//img.uscri.be/pth/e595caaed5229478a80a35adac78b14d25646a87
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

QUAND L'ENFANT DEVIENT VISITEUR : UNE NOUVELLE APPROCHE DU PARTENARIAT ECOLE/MUSÉE

De
218 pages
Ce livre au carrefour de la muséologie et des sciences de l'éducation, sera un outil indispensable aux enseignants voulant réaliser des sorties dans des musées ou des projets associant l'Ecole et le Musée. En effet, il apporte une contribution à l'étude des relations entre l'Ecole et le Musée et renouvelle largement la problématique autour de la rencontre entre ces deux institutions. Après une analyse de l'évolution des relations entre l'Ecole et le Musée, l'auteur propose et présente une recherche-action sur l'apprentissage par les élèves de la lecture de l'exposition.
Voir plus Voir moins

Quand l'enfant devient visiteur: une nouvelle approche du partenariat Ecole / Musée

@ L'Harmattan, 2001 ISBN: 2-7475-2446-9

CORA COHEN

~

f'enf,ant ckoient td6itewt :
apl'JUJJie du p.wdenmdat

Une ~

Eœle

I JJtlU6k

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - France

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest - HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 TorinQ - Italie

JKe6~~~

Mille mercis à Yves Girault. Merci pour ton énergie à toute épreuve, ta passion, et ton efficacité. Malgré ton emploi du temps plus que chargé, tu t'es toujours montré disponible avec moi de cette recherche. Je voudrais remercier, ici, Jean-Pierre Astolfi et Jack Guichard. Les conseils que chacun de vous m'a apportés m'ont permis de repenser certaines parties de ce travail, avec un œil autrement affûté. Je tiens à remercier Michel Van-Praët. Nos échanges points de vue, m'ont permis d'avancer dans cette recherche. Mes remerciements à Jacqueline Eidelman, Blandin, et Françoise Guichard. Merci également à toute l'équipe pédagogique et culturelle du Muséum Naturelle, (ERMM). et à l'Équipe de Recherche du service d'action National d' Histoire Muséale de pour discuter

Patrick

sur la Médiation

Pour mes proches, je dois ajouter aux remerciements,

de

sincères félicitations... pour avoir supporté la place qu'a pris ce travail, et les inquiétudes de celle qui l'écrivait: Merci à toi Jacky d'avoir m'avoir encouragée. Thierry, que te dire? envahissant! lu et relu mon travail, et de

Je sais à quel point ce travail a été

Merci pour ton aide, et pour ta présence si précieuse.

Merci à mes parents, et à Yaël. Je ne sais pas si c'est un cadeau, mais je vous dédie ce qui suit...

5

9>MJaœ

Nul ne peut nier aujourd'hui visites scolaires effectuées

l'importance,

d'une part du nombre de et d'autre part de

dans des musées,

l'offre muséale qui s'est considérablement diversifiée durant ces toutes dernières années. Il existe en effet un réel réseau national de structures scientifiques qui proposent des projets de partenariat avec le monde scolaire (muséums, Mais qu'en est-il sur le terrain? Toute l'originalité bibliographie, responsables de l'ouvrage l'auteur nous de Cora Cohen, est de porter un montre que la majorité des écomusées, CCSTI, aquariums...).

intérêt sur l'enfant visiteur et non sur l'élève. Par une analyse de la actuels de musées, ignorant les réflexions théoriques

des années 30/70, ne prennent pas suffisamment en compte la spécificité du média musée. Elle retrace l'évolution des questionnements qui ont eu cours dans le cadre de la rencontre entre l'école et le musée, et pointe les principaux problèmes apparus dans ce nouveau contexte. Elle démontre que différentes conceptions sur l'utilisation de l'espace muséal par les groupes une première tendance scolaires se sont succédées ou ont cohabité:

à une scolarisation du musée s'étant progressivement transformée en une approche plus respectueuse des spécificités de chacun des deux partenaires. Cette réflexion théorique est prolongée par une recherche-action qui a pour objet la mise au point et l'évaluation de situations didactiques pour les élèves afin de leur fournir les clés de lecture du musée. Entretiens, vidéo, questionnaires, carnets d'aventure, questionnaires avec les enseignants, suivi des enfants après leur «aventure au musée », autant de données consciencieusement

7

réunies

et analysées

qui nous permettent

d'appréhender

plus par

concrètement

la nature des obstacles, des ruptures rencontrées

les jeunes visiteurs. Ce livre fort agréable à lire, et très original quant à l'approche qu'il propose, mérite véritablement d'être lu par de très nombreux enseignants et muséologues. Yves Girault Professeur au Muséum national d'Histoire naturelle Directeur de l'Equipe de Recherche sur la Médiation Muséale

8

SmnnuWte

3~

__ _ _ ___

_____

___

__

_ _ _ _ _ _ __ _

__p.13

ff~1 Éduadum et JJtlu6io£ogie &ubte de ~
1. Musée, muséologie, muséologueuuu_uuu_uuuuu_u_u_uuuuup.15 2. Musée et École: quelles rencontres possibles ?uuu_uuuu_up.17
3. Éléments 3.1 Détour d 'analyse.. historique u _ _ u_u_ _____ u u _ _uuuuuu _ __ _ uu_ __ _ uuuu _____ u _u_ _ _ _ _ up. _ _ __p. 31 32 _ __ _ _ _ _

3.2La muséologie

au cœur de ces rencontres.uuuuuuuuuuuup.33

ff~2 !JWhvtique de la ~

Une 6~ntûm
(1945-1970

de

enbœ t' &.:0&
f'e6l'~

et &, JJtlu6.ée

tnU6M

eliapibre 1 .N~~nnœ de la ~

&.:0&/ JJtlu6.ée
uup.37

)__uuuuuu_uu_u_u_uu__u_uu

1. Fondements de la relation École/Muséeuuu_u_uuuuu_u_u_u_p.38 1.1 États de quelques représentations sur les institutions
mus é al es. _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _p. 3 8

1.1.1 Musées
des

d'arts, musées

de sciences:
_ uu ___ u ____u_u ___u_ u_p.40

représentations

di vergentes.u_

1.1.2 Rénovation des musées ou l'exposition pédagogique ?
_ ___ u u _u _ __uuu uuuu _ uu

___

u u

__

uu

_ _ _ _ u_

__

.p.4

2

9

1.2Rencontre de deux institutions.nnnn_n_nnn_nn_nnn_nn_nnp.46 1.2.1 Étude du cadre scolaire,unnnn_nnn_nnunn_n_nn_nunp.46
1.2.2 Prémices d'une relationn n n n n n n n n nun u u n u _ u u n u np. 49

1.2.3 Premières études sur de la rencontre École/Muséennp.54 1.2.4Difficultés d'une relation naissante_nnnnn_n_nnnnn_p.56 1.3Rencontre entre les acteurs muséaux et scolairesnn_n_nnnp.57 1.3.1 Personnel d'accueil des groupes scolairesnnnn_nnnnp.57 1.3.2 Problème de formationunn_n_nuu_unuu_nnunnun_n_p.60
2. Approche pédagogique, _ u ___ ___ ____ _ n n n n_ n n nn n _n _n n n n _n nn _ _ _p. 65

2.1 Musée, École et influence pédagogique.nnu_nnunnnnnnnp.66 2.1.1 Utilisation de questionnaires..nnnnnnn_n_n_nn_unnnp.67 2.1.2Intégration du programme scolaire.._nunnnnn_nnnu_p.69 2.1.3 Spécificités des deux institutions nnn_nnnnn_n_nn_u_p. 71 2.2Pratiques pédagogiques 2.2.1 Prêts d'objets ou le musée dans la classe u_n_nu_nn_P.76
nn_n nnn _ n_ n _n _ n nn _nn _ n nnn n _p. 75

2.2.2

Musées

pour

enfants..nnn_

nn__nnn

u nn un __nn _____n_n_p.

80

2.2.3 Sortie scolaire:

au musée ou ailleurs

?uun_nu_uunn_P.82

3. Le Musée reflet de l'École?

nnnnnnnn_n_nnn_nunnnnnn__n_P.85

elmpibte 2 Éoofutüm ck fa 'teIWmbte
(1970 -à fW-6; ;) ~

ɜ&/.Mu6k

uunnn_nnnnunun_n_nnp.87

1. Autour des années 70 : un nouveau cadre pédagogique,nu_p.88 1.1 De nouveaux concepts pédagogiques à l'École.nn_nn n_p.88 1.2Répercussions pédagogiques au Muséeuuu_nn_nn__nnn_n_p.91 1.2.1 Musées d'Artuu_u_nunnnnnnnnnnnnnn__nnu_n_nnnp.91 1.2.2Musées de sciences nunn___n_nnnn_u_nn___unnnnnnnp. 93 1.2.3 Le cas du Musée en Herbe..nnn_nnn_uu_nnnnnun_n_p.95

2. Partenariat

entre l'École et le Muséeunnn_uunn_nnn_n__n_np.96

10

[j~

[j>~ 3 da ui6itewt la ui6ite 6~

p,QJt

eJiapWte 1 V~; l' apP~~ag£

de la ledwte de
p

l'

eœp.

~itüm

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - - - - - -

.101

1. Réflexions sur la lecture de l'exposition.uuuuuuuuuuuuu_p.1 01 2. Un canevas spécifique théoriqueuuuu_uu_u_uuu_uuuuu_uup.1 08 2.1 Conceptions ou représentations,uuuuu_u_uuuuuuuuuu_up.1 08 2.2La transposition didactique..uuuuu_uuuuu_u_u_uu_uuuu_p.111 2.3Les formes d'accueiluuuu_uuuu_uu_u_u_u_uuu_uu_u_uuup.112 2.3.1 Visite libre, visite avec fiche ou conférence ?uu_uup.112
2.3.2L'animation muséale,uuuuu_uuu_uuu_uu_uuuuu_uup.113

2.3.3Construction

d'une animation muséale spécifiqueup.115
d' lUre

eJiapWte 2 &éatüm
pw£ntatUm,

animation

tnU6iale,

eœp~,

éoaluatûm__p.117

1. Un projet test (1996/1997)u_u_uuuuu_u_uuuu_uu_u_uu_uuu_p.118 1.1 Présentation pédagogiqueuu_uuuuuuu_uu_uuu_u_uuuuu_p.118 1.1.1 Première séance ou les représentations des élèves
sur le musée. _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ __ _ _ _ _ __ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _p .118

1.1.2Deuxième séance ou les découvertes des objets naturalistes._u_uuu_uuuu_uu_uu_uuuuu_uu_u_up.119 1.1.3 Troisième séance ou la lecture de l'exposition..uuup.121 1.1.4 Quatrième séance ou la lecture de l' objetuuu_u_uu_p.122 1.1.5 Cinquième séance ou les enfants concepteurs d' expositionuuuuu_uu_u_uuu_uuu_u_u_uuuup.123
1.2Méthodologie.u_ 1.3 Analyse _u _ _ uuuu__uuu _ __ _Uu _ u ___ u _ _ _ u_ uuuu_ ___ u _ uu _p.123 _ ___ _ _ _ __ __ _ _ _ _ _ ___p .124

1.3.1 Entrons dans le muséeu_uuuuu_uuuuu_uuu_uu_u_u_p.124 1.3.2 Contenu des carnets d'aventure_u p.135 1.3.3 Entretiens un an après,u_u_uuuuuuuu_uuu_uuuuuu_p.141 1.4 Une première expérience encourageante u_uuuu_uuuuuup.163

Il

2. Un développement du projet (1997/1998) uuu_uu_uuuuuu_p.165 2.1 Présentation pédagogique_uuu_uuuuuuuuu_uuuuuuu_uup.165
2.2Méthodologie.uuu ____ uuuuu_ _ uuu_ uu_uuuuu_ u __ u _ u uuuu_p.166

2.3En partenariat,

des résultats

intéressants.._uuuuuuuuuuup.166

3. Généralisation du projet (1998/1999).uuuuuuuuuuuu_uuup.169 3.1 Présentation pédagogiqueuu_uuuu_uuuuu_u_u_u_uuuu_u_p.169
3 .2Méthodologie.u __ u uuuuu u _ uu_ uuu_u_uuuuu_ u_ u_ _ _uu ___ u _p.170

3.3Limites

et atouts

du projetu_uuuu_u_uuuuuuu_uu_u_uuu_p.171

ff~~itûm
l'Ecoh et le

d'élitnent6~ p~
~k auj{twtd'

une ~
Iiui_ u u u _ u u u u _ u u

enfJœ
_ u u _ u u u up .181

~-io..n
~;AI;nnu~~
~~

_ __

__

_

__

_ _ _ _ __ _ _ __p.197

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - -- - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - --p

.203

12

!/nbwdudûm

C'est le jour de la sortie scolaire! Les élèves sont excités, ils quittent l'école. Est-ce le lieu de la sortie qui les anime tant, ou le fait de s'éloigner de la classe avec leurs camarades? Quoi qu'il en soit, ils suivent leur enseignant et se dirigent vers le Musée. Une exposition va être découverte, ou parcourue, et de cette confrontation entre des objets figés et des élèves remuants peuvent naître toutes sortes de sentiments entre le plaisir et l'ennui. Mais chut... les portes du musée s'ouvrent, les enfants s' y engouffrent, que va-t-il se passer? Depuis une cinquantaine d'années, les relations entre l'École et le Musée n'ont cessé de se développer. Les groupes scolaires représentent, de nos jours, une part importante des publics des musées. Mais quelle est la nature de cette relation? Comment celleci a-t-elle évolué? Quels sont les objectifs déclarés et véritablement atteints par les sorties scolaires au musée? Avec la généralisation de ces visites, chaque écolier se rendra très vraisemblablement au moins une fois durant sa scolarité dans un espace muséal : quel type de formation lui offre-t-on durant ces sorties? Nous avons orienté notre recherche sur une analyse de la rencontre entre l'École et le Musée pour saisir les enjeux et les limites de cette situation spécifique. Pour embrasser ce sujet, nous avons choisi de faire se confronter différentes approches, et de construire notre recherche en trois parties. Nous délimiterons, tout d'abord, les contours de notre problématique pour situer notre travail, tant par rapport aux diverses études réalisées sur ce sujet, que dans le champ de la muséologie. Celle-ci se plaçant au carrefour de différentes

13

disciplines, nous définirons les concepts utilisés que nous avons choisi d'emprunter principalement à la didactique.
C'est autour d'une analyse historique de la rencontre entre l'École et le Musée que nous avons construit notre deuxième partie. Celleci nous permettra d'étudier les conditions d'émergence et la généralisation de cette relation. Une tendance à une scolarisation de l'espace muséal semble s'installer dès les débuts de cette rencontre. Nous tenterons de déterminer les éléments qui ont contribué à mettre en place cette situation. L'évolution des représentations et des pratiques pédagogiques sera analysée pour permettre d'éclairer la situation actuelle. Ces approches nous ont permis de définir de façon théorique une trame didactique de construction d'animation à mettre en place dans le cadre des relations entre l'École et le Musée aujourd'hui, dans un souci de partenariat entre ces deux mondes. Ces éléments didactiques ont été déterminés, dans notre dernière partie, à l'aide d'une «recherche-action» qui s'est déroulée sur trois années consécutives avec des classes, pour affiner, au fil du temps et des expériences pédagogiques, nos propositions.

14

fj>~

1

Édurolüm et ~io£ogie eadJte de ~

La rencontre entre l'École et le Musée dans le cadre des sorties scolaires engendre une situation spécifique. En effet, deux institutions différentes se lient le temps d'une visite scolaire au musée. L'analyse de ce moment peut être réalisée par différentes approches. Selon la discipline à l' œuvre, se différencieront les angles d'interrogation et de recherche ainsi que les méthodologies associées qui orienteront le travail. Notre recherche s'inscrit en muséologie. Muséologie, vous avez dit muséologie?

1. Musée, muséologie, muséologue
Avant d'étudier différentes tendances dans les champs de la muséologie et de l'éducation, il nous paraît important d'examiner les contours de la muséologie. Cette question anime à l'heure actuelle de nombreuses questions. Pour Van Mensch (1991), cela fait plusieurs années que des débats se poursuivent à l'échelle internationale sur le contenu et le champ de la muséologie. Pour nous, la muséologie ne peut être complètement une «discipline définie », mais plutôt une discipline « en devenir ». Une dynamique inconfortable mais passionnante embrasse ce champ d'étude et les travaux qu'il engendre. Une définition essentielle est à rappeler ici, celle de musée, énoncée par l'ICOM et adoptée par la communauté muséale : « le musée est une institution permanente, sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public, et qui fait des

15

recherches concernant les témoins matériels de l'homme et de son environnement, acquiert ceux-là, les conserve, les communique et notamment, les expose à des fins d'études, d'éducation et de délectation ». Les trois grandes fonctions du musée sont donc énoncées ici: la conservation, la recherche et la diffusion des connaissances. La muséologie se centre sur le musée. Dans ses leçons, G.H. Rivière (1989), définissait la muséologie de la façon suivante: «une science appliquée, la science du musée. Elle en étudie l'histoire et le rôle dans la société, les formes spécifiques de recherches et de conservation physique, de présentation, d'animation et de diffusion, d'organisation et de fonctionnement, d'architecture neuve ou muséalisée, les sites reçus ou choisis, la typologie, la déontologie ». Nous observons ici le réseau disciplinaire que la muséologie permet de tisser. En effet, tant pour les méthodes, que pour les concepts, la muséologie fait appel à de nombreuses disciplines comme la sociologie, l'épistémologie, la linguistique, la didactique, l' histoire, ... etc. C'est au carrefour de celles-ci que les recherches en muséologie vont alors s'inscrire. Si la muséologie ne répond pas aujourd'hui à une définition stricte, qu'en est-il du terme de muséologue? Ce dernier est très couramment utilisé au Québec, en comparaison avec les autres pays francophones. L. Lacroix (1990) a examiné les différentes catégories existantes derrière ce titre de muséologue. On y découvre les professionnels de musée n'occupant pas un poste traditionnel dans cette institution, les employés ponctuels comme les «designers d'exposition », les consultants ou contractuels s'occupant de di verses questions reliées au musée, et enfin, le scientifique ou théoricien qui fait du musée son objet d'étude. De nos jours, il semble qu'il reste encore à discuter pour définir les concepts liés au champ de la « muséologie ». L'éducation est un pôle important de la muséologie aujourd'hui. Différentes études ont été réalisées, intégrant diverses disciplines.

16

Les recherches sont de plus en plus nombreuses. Nous intéressant à la rencontre entre l'École et le Musée, nous avons choisi d'étudier principalement les recherches centrées sur les spécificités de ces deux institutions.

2. Musée et École: quelles rencontres possibles?
La relation entre l'École et le Musée est le fruit d'une rencontre assidue depuis plus d'un demi-siècle. Ces deux institutions doivent devenir, durant cette rencontre, de véritables partenaires, malgré l'existence de nombreuses différences entre ces deux mondes. L'École et le Musée n'ont ni les mêmes missions, ni les mêmes objectifs, et pourtant la visite scolaire doit réunir les intentions des différents acteurs en jeu. Quels types de relations peuvent exister entre ces deux institutions? Pour J.R. Deronzier (1987), la mission éducative de la société ne se limite pas à l'École car, même si l'institution scolaire le voulait, elle ne pourrait pas remplir toutes les commandes qui lui sont adressées. Par contre pour A. Szpakowski (1973), c'est le musée qui ne peut pas remplir les missions de l'École en ce qui concerne ce qu'il nomme « l'enseignement ordinaire». Cet auteur insiste sur le fait que, malgré les réticences de certains enseignants, les musées peuvent jouer un rôle capital sur le plan de l'éducation et dans certaines formes d'enseignement secondaire et supérieur. Ils peuvent également, d'après A. Szpakowski, assurer une formation spécialisée comparable à celle qu'offrent les Écoles et les universités. Que l'École ne soit pas considérée comme l'unique référent pour l'éducation, ou que le Musée ne puisse pas être défini comme l'égal de l'École, ces deux institutions sont liées l'une à l'autre par une certaine forme de complémentarité. Cette notion est également soulignée par R. Arpin (1997) pour qui il est important d'étudier les fondements de l'éducation scolaire, bénéficiant d'une longue tradition pour éclairer une réflexion sur l'éducation au sein des musées.

17

Nombreux sont les auteurs, de nos jours, qui opposent l'éducation muséale à l'enseignement traditionnel scolaire de façon théorique, mais en pratique la réalité semble tout autre. T. Sola (1989) s'interroge: « les écoles, les établissements d'enseignement n'ontils pas pour rôle de transmettre les connaissances élaborées par la société?» Pour cet auteur, le musée a un rôle plus large. «Communiquer l'information en s'appuyant sur des bases rationnelles et cartésiennes et sur une logique mécaniste, appartenir à la « civilisation de la deuxième vague », voilà qui peut convenir à un établissement d'enseignement, mais certainement pas à un musée. Et pourtant, c'est la situation que l'on observe à l'heure actuelle dans ces derniers. Il s'agit là d'un anachronisme qui perdure depuis peut-être un demi-siècle ». La frontière entre l'éducation scolaire et l'éducation muséale n'est pas toujours clairement définie, même si des différences peuvent être établies entre, par exemple, le Musée qui délivre un enseignement non formel par opposition à l'École qui dispense un enseignement formel ou académique (Jacobi et Coppey, 1995). Pour J. Guichard et J.L. Martinand (2000) cette dernière distinction est réductrice pour les médias1 dont font partie les musées. En effet, des ambiguïtés existent dans ce type de différenciation lorsque, par exemple, le musée est utilisé dans le cadre des sorties scolaires. Ces auteurs préfèrent, aux notions d'éducation formelle et non formelle, dans ce cas, parler de « cadre scolaire» et de « cadre des loisirs». Dès lors, de façon spécifique, le cadre « médiatique» se différencie du cadre scolaire par de nombreux aspects que ces auteurs synthétisent dans le tableau suivant.

1

J. Guichardet J.L. Martinand(2000) utilisent le terme de média pour « désigner

toute situation socialement organisée et techniquement outillée mettant en rapport des destinataires avec un savoir ou des représentations sociales. En ce sens une exposition, tout comme un livre, une revue, un CD-ROM, une représentation théâtrale, un film, une émission de télévision, un musée ou une exposition sont des médias ». 18

Éducation « scolaire» Codification Public Conditions Temps Organisation/temps Évaluation pour l'usager ou l'élève Enjeux Recherche de Programmes Groupes d'âge homogène Contraint Scolaire Progression régulière Système de validation Examens, contrôles Réussite

Culture « médiatique» Pas de projets à long terme Usagers diversifiés Liberté de choix Loisir Intermittent Pas de système de validation Culture personnelle Plaisir et culture

Tableau nOI : Distinction entre le cadre scolaire et le cadre médiatique (Guichard, Martinand, 2000)

Ces différents cadres s'appuient sur des définitions différentes, mais également sur des utilisations variées. Notons que le cadre médiatique n'est pas pensé lors d'une utilisation scolaire dans ce tableau. Il serait intéressant d'étudier cette dernière situation. En effet, la validation par exemple, doit-elle subsister lors de la visite scolaire? Les enjeux se modifient-ils dans ce cadre? Ce sont des éléments qui nous semblent pertinents à discuter. M. Paquin (1990), met en évidence au Québec, et par extension, un peu partout dans le monde, l'existence de trois conceptions s'opposant par rapport à l'éducation muséale : la descolarisation du musée, la parascolarisation du musée, et l'harmonisation des ressources du musée avec celles de l'École. Certains musées réduisent les arrangements institutionnels et peuvent, ainsi, proposer un programme éducatif s'adressant à tous les types de visiteurs, sans que ne soit pensé un programme spécifique pour le public scolaire. Tout ceci contribue à la descolarisation du musée. D'autres musées, au contraire, travaillent dans l'optique d'une parascolarisation en proposant des activités aux groupes scolaires, mais celles-ci ne constituent pas un complément à l'enseignement de l'École. Ces visites éducatives marquent soit la fin d'une étape

19

scolaire, soit la fin de l'année, et sont vécues, dans ce cas, comme des visites récompenses. La dernière conception vise à harmoniser les ressources du musée avec celles de l'École, ainsi, le contenu des visites est basé sur les programmes éducatifs scolaires et s'appuie sur les objets de collections du musée. Pour permettre une réelle harmonie entre ces deux institutions, il faudrait, tout d'abord déterminer leurs spécificités, mais aussi, les enjeux, les objectifs, et les moyens de ce partenariat. Pour M. Paquin (1998), ces deux institutions se distinguent par leur définition mais également par leur mission, leur rôle, leurs approches, leurs méthodes, leurs stratégies, et leurs contenus d'apprentissage. Ainsi, en prenant en compte ces éléments particuliers, on peut établir les bases d'un véritable partenariat. Il existe donc différents types de relations pouvant être établies entre l'École et le Musée. Mais ces deux mondes doivent se fixer des objectifs communs à réaliser lors des visites scolaires. Nous avons pu observer les diverses possibilités pour ces deux institutions de mettre en œuvre cette collaboration. Mais une question demeure: l'École ne pourrait-elle pas aller dans le sens d'une « démocratisation» de l'espace muséal par la réalisation de visites scolaires? En effet, l'École doit remplir un rôle de socialisation puisqu'elle est censée permettre une intégration dans la société. Elle devrait pouvoir ouvrir les portes du musée à un large public, et cela au-delà de la visite scolaire. Ainsi, il nous semble important de travailler durant ces sorties sur une approche culturelle du lieu. Si l'élève reste, pendant une visite scolaire au musée, un élève, l'École n'a réalisé qu'un déplacement vers le musée et non pas une rencontre avec ce lieu. L'élève doit devenir, lors d'une sortie scolaire au musée, un véritable visiteur. Penser que ce n'est pas le rôle des visites scolaires au musée d'établir une approche culturelle du lieu contribue à donner à la famille un rôle de formation à l'utilisation de l'espace muséal, alors que l'École fonctionnerait uniquement sur l'utilisation à des fins scolaires des musées. Mais les visites scolaires aujourd'hui engendrent-elles l'ouverture des portes du musée pour les élèves, visiteurs

20

potentiels des musées? Notre hypothèse générale tend à répondre par la négative à cette problématique. Nous considérons qu'aujourd'hui, la relation entre l'École et le Musée n'est pas réalisée dans ce sens. Trois hypothèses spécifiques vont être testées dans notre recherche. -Le poids de l'héritage du passé entraîne aujourd'hui encore une scolarisation de l'espace muséal. Il semble qu'il existe depuis la première rencontre entre l'École et le Musée, une tendance pouvant être qualifiée de « scolarisation du musée ». M. Van-Praët (1992) insiste sur l'existence d'une certaine propension dans les services éducatifs des musées à reproduire à tort l'Ecole au Musée. L'auteur donne l'exemple des lieux d'animation constitués en salles de classe, ou de fiches de visite utilisées en page de lecture. Face à ces situations, il propose de rechercher des solutions en termes de complémentarité et de partenariat. Cette situation s'est perpétuée, et, pour divers auteurs, les fonctions éducatives des musées sont encore très souvent réalisées d'une manière très scolaire (Etherington, 1989, Hein, 19912, Van-Praët et Poucet, 1992, Coppey, 1992, Girault et Guichard, 19953). La relation entre ces deux institutions est à améliorer. J. Guichard (1995) estime que si le souhait est que le système éducatif ne considère pas les musées uniquement comme des centres de ressources, il est important de mener conjointement des recherches susceptibles de jeter les bases d'un partenariat pour des objectifs convergents. Si la scolarisation de l'espace muséal se trouve encore solide aujourd'hui, l'École ne peut pas permettre, lors des visites scolaires au musée, une ouverture vers ces espaces culturels, mais propose un prolongement de l'École. La descolarisation de l'espace muséal est donc nécessaire. Celle-ci résulte de la prise en compte des spécificités de l'institution muséale.
2

Pour G.E. Hein (1991) rendre aussi semblable que possible la visite au musée

d'une situation réalisée en classe, minimise le problème de discipline, mais les offres spécifiques du musée sont malheureusement, dans ce cas, ignorées. 3 Ces derniers auteurs ont axé leurs réflexions autour du cadre spécifique de la Grande Galerie de l'Evolution.

21