1. Mattelart, Armand – Entretiens. 2. Communication internationale. 3. Communicateurs – Belgique – Entretiens. 4. Professeurs (Enseignement supérieur) – Belgique – Entretiens. I. Senécal, Michel, 1953- . II. Titre. III. Collection : Champ libre (Presses de l ’Université de Montréal). p92.5.m37a5 2011 302.2092 c2010-942651-7
isbn(version imprimée) : 978-2-7606-2247-0 isbn(version numérique) : 978-2-7606-2676-8
er Dépôt légal : 1 trimestre 2011 Bibliothèque et Archives nationales du Québec
© Les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 2011, pour le Canada. © Éditions La Découverte, Paris, 2010, pour le reste du monde.
Les Presses de l ’Université de Montréal reconnaissent l ’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour leurs activités d ’édition. Les Presses de l ’Université de Montréal remercient de leur soutien financier le Conseil des Arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC).
imprimé au canada en janvier 2011
Prologue
C «amarade, ceci nest pas un livre / Qui touche ceci, touche un homme», disait le poète américain Walt Whitman dans son poèmeSo long. Cette citation traduit en peu de mots lintention ambitieuse de cet entretien au long cours. Un entretien construitàpartir dunéchange verbal de base, transcrit, puis retra vailléet complété àtravers de multiples allersretours de courriers entre Montréal et Paris. Son propos est de retracer la trajectoire intellectuelle et personnelle du chercheur singulier quest Armand Mattelart et de revisiter dans le même souffle les différents contextes sociaux et géopolitiques qui ont fait ce quil est devenu. Cest un parcours de plus dun demisiècle quil est question d’évo quer, chaque fragment apportant unéclairage particulieràla démarche de lhomme en situation. Considérécomme lun des penseurs majeurs dans le domaine desétudes de la communication et de la culture, il est devenu incontournable, tant sonœuvreori ginale, abondante et richea essaiméde par le monde. Son enraci nement international est attestépar les nombreuses traductions de ses ouvrages. De langlais au basque, du chinoisàlarabe. Au fil de cet entretien, Armand Mattelart revient sur les prémissesépistémologiques de ses approches successives du champ de la communication. Il sexplique sur ses choix entre des possibles théoriques. Il explicite des aspects relativement peu connus de son propre travail. Chacun des chapitres constitue en quelque sorte un espacetemps révélant autant les racines de sa conscience poli tique, l’état des rapports de forces internationaux et des mouve ments didées en action que la matérialitéde sa pensée et
Extrait de la publication
n 6pour un regard-monde
l’évolution du champ d’études interdisciplinaires sur la culture et la communication. Néen 1936, son enfance est sans nul doute marquée par la Seconde Guerre mondiale, alors que son pays dorigine, la Bel gique, vit sous lOccupation. Et sa période de formation scolaire et universitaire lest tout autant par les mouvements de la jeunesse catholique, alors que celleci est de plus en plus préoccupée par la misère du monde. Dailleurs, nestce pasàla mêmeépoque que, dans plusieurs pays occidentaux, laction catholique tendàse laïciser etàsortir des frontières nationales ? Il obtient un doctorat en droitàlUniversitécatholique de Louvain en 1960, lannée même oùle Congo, colonie belge, devient indépendant. Son choix dune spécialitépostdoctorale est aussi un choix géopolitique. La ques tion du développement et du tiers monde est alorsàlordre du jour. Il se dirige vers Paris, halte décisive pour lorientation tant de sa tra jectoire intellectuelle que de sa vie personnelle. Il sinscritàlIns titut de démographieàla facultéde droit, fondécette même année académique avec lappui dAlfred Sauvy, un des théoriciens du concept de tiers monde.Àla Citéuniversitaire internationale, il fera la connaissance de Michèle Henry, qui deviendra sa compagne de vie et sa complice intellectuelle, avec qui il signera bon nombre douvrages. En septembre 1962, il est engagéen tant que démographeà lUniversitécatholique du Chili,àSantiago. Il fera du Chili son pays dadoption et y restera onze ans. Il arriveàun moment oùle débat sur le déséquilibre entre la croissance de l’économie et celle de la population bat son plein dans les grandes organisations internatio nales. Les politiques dassistance du gouvernement desÉtatsUnis érigent le contrôle des naissances en enjeu géostratégique. Sur le terrain, ce qui interpelle le jeune démographe, ce sont les stratégies médiatiques mises en place par les expertsétatsuniens en vue de persuader les femmes des classes populaires dutiliser les méthodes contraceptives. Ce quil découvre, ce sont les effets de réalitédune sociologie diffusionniste des innovations qui fraie avec les méthodes du marketing. Cette conception marchande des médias et de la culture de masse est aux antipodes de sa vision encore ancrée dans lidée de service public. Cest précisément depuis une
Extrait de la publication
prologue 7 n
réflexion sur le fonctionnement des médias que sopérera son virage desétudes démographiques vers lesétudes de la communi cation. On est alors en 1967, en pleine période de branlebas sur les campus de la planète et de protestations contre la guerre du Vietnam. Lesétudiants de la«Catholique»occupent le siège cen tral. La première de ses recherches sur les médias portera justement sur le traitement fait par le journal conservateur le plus influent du Chili de cetévénement. Cette réorientation de lobjet et du champ d’études va de pair avec le glissement vers une perspective nourrie par les approches ancrées dans le matérialisme culturel. L’élection du président Allende change la donne. Il ne sagit plus seulement de décortiquer les discours de la presse conservatrice. Durant les trois années de lUnitépopulaire, entre novembre 1970 et le 11 sep tembre 1973 (date du coup d’État qui renverse le gouvernement Allende et instaure une dictature militaire), Armand Mattelart par ticipe de près aux projets de réforme des médias et au développe ment de politiques de communication. Mais aussi aux nombreuses polémiques et controverses que la question médiatique suscite. Expulsépar la dictature du général Pinochet, il revient en France en octobre 1973, et cest peu dire que lexpérience chilienne aura marquéde manière déterminante sa vie et sa pensée. Il a trentesept ans au moment du coup d’État chilien et il na jamais ou presque publiéen français. Car son véritable milieu dintervention politique et scientifiqueétait devenu naturellement lAmérique latine. Lui et sa famille devront faire en quelque sorte le deuil de cette aventure sociale si abruptement interrompue. Pendant les quelques pre mières années qui suivent cet exil forcé, il estàla fois largement sol licitépour faireétat de ce passageàla dictature dun pays et dune culture tant aimés et perdus, et aussi obligéde faire face aux diverses embûches quentraîne la réinsertion, de lui et de sa famille, dans cette nouvelle sociétédaccueil. Parmi les bilans quil fera du drame chilien sen trouve un de taille, et de nature exceptionnelle, qui prendra la forme dun film documentaireLa Spirale(1976), auquel il consacrera près de deux années de recherche. Durant la période comprise entre 1973 et 1983, son travail intel lectuel estàlimage de cette intégration au tissu social et scienti fique français et européen. Dans sa production de l’époque, on peut
Extrait de la publication
8pour un regard-monde n
dailleurs déceler trois types douvrages : certains sont axés sur lexpérience chilienne et, comme le filmLa Spirale, font le point ou prolongent la réflexion critique entreprise alors dans le contexte latinoaméricain, avec lequel il garde unétroit contact ; dautres sont reliés directement aux différents groupes de travail, commis sions ou recherches commanditées dont il assumera la responsabi lité; dautres enfin poursuivent la réflexion quil a entamée avec Michèle Mattelart et constituent une sorte de trame de fond de lensemble de ces travaux. Ajoutonsàces trois types de publica tions le travail de mise en valeur dun patrimoine critique qui trace la voieàla réalisation, quelques années plus tard, douvrages dans lesquels les perspectives historique et géopolitique seront essen tielles. Fin 1983, après dix ans de contrats denseignement et de recherche qui, bien quayant débouchésur des résultats concrets et reconnus, ressemblaient plutôtàun travailàla pige, Armand Mat telart devient professeur titulaire en sciences de linformation et de la communicationàluniversitéde Rennes2. Il y sera directeur du département Infocom et mettra en place la formation doctorale et le Centre d’études et de recherches sur la communication et linter nationalisation. Comptant désormais sur une base institutionnelle pérenne pour développer ses problématiques, il sinvestit autant dans la création et la consolidation de programmes denseigne ment que dans l’élaboration dun plan de recherche personnel axé sur lapproche généalogique et géopolitique de lhistoire de la communicationmonde, une notion quil forge en sinspirant du tempsmonde de Fernand Braudel afin de traduire la complexitéet limbrication de ces dimensions. Il restera quatorze ansàRennes. En 1997, il rejoint luniversitéde Paris8 (Vincennes/SaintDenis) oùil met en place le Centre d’études sur les médias, les technologies et linternationalisation (CEMTI). Dans ses publications et interventions scientifiques, il poursuit durant ces années les pistes quil a luimême tracées dès le début de sa carrière. Il intervient sur des sujets particuliers, mais qui ont cer tainement en commun davoir des dimensions politiques,écono miques et idéologiques semblables, sinon très rapprochées en termes de médias de masse, comme par exemple la publicitéou la
Extrait de la publication
n prologue 9
production audiovisuelle. Il continue aussi ses travaux avec Michèle Mattelart sur les bouleversements de paradigmes en train de sopérer dans le champ d’étude de la communication. Il en sou ligne la richesse, mais en pointe aussi les ambiguïtés. Il sengage aussi plus intensivement dans lapprofondissement généalogique et géopolitique des idées, courants,écoles et concepts dont le résultat est la communication comme elle est pensée et pratiquée aujourdhui, avec tous ses potentiels, limites et contradictions. Autre caractéristique de sa productionégalementàretenir, celle du souci pédagogique quil a développédans des publications dédiées plus spécifiquement au monde académique, ce qui constitue en soi une manière de poursuivre sa démarche critique visàvis de la communication certes, mais aussi visàvis des modalités de son enseignement. Cette préoccupation est en filigrane dans lensemble de ses publications, mais elle apparaît plus clairement dans ses ouvragesécrits, sembletil, pour intervenir plus spécifi quement sur la formation des jeunes générations de chercheurs et de professionnels de la communication. Bien quayant pris sa retraiteàtitre de professeur titulaireàluniversitéParis8, il nen demeure pas moins actif. Sil poursuit ainsi son travail de péda gogue, cest que cela correspondàune qualitéintrinsèque de lenseignantchercheur quil est restéet explique limportance quil accordeàce rôle, en particulier si on sattacheàsa façon de conce voir la dialectique entre démarche scientifique et engagement citoyen. Dans le contexte actuel de la mondialisation, alors que se multi plient les rencontres internationales sur les enjeux de la communi cation planétaire et de ses rapports avec l’état de la démocratie, les ouvrages historiques et géopolitiques dArmand Mattelart, consacrés plus spécialement aux acteurs et stratégies de ce mouve ment de fond des sociétés contemporaines, font référence. Lors de toutes sortes dassemblées, allant des conférences scientifiques aux forums sociaux, il démontre de manière tangible quil est possible et même souhaitable de conjuguer dans un mêmeélan histoire et présent, pratique et théorie, local et supranational. Cest, selon lui, le défi que doit relever tout projet de construction dune histoire culturelle plurielle des modes de production, de circulation et de
Extrait de la publication
1 0pour un regard-monde n
réception des dispositifs internationaux de communication et dinformation. Le long entretien qui suit, et auquel il sest si librement prêté, participe de cette consolidation du patrimoine intellectuel produit et partagéau cours de plus de quatre décennies, dont les prolonge ments sont sans aucun doute dores et déjàassurés, tant lhomme et sonœuvre ont marqué, toutes latitudes confondues, des généra tions de chercheurs et de praticiens de la communication.
Extrait de la publication
Michel Sénécal